background preloader

Global 500 2010: Maps - Top 500

Global 500 2010: Maps - Top 500
Companies are ranked by total revenues for their respective fiscal years ended on or before March 31, 2015. All companies on the list must publish financial data and report part or all of their figures to a government agency. Figures are as reported, and comparisons are with the prior year’s figures as originally reported for that year. Fortune does not restate the prior year’s figures for changes in accounting. Revenues Revenue figures include consolidated subsidiaries and reported revenues from discontinued operations, but exclude excise taxes. Profits Profits are shown after taxes, extraordinary credits or charges, cumulative effects of accounting changes, and noncontrolling (minority) interests, but before preferred dividends. Balance Sheet Assets shown are those at the company’s fiscal year-end. Employees The figure shown is either a fiscal year-end or yearly average number, as published by the company. Medians Credits Related:  L'Entreprise

Rankings & Results « Vision of Humanity through See the latest peace news and research Contact us Vision of Humanity is an initiative of the Institute for Economics and Peace (IEP). IEP have offices in New York and Sydney. For more specific inquiries related to the peace indexes and research, please contact IEP directly. Media: media@economicsandpeace.org Education: educators@economicsandpeace.org Data request: info@economicsandpeace.org Sydney office PO Box 42, St Leonards, NSW 1590, Sydney Australia Tel: +61 2 9901 8500 New York office 3 East 54th Street 14th Floor New York, New York 10022 USA Tel: +1 (646) 963-2160 Job opportunities and internships are listed on the Institute for Economics and Peace website. Contact us Vision of Humanity

737 maîtres du monde contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales - Capitalisme Une étude d’économistes et de statisticiens, publiée en Suisse cet été, met en lumière les interconnexions entre les multinationales mondiales. Et révèle qu’un petit groupe d’acteurs économiques – sociétés financières ou groupes industriels – domine la grande majorité du capital de dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde. Crédit : Michael Aston Leur étude, à la frontière de l’économie, de la finance, des mathématiques et de la statistique, fait froid dans le dos. Trois jeunes chercheurs de l’Institut fédéral de technologie de Zurich [1] ont scruté les interactions financières entre multinationales du monde entier. Résultat : 80 % de la valeur de l’ensemble des 43.000 multinationales étudiées est contrôlé par 737 « entités » : des banques, des compagnies d’assurances ou des grands groupes industriels. Une super entité de 50 grands détenteurs de capitaux Cette concentration pose de sérieuses questions. Ivan du Roy Pour télécharger l’étude complète en anglais

Accueil ALPAGE (diachronic analysis of the Paris urban area: a geomatic approach) is a research program coordinated by Hélène Noizet (LAMOP), which is supported by the ANR. Based on the association of 4 laboratories, and collaboration of many partners, it brings together some twenty researchers or academics in humanities, social sciences and communication studies. These historians, geomaticians and computer scientists are building a geographic information system (GIS) about the pre-industrial Parisian area. The concluding symposium, held on 7 and 8 june 2010, ended the first phase of this program (scheduled for release in January 2013). Beyond 2011, the work is going on thanks to masters degree students and to the support of CNRS, with the TGE ADONIS. Production work data, which benefited until June 2011 supported by the CNRS, continues through individual research specific to individual researchers or students, allowing regular updating of the mapping platform.

Mondialisation, villes et territoires par Pierre Veltz Contrairement à une idée reçue, ni l'essor des moyens de transport ni celui des nouvelles technologies de télécommunications ne se sont traduits par une dissémination des entreprises sur l'ensemble des territoires. Au contraire, on assiste à une accentuation de leur concentration dans ou à proximité des grandes métropoles. Une tendance apparemment paradoxale que Pierre Veltz expliquait en 1996, dans la première édition de ce livre, en mettant en avant la réduction d'incertitudes que le contexte métropolitain offre aux entreprises, en leur offrant notamment un marché du travail flexible. Près de dix ans après, l'analyse et sa conclusion (dans ce contexte, l'Etat reste un acteur clé pour assurer une cohésion mise à mal par l'accélération de l'économie) restent d'actualité, de même que la notion d' "économie d'archipel", que Pierre Veltz avait également introduit pour caractériser l'économie mondiale (les îles de cet archipel n'étant autre que les métropoles).

EuroMéditerranée <object id="UnityObject" classid="clsid:444785F1-DE89-4295-863A-D46C3A781394" width="1000" height="650" codebase=" name="src" value="uploads/tx_t3unity3d/WebPlayer.unity3d" /><embed id="UnityEmbed" src="uploads/tx_t3unity3d/WebPlayer.unity3d" width="1000" height="650" type="application/vnd.unity" pluginspage=" /><noembed><div align="center"> This content requires the Unity Web Player, please click the button below to visit the Unity Web Player download page.</p><p><a href=' src=' border='0'/></a></div></noembed></object>

Grandes entreprises : laissez votre cerveau à l'entrée ! Le 30 août dernier, un « grand patron » français a dit une énormité lourde de sens. Georges PLASSAT, nouveau patron du Groupe CARREFOUR, a en effet annoncé la suppression de 500 à 600 postes administratifs, en se justifiant d’une manière inédite. Une partie de son argumentaire a été « Plus on augmente le nombre de personnes qui réfléchissent, plus on s’éloigne de la simplicité recherchée dans notre activité » ! Phrase bien évidemment non soulignée par les médias comme MONUMENT ! En un mot, chez Carrefour : laissez votre cerveau à l’entrée,ne réfléchissez pas,ne prenez pas d’initiatives,ne proposez rien,ne critiquez pas,suivez aveuglément,les idées sont une cause de licenciement,réfléchir fait de l’ombre aux patrons désignés. Compte tenu de la position de ce personnage, on imagine qu’il s’agit là d’un critère pour les futurs recrutements. Nous pouvons en déduire que les diplômés des grandes écoles qui entreront chez Carrefour seront totalement décérébrés, transparents et automatisés.

SIG Politique de la Ville Au prisme des mots 1La mondialisation, comme processus pluriséculaire de mise en interrelation des différentes parties du globe, est par excellence un phénomène géohistorique (Ogborn 2000, 2008 ; Flynn & Giráldez 2004 ; Grataloup 2007 ; Lévy 2008). Toutefois, la simplicité de cette définition ne peut pas masquer le débat très vif qui existe aujourd’hui sur la nature de ce processus historique (Crossley 2008), dans sa dimension temporelle : ne doit-on parler de mondialisation qu’à partir des années 1980, comme le soutiennent les tenants de la New Global History, qui voient dans l’humanité mondialisée une réalité radicalement nouvelle (Mazlich 2006) ? Ou bien est-il légitime de chercher des antécédents à la situation contemporaine du monde (Fayolle 1999, Berger 2003), de retracer une préhistoire de la mondialisation (Darwin 2008) ? 2Dans ce débat, les mots relatifs à la mondialisation ont une certaine importance. 4L’habitude est de chercher l’apparition d’un mot nouveau dans les dictionnaires. 48En 1869 :

Les blonds en Europe Détails Création : 21 juillet 2010 Parce que cette information est sans importance, elle devient donc fondamentale ! Pour toutes les personnes qui cherchent à savoir où se trouvent les blonds et blondes en Europe, voici une réponse sous forme de mosaïque isometrique ou isoCarte.Cette carte a été réalisée par votre serviteur via les données du site www.eupedia.com. Carte : Pourcentage des cheveux blonds en Europe Une conclusion s'impose : il faut aller dans le nord de l'Europe, dans les pays scandinaves, pour trouver de fortes populations aux cheveux clairs. www.le-cartographe.net

Le mouvement des entreprises libérées Par Pierre Nassif. Le mouvement des entreprises libérées n’est pas un parti politique, mais une nouvelle pratique d’organisation. L’organisation hiérarchique traditionnelle repose sur la transmission du savoir par le centre, lequel est investi de l’autorité : « je sais comment faire les choses et je vous donne l’ordre de les faire ainsi ». Si l’on considère que le savoir est désormais présent au niveau opérationnel – ce sont les gens du métier qui savent ce qu’ils ont à faire et comment le faire – toute la pyramide hiérarchique ne fait que parasiter ce savoir local, selon le principe de la mouche du coche de la fable : non seulement la hiérarchie est inutile, mais de plus elle gêne. Si on considère que les équipes opérationnelles savent s’organiser, se coordonner entre elles et progresser, rien n’empêche de les habiliter à le faire librement, sans hiérarchie. Ce qui fédère les gens et leur donne la direction n’est plus le « comment » (pour comment faire ?) À suivre…

Related: