background preloader

Comprendre le fonctionnement de la mémoire

Comprendre le fonctionnement de la mémoire
Related:  MEMOIRE/SETAPE 1.3 Le traitement de l'information

Résultats Google Recherche d'images correspondant à images Site Web pour cette image Dites nous quel est votre type de mémoire ! weepix.fr Recherche par imageImages similaires Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur. Vous avez cherché mémoire - Sciences cognitives Mémoire à long terme - DynamicBrain Un souvenir à long terme est un événement dont on se rappelle, malgré qu’il se soit produit plus de quelques minutes dans le passé. Les souvenirs à long terme peuvent durer de quelques jours à de nombreuses années. Les souvenirs à long terme n’ont pas tous la même intensité. Les souvenirs plus forts vous permettent de vous rappeler d’un événement, d’une procédure ou d’un fait sur demande – par exemple, que Paris est la capitale de la France. Les souvenirs plus faibles ne surviennent habituellement qu’avec l’incitation ou le rappel. La mémoire à long terme n’est non plus statique. Il existe plusieurs différents types de souvenirs à long terme. Pour en apprendre davantage sur les différents types de mémoire à long terme, visitez nos pages sur la mémoire explicite (déclarative) et implicite (non déclarative).

Les différentes mémoires : la mémoire sensorielle - La Mémoire Humaine 1) L’utilité de la mémoire sensorielle La mémoire sensorielle conserve fidèlement mais très brièvement l’information apportée par les différents sens, que sont l’ouïe, l’odorat, le toucher, la vue et le goût. La durée de la mémoire sensorielle est très courte, elle est de l’ordre de quelques centaines de millisecondes à une ou deux secondes au maximum. Cette mémoire constitue un passage obligé pour le stockage dans la mémoire à court terme. Or les informations sensorielles sont prélevées de manière sélective. 2) L’encodage sensoriel Les cellules réceptrices sensorielles sont associées à des cellules nerveuses ou sont elles même des neurorécepteurs. 3) Un exemple Pour illustrer les limites de la mémoire visuelle nous allons vous montrer une vidéo. Cette vidéo est en anglais, mais l'intrigue en elle même importe peu dans ce que nous voulons montrer.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Deux systèmes de pensée dans le même cerveau ? Décès du célèbre patient amnésique “K.C.” Nouveau cas unique d’amnésie déclenché après une visite chez le dentiste ! Le cortex moteur pas nécessaire pour exécuter une séquence de mouvement automatisée « La cognition incarnée », séance 4 : Plasticité et mémoires : l’inévitable hippocampe La trace de nos apprentissages observée dans l’hippocampe et le cortex D'un point de vue clinique et physiologique, plusieurs observations nous incitent à penser que la mémoire à long terme engloberait différents types de mémoire. L'une de ces distinctions qui apparaissent comme des plus fondamentales est celle que l'on fait entre les mémoires explicites (ou déclaratives) et celles qui sont implicites (ou non-déclaratives), selon que l'on peut ou non en exprimer verbalement le contenu. Traditionnellement, les études se sont concentrées sur la mémoire explicite où nous pouvons nous rappeler consciemment les faits et les choses.

Baddeley, A. (2000). Le buffer épisodique, nouvelle composante de la mémoire de travail? On en a déjà parlé récemment avec l'article concernant le livre de B. Lechevalier. Baddeley a récemment revu son modèle de mémoire de travail (MDT) pour ajouter un nouvel élément: le buffer épisodique. Ce serait un élément qui permettrait aux informations contenues en MDT d'accéder en mémoire à long terme (MLT) épisodique, tout en pouvant rester accessibles à la MDT qui peut les manipuler même après un temps très long. Description de la MDT D'après ce qu'on sait déjà, la mémoire de travail est composé d'un administrateur central (situé dans les lobes frontaux), qui s'occupe de gérer l'action des deux autres éléments: la boucle phonologique, qui permet de traiter les informations verbales et auditives (situé dans les aires 40 et 44 de Brodmann, respectivement pour le cache phonologique et la boucle articulatoire) et la boucle visuo-spatial, pour les informations visuelles (situé dans les aires 6, 19, 40 et 47, principalement dans l'hémisphère droit). Le changement de modèle.

Aphasie L'aphasie est un trouble du langage dont l'origine est une pathologie du système nerveux central. Le mot « aphasie » vient du grec « phasis » (parole) et signifie « sans parole ». Ce terme a été créé en 1864 par Armand Trousseau et était utilisé pour décrire une aphasie spécifique. Depuis lors, l'aphasie a pris un sens plus large et désigne différents troubles du langage ayant en commun d'affecter la compréhension et la production du langage parlé survenant en dehors de tout déficit sensoriel ou de dysfonctionnement de l'appareil phonatoire. L’aphasie est un trouble du langage qui peut présenter des différences considérables : certains patients ne montrent que des incertitudes légères, pour trouver leurs mots par exemple, alors que d’autres ont presque totalement perdu la faculté de s’exprimer par le langage, de comprendre ce qui leur est dit, de lire et/ou d’écrire. Histoire[modifier | modifier le code] Description[modifier | modifier le code] Causes[modifier | modifier le code]

La mémoire (en bref) Accueil > Histoire > Cognitivisme: La mémoire (en bref) Auteur : Delphine Thomas La mémoire peut être considérée comme le sujet de prédilection des recherches en psychologie cognitive. En effet, nombre de recherches ont été effectuées dans le but de décrire les différentes étapes de mémorisation et de rappel de l'information entreposée dans la mémoire. Ainsi, en se fondant sur la notion de traitement de l'information (issue du langage informatique), les cognitivistes ont étudié les processus d'encodage, de stockage et de récupération de l'information en mémoire. L'encodage de l'information Lorsque nous intégrons une information en mémoire, celle-ci est transformée afin de ne garder que l'essentiel. Le stockage et la récupération de l'information Il existerait plusieurs systèmes (ou modules) par lesquelles l'information doit passer pour être stockée et récupérée. A lire également :

Une commotion cérébrale transforme cet homme en génie des maths Agressé en 2002 devant un bar, Jason Padgett s'est retrouvé avec une sévère commotion cérébrale et un syndrome de stress post-traumatique. Mais l'incident a également transformé Jason Padgett en génie des mathématiques. Désormais, il voit le monde à travers la géométrie. Comment devient-on un super génie des mathématiques ? Si pour certains, des années d'études sont nécessaires, pour Jason Padgett, il aura suffi d'une commotion cérébrale. Cet ancien vendeur de meubles, né à Washington, a subitement développé la capacité de visualiser des objets mathématiques et des concepts physiques complexes à la suite d'un accident. Syndrome du savant "Je vois des formes et des angles partout dans ma vie, depuis la forme d'un arc-en-ciel au fractales de l'eau s'écoulant dans une canalisation. Dans ce cas, une personne normale développe de prodigieuses capacités après une blessure grave ou une maladie. Frappé par le génie Peu attiré par les études, la vie de Jason Padgett a changé en une nuit.

Franck Amadieu - Le système cognitif, son fonctionnement et ses limites - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Franck Amadieu - Le système cognitif, son fonctionnement et ses limites Les stratégies d'apprentissage des étudiants - 3/4 Dans le cadre de la formation des ATER de Paris 1 "Initiation à l'enseignement dans le supérieur", Franck Amadieu, Maître de conférences en psychologie cognitive à l'université de Toulouse 2, a donné une conférence sur les stratégies des étudiants en réussite dans l'enseignement supérieur et sur les difficultés des étudiants. Les principales notions relatives à la cognition, à la métacognition et aux aspects motivationnels des stratégies étudiantes dans le cadre de leurs apprentissages ont été présentées et ont permis d'évoquer des recommandations pédagogiques directement applicables dans les TD : comment améliorer la réussite des étudiants,favoriser la motivation des étudiants,améliorer les traitements cognitifs des informations reçues en cours,améliorer les compétences métacognitives des étudiants.

Related: