background preloader

(2) Les Grandes Batailles de la Seconde Guerre mondiale - Stalingrad

(2) Les Grandes Batailles de la Seconde Guerre mondiale - Stalingrad
Related:  La Seconde Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement (1939-1945)

42-43 : la bataille de Stalingrad et la défaite allemande Sonderkommando Auschwitz-Birkenau Lorsque l’armée rouge pénètre dans le complexe concentrationnaire d’Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 1945, elle trouve les quatre fours crématoires dynamités par les nazis, qui ont cherché ainsi à effacer leurs crimes. Ce sont les Sonderkommandos, ces équipes spéciales de déportés sélectionnés par les SS, qui étaient contraints de les faire fonctionner. Témoins ultimes de l’extermination de leur peuple par la machine de mort des nazis, ils devaient mourir infailliblement au bout de quatre mois. Mais quelques-uns parvinrent à survivre aux massacres et quatre d’entre eux – Szlama Dragon, Henryk Tauber, Alter Feinsilber ainsi que le médecin Miklos Nyisli – purent témoigner devant les tribunaux de l’après-guerre. Mode opératoire Dans les semaines, les mois qui suivirent, et même parfois plusieurs décennies après, des manuscrits rédigés en yiddish furent retrouvés, qui avaient été enfouis sous les cendres autour des crématoires : ceux de Zalmen Gradowski, Leib Langfus et Zalmen Lewental.

Etude de cas : le ghetto de Varsovie (1940-1943) 1/2 Dates clés Automne 1939Début des persécutions antijuives dans le Gouvernement généralMai 1940Le quartier juif de Varsovie déclaré « zone d’épidémie »16 novembre 1940Le ghetto de Varsovie est en partie cerné d’un mur d’enceinte. 22 novembre 1940Création de l'Oyneg ShabbesJuillet 1942Création de l'Organisation Juive de Combat La création du ghetto Dès l’automne 1939, commencent les persécutions antijuives dans le gouvernement général. À partir du 1er décembre 1939, tous les Juifs âgés de plus de douze ans doivent arborer un brassard blanc où figure une étoile de David bleue. D’autres mesures, prises au cours de l’automne et de l’hiver 1939-1940, visent à isoler et à brimer : couvre-feu, interdiction de changer de domicile, de voyager en chemin de fer, confiscation des postes de radio, interruption fréquente de la distribution du courrier, interdiction de fréquenter les jardins publics, etc. Clos le 16 novembre 1940, le ghetto de Varsovie est en partie cerné d’un mur d’enceinte. Chiffres clés

Varsovie La ville de Varsovie s'étend des deux côtés de la Vistule. Devenue la capitale du nouvel Etat polonais en 1919, la ville était, avant la Seconde Guerre mondiale, un important centre de la vie et de la culture juives. Il ya vait avant la guerre plus de 350 000 Juifs, qui constituaient environ 25 % de la population de la ville. C'était la plus importante communauté juive de Pologne mais aussi d'Europe. Lors de l'invasion allemande de la Pologne le 1er septembre 1939, Varsovie connut des attaques aériennes et des bombardements d'artillerie. Dès la fin septembre 1939, les Allemands exigèrent des Juifs de Varsovie qu'ils portent des brassards blancs ornés d'une étoile de David bleue. LE GHETTO DE VARSOVIE Le 12 octobre 1940, les Allemands ordonnèrent par décret la création d'un ghetto dans Varsovie. Les bureaux du Conseil juif étaient situés rue Grzybowska, dans le sud du ghetto. Le 1er août 1944, la résistance polonaise se révolta contre les occupants allemands pour libérer Varsovie.

Soixante-dix ans après l'horreur d'Auschwitz, « plus jamais ça » Le 27 janvier 1945, l'armée soviétique libérait le camp d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne, où 1,1 million de personnes ont été exterminées par les nazis, dont un million de juifs de différents pays d'Europe. Soixante-dix ans après, survivants de l'Holocauste, chefs d'Etat et têtes couronnées se réunissent, mardi 27 janvier, à Auschwitz, pour lancer un nouveau « Plus jamais ça », sur fond de craintes de montée de l'antisémitisme en Europe. Cet appel a retenti dès lundi, sous des formes différentes, lors de multiples rencontres de survivants, souvent nonagénaires, tenues à proximité de l'immense camp recouvert d'une épaisse couche de neige fraîche. La cérémonie principale est prévue pour se tenir à partir de 15 h 30, sous une tente dressée à l'entrée du camp de concentration, en présence d'anciens prisonniers et prisonnières, ainsi que d'un représentant des « Piliers du souvenir » – les donateurs généreux du Musée. Outre M.

Les armées allemandes capitulent - l'Allemagne entière capitule à Reims World War II: Why is it so important 70 years later? World War II is a huge topic. There are many sources both online and in print form. Primary Source materials: The Avalon Project at Yale University is a digital library relating to law, history and diplomacy. The Truman Library has digitized a large portion of documents related to the dropping of the atomic bombs on Hiroshima and Nagasaki. The Library of Congress also has a large collection of materials about World War II mainly focusing on United States involvement. Secondary Source Materials The British Broadcasting Corporation (BBC) has a site devoted to World War II. The Second World War by John Keegan The Second World War by Winston Churchill The Origins of the Second World War in Asia and the Pacific by Akira Iriye

Avant la libération d'Auschwitz, l'horreur de la Shoah filmée par les Soviétiques, des images inédites à découvrir au Mémorial de la Shoah HISTOIRE - Le portail du camp d'Auschwitz, dont on célèbre la libération ce mardi 27 janvier, est peut-être l'image qui revient le plus souvent lorsqu'on évoque la Shoah. Pourtant, la barbarie nazie ne s'est cantonnée ni à Auschwitz ni à une seule méthode d'extermination. C'est notamment ce que rappelle la nouvelle exposition du Mémorial de la Shoah, "Filmer la Guerre: les Soviétiques face à la Shoah", qui a ouvert ses portes vendredi 9 janvier. C'est ici que François Hollande parle ce mardi matin avant de prendre l'avion pour le sud de la Pologne et la réunion des chefs d'Etats. Le Mémorial de la Shoah se penche sur cette question des images grâce aux films tournés par des opérateurs soviétiques sur les territoires libérés par l'Armée rouge. Un véritable travail d'enquête De ces images, très peu connues et quasiment pas exploitées depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le Mémorial a tiré 76 extraits qui jalonnent l'exposition. Des images uniques mais omises Ambivalence soviétique

La mémoire filmée de la Shoah | CNRS le journal Le documentaire «Shoah, les oubliés de l’Histoire» qui sera diffusé sur ARTE présente un point de vue poignant mais parfois insoutenable sur ce que l’on a appelé «la Shoah par balles». Valérie Pozner, spécialiste de l’histoire du cinéma russe et soviétique, nous en explique le caractère inédit. De nombreux documentaires et expositions ont déjà été consacrés à la destruction des juifs d’Europe entre 1940 et 1945. Fac-simile de Clichés des civils et soldats de l'Armée rouge tués, servant de support, sous le slogan "venge-toi !" Pourquoi les Soviétiques possèdaient-ils autant d’images ? Comment ces films s’insèrent-ils dans une tradition du cinéma de guerre soviétique ? Les Soviétiques ont pu filmer la Shoah beaucoup plus et beaucoup plus tôt que tous les alliés Ces opérateurs sont soumis à une double hiérarchie : celle du studio, civile, et celle de la direction politique de l’Armée rouge, car ils sont rattachés à un front et une armée précise. Quels films parviennent à l’Ouest à l’époque ?

Related: