background preloader

Cobusiness – le troc 3.0 entre pros

Cobusiness – le troc 3.0 entre pros
Related:  Cooplilieli

France Barter – ou comment faire du troc entre entreprise Un potentiel de développement en FranceFrance Barter : le premier réseau généraliste d'échanges b2b Le projet de FRANCE BARTER 1. Répondre à la problématique du manque de liquidité des TPE/PME/ETI2. Faire réseau et coopérer au sein d'une SCIC Développer l'échange inter-entreprise à l'avenir1. Des partenaires solides2. Le Barter, traduction du mot " troc " en anglais, est une opération d'échange de biens ou de services entre deux entreprises. D'après une étude du cabinet EDC Consulting, la France pourrait devenir dans un horizon proche un marché solide puisque 65% des PME seraient intéressées par ce mode de financement innovant. Créée en 2014 la SCIC France Barter a été construite pour permettre des échanges impliquant plusieurs parties dans le temps grâce à deux atouts majeurs : Une unité de compte, le Barter €Un statut de coopérative pour assurer la sécurité de chacune des parties engagées. 1. 2. 1. 2.

"My Recycle Stuff, le premier réseau social de troc" Au cours de ses deux ans d'expérience comme ingénieur en gestion de la chaîne logistique dans le secteur du luxe, Vincent de Montalivet, co-fondateur de My Recycle Stuff, a été marqué par les excès liés à la consommation. Proches de La Ruche, un espace de travail dédié aux entrepreneurs sociaux, et des problématiques de l'économie sociale et solidaire, les créateurs de ce réseau social ont voulu repenser un mode d'échange aussi ancien que le troc, et aller à l'encontre du gaspillage. Vincent en a eu l'idée après un Noël. Certains de ses cousins avaient reçu un cadeau qu'ils voulaient troquer avec celui d'un autre. Ce petit évènement lui a donné envie d'explorer plus en profondeur ce mode d'échange pour de sortir du schéma classique acheter/jeter. Avec le troc, une nouvelle dimension apparaissait: transmettre et recycler. Le troc, souvent considéré comme archaïque, a une valeur ajoutée évidente. Par Vincent Juilliard, pour asso-iti.com

Semantic Camp #6 Cet événement est ouvert à tous, il sera l'occasion de dresser un panorama des projets en cours, et de rencontrer certains de leurs porteurs. Programme Au début de la journée, les personnes présentes proposeront et choisiront les sujets qui seront abordés durant la journée. La majorité des intervenants présenteront des (ou leurs) demos ;-) comme par exemple : Karima Rafes = BorderCloud, initiation au Linked Open Data. (Ramenez votre PC)Gil Francopoulo = Evolution dans le temps des connaissancesHenry Story = Co-operating systems : Réseaux sociaux distribués en Linked DatasVincent de Montalivet = Co business, le web semantic au sein d’une plateforme d’échanges entre professionnelsGuillaume Rouyer = Assemblée virtuelle, peer to peer appliqué au monde social grâce au web sémantiqueYannick Duthé: Fluidlog, cartographie sémantiqueJean-Marc Vanel : Vers SI sémantique: modélisation, outillage, IHM Convivialité

Accueil Interview à 3 voix autour du réseau européen des jeunes coopérateurs Suite à la journée de rencontre pour le lancement du Réseau Européen des Jeunes Coopérateurs, nous avons proposé à 3 personnes présentes de partager leurs sentiments. Chiara Bertelli: Responsable international de Generazzioni, un des mouvements de jeunes coopérateurs italiensRhiannon Colvin : Fondatrice de Alt-Gen, coopérative britannique soutenant la création de coopératives par les jeunesSébastien Chaillou: Président de Solidarité étudiante 1) Que retiendras-tu du rassemblement de Paris?Chiara : Notre rassemblement à Paris était incroyable. 2) Qu’as-tu pensé de la table ronde organisée le lendemain du lancement du réseau, Durant l’AG de Coopératives Europe ? vons parlé. 3) Que vas-tu faire maintenant, quand tu seras de retour dans ta coopératives?

My Recycle Stuff, le premier réseau social de troc sur internet qui remet les échanges au goût du jour On pensait l’époque du troc révolue, mais Internet lui a redonné vie ! Deux ingénieurs ont créé un réseau social exclusivement dédié à l’échange d’objets entre internautes. Il n’est plus question d’argent ou de gaspillage mais simplement de gens satisfaits ! DGS vous raconte comment ce projet a vu le jour. Vincent de Montalivet et Martin Rückert sont les fondateurs de My Recycle Stuff. Le troc est une pratique qui a été abandonnée depuis longtemps dans nos sociétés occidentales, remplacée par l’utilisation de l’argent. Vincent et Martin souhaitent absolument remédier à ce souci et recrutent alors une nouvelle équipe de développeurs tout en étant soutenus financièrement par Oséo dont le but est de créer « un outil de place de marché qui permettrait non plus d’échanger à deux mais à trois, cinq ou dix personnes formant alors un cercle d’échange ». Nous sommes ravis d’apprendre l’existence d’un réseau basé sur le troc qui fonctionne aussi bien.

le troc 3.0 entre pros – Ensemble réveillons le Cobusiness qui est en nous En m’installant à La Ruche, j’ai découvert un univers inouï, une autre façon de développer une entreprise, une autre façon de penser le monde. On était tous porté par une formidable énergie positive. A l’époque je développais le projet “Atelier fil rouge”, un tiers lieu où proposer de nouvelles formes pédagogiques croisant art et management, écologie et sciences,.. Vincent, mon voisin développait son site de troc ainsi qu’un site d’écogestes… En allant à un rendez-vous avec lui, puis un autre, nous nous sommes mis à travailler ensemble. Une réponse au monde en évolution Cobusiness est un condensé énorme d’innovations, concrétisation de réflexions pointues avec des chercheurs sur le design monétaire, l’évolution du web des données, des nouvelles technologies, des comportements de vie. Depuis plusieurs années, la poussée de la consommation collaborative est forte. En effet, de nombreux entrepreneurs et de professionnels changent ou ont l’intention de changer leur façon de travailler.

Et si je l'ouvrais (ma Biocoop) ? Réseau de magasins expert et reconnu cherche porteurs de projet partageant ses valeurs pour ouvrir de nouveaux points de vente et concourir au développement de la bio. Pas sérieux, s’abstenir. Depuis 30 ans, le réseau Biocoop regroupe des magasins indépendants qui œuvrent ensemble au développement de l’agriculture biologique en creusant leur sillon, fidèles à leurs valeurs de coopération, de transparence, de respect de critères sociaux et écologiques exigeants. Pourquoi ne pas les rejoindre ? Car Biocoop recrute ! «Nous voulons un maillage plus fin du territoire, explique Gaëlle Mathieu, directrice du réseau. Accompagnement Pas de portrait type du porteur de projet, mais des personnes « qui sauront gérer leur affaire, manager une équipe, qui aiment le commerce de proximité, ont des affinités avec l’agriculture bio et les valeurs de notre réseau; des personnalités indépendantes voulant conjuguer compétences professionnelles et convictions personnelles ». Expertise Témoignages :

Les vertus du mécénat de compétences: la solidarité bien sûr, mais beaucoup plus encore! [Express Yourself] Pour ceux qui en connaîtraient les contours de façon encore assez vague, petite piqûre de rappel: le mécénat de compétences est la possibilité pour une entreprise de proposer à ses collaborateurs, pendant leur temps de travail -et sans aucune perte de rémunération bien sûr- d'offrir leurs compétences professionnelles ou personnelles à des causes d'intérêt général, c'est-à-dire des associations, fondations, écoles ou universités. Concrètement, un contrôleur de gestion va ainsi pouvoir accompagner la mise en place d'une comptabilité analytique dans une association, un responsable de communication aider à la création d'outils de communication dans une seconde, tout comme ils pourront tous les deux faire du soutien scolaire pour les bénéficiaires d'une troisième ou nettoyer les berges d'une rivière pour une quatrième. Les vertus inattendues du mécennat de compétences

Related: