background preloader

Fleur Pellerin est dans une logique qui enterre l'idée même d'un ministère de la Culture

Fleur Pellerin est dans une logique qui enterre l'idée même d'un ministère de la Culture
Du 16 au 18 octobre ont eu lieu les 24e Rencontres cinématographiques de Dijon, officieux sommet des professionnels français du cinéma organisé chaque année par l’ARP (Société civile Auteurs Réalisateurs Producteurs). Comme il est d’usage, les travaux ont été clos par un discours de la ministre de la culture et de la communication, Fleur Pellerin faisant pour l’occasion sa première grande intervention publique dans ce milieu –même si elle s’était déjà exprimé notamment lors du Congrès des exploitants, le 1er octobre. Au cours de son intervention à Dijon, la ministre a sacrifié aux quelques formules de rhétorique qu’exige sa fonction en pareille circonstance, et proposé quelques commentaires sur les –importants– dossiers techniques actuellement en débat. Mais elle a surtout dévoilé de manière plus explicite son approche de son propre rôle et de celui de son ministère, selon une vision qui est d’ailleurs loin de concerner le seul cinéma. L’enterrement de l’idée de ministère de la Culture

http://www.slate.fr/story/93921/politique-culturelle-pellerin

Related:  Politique

La gauche ne peut pas mourir, par Frédéric Lordon (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Dans le débat public ne circulent pas que des sottises : également des poisons. De toutes les navrances complaisamment relayées par la cohorte des experts et éditorialistes, la plus toxique est sans doute celle qui annonce avec une gravité prophétique la fin des catégories « droite » et « gauche », et le dépassement définitif de leur antinomie politique. On n’a pas assez remarqué la troublante proximité formelle, et la collusion objective, du « ni droite ni gauche » de l’extrême droite et du « dépassement de la droite et de la gauche » (« qui ne veulent plus rien dire ») de l’extrême centre. Passe alors un premier ministre qui vaticine que « oui, la gauche peut mourir (1) », trahissant visiblement sous la forme d’une sombre prédiction son propre sombre projet, et la cause semble entendue.

Fondation Louis Vuitton : le mécénat d’entreprise sans la générosité Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jean-Michel Tobelem (professeur associé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) L’essor du mécénat des entreprises est assez récent en France. Mais il bénéficie aujourd’hui de conditions fiscales particulièrement avantageuses, au risque de soulever de légitimes interrogations quand ces opérations servent de support à de gigantesques actions de communication. Fox News élue par les américains châine la plus digne de confiance ! Le chaîne Fox News vient d’être désignée comme chaîne d’information en laquelle les Américains ont le plus confiance, selon une étude de l’université de Quinnipiac (Connecticut). C’est une information, rapportée par le«Washington Post», qui a dû faire plaisir à la 21st Century Fox. La chaîne d’information Fox News vient en effet d’être élue «chaîne d’information la plus digne de confiance», par 29% des Américains interrogés, dans le cadre d’une étude de l’université de Quinnipiac. À la question «Avez-vous confiance en la couverture journaliste de Fox News ?», ils sont ainsi 20% à avoir répondu «beaucoup» et 35% à avoir dit «un peu». En revanche, à cette même question, ils sont 26% à avoir répondu «pas du tout» et 14% «pas tellement».

Des armes contre l'impuissance politique, par Evelyne Pieiller (Le Monde diplomatique, octobre 2014) Il n’est pas facile aujourd’hui d’être de gauche. Ou, plus exactement, il est assez aisé d’avoir une sensibilité de gauche, mais il n’est pas facile de penser à gauche. De penser que le combat contre la domination du capital sous toutes ses formes n’est pas obsolète, en dépit de son absence du lexique médiatique et de la transformation des exploités en « défavorisés ». De penser que la question de l’égalité sociale demeure primordiale, en dépit de sa dissolution en question d’égalité d’accès aux chances de réussite. Tout semble s’être compliqué et brouillé, en particulier à cause de la fameuse « mondialisation » et des mutations technologiques.

Insolite face-à-face entre ouvrières et actionnaires de LVMH, par François Ruffin (Le Monde diplomatique, août 2008) «S’il vous plaît. On va s’écouter. » Il y a du brouhaha dans la cantine de l’Entreprise de commercialisation et de confection européenne (ECCE). A la sonnerie, toutes les couturières sont descendues de l’atelier, avec leur dé au doigt, leur mètre enroulé comme une écharpe autour des épaules. « On va vous parler de la réunion d’hier à Paris, démarre Mme Marie-Hélène Bourlard, la déléguée CGT [Confédération générale du travail]. Donc ils nous ont remis un document, et Poix-du-Nord, maintenant, il est éliminé complètement. Un site de vengeance anti-flics et anti-matons scandalise la police et la pénitentiaire Un groupe proche de l'extrême gauche a mis en ligne, sur un blog très explicite, les photos de fonctionnaires de police et de gardiens de prison de la région de Rennes, mais aussi de leurs enfants. Le parquet a ouvert une enquête. La police indiscrète victime d'indiscrétions, piégée par ses propres armes. C'est un peu le sens du blog qui fait scandale au ministère de l'Intérieur et à l'administration pénitentiaire. Sous le titre «Vengeance», on y voit publiées des photos d'agents de ces deux administrations en poste dans la région de Rennes.

Les voies du socialisme latino-américain, par William I. Robinson Et maintenant, le Pérou ? Constituée en laboratoire du néolibéralisme à partir du milieu des années 1970, l’Amérique latine a changé de visage. Depuis une dizaine d’années, une grande partie de la région est « passée à gauche », un phénomène souvent décrit comme une vague (lire « D’élections en réélections »). Or voici que la lame emporte un nouveau bastion de la droite. Le soir de l’élection présidentielle péruvienne de juin 2011, le candidat victorieux — M. Ollanta Humala, un homme de gauche — proclamait : « Plus jamais le gouvernement ne servira les intérêts de l’élite qui vend les richesses minières du Pérou à des multinationales.

Joies troubles du mécénat, par Johan Popelard « Les musées se bradent à des entrepreneurs. Quand je vois le nom de Wendel (…) sur les murs du Centre Pompidou à Metz, cela me fait mal (1). » Du temps de la campagne présidentielle, Mme Aurélie Filippetti, alors députée de la Moselle, s’insurgeait contre le partenariat noué entre un musée et un ancien groupe sidérurgiste, désormais reconverti en fonds d’investissement, « qui a régné pendant des siècles sur l’acier en Lorraine ». Dans un communiqué, le groupe Wendel se déclara « stupéfait » de ces propos : il est vrai qu’ils prenaient à contre-pied les efforts déployés en France depuis une décennie pour développer le mécénat et faire du musée un espace où « l’entreprise se sente chez elle (2) », selon l’expression de la directrice du développement du Musée du Louvre, en 2005.

c'est qui, c'est quoi ? Raconter le monde tel qu’il est, pas tel qu’on voudrait qu’il soit Le « raisonnement checking » pour éprouver la fiabilité des arguments échangés dans le débat public grâce de nombreuses analyses, des experts, des chiffres, des découvertes Notre mission : cerner les questions qui font avancer le récit du monde puis trouver les interlocuteurs les plus légitimes ou les plus pertinents pour y répondre. La gauche, histoire d'un label politique, par Laurent Bonelli Qu’est-ce qu’être « de gauche » ? La question peut paraître naïve, tant ce label structure les identités des organisations politiques (« la gauche parlementaire », « une mairie de gauche ») et les valeurs des individus (de « l’intellectuel de gauche » au « peuple de gauche »). Pourtant, la partition entre la gauche et la droite n’a rien de naturel, d’immuable, ni même de nécessaire. Au XVIIIe siècle, en France, le clivage principal confronte une aristocratie foncière dotée de pouvoir politique et une bourgeoisie marchande réduite à un rôle de bailleur de fonds. Le monopole du vote que cette dernière conquiert après la Révolution française mobilisera contre lui les républicains du XIXe siècle, qui étendront le droit de suffrage. A l’autorité sociale personnelle des notables, les nouveaux venus opposent une forme collective d’organisation, le parti.

Related: