background preloader

SensCritique et Babelio : comment la lecture sociale évolue-t-elle

SensCritique et Babelio : comment la lecture sociale évolue-t-elle
Engagées depuis quelques années sur le web, Babelio et SensCritique sont deux start-up dynamiques. La première est exclusivement dédiée aux livres, tandis que la seconde met en avant plusieurs univers culturels (livres, cinéma, séries TV, musique, jeux vidéo). Ces plateformes agrègent des avis et des évaluations, mettent les internautes en relation et proposent des moteurs de recommandation automatisée qui suggèrent des idées d’œuvres à partir de l’identification des préférences. Co-fondateur de Babelio en 2007, Pierre Fremaux travaille sur l'évaluation des projets de recherche et sur les interfaces homme-machine, tandis que Guillaume Boutin, co-fondateur de SensCritique en 2011, est responsable de la monétisation et des partenariats. Tous deux nous expliquent le fonctionnement de ces réseaux sociaux de lecteurs. Quelle influence exerce votre réseau social sur la trajectoire d’une œuvre ? Comment les avis des internautes sont-ils distribués sur votre réseau ?

http://www.inaglobal.fr/edition/article/senscritique-et-babelio-comment-la-lecture-sociale-evolue-t-elle-7606

Related:  Lecture écritureMémoire WarVEILLE

Qu'est-ce que la lecture sociale Hier « lecture 2.0 », aujourd’hui « lecture sociale » (et ses variantes : « livre 2.0 », « livre social », etc.) : la « lecture sociale » semble suivre les évolutions sémantiques du « web 2.0 », devenu « web social ». Trop chargées idéologiquement, trop flottantes, ces expressions doivent néanmoins être prises au sérieux. Elles sont en effet au croisement de mondes sociaux (monde des institutions, monde des entreprises, etc.) qui parviennent à se réunir et à se comprendre, malgré les différences qu’ils attachent aux significations de ces expressions. Si le chercheur doit se montrer critique face à leur mobilisation, qui peut être le signe d’une pénétration de discours d’accompagnement, il peut aussi y trouver un ressort méthodologique. C’est ainsi moins à la définition de ces expressions que l’on s’attachera qu’aux discours qui les légitiment, qu’aux lieux où ils s’épanouissent et aux acteurs qui les crédibilisent.

La construction de la médiation littéraire sur internet : vers un changement de paradigme des pratiques d’écriture 1L’ambition de ce texte est de comprendre comment s’établit la médiation de la littérature, c’est-à-dire les discours sur la littérature, sur le net. La consultation régulière du réseau nous incite à dire que l’arrivée des outils du web 2.0 a fortement modifié l’organisation des pratiques d’écriture assignées aux « écrits d’écrans » (Souchier, Jeanneret et Le Marec (dir.), 2003 et Jeanneret (dir.), 2005) dans le domaine de l’Internet littéraire. Que deviennent les caractéristiques éditoriales et culturelles de la médiation de la littérature dans ce contexte ? 1 Employée dans notre travail de thèse pour l’analyse de vingt-six sites de littérature de jeunesse, (...) 2 Adresse du site Créé en 1996, la fondatrice du site Isabelle Aveline défini (...) 3 Adresse du site La Revue des Ressources est une revue en ligne (...) 4 Adresse du site Créé en octobre 1992, Le Matricule des Anges est un magazine i (...) 12 Les vidéos sont téléchargeables à l’adresse suivante : 13 « [...]

Lecteurs, quels sont vos réseaux Les réseaux sociaux de lecteurs s’inscrivent dans le sillage des plateformes d’interactions du web participatif, « où les internautes déploient des sociabilités horizontales, ouvertes et créatives, dans un système marqué par le don/contre-don », favorisant l’émergence de « nouvelles formes de diffusion et de promotion »[+] NoteFrançois MOREAU, Nicolas AURAY, « Introduction », Réseaux, volume 30/175, Industries culturelles et Internet, Les nouveaux instruments de la notoriété, septembre – octobre 2012, p.10-11. [3]. Dédiés au livre, ces services web peuvent être définis comme des espaces :

Jusqu’où écrire pour Google Les éditeurs de sites web n’ignorent pas que les moteurs de recherche existent, et que, parmi eux, Google jouit d’une position hégémonique. Ils n’ignorent pas non plus que sur le web « exister, c’est être indexé par un moteur de recherche »[+] NoteLucas INTRONA, Helen NISSENBAUM « Shaping the web: why the politics of search engines matters », The Information Society, 16, 2000, p. 171. [1].

La médiation identitaire Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI. Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org. AURAY N., HURAULT-PLANTET M., JACQUEMIN B. & POUDAT C., « La négociation des points de vue. Une cartographie sociale des conflits et des querelles dans le Wikipédia francophone », Réseaux, 154(2), 2009.

Dominique Lahary : contributions à texte-e Contributions de Dominique Lahary au colloque virtuel text-e BPI, octobre 2001-mars 2002 Voir aussi: Le témoignage d'un invité : 6 mois de vécu, in : text-e : Écrans et réseaux, vers une transformation du rapport à l'écrit. Bulletin des Bibliothèques de France n°4, 2002 Lecteurs et lectures à l'âge de la textualité électronique / Roger Chartier Furetage, oralité, littérature grise, 25 octobre Babel ou le choix du caviste: la bibliothèque à l'heure du numérique / L'équipe de la BPI Spécifique, la BPI ?, 19 janvier Conservation et accès, 19 janvier Le choix du buveur, c'est Babel, 19 janvier Qui compte sur le caviste ? , 23 janvier Nous parlons du text-e, 28 janvier Vers une lecture sans écriture ?

Coordination entre production et réception : 1La vigueur avec laquelle le public a investi l’espace médiatique par le biais de blogues, sites de réseautage social et autres rubriques « à vous la parole » a de quoi convaincre même le relativiste le plus endurci que ces technologies numériques répondent à un besoin que des inventeurs de génie ont eu la clairvoyance de reconnaitre. Comment expliquer un tel engouement pour les nouvelles plateformes de communication de masse sinon par un désir profond d’expression, d’interaction et d’échange entre semblables plus ou moins dispersés dans le temps et l’espace ? En tout cas, l’alternative qui consisterait à invoquer l’enrôlement du public (Callon, 1986; Ross, 2011a) dans une entreprise dont les bénéfices pour lui ne seraient pas donnés mais plutôt construits socialement, ne semble guère plus satisfaisante à la lumière de la vitesse de diffusion fulgurante des médias sociaux.

Figure du livre Depuis plus de cinq ans, nous remarquons sur Internet l'émergence d'oeuvres hypermédiatiques reprenant la figure du livre à l'écran. La lecture de telles œuvres peut paraître similaire à celle à laquelle le lecteur est habitué, mais la navigation dans celle-ci s'effectue grâce à la souris. Par conséquent, la manipulation du livre est différente, car il ne doit pas uniquement être lu, mais vu et entendu, puisqu'il s'explore par des hyperliens, des images, des vidéos et de l'animation. Il en résulte une approche autre du livre dont le contenu n'est plus simplement textuel. La figure du livre à l’écran est un phénomène hypermédiatique composé de multiples médias et représentant un livre à l’écran, remédiatisé.

Le numérique devait tuer le papier, mais... c'est plus compliqué que ça - L'Express L'Expansion Prenez-le comme une expérience: une journée sans se servir de papier. Une seule. Pas de courrier. Pas de journal.

Related: