background preloader

La consommation collaborative en sept infographies

La consommation collaborative en sept infographies
Échanger, louer entre particuliers ou revendre : autant de pratiques qui reviennent sur le devant de la scène depuis quelques années, notamment grâce aux opportunités qu’offre Internet. Véritable révolution transformant en profondeur nos sociétés ou simple mouvement de niche, cette question est au centre des débats. Découvrons à travers quelques récentes infographies l’ampleur du phénomène. 1. Pratiques et motivations L’économie collaborative apparaît comme sérieusement ancrée dans le quotidien des Français. Etude réalisée par l’Ifop pour A Little Market (Avril 2014) 2. De plus en plus de voyageurs sont en quête d’expériences authentiques et originales, qu’ils partagent avec les populations locales. Infographie par Cosmopolit Home (Mai 2014) 3. Cette infographie souligne une profonde évolution des modes de consommation des Français. Infographie par Zuora (Juin 2014) 4. Infographie par Ibis Budget (2014) 5. Infographie par Bureaux à Partager (2013) 6. 7. Alors, mode ou révolution ?

http://www.nightswapping.com/fr/consommation-collaborative-infographies/

Related:  Partie 3 : Mercatique et sociétéMARKETING DURABLEEconomie collaborative

Comment Le Chat s’est remis au vert après Petit voyage dans la pré-histoire des bad buzz. En 2009, la marque de lessive Le Chat est épinglée par l’association WWF. L’organisme avait créé à l’époque son observatoire de la publicité afin de dénoncer les marques qui avait fait de l’écologie un argument marketing sans fondement. Avec son packaging vert, son slogan "l’écologie c’est le moment d’en parler moins, d’en faire plus", son plan baptisé "ECO Efficacité" et son descriptif produit "tensio-actif d’origine végétale et 100% biodéradable"... Le Chat avait éveillé les soupçons de l’observatoire. La démarche du lessivier était-elle vraiment éco-responsable? Ces supermarchés qui ne vendent que des produits sans aucun emballage - Challenges Adieu biscuits secs en sachet fraîcheur, barquettes de plats cuisinés et tranches de saumon fumé avec film protecteur! A Berlin, le premier magasin sans emballages a ouvert ses portes ce week-end alors que le recyclage des déchets devient une préoccupation grandissante. Du café moulu colombien à l'huile d'olive grecque en passant par le savon au karité, tout est proposé en vrac chez "Original Unverpackt" ("Sans emballage d'origine"). On vient avec son sac en coton, ses bocaux en verre ou ses boîtes plastique et on les remplit de muesli, de riz ou de pâtes. Un système de consignes est également prévu pour les clients qui arrivent sans leur arsenal de contenants. Tout est ensuite pesé en caisse.

Consommation durable et Typologie de consommateurs 2013 – PLUS RADICAUX ET IMPATIENTS ! « Blog Ethicity Pour mieux comprendre les motivations et leviers de changement de comportement des français, Ethicity présente aujourd’hui une analyse plus fine des résultats de son étude[1] à travers une typologie de 8 groupes de consommateurs et son évolution par rapport à 2011. La fin du Déni ? Alors qu’en 2011 et 2012, nous estimions à un tiers la population totalement imperméable aux enjeux et solutions pour une consommation plus responsable, on observe cette année une augmentation du niveau de conscience dans tous les groupes avec le rattrapage et l’augmentation de la perméabilité des types les moins sensibles et engagés. En effet, la perte de confiance dans les politiques et les entreprises/les marques, le besoin d’essentiel et d’être rassurés sur les fondamentaux des produits (sécurité, qualité, traçabilité) touche tout le monde et laisse de moins en moins de personnes indifférentes. Les plus engagés s’impatientent et se radicalisent… Les éclaireurs réactifs (de 10% à 10.5%)

Rue89 A L'indépendante, les clients décident ensemble des achats, mettent en rayon et encaissent eux-mêmes. Créée il y a presque 2 ans, cette épicerie autogérée permet à ses adhérents d'acheter des produits sains à des prix abordables tout en expérimentant collectivement une alternative au supermarché. Jusqu’en 2008, Hervé était un doux rêveur qui pensait qu’en « jouant du rock’n roll on était en action contre le système. Mais je me suis trompé », reconnait-il. La crise l’a poussé à « changer radicalement [s]on existence » et à se lancer « dans l’action concrète ». C’est par l’assiette que ce musicien de profession est rentré dans la sphère militante. « Il m’a semblé que l’alimentation était un point central de l’action possible.

Les français et la consommation locale, infographie Social Question : comment faire manger des fruits aux enfants ? Pas comme ça (infographie) Pendant que le bio ralentit, le locavorisme s’envole «L’insolente santé» de l’alimentation bio risque de se ternir quelque peu, selon un article du monde.fr basé une étude du cabinet Xerfi (un document destiné aux exploitants agricoles, aux industriels de l’agroalimentaires, aux distributeurs et à la restauration). La croissance de ce marché va ralentir, pour plafonner à 5% en 2015. C’est largement moins bien que dans les dernières années: entre 2006 et 2010, les taux de croissance du secteur se situaient plutôt entre 10 et 25%… Selon le cabinet, c’est la faute à la crise: les consommateurs établissent des priorités.

"Le greenwashing n'est plus ce qu'il était" Au milieu des années 2000, l'écologie est sur le devant de la scène: rapports scientifiques majeurs -Stern, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat...-, conférences internationales, pacte écologique, Grenelle de l'environnement, documentaires et films à succès -Une vérité qui dérange, Le jour d'après...-, couverture médiatique sans précédent... Bien sûr, les entreprises prennent massivement la parole sur ce thème porteur. Mais, par facilité et ignorance, cette communication est très souvent en décalage avec les engagements réels des marques. C'est l'âge d'or du greenwashing. Et IKEA se transforme en coach de consommation durable 230 foyers français participent au projet "Durable & Vous" lancé par IKEA pour adopter un mode de vie plus durable à la maison. Ces foyers recevront un coaching à domicile pour les aider à réduire leur consommation d'eau, d'énergie, leur gaspillage alimentaire et mieux trier leurs déchets tout en faisant des économies. 10 magasins (Bordeaux, Lille, Metz, Montpellier, Nantes, Paris Nord, Plaisir, Saint-Priest, Strasbourg et Toursdes) parmi les 30 que l'enseigne compte en France participent à cette "évangélisation" durable. Dans chaque région, 22 foyers (dont 10 foyers de clients, 2 de blogueurs et 10 de collaborateurs) vont bénéficier des conseils de coachs locaux experts en développement durable, partenaires de l'association Prioriterre. 10 foyers collaborateurs du siège de IKEA France à Plaisir s'ajoutent aux 220 foyers. (L'enseigne avait dévoilé sa stratégie lors de son RDV annuel avec la presse en octobre dernier).

Autour des pratiques collaboratives Pour la première fois de son histoire, notre société est confrontée à la gestion de l'abondance. La création, la contribution, l'expression de millions de personnes est "maintenant sous la main" (M. Serres). Les entreprises responsables sont-elles plus aimées des consommateurs? [Cet article est également publié sur la lettre professionnelle "Tendances de l'innovation sociétale".] Première à se pencher sur le lien entre responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et image, une étude statistique de CSR Hub. Elle passe au crible des millions de données d'analyse ESG et de marque (1000 entreprises, sur 5 ans), identifiant une très forte corrélation: 28% de la valeur de la marque serait liée à la RSE.

Dessine-moi le marketing responsable Alors que les risques de greenwashing s’amenuisent avec la multiplication et la valorisation des bonnes pratiques de communication et de publicité responsables, les enjeux se déplacent sur le terrain plus large du marketing. Les lieux de vente, les emballages, les noms de marques ou de produits sont autant d’opportunités pour les entreprises de valoriser leur démarche de responsabilité et leurs engagements en faveur du développement durable. Face à ces nouvelles tendances, l’ADEME a souhaité dresser un état des lieux de cette thématique du marketing responsable à travers une étude exploratoire que j’ai réalisée en 2012-2013. Chiffre d'affaires de l'économie collaborative L'économie collaborative Qure représente la consommation collaborative dans le monde ? 20 000 000 000 euros / an Selon une étude PwC parue fin novembre 2014, le marché de l'économie du partage (la « sharing economy ») pourrait représenter 335 milliards de dollars (268,5 milliards d'euros) d'ici à 2025, contre 12 milliards d'euros en 2014. Rachel Botsman, fondatrice d'un cabinet de conseil britannique dédié à la l'économie collaborative estime qu'elle se monte à 20 milliards d'euros en 2014, dont 2,7 milliards d'euros pour les particuliers.

Related: