background preloader

Manticore, basilic... Le bestiaire fantastique du Moyen-Âge

Manticore, basilic... Le bestiaire fantastique du Moyen-Âge
Le département d'histoire de la British Library s'est amusé à compiler une série d'images tirées des manuscrits médiévaux de l'institution. Objet de la petite anthologie ? Les créatures fantastiques qui étaient alors légion dans l'imaginaire populaire... Une manticore, supposée plus cruelle des créatures sur terre... Le site est l'occasion de découvrir un large bestiaire original aujourd'hui méconnu. Ainsi, la manticore, représentée ci-dessus : décrite au XIIIème siècle par le franciscain Bartholomeus Angelicus comme « de tous les animaux du monde, le plus cruel », elle posséderait le corps d'un lion et… la tête d'un homme. Tout aussi dangereux que célèbre, on retrouve par ailleurs de nombreuses représentations du basilic. La belette, le basilic et sa victime Considéré comme « le roi des rampants », il est particulièrement dangereux : son odeur est si âpre qu'elle peut détruire qui la sent, et son regard si terrible qu'il cause la mort de celui qui le croise... Un leucrota Pour approfondir Related:  Illustration - PhotoEmblemática

10 janvier : Ouidah, la basilique et le vodoun - Hermann REPORTS Crédit Photo: DR A Ouidah, vous pouvez suivre la fête de Vodoun depuis l’enceinte de la Basilique Immaculée Conception. Les entrées du temple de python et de la Basilique mineure se font face. Devant l’énorme bâtisse, style ogival de la Basilique Immaculée Conception de Ouidah, la foule attend impatiemment. Majoritairement vêtus de blanc, les prêtes vodouns attendent l’arrivée du chef suprême de leur culte, le « Daagbo Hounon ». Il doit procéder à des rituels et sacrifices au temple python avant de rejoindre les festivités au niveau de la plage. C’est depuis minuit que le ton de la fête a été donné. Ouidah est une ville côtière située à une quarantaine de kilomètres de Cotonou et capitale historique du Bénin pour avoir été l’un des principaux points d’embarquement des esclaves vers les Amériques lors de la traite négrière. Ouidah, capitale du Vodoun C’est la commune d’Abomey-Calavi, la banlieue de Cotonou qui accueille la 21ème édition des manifestations officielles de la fête de vodoun.

Le plus vieux livre d'images pour enfants est disponible en ligne Il est considére par l'Encyclopaedia Britannica comme « le premier livre d'image pour enfant ». Orbis Sensualium Pictus, du pédagogue, philosophe et professeur tchèque Jan Amos Komenský est ce qu'on pourrait appeler un ancêtre des manuels scolaires. Intégralement mise en ligne sur le site archive.org, l'édition anglaise de 1705 rend compte au lecteur d'aujourd'hui de la diversité des activités de l'époque, tout autant que d'une pensée de la pédagogie avant-gardiste pour le siècle de son auteur. _ Viens apprendre la sagesse mon garçon. _ Qu'est ce donc que la sagesse ? _ Bien comprendre, bien agir, bien parler. Publié pour la première fois en 1658 en latin et en allemand, le livre contient quelques 150 illustrations numérotées. Traduit dans toute l'Europe et même dans certains pays d'Orient, le livre avait été un tournant dans la pédagogie éducative, étant un manuel d'instruction non pas consacré aux professeurs, mais directement aux enfants. représentées pour les enfants de l'époque

Blog dedicado al Cine Bélico e Histórico: La Kermesse Heroica (La Kermesse Héroïque) Cambiando de Tercio, voy a dedicar los siguientes post al cine histórico ambientado en los siglos XVI y XVII, es decir lo que se conoce como el Renacimiento y el Barroco (me parece confuso denominar a dicho período como Edad Moderna como hacen los manuales). "La Kermesse heroica" es una pequeña obra maestra realizada en 1935. Está ambientada en una pequeña villa del Flandes de inicios del XVII, cuando dichos territorios y España estaban unidos bajo la misma corona. En el 1568 una parte de dichos territorios se sublevó por diversos motivos religiosos, políticos y económicos. En la cinta, la pequeña villa holandesa de Boom se está preparando para sus festejos anuales o Kermesse. Y sus deseos se hacen realidad. Las mujeres en lugar de achantarse lo que hacen es continuar con los preparativos de la Kermesse. Sorprende realmente que una película francesa haga un retrato tan bondadoso de los españoles. Pero lo que más sorprende de esta película son las vicisitudes que tuvo que soportar.

L'histoire du Père Noël De nos jours, beaucoup d'entre nous ne voient plus le Père Noël que comme un personnage inventé de toutes pièces par l'entreprise Coca Cola... ce qui est bien dommage. Car, oui, en effet, cette marque a influencé le look du Père Noël, mais, non, ce n'est pas elle qui l'a inventé. Je vous propose à présent de dresser un bref récapitulatif de l'histoire du Père Noël... L'histoire du Père Noël, ou comment Saint Nicolas se transforma en Santa Claus. En fait, tout commence il y a bien longtemps, en 270 après Jésus Christ. A cette époque naquit Nicolas de Myre, dans la cité de Patara, en Asie mineure (une région correspondant à la Turquie actuelle.). Selon la légende, les Romains tuèrent Nicolas de Myre un 6 décembre. Peu après, l'Église décida de canoniser Nicolas, et choisit de célébrer le saint le 6 décembre de chaque année. Par la suite, lorsque les Turcs s'emparèrent de Myre, des moines de la ville montrèrent le tombeau de Saint Nicolas à des soldats italiens, originaires de Bari.

Carl Larsson Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Larsson. Carl Larsson Autoportrait avec sa fille Brita (1895). Par ses œuvres pittoresques et variées, ce peintre d'extraction modeste, francophile, a pu faire vivre sa famille de son labeur, conserver une farouche indépendance de pensée et affirmer des valeurs anticonformistes parfois contre le dogmatisme académique de son époque tout en devenant paradoxalement le peintre idyllique de la bourgeoisie suédoise. Enfance et formation[modifier | modifier le code] Né dans une famille des plus modestes à Gamla Stan, la vieille ville de Stockholm, Carl Larsson a une enfance assez malheureuse. Devenu peintre d'histoire, il reçoit une médaille d'or pour ses contributions à l'histoire de la Suède. Tout en continuant à travailler comme illustrateur de livres ou des journaux ainsi qu'il l'a fait assidûment depuis de nombreuses années, il s'installe à Paris de 1880 à 1885. Matin d'été, aquarelle (1908). Autres lieux :

emblemstudies Archétypes et Image de Marque - La Mythologie Grecque à votre service 21 Juin Les 12 Archétypes : La Mythologie Grecque Au Service De Votre Image De Marque Posté à 10:52h dans conseil par Couleur Velvet L’image de marque de votre entreprise fait référence à la façon dont le public vous perçoit. Elle se construit grâce à différents facteurs que vous devez soigner impérativement. Pour votre entreprise, l’image de marque devient un argument de poids. Elle vous permet de créer un fort sentiment d’appartenance auprès de votre cible et peut être un vrai outil de pression auprès de la distribution, des prestataires, etc. Les archétypes pour une image de marque forte Afin de travailler votre image de marque et vous mettre en valeur, nous vous conseillons de vous identifier à l’un de ces 12 archétypes et d’en choisir un second complémentaire. L’Amoureux Connaisseur ou entremetteur, l’amoureux est à la recherche d’intimité et d’expérience de plaisir sensuel avec des personnes attrayantes que se soit physiquement, émotionnellement ou intellectuellement. Le Héros Le Sage

Hokusai Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Katsushika Hokusai (葛飾 北斎, Katsushika Hokusai?) (1760-1849), connu plus simplement sous le nom de Hokusai (北斎), ou de son surnom de « Vieux Fou de la peinture », est un peintre, dessinateur spécialiste de l’ukiyo-e, graveur et auteur d'écrits populaires japonais. Son œuvre influença de nombreux artistes européens, en particulier Gauguin, van Gogh et Claude Monet, voire le mouvement artistique appelé japonisme. Biographie[modifier | modifier le code] Hokusai naît dans le quartier de Warigesui, district de Honjō (zone rurale encore connue sous le nom de Katsushika) à Edo, ancien nom de la ville de Tokyo, le 9e mois de la 10e année de l'Ère Hōreki (octobre - novembre, 1760) de parents inconnus. En 1773-1774, il est en apprentissage dans un atelier de xylographie et en 1775 il grave lui-même les six dernières feuilles d'un roman humoristique de Sanchō. Vers 1794, il réintègre une école classique : le clan Tawaraya de l'école Rimpa.

La Base DEVISE - Devise - CESCM - Université de Poitiers La base DEVISE est issue des recherches de thèse de Doctorat de Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. Les devises et l’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Age, soutenue en 2001 à l’Université de Poitiers sous la direction des professeurs Michel Pastoureau et Martin Aurell. Elle recense l’ensemble des devises répertoriées et étudiées à l’occasion de ce travail de recherche ainsi que les nombreuses informations ajoutées depuis plus de dix ans a ce corpus initial grâce à de nouvelles recherches et a de nombreuses et très fructueuses collaborations. La matière fournie par le corpus initial et les recherches de thèse ont donné lieu à une publication (en cours) aux éditions Brepols dans la collection Culture et société médiévale Cette base à pour ambition de rassembler l’ensemble des données relatives aux devises européennes de la fin du Moyen Age et de la première Renaissance (1350-1550). Remerciements : Bertrand Schnerb Colette Beaune

Ivan Bilibine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ivan Iakovlevitch Bilibine (Иван Яковлевич Билибин, 1876-1942) est un peintre russe, illustrateur de livres et décorateur de théâtre, membre de l’association Le Monde de l’Art (Mir iskousstva / Мир искусства). Biographie[modifier | modifier le code] De 1876 à la Révolution de 1917[modifier | modifier le code] Ivan Bilibine est né le 16 août 1876 (4 août suivant le calendrier orthodoxe) dans le village de Tarkhovo, près de Saint-Petersbourg ; il est le fils d’un médecin militaire et appartient à une vieille famille russe, déjà mentionnée à l'époque d'Ivan le Terrible[1]. Esquisse pour le costume du Commandeur dans Fuente ovejuna de Lope de Vega (1911) En 1899, Bilibine arrive par hasard dans le village d'Egna, dans le gouvernement de Tver[2]. De 1902 à 1904, Bilibine voyage dans les gouvernements de Vologda, Olonets et Arkhangelsk. [modifier | modifier le code] Tombe commune où est enterré Bilibine Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

Les Bibliothèques Virtuelles Humanistes - Fac-similés > Notice Etat physique : Reliure : Reliure veau fauve (XVIIIe siècle).Provenance : Annotations : Matière : Emblème Bibliographie : Renouard (Ph.), Imprimeurs & libraires parisiens du XVIe siècle, Fascicule Cavellat, Paris, 1986, n° 408. Adams (A.), Rawles (S.) et Saunders (A.), A Bibliography of French Emblem Books of the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Genève, 1999, F. 057. Etudes : Vuilleumier Laurens (F.), La Raison des figures symboliques à la Renaissance et à l’âge classique, Genève, 2000, ch. Localisation : Tours, Centre d'Études Supérieures de la RenaissanceCote : SR 14 A / 0009 Numérisation : CESR - Nikon D1 - 2004Mise en ligne : 20/02/2004Url :

Heorhiy Narbut Heorhiy Narbut (Ukrainian: Георгій Іванович Нарбут, February 25 [O.S. March 3] 1886 in Narbutivka — May 23, 1920 in Kiev) was the most important Ukrainian graphic designer of the twentieth century.[1] He is known for designing the Coat of arms of Ukraine, banknotes, postage stamps, charters, and his many illustrations in books and magazines. Biography[edit] Heorhiy Narbut was born in the village Narbutivka, Ukraine not far off from Hlukhiv. Saint Petersburg[edit] At about age 20, Narbut settled in Saint Petersburg from 1906 to 1917. Kiev[edit] Works[edit] Armorial of Little Russia This 1918 issue of shahs was designed by graphic artists Anton Sereda and Heorhiy Narbut. First definitive stamps of Ukraine (1992), after the drawing of Narbut References[edit] External links[edit]

Related: