background preloader

Le "drive" séduit une clientèle de jeunes actifs, bien insérés, avec des enfants

Le "drive" séduit une clientèle de jeunes actifs, bien insérés, avec des enfants
Le "drive" est un nouveau mode de distribution, complémentaire au circuit traditionnel des supermarchés, des hypermarchés et, à la marge, des magasins de "hard discount". Pour le consommateur le "drive" consiste à faire ses courses en ligne, c'est-à-dire à passer commande et à acheter sur Internet, puis à venir récupérer ses produits en voiture à un point de retrait. Il existe trois sortes de "drives": le "picking", qui consiste à venir chercher ses courses dans un magasin classique, il peut aussi s'agir d'un entrepôt dédié accolé à un magasin classique, ou déporté. Dans ce dernier cas l'entrepôt de retrait sera autonome et éloigné des magasins (hypermarchés ou supermarchés) traditionnels. Aujourd'hui les points de retrait accolés ou déportés sont deux fois moins nombreux (650 contre 1450 début 2014) que ceux délivrant des marchandises dans un magasin classique. Qui sont les utilisateurs de "drive"? En quoi ces motivations diffèrent-elles selon que l'on est un homme ou une femme?

http://www.e-marketing.fr/Thematique/Etudes-1007/Breves/drive-seduit-clientele-jeunes-actifs-bien-inseres-enfants-245848.htm

Related:  Le commerce de nos joursdriveChapitre Comment distribuer et vendre son offre?DistributionDistribution m-commerce, e-commerce

Le « drive », un cadeau empoisonné pour la grande distribution Nombre de clients multiplié par deux, chiffre d’affaires en hausse de 130%, trois ouvertures chaque jour. Toute la profession se frotte les yeux à la lecture de ce bilan 2012 mirifique. Les résultats d’une start-up particulièrement inventive ? Non, ceux du «drive», ce service qui permet au consommateur de faire ses courses sur Internet, puis d’aller les retirer sur le parking d’un supermarché ou d’un entrepôt, pratiquement sans sortir de sa voiture. Une petite révolution dans la grande distribution : la barre des 2 000 points de livraison vient d’être franchie, et plus de 5 millions de familles françaises s’y rendent deux ou trois fois par mois.

Un drive de Leclerc teste les Google Glass Depuis un mois environ, les clients qui viennent récupérer leurs courses au Leclerc Drive de la route d’Espagne à Toulouse sont accueillis par un employé portant des Google Glass. A quoi peuvent bien servir ici les lunettes interactives de Google ? Elles permettent au livreur de scanner la carte fidélité du client en gardant les mains libres. Il voit apparaître l’historique des commandes, ainsi que les éventuelles réclamations du client. Ces informations lui permettent de personnaliser et d’améliorer la relation. Il peut même proposer des bons de réduction en fonction du profil du client.

Découvrez les trois tendances du magasin de... Publié le par J.-B. DUVAL "Dans le cadre de la dématérialisation, nous avons voulu comprendre la valeur ajoutée du magasin pour les clients", explique Thierry Jadot, président de Dentsu Aegis Network. "En contact avec les industriels, on sentait des tendances produit. [Débat] Montebourg va-t-il "botter les fesses" de la grande distribution ? Que penser de la dernière sortie d'Arnaud Montebourg sur la grande distribution accusée de ne pas tenir ses engagements en faveur du sourcing hexagonal ? Le ministre compte demander aux enseignes des "actes de préférence pour le made in France ". Des rayons et des produits "bleu-blanc-rouge", en somme. L'information, largement relayée par les médias, a fait bondir Jacques Creyssel, délégué général de la FCD (Fédération des entreprises du commerce et de la grande distribution) sur RTL, qui a condamné des "propos totalement inacceptables et insultants pour les 750 000 salariés du secteur ". Mais que peut faire l'État pour susciter ces fameux "actes de préférence" pour le made in France ?

Steak’n Shake installe à Marseille sa première franchise européenne, Actualité des PME La chaîne cotée au New York Exchange compte 530 restaurants aux Etats-Unis. Après la France, elle prévoit de se développer en Europe et au Moyen-Orient. Après la pose de la première pierre en Europe de l’hôtel japonais Toyoko Inn dont la livraison est prévue en mai 2016, et l’inauguration l’an passé du premier magasin de mode à prix cassé Primark en France, Marseille sert à nouveau de test pour le lancement d’une enseigne : la chaîne américaine de burgers Steak’n Shake qui vient de choisir la capitale phocéenne pour démarrer son offensive contre McDonald’s et Quick en Europe. Pour s’imposer face aux géants du fast-food, la chaîne mise sur son positionnement premium : ses steaks 100 % bœuf sont préparés devant les clients et les frites, non congelées, sont découpées sur place. Le tarif du menu est plus élevé que chez ses concurrents mais reste concurrentiel avec un prix d’appel à moins de 6 euros pour le double cheese garni. 530 restaurants aux Etats-Unis

Auchan : des hypermarchés qui dominent la France Sur le marché national, Auchan emploie près de 72 000 personnes et comptait au 30 juin 2014 : 128 hypermarchés et 108 centres commerciaux. Malgré son développement dans le drive et le e-commerce, ses hypermarchés restent le mode de distribution le plus important pour Auchan car ces derniers représentaient, dans le monde, 80 % de leurs revenus. Source image : ledauphine.com En 2012, le numéro 3 des hypers en France, place 50% des ses hypermarchés parmi les plus importants de France. A titre de comparaison, Carrefour, le numéro 2 mondial de la distribution alimentaire, ne place "que" 32 sur 100. Drive : le plan de bataille de Leclerc VIDÉO - L'enseigne parie notamment sur ce circuit pour devenir le premier distributeur en France d'ici à la fin 2015. Dans ce drive Leclerc de Toulouse, le client devrait bientôt être accueilli par un vendeur équipé de Google Glass. Avec ses lunettes de haute technologie, il pourra scanner la carte de fidélité du client afin de l'identifier et avoir un aperçu de ses dernières commandes.

Commerçant: cinq astuces pour mieux vendre Stéphane Plazza a fait connaître le home staging au grand public: l'art de "toiletter" un bien immobilier, en le rendant agréable et "neutre", pour susciter le coup de coeur chez les potentiels acquéreurs. Sur le même modèle, il existe le shop staging pour aider les commerçants à booster leurs ventes : faire en sorte, à travers de subtils ingrédients, que les passants entrent dans le magasin d'abord, et en ressortent après passage en caisse seulement. Les conseils de Bérengère Bouvet, du cabinet Identités Nomades, basés sur les faux-pas les plus fréquemment commis. 1. Allégez votre vitrine Bexley démontre l'efficacité de la vente multicanal - Les Echos Budget fiscalité Déclarer ses impôts en ligne pourrait devenir obligatoire EXCLUSIF - L’obligation de télédéclaration pourrait être étendue aux ménages. La réforme s’étalerait sur quatre ou cinq ans, en fonction des revenus.

Related: