background preloader

Le "drive" séduit une clientèle de jeunes actifs, bien insérés, avec des enfants

Le "drive" séduit une clientèle de jeunes actifs, bien insérés, avec des enfants
Related:  question 2 influence ou réponseDistribution m-commerce, e-commerce

Un drive de Leclerc teste les Google Glass Depuis un mois environ, les clients qui viennent récupérer leurs courses au Leclerc Drive de la route d’Espagne à Toulouse sont accueillis par un employé portant des Google Glass. A quoi peuvent bien servir ici les lunettes interactives de Google ? Elles permettent au livreur de scanner la carte fidélité du client en gardant les mains libres. Il voit apparaître l’historique des commandes, ainsi que les éventuelles réclamations du client. Ces informations lui permettent de personnaliser et d’améliorer la relation. Il peut même proposer des bons de réduction en fonction du profil du client. La paire de Google Glass utilisée pour ce test a été prêtée par le géant d’internet. « Nous avons un très bon relationnel avec Google », explique Pascal Payraudeau. Ce test mené à Toulouse s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement des centres Leclerc. Pour en savoir plus : Lsa 2014, l’année des Google Glass

Le commerce de proximité, un relais de croissance pour la grande distribution Question. Quel secteur d'activité représente quatre fois le chiffre d'affaires du Drive et fait jeu égal avec le Hard Discount? Les courses en lignes avec ses Houra.fr, Ooshop, et autres Auchan Direct? Perdu! Un "univers" de 5349 magasins Dans son dernier "white paper" "La proxi: un format du passé en format d'avenir", l'institut IRI dresse un tableau prometteur de ce secteur qui fut longtemps "le parent pauvre, la victime expiatoire des grands mouvements de la distribution française". Sur cet "univers" de 5349 magasins, le chiffre d'affaires Produits de Grande Consommation (PGC) annuel représente "près de 8,5 milliards d'euros". Les MDD en force Un magasin de proximité propose en moyenne "un assortiment de 4000 références", note IRI, c'est-à-dire moitié moins que l'assortiment d'un petit Hypermarché (de 800 à 1000 mètres carrés) qui dispose en moyenne de 8000 références. Un circuit à travailler Qui va "shopper" au commerce de proximité?

Le drive, nouvel enjeu dans la relation avec le client L'engouement pour le drive(commande sur Internet et retrait en magasin) ne faiblit pas en France, où plus de 2 000 points de collecte ont déjà été ouverts par les enseignes de la grande distribution, principalement à la périphérie des grandes villes et dans les zones d'activité. Le groupe Casino a ainsi déjà créé 200 drives, E.Leclerc en gère plus de 450, et Auchan en compte plus de 150 (les drives AuchanDrive et ceux de sa filiale Chronodrive)... Le modèle fait aussi école, désormais, dans d'autres univers, tels l'ameublement(Ikea teste son premier drive, à Montpellier) et les fournitures de bureau(Top Office a déjà ouvert une quinzaine de points de collecte dans l'Hexagone). Pour les enseignes de la grande distribution, l'enjeu consiste à attirer, cerner, satisfaire et fidéliser une clientèle qui ne passe plus physiquement que quelques minutes sur place, le temps de charger son coffre, avant de reprendre le volant. Les clients réguliers peuvent sauvegarder la liste de leurs achats

Mobilité : mieux sécuriser les données Au rang des solutions de gestion des accès, il est possible d’envisager l’utilisation des smartphones comme second facteur d'authentification pour une sécurité renforcée. Lors d’une tentative de connexion au cloud via un PC ou une tablette, un SMS contenant un code de vérification est envoyé sur le mobile du collaborateur qui doit alors le saisir sur son ordinateur pour se connecter, à la manière d’une transaction 3D Secure sur un site de e-commerce. « En favorisant la mobilité des collaborateurs, en gérant l’accès aux données et applicatifs métiers de l’entreprise, la communication entre les équipes est facilitée, le travail collaboratif est encouragé. Tout l’enjeu réside dans la nécessité de sécuriser au maximum les échanges, sans que les procédures de sécurisation soient trop lourdes pour les utilisateurs. C’est une alchimie assez complexe ! », confie Maxime Guirauton. *Etude réalisée par Opinion Matters pour le compte d’Iron Mountain.

Le marketing mobile à l'épreuve du ROI Quelles sont cette année les priorités des annonceurs en matière de marketing mobile? L'institut Harris Interactive vient de rendre public les conclusions d'une nouvelle étude réalisée en partenariat avec Azetone et visant à décrypter les enjeux B2B de ce segment marketing. Première indication: près de la moitié (45%) des 224 professionnels du marketing (annonceurs et agences/régies) interrogés déclarent investir dans les différents formats publicitaires mobiles (bannières, interstitiels, pré-rolls, hors search...). La publicité est la première action marketing envisagée, devant les flash ou les QR codes (34%), le CRM mobile (32%), le search mobile (31%) ou les campagnes "mobile to store" (21%). Loin devant les services de second écran, les campagne SMS et les réductions sur mobile qui ne concerne qu'un petit quart des annonceurs. Mises à jour, développements... dans 18% des cas la gestion budgétaire de ces projets est vécue comme une contrainte.

Le « drive », nouveau terrain de bataille des distributeurs - Les Echos [Débat] Montebourg va-t-il "botter les fesses" de la grande distribution ? Que penser de la dernière sortie d'Arnaud Montebourg sur la grande distribution accusée de ne pas tenir ses engagements en faveur du sourcing hexagonal ? Le ministre compte demander aux enseignes des "actes de préférence pour le made in France ". Des rayons et des produits "bleu-blanc-rouge", en somme. L'information, largement relayée par les médias, a fait bondir Jacques Creyssel, délégué général de la FCD (Fédération des entreprises du commerce et de la grande distribution) sur RTL, qui a condamné des "propos totalement inacceptables et insultants pour les 750 000 salariés du secteur ". Mais que peut faire l'État pour susciter ces fameux "actes de préférence" pour le made in France ?

Quel est le profil-type des client(e)s de drive ? Le drive s'installe dans les habitude des Français(e)s. Mais pas n'importe lesquelles. Une étude de Bercy parue ce vendredi en dénombre désormais 2110. Confirmant une observation empirique de spécialistes du secteur, une étude de la Direction générale des Entreprises qui dépend du du Ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, parue ce vendredi indique que ses clients sont plutôt: Des femmes Les clients des drive sont en large majorité des femmes (60%), qui "traditionnellement plus impliquées dans la gestion du foyer", rappelle la DGE, vantent ce mode d'achat pour les économies qu'il permet de réaliser via la maîtrise des dépenses. quadragénaires ou presque L'âge moyen des aficionados du drive est de 39 ans et les deux tiers d'entre eux ont entre 25 et 44 ans. membres d'une famille nombreuse Les foyers français comptent 2,3 membres (il s'agit d'une moyenne, ce qui explique la décimale). qui compte au moins un actif occupé et membre de la catégorie "CSP+"

Infographie | Comment l'analyse des données crée-t-elle de la valeur ? Avec la révolution numérique, la statistique est devenue data science et la donnée "big data", voire "smart data". Smart cities, détection des fraudes ou objets connectés : la donnée devient un élément central de la transformation du monde. Petit b.a.-ba de la donnée et de son utilisation. D'où viennent les données ? Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 20 heures de vidéos mises en ligne par minute ; 72,9 commandes par seconde sur Amazon ; 700 milliards de minutes d'utilisation de Facebook par mois et 500 millions de tweets par jour, ainsi que 2,9 millions de mails envoyés par seconde. Que fait un data scientist ? Big data, analytique, data mining et open data font partie des missions quotidiennes des data scientists. À quoi sert l'analytics ? Pour le marketing, l'analytics est un outil de performance. L'auteur : EY, anciennement Ernst & Young, un des principaux cabinets d'audit financier.

Related:  QDG 5 La grande distribution est-elle incontournable?