background preloader

Femmes et pauvreté : données statistiques

Femmes et pauvreté : données statistiques
En France, comme dans la majorité des pays européens, le taux de pauvreté des femmes est légèrement supérieur à celui des hommes: 13,8% des femmes sont concernées contre 12,2% des hommes en 2008. Ce seuil de pauvreté correspondait en 2010 à 964 euros mensuels pour une personne seule. La moitié des personnes concernées vivent avec moins de 781 euros par mois. On peut étudier cette situation selon deux axes : - La pauvreté monétaire renvoie aux ressources du ménage. En 2010, la pauvreté monétaire touchait 14 % des personnes vivant en France soit 14,5% de femmes et 13% d’hommes. Elle touchait 33% des familles monoparentales. - La pauvreté économique est identifiée au niveau de l’individu dès lors que son revenu d’activité, en comprenant les indemnités de chômage ou de maladie, est inférieur au seuil de pauvreté. - En raison de leur plus longue espérance de vie, les femmes sont plus souvent seules après 65 ans. Monoparentalité 84% des familles monoparentales ont une femme à leur tête.

http://www.crepegeorgette.com/2014/11/10/femmes-pauvrete/

Related:  TPE Hommes-Femmes les inégalitésIntersectionalité 4Vie quotidienneatowhjenkFéminisme

Les inégalités de salaires hommes-femmes : état des lieux 27 mai 2016 - Tous temps de travail confondus, les hommes gagnent 23,5 % de plus que les femmes. Près de 11 % des écarts de salaires entre les deux sexes sont inexpliqués et relèvent d’une discrimination « pure ». Le salaire mensuel net moyen des hommes, pour un poste à temps plein, est de 2 389 euros en 2013, celui des femmes de 1 934 euros, soit un écart de 455 euros, presque un demi-smic. Femmes de flics violents, sacrifiées au nom de la réputation de l’institution « Une femme battue qui appelle le 911 a deux chances sur cinq » de tomber sur un homme qui, chez lui, est auteur de violences domestiques. « De quel côté pensez-vous qu’il penchera ? » Alex Roslin, journaliste d’investigation, publie une impressionnante enquête réalisée outre-Atlantique : Police Wife, The Secret Epidemic of Police Domestic Violence. Accompagnée du témoignage fort et bouleversant d’une ex-femme de flic violent, Susanna Hope, cette enquête très documentée découvre un tabou scandaleux : les représentants des forces de l’ordre sont à la fois plus couramment violents dans l’intimité et bien plus protégés que les autres hommes violents. « Les membres de la Gendarmerie Royale du Canada sont punis plus sévèrement pour avoir menti ou volé quelque chose que pour de la violence conjugale », confie Alex Roslin. Durant ses douze ans d’enquête, il s’est heurté à la loi du silence. Quinze fois plus de violences conjugales chez les flics

Le masculin et le féminin Quand Virginia Woolf essaie de comprendre ce qui pousse tant d’hommes, et si différents, à vouloir écrire et légiférer sur les femmes, elle ne leur trouve qu’un point commun : ils ne sont pas des femmes. Et elle écrit, de son côté, Une chambre à soi. J’ai le bonheur de re-traduire ce joyeux livre, presque cent ans après sa première parution. Bien sûr, quand elle parle de son métier à elle, je traduis par écrivaine. Parlons en de la violence des riches ! L’État a encore bien réussi son coup grâce à ses chiens de garde de la presse bourgeoise en orientant le débat sur «la violence au sein des manifestations». Comme d’habitude ils nous parlent de carreaux cassés, de quelques cocktails molotov lancés en direction des flics, de véhicules incendiés… Tout ça ne représente rien en fait face à la violence que eux les riches exercent sur nous.

Le sexisme expliqué à ceux qui n'y croient pas - Une heure de peine... . Il y a des gens qui, simplement, refusent d'y croire : ça n'existerait pas, et puis c'est naturel, et de toutes façons, c'est la même chose pour les hommes. Freud racontait une histoire rigolote qui sonnait un peu comme ça, à propos d'un chaudron percé, mais passons : je ne suis pas là pour faire la psychanalyse du déni. Je vais plutôt essayer d'expliquer pourquoi le dernier argument, selon lequel les hommes aussi seraient discriminés, ne marche pas.

Historique du droit de vote des femmes L'ordonnance du 21 avril 1944 prise par le gouvernement provisoire du général de Gaulle à Alger stipule que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ». Deux ans et demi plus tard, le préambule de la constitution du 27 octobre 1946 inscrit ce principe dans les principes fondamentaux de la République : « la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme ». Alors que la France avait été l'un des premiers pays à instaurer le suffrage universel masculin, il faudra un long processus pour que ce droit soit étendu aux femmes. Le plus grand frein à la carrière des femmes n'est pas d'avoir des enfants, c'est d'avoir un mari qui ne coopère pas Plusieurs études récentes rappellent que contrairement aux hommes, les femmes sont pénalisées au travail (en termes de salaire et de progression de carrière) lorsqu'elles ont des enfants. Mais une étude à paraître dans la Harvard Business Review montre que plus encore qu'avoir des enfants, le facteur déterminant est de savoir si une femme est dans un couple où la carrière du mari passe systématiquement avant la sienne. Trois chercheuses en sociologie et en business, Robin Ely, Pamela Stone et Colleen Ammerman, ont interrogé plus de 25.000 diplômés de la prestigieuse Harvard Business School. Elles ont trouvé que plus d'hommes avaient atteint des positions de haute responsabilité et qu'ils étaient en moyenne plus satisfaits au travail que les femmes. Mais contrairement à leurs attentes, elles n'ont pas trouvé que cet écart était causé par le fait d'avoir des enfants.

Les attributs du pouvoir et leur confiscation aux femmes. Le genre et la parole. Partie 1 : l’occupation de l’espacePartie 2 : le temps de parole et le choix des sujets de conversation Partie 3 : l’expression de la colère Nous avons vu que les hommes – ou du moins les personnes masculines – occupaient plus d’espace que les personnes féminines. Nous allons voir maintenant comment se répartit le temps de parole entre les genres. Je vous renvoie d’emblée à cet article très intéressant « La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation » de Corinne Monnet. Cependant, la plupart des références de l’article sont un peu anciennes (années 1970 et 1980) ; je vais donc tenter de les réactualiser dans cet article, et d’apporter des informations complémentaires. Avant de continuer plus loin, je voudrais expliquer les « règles du jeu » de la conversation, comme les ont définies Sacks H., Schegloff E. et Jefferson G.

La manifestation des indécents. Contre l’obscénité. Il y a un an. Quelques indécents. Indécents, ces cinquante manifestants qui retournent une petite voiture rouge. Indécents, ces autres qui mettent le feu à une moto de la police, payée par le contribuable (et un peu par eux-mêmes). Indécents, ces syndicats qui paient 40 € les manifestants qui perdent une journée de travail. Je pense à ces femmes Le texte comporte des références explicites au viol et à la violence. Je pense à ces femmes qui sont rentrées le soir et ont nettoyé leur manteau plein du sperme d'un frotteur. Je pense à ces femmes qui doivent décerner des médailles à leur mec lorsqu'il a fait, une fois, un plat de pâtes. Une femme présidente de la République? Neuf Français sur dix disent "oui" Peut-être parlera-t-on un jour de "la" et non plus "du" locataire de l'Elysée. Les Français y croient mordicus. 94% d'entre eux se déclarent en effet prêts à élire une femme présidente de la République, d'après un sondage réalisé par l'institut BVA pour Orange et i-Télé, et diffusé ce samedi 7 mars, à la veille de la journée de la femme. Ce chiffre de 94% correspond à une progression de 9 points en dix ans. Dans le détail, les sympathisants de gauche sont favorables à 98% à l'accession d'une femme à la plus haute fonction de l'Etat, ceux de droite se disant "pour" à 90%. La part de Français se déclarant "très certainement" prêts à élire une femme présidente grimpe même de 11 points et devient majoritaire dans la population, à 59% (contre 48% en 2005). Des avancées pourtant significatives au cours des dix dernières années

Related: