background preloader

MOOC... t'es pas né, t'es pas mort !

MOOC... t'es pas né, t'es pas mort !
« Les MOOCs sont morts. Ils sont réservés à une élite. Le taux de participation est catastrophique. » Ces critiques, je les entends tous les jours. Mais sont-elles si justifiées ? Participation, certification et acquisition des connaissances J’ai participé à environ 25 MOOCs, en français et en anglais, sur des sujets qui vont de la gamification à la littérature fantastique en passant par les luttes constitutionnelles dans le monde musulman. – 13 % des répondants sont des étudiants qui souhaitent trouver un complément à leurs études en cours – 23 % pensent que cela va les aider dans leur job actuel ou à en trouver un nouveau – 64 % veulent « apprendre quelque chose qui les intéresse, même si cela n’apporte aucun bénéfice direct à leur travail/profession » Près des deux-tiers des participants souhaitent apprendre quelque chose, indépendamment de leur carrière ou de leurs études. Nous évaluons un système actuel (et futur) avec des catégories qui appartiennent au passé Nous avons tout faux ! Related:  MOOC

Compilation de Mooc pour tout apprendre chez soi Apparus dès 2011 aux États-Unis, les Mooc (Massive Open Online Courses) donnent la possibilité, sans sortir de chez soi grâce à sa connexion Internet et à son ordinateur ou sa tablette, de bénéficier de l’enseignement prodigué traditionnellement par les universités et les grandes écoles (parfois prestigieuses comme Standford, Harvard, le Mit, Polytechnique, Science-Po, L’INSA…). Pour ma part, pour éviter le terme Mooc qui fait quand même très branchouille, je préfère parler de formations interactives en ligne. Évidemment, le phénomène a traversé l’Atlantique et on trouve maintenant bons nombre de sites en langue française dont l’objectif est de diffuser le savoir au plus grand nombre. Les thèmes abordés ne se cantonnent pas à l’informatique, toutes les disciplines sont au programme et cela pour tous les niveaux, du cours préparatoire aux cursus universitaires.

De l'intérêt du débat dans les MOOC Les débats ont été au coeur de la première saison du MOOC “Monter un MOOC de A à Z”. Au printemps, nous avions parlé de démocratisation, des missions du service public, de l’impact du numérique sur les systèmes de formation, ou encore tout simplement de pédagogie. Les échanges avaient été particulièrement riches, ce qui nous a encouragé à remettre le couvert pour la deuxième saison, et à proposer bien sûr quelques améliorations. Retour sur ces débats destinés aux participants du MOOCAZ, mais ouverts à l’ensemble de la communauté de passionnés de MOOC ! Comme la dernière fois, un nouveau débat sera organisé chaque semaine pendant cinq à six semaines. Pour commencer, je vous propose de grands classiques : Les MOOC sont-ils une révolution pédagogique ? En fin de compte, les questions sont assez similaires par rapport à la première édition.

Le MOOC 2.0 est arrivé : l’expérience IonisX Premier groupe français d’enseignement privé (Epita, Epitech, Iseg, E-art sup, etc.) le groupe Ionis a créé à la mi 2013 une direction numérique puis un site dédié aux MOOCs, IonisX, qui teste aujourd’hui d’autres sortes d’interactivités. « Nous nous sommes vite rendus compte que la structure même des MOOCs – cours imposés sur une certaine période, d’une certaine durée, etc. – les rendait trop contraignants à la fois pour les enseignants et les étudiants », confie Philippe Chiu, le directeur digital du groupe Ionis, qui a donc décidé de lancer ce qu’il appelle des « MIMO », c’est-à-dire des micro-modules à la fois plus faciles à réaliser et à suivre. « Avec leur temporalité limitée, les MOOCs ne sont finalement pas assez « open » et nos MIMO répondent mieux à l’attente principale des étudiants qui est tout simplement d’apprendre des compétences de manière interactive et digitale quand ils le souhaitent. » Share and Enjoy Signaler ce contenu comme inapproprié

Demystifying the MOOC When massive open online courses first grabbed the spotlight in 2011, many saw in them promise of a revolutionary force that would disrupt traditional higher education by expanding access and reducing costs. The hope was that MOOCs — classes from elite universities, most of them free, in some cases enrolling hundreds of thousands of students each — would make it possible for anyone to acquire an education, from a villager in Turkey to a college dropout in the United States. Following the “hype cycle” model for new technology products developed by the Gartner research group, MOOCs have fallen from their “peak of inflated expectations” in 2012 to the “trough of disillusionment.” There are several reasons for the disillusionment. First, the average student in a MOOC is not a Turkish villager with no other access to higher education but a young white American man with a bachelor’s degree and a full-time job. Photo Nearly all MOOCs originate from the world’s top universities.

Le MOOC est mort ! Vive le MOOC ! | Innovation et enseignement Mon voyage aux Etats-Unis alimentera ce blog pendant de nombreuses semaines tant il y a à réfléchir (je n’ai pas dit à imiter) sur ce qui se passe de l’autre coté de l’Atlantique. Educause est une énorme conférence : plus de 6000 participants se réunissent pendant deux jours ½ pour échanger sur tous les sujets de l’université numérique. Le programme présente environ 280 conférences et posters. Si l’on filtre avec le mot MOOC, dans le titre ou le résumé, ce nombre tombe à … 9 ! Sur les dernières hype curves du Gartner il semble même disparaitre. Alors, faut-il annoncer la fin, faut-il clamer « Le MOOC est mort ! Est-ce bien sûr ? Cecilia de Oliveira, directrice du Digital Learning au MIT, quelques jours auparavant nous expliquait sa stratégie : « transformer de nombreux cours en MOOC ». On notera que la première influence des MOOCs a été de restructurer les enseignements en modules plus courts et de faire disparaître la notion de semestre. Alors le MOOC est-il mort ? Vive le MOOC !

Blog de t@d: Prioriser les besoins de soutien des apprenants à distance pour déterminer ceux qui doivent faire l'objet de réponses tutorales Le tutorat à distance est souvent abordé de manière non pragmatique : soit il est ignoré, soit il n’est traité que de manière théorique, à la recherche d’un système idéal. Si les contempteurs de l’accompagnement des apprenants à distance ont vu leur influence diminuer tout au long des quinze dernières années, il n’en reste pas moins, que dans de trop nombreux dispositifs le soutien à l’apprentissage ne renvoie qu’à la capacité présupposée des apprenants à exercer leur autonomie. A contrario, la recherche sur le tutorat aboutit fréquemment à des modélisations préconisant une organisation globale des services tutoraux et des tâches des tuteurs qui se révèlent parfois lourdes à mettre en place et pas toujours en adéquation avec la réalité contextuelle. Il est alors nécessaire d’emprunter une voie médiane qui, sans ignorer les apports conceptuels, favorise une démarche pragmatique de dimensionnement des réponses tutorales à apporter aux apprenants d’un dispositif donné. L'étude de criticité

Face aux critiques, les Mooc revoient leur copie La planète Mooc aurait-elle la gueule de bois? Après avoir été portés au pinacle, ces cours massifs gratuits en ligne, nés aux Etats-Unis avant de gagner la planète entière, font face à de nombreuses critiques... Principal grief: le taux de participants, compris seulement entre 2 % et 10 %, qui vont jusqu'à l'obtention d'un certificat validant leur suivi. "Un bon nombre de candidats viennent chercher des parties de cours pour répondre à des besoins précis mais ne sont pas intéressés par aller jusqu'au bout. Place aux travaux pratiques Première leçon donc: mettre quelques vidéos en ligne émanant mêmes des plus prestigieuses universités ne suffit pas pour capter dans la durée l'attention des candidats. Des rencontres aussi physiques Ces exercices pratiques menés à plusieurs impulsent de plus une dynamique entre les participants, appelés à s'entraider. Le vedettariat ne suffit pas Les Mooc deviennent aussi plus ludiques, empruntant certains outils aux jeux vidéos. Vers des Mooc en continu ?

About Monter un MOOC de A à Z L’objectif de cette formation est d’appréhender les principaux aspects de la conception d’un MOOC : de la propriété intellectuelle à l’ingénierie pédagogique en passant par la gestion de projet. La formation est essentiellement axée autour de problèmes pratiques ; elle s’adresse à toute personne s’intéressant aux MOOC, que l’objectif soit d’en créer un ou simplement de s'informer. Les objectifs de la formation sont multiples : Comprendre la diversité des formats de MOOC Appréhender les principaux problèmes de propriété intellectuelle Scénariser un cours dans son ensemble et concevoir des activités adaptées Savoir concevoir des vidéos pédagogiques Pouvoir animer et piloter un MOOC Faire l'analyse et le bilan du projet Un tronc commun d’environ six heures de vidéos permet de se familiariser avec ces différentes thématiques. Un premier parcours, intitulé Analyse, vous permet de faire l’analyse du MOOC de votre choix. Les quatre autres parcours sont basés sur votre propre idée de MOOC.

Related: