background preloader

Au-delà de l'effet de mode, quel avenir pour les MOOC ?

Au-delà de l'effet de mode, quel avenir pour les MOOC ?
De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon | Publié le Augmenter sa visibilité, attirer de nouveaux étudiants, accéder à des données sur l’apprentissage, motiver ses enseignants, démocratiser l’accès à l’éducation… Les raisons pour lesquelles les établissements se lancent dans les MOOC sont connues. Mais les résultats sont-ils à la hauteur des ambitions ? Tel est l’angle d’attaque d’une vaste étude sur les MOOC conduite par le département d’éducation de l’université de Columbia. Paru à la mi-mai 2014, ce foisonnant rapport (210 pages, en anglais) est le fruit de 83 interviews auprès d’acteurs de ce domaine, issus de 62 institutions nord-américaines. Les auteurs se montrent circonspects sur l’avenir des MOOC, dont la pérennité, dans leur forme actuelle, leur semble "très discutable". Un à un, ils évaluent les objectifs mis en avant par les établissements. Les auteurs reconnaissent que les MOOC ont des effets positifs sur la manière d’apprendre. La stratégie de marque ?

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/au-dela-de-l-effet-de-mode-quel-avenir-pour-les-mooc.html

Related:  MOOC médiation-accompagnementtuto - moocmooc webbreteur

Après les MOOC, les SPOC Les SPOC, pour Small Private Online Course, vous en avez sûrement entendu parler. C’est le même principe qu’un MOOC: une formation de quelques semaines sur un sujet donné, sauf que ce n’est ni massif, ni open (il faut payer). Ce sont des classes de 20 à 40 personnes, avec un suivi personnalisé des inscrits. Depuis quelques mois déjà, la startup Unow a lancé Capitaine SPOC, une plate-forme sur laquelle vous trouverez aussi bien des cours sur les méthodes agiles que sur le droit du travail et la gestion du stress (j’avais fait un article dessus dans mon blog MOOC&Co). Je vous propose de revenir rapidement sur le lien entre MOOC et SPOC avec Jérémie Sicsic, fondateur de Unow. Le caractère ouvert et (parfois) massif des MOOC est considéré par certains comme un point négatif des MOOC.

Crowdfunding : comment choisir son site ? Pour les entreprises, le crowdfunding s’impose désormais comme un mode de financement à part entière. Au premier semestre 2014, selon l’association Financement Participatif France, 66,4 millions d'euros ont été collectés sur les plateformes, le double de l'année dernière pour la même période. Du coup, les sites se multiplient, on en compte une soixantaine aujourd'hui en France. Alors comment choisir le bon ? « La grille d’analyse la plus efficace s'appuie sur le projet que l’on porte et son montant » répond Jean-Baptiste Sciandra, fondateur de l’agence de conseil Crowdfunding Factory. Selon ces éléments, l’entrepreneur devra s'orienter entre trois grandes familles de sites : don, prêt ou investissement.

Les fablabs : comment fabriquer (presque) tout ce que l’on veut ? Après avoir exploré le monde des hackers, je vous propose dans ce billet d’aborder un prolongement naturel de l’univers des bidouilleurs informatiques, celui des fab labs, en français des laboratoires de fabrication. Alors qu’est qu’un Fab lab ? Le mot fablab vient de la contraction des deux mots anglais : fabrication laboratory et sa philosophie est encore inspirée par le mouvement de l’open source et d’un célèbre cours dispensé par l’inévitable Massachussett Institute of Technology et qui est le titre de ma chronique : how to make (almost) everything ? Comment fabriquer (presque) tout soi-même ? Et bien justement grâce à des petits laboratoires de fabrication, des fablabs ! Concrètement ce sont des ateliers de fabrication d’objets industriels, le plus généralement des prototypes, d’où l’expression « laboratoire », avec un ensemble de machines-outils souvent pilotées par des ordinateurs.

Qu’est-ce qui différencie les SPOC de l’e-learning traditionnel ? Définition du SPOC et de ses différentes formes Commençons par s’accorder sur ce qu’est un SPOC. Un SPOC (Small Private Online Course) est une formation interactive en ligne avec un nombre limité de participants. Centrée sur la mise en pratique et sur les échanges avec le formateur et entre les apprenants, cette formation permet de développer des compétences, valorisées par un certificat de réussite. Comme un MOOC, le SPOC a une date de début et une date de fin, des modules différents chaque semaine, une évaluation régulière des acquis. Le P de private peut cependant viser plusieurs sortes de groupes d’apprenants selon le format :

Codecademy, le site pour apprendre à coder, est disponible en français Faut-il aller plus loin dans l'enseignement de la programmation informatique, en l'intégrant à l'éducation scientifique (en plus des mathématiques, des sciences expérimentales et de technologie) voire en lui permettant d'être une matière à part entière dans le programme ? Et, si oui, à quel moment doit-on commencer à initier les jeunes à cette discipline ? Au lycée ? Au collège ? À l'école ? Ces questions ont récemment été traités dans un rapport d'information sur le développement de l'économie numérique française, enregistré le 14 mai dernier par les députées Corinne Erhel et Laure de La Raudière.

Faire culture autrement, espaces numériques et recherche-action Culture ou technique, l’innovation sociale à quel service ? Il y aurait une façon de considérer la culture numérique comme une forme culturelle classique dématérialisée par des supports techniques. Le problème c’est que la sphère politique ou décisionnelle ne semble voir que cet aspect technique et avant tout communicationnel qu’il suffirait de développer ou de contrôler à l’exemple des réseaux sociaux. D’où une fracture culturelle qui se caractérise par de nombreux malentendus. Ainsi, la culture hacker peut être comprise comme une recomposition créative d’éléments existants dans une logique collaborative alors que d’autres imagineront sous l’angle du piratage une zone grise du non-droit.

Guide non exhaustif d’Applications et de ressources pour tablettes IOs ou Android & Carte interactive Guide non exhaustif d'applications et de ressources pour tablettes IOs, Windows ou Android pour vous aider à faire votre choix et opinion sur ce que votre enfant rencontrera sans doute dans son établissement scolaire. Tablettes à l’école : Tablettes à l’école, la quête du contenu, a eu lieu le 24 septembre 2015. EDUCRAK 2015 – Tablettes à l’école : la quête du contenu le storify via @2vanssay #educrak revient ! L’évènement sur le numérique éducatif organisé par le Crak s'est déroulé pour la seconde fois le 24 septembre 2014. L’objectif de l’évènement n’a pas changé : rassembler les mondes de l’enseignement, de l’entrepreneuriat et des collectivités pour faire le point sur la question clé du numérique à l’école : le contenu. Au-delà du déploiement des équipements dans les classes, de nouveaux usages et de nouvelles pédagogies naissent.

Programme des journées - E-Formation 2015 Colloque International CIREL : «E-Formation des adultes et des jeunes adultes» 03-04-05 juin 2015 Quand les chercheurs s’emparent du connectivisme pour construire avec le public Les chercheurs sont des gens passionnés. Sur un certain nombre de sujets, échanger avec le public fait sens, pour mieux cerner les préconceptions, pour mieux converger vers une connaissance commune, voire pour définir des axes d’actions. C’est le cas par exemple de la gestion des risques dans la société littorale. La Classe Inversée Pour lire mon rapport sur mes classes inversées, cliquez ICI (pdf, 3 Mo)Une liste d’articles sur la classe inversée, compilée par Pédagogie Universitaire La classe inversée, c’est quoi ? C’est une façon différente d’enseigner et d’apprendre. Comparativement à une classe traditionnelle, la prise de note se fait à l’extérieur de la classe (à la maison, à la bibliothèque, dans le métro, bref, n’importe quel endroit où des capsules vidéo présentant la théorie peuvent être visionnées) et le temps de classe libéré est utilisé pour approfondir, appliquer et assimiler les notions. Puisque le professeur n’a plus à « présenter » la matière, il est disponible pour accompagner, motiver et soutenir les élèves dans leur apprentissage.

Faut-il s’émouvoir des « faibles » taux de complétion des MOOC ? Vous rappelez-vous de cette petite phrase assassine de Sebastian Thrun, “MOOCs are a lousy product” (“Les MOOC sont un mauvais produit”) ? En cause, les faibles taux de réussite d’un de ses cours. Venant d’un enseignant quelconque, on se serait dit « Bon, comme d’hab quoi ». Mais venant de l’un des fondateurs du mouvement MOOC, cette phrase déclencha un véritable coup de tonnerre.

Related: