background preloader

Le Club Med se lance dans la cocréation

Le Club Med se lance dans la cocréation
Du nom du village à son logo et design en passant par les activités proposées, les fans du Club Med peuvent voter, chaque semaine, pour coconstruire le futur Club Med 4 tridents de Val Thorens. Il suffit de se rendre sur l'appli Facebook " My Val Thorens " et de " liker " la page pour participer. L'agence conseil social media, KRDS, a été choisie à l'issue d'une consultation. Première semaine, les fans ont préféré le nom " Val Thorens Sensations " à " Val Thorens Titanium " ; la seconde, ils ont choisi le mur d'escalade au design épuré ; la 3e, le VTT sur neige au pilotage sur glace... Pour inciter les fans à voter, chaque semaine, le Club Med a prévu de tirer au sort un vainqueur qui remportera un séjour pour deux dans le village, et les incite à inviter leurs amis à participer. Related:  Approches mercatiques, demarche mercatique et marcheageChapitre 4 : la démarche mercatiquemarketing participatif interactifConsommation collaborative

Pourquoi mixer marketing proactif et marketing réactif ? [1191] | Commercial & marketing En matière de marketing direct, il est aujourd’hui particulièrement important de mixer savamment deux notions complémentaires : le marketing proactif et le marketing réactif . Pendant longtemps, le marketing a été plutôt proactif. Beaucoup d'argent a été consacré aux campagnes créatives, testées dans des « focus groups » , mais sans autre réactivité que celle liée à l'évolution du chiffre d'affaires - assez longtemps après une campagne. Le marketing proactif Sur Internet, le marketing proactif est utilisé de manière traditionnelle pour aiguiller le client sur un chemin donné. Cette dernière permet, tout d'abord, de distinguer un client actif d'un non actif et de définir des critères fondamentaux de ciblage en utilisant l'historique du comportement des clients. Le marketing réactif Le marketing réactif , pour sa part, ne demande pas de travail de segmentation en amont , il s'adresse à un client individuel et réagit à ce que le client veut à l'instant.

La co-création permet d'innover Le « made in client ». C'est la nouvelle approche adoptée par le groupe Oxylane, propriétaire de Décathlon. Touché par le virus du collaboratif, le Lillois vient de lancer la plateforme de co-création de produits Open Oxylane. Les chiffres clés - Chiffre d'affaires 2013 : 7,4 milliards d'euros. 58,2% du chiffre d'affaires est réalisé à l'international. - L'enseigne Décathlon est présente dans 20 pays. - 2800 produits ont été créés en 2013. - 23 brevets ont été déposés en 2013. - Le groupe compte 530 ingénieurs, 150 designers et 50 chercheurs. Vincent Textoris - open innovation manager chez Oxylane Bio express Agé de 32 ans, Vincent Textoris est responsable du projet Open Oxylane. Son twitter : @vtextoris Pouvez-vous nous présenter la plateforme Open Oxylane ? Vincent Textoris : « Open Oxylane est une plateforme de co-création que nous avons lancée au mois d'avril dernier. Comment cette idée a-t-elle germé ? V.T. : « Il y a eu plusieurs détonateurs. Comment la plateforme fonctionne-t-elle ?

Le crowdsourcing: les bonnes idées sont dans la foule Comment trouver la boisson rafraîchissante qui fera un carton cet été ou le prochain plat préparé préféré des consommateurs? En demandant aux internautes! En marketing, cela s'appelle du “crowdsourcing”. Le mot « crowdsourcing » est apparu pour la première fois dans le magazine en 2006. A l’époque, ce concept marketing proposait une idée géniale et pas chère: solliciter sa communauté autour d’une problématique donnée. Aujourd’hui, les marques l’ont intégré pour répondre aux attentes de nouveaux consommateurs. A ses débuts, le crowdsourcing relevait davantage du vote des consommateurs. En Suisse, c’est la jeune société bernoise Atizo qui propose à ses clients de bénéficier de leur plate-forme et de s’appuyer sur une communauté de 15'000 « innovateurs ». Une tendance qui porte ses fruits. Le marketing participatif n'a pourtant pas que des qualités. Sur le Web, les idées sont gratuites... mais n'ont pas de prix!

Chez AXA France, on entre dans l'an III de l'innovation Le 6 février dernier, Nicolas Moreau, le PDG d'AXA France, Marine de Boucaud, la DRH, et Éric Lemaire, le directeur communication, signaient la Charte de l'innovation participative, un texte élaboré par l'association Innov'Acteurs1 rappelant les sept principes majeurs à respecter pour qui veut engager ou dynamiser efficacement une remontée d'idées de ses bureaux et de ses ateliers. L'assureur, l'un des premiers du secteur des services avec La Poste et la Société générale à s'être lancés dans ce processus, n'est pas le seul à avoir apposé le nom de ses dirigeants au bas de ce parchemin, somme toute plus incitatif que normatif. Mais au-delà des déclarations d'intention, AXA France marque là une étape clé de sa politique, très active en ce domaine depuis 2008, et fait de ce document un levier de motivation pour aller plus loin dans les échanges collaboratifs. Bon élève, AXA France suit déjà les préconisations de la charte. Une charte qui est donc utile ? 1.

collaborative economy BabyNes, le biberon en capsules, déchaîne les passions Sur Internet, les commentaires vont bon train au sujet de cet appareil distribué en France depuis début septembre (200 euros la machine, 40 euros environ la boîte de 26 capsules de lait). Que les défenseurs de la planète montent au créneau pour dénoncer la commercialisation d'un nouvel appareil ménager alimenté en dosettes polluantes, rien de surprenant. En revanche, on n'imaginait pas voir ressurgir, à l'occasion de l'arrivée dans les rayonnages de cet appareil à fabriquer des biberons express, des polémiques qui rappelleront à certains celles qui avaient accompagné l'arrivée, dans les années 1970, des premières couches jetables. Sur le blog Mauvaise mère (sous-titré ), défenseurs de l'allaitement maternel - " - croisent le fer avec des mères qui, comme Anne, se réjouissent de la mise en vente d'un article qui représente . Sur le blog Les dessous de l'assiette , un certain Leonadez ironise :

La consommation collaborative gagne progressivement les Français Le consommateur français se positionne désormais comme un acteur économique à part entière, qui participe à la fois à la co-conception, à la co-production mais aussi à la co-distribution des biens et services. La consommation collaborative permet aux consommateurs d’avoir accès à des biens de meilleure qualité et qu’ils ne pourraient pas forcément acheter. Face à la baisse du pouvoir d’achat, Edouard Dumortier, co-fondateur d’ILokYou, réseau social de location d’objets et services entre particuliers, affirme dans son livre blanc intitulé «L’avènement de la consommation collaborative, quel modèle économique en France en 2030 ?» Pouvoir utiliser le produit sans nécessairement en être le propriétaire Selon l'auteur, depuis 2009, la baisse générale du pouvoir d’achat a poussé le consommateur à se tourner davantage vers l’économie grise – à savoir l’achat d’occasion, le troc, l’échange ou la location. Les industriels vont devoir se réinventer

Domino's lance le crowdsourcing de pizzas: des clients sont rémunérés s'ils trouvent de bonnes idées de garnitures En Australie, la chaîne Domino's a lancé une application mobile qui permet à ses clients de créer de nouveaux concepts de pizza, de leur trouver un nom accrocheur, et d'en faire la promotion sur les réseaux sociaux. La différence par rapport à d'autres campagnes de publicités participatives, c'est que le «designer de pizza» gagne une commission lorsque son produit se vend bien, jusqu'à deux euros par vente, comme le souligne le Wall Street Journal. Depuis cet été, environ 30.000 Australiens ont participé à cette opération de «crowdsourcing» gastronomique, qui a donné naissance à des assemblages de garnitures particulièrement monstrueux, mais a permis à la marque de faire parler d'elle. Jusqu'ici, la pizza générée par utilisateur la plus vendue s'appelle Mega Fan de Viande (Mega Meat Lover en version originale). Comme l'écrivait récemment Emilie Laystary dans Slate.fr, le nouveau mot d'ordre des publicitaires est la personalisation et la participation:

Auchan va lancer des produits conçus par ses clients Le groupe de grande distribution Auchan va commercialiser début 2014 les premiers produits conçus par ses clients, et issus de son partenariat avec le site américain de "création collaborative" Quirky, a-t-il annoncé mercredi lors d'un point presse. Les quatre premiers produits, crées par des clients français d'Auchan, ont été sélectionnés par les internautes hexagonaux et américains mercredi soir. Il s'agit d'un pot de fleur sécable facilitant le rempotage, d'un support permettant de transporter les gâteaux en voiture sans les renverser, d'un système permettant de peser les aliments à partir d'un bol doseur, et d'une théière à durée d'infusion programmable. Il sont issus d'une sélection de sept produits, elle-même réalisée à partir de près de 800 idées proposées sur le site internet Quirky, dans ses versions américaines et françaises - cette dernière a été lancée fin septembre. Le principe est simple: toute personne ayant une idée de produit peut la soumettre sur le site Quirky.

OuiShare : la communauté de l’économie collaborative OuiShare a quatre mois. Nous réunissons pour la première fois la communauté européenne pour une journée de conférences et de workshops autour des acteurs européens de l’économie collaborative. L’occasion de faire un rapide bilan d’une aventure qui a commencé ici et qui se poursuit avec OuiShare. Un an et demi de blog : rapide bilan Il y a un an et demi, je lançais ce blog avec pour objectif d’informer, en langue française, sur la consommation collaborative, avec notamment deux intuitions : la montée en puissance à venir du mouvementla présence en France d’un terreau fertile à son développement (maturité dans les usages d’internet et des réseaux sociaux, appétence au partage, culture de la débrouille) Ce blog était aussi le témoignage d’un utilisateur passionné, pour lequel le collaboratif est devenu un style de vie. Je me rends compte que je suis de moins en moins un cas particulier et que cette tendance va se généraliser. OuiShare : la communauté de l’économie collaborative #OuiShareLove

Pour eBay la co-création est une stratégie gagnante - PagesJaunes Pour eBay la co-création est une stratégie gagnante Le site d'e-commerce eBay.fr a mené en 2007 une campagne de co-création innovante en télévision. Depuis, la marque continue de placer l'utilisateur au centre de sa stratégie et de sa communication. Un investissement payant en termes de notoriété et d'image de marque, explique Esther Ohayon, Directrice de la Communication d'eBay France. septembre 2009 Imprimer Avec votre campagne «spots aux enchères» il y a deux ans, vous étiez parmi les premiers à oser une campagne de communication co-créée avec le consommateur. Une expérimentation payante à refaire ? Vous travaillez actuellement à une nouvelle campagne de communication. Jusqu'où une marque peut-elle s'ouvrir au consommateur ? La nouvelle qualité du lien consommateur-marque est-il quantifiable ?

Crowdsourcing for innovative sports products - Open Oxylane, open innovation platform

Related: