background preloader

Big Data et émergence de « Real Humans »

Big Data et émergence de « Real Humans »
Difficile d’ouvrir un journal traitant de l’économie et des entreprises sans rapidement tomber sur le mot « Big Data ». Est-ce un effet de mode, une sorte de nouvelle contagion informatique, un virus managérial ? Va-t-on voir ce buzz word s’effondrer comme a fait pschitt en son temps, le syndrome du « L’informatique ne passera pas la date du 1-1-2000 » ? Ou est-ce la naissance d'un nouveau monde ? Non, je ne crois vraiment pas. Aussi ai-je décidé de consacrer une série de billets à ce sujet. Mais d’abord, pour ceux qui n’auraient pas encore croisé un quelconque article sur le Big Data, de quoi s’agit-il ? Il s’agit tout simplement de la capacité de manipuler de plus en plus facilement de très grandes masses de données. Un des exemples les plus courants est le moteur de recherche qui fait la fortune et le succès de Google : il sait parcourir en quelques secondes la jungle de tout ce qui existe sur Internet pour répondre à la plus fantaisiste des questions que vous vous posez. Related:  SPYS

7 services en ligne pour avoir un tableau blanc collaboratif Je vous ai proposé dernièrement quelques outils sympathiques pour avoir un tableau blanc sur Internet. En fait, je me suis aperçu qu’il en existait plein ! Alors que PixiClip et Stoodle ont déjà eu leur présentation sur Autour du Web, j’ai voulu en ajouter 5 de plus. Bien entendu, ils sont tous gratuits. 1. PixiClip est un service intuitif qui propose un tableau blanc interactif en ligne. 2. Stoodle est un service en ligne gratuit pour créer un tableau blanc. 3. Draw It Live est un petit service en ligne tout ce qu’il y a de plus simple. 4. Realtime Board est un outil proposant la meilleure interface. AWW est un service en ligne ultra simple. 6. 7. Connaissez-vous d’autres services en ligne pour avoir un tableau blanc collaboratif ? Etiquettes : En lignetableau blanc Description de l'auteur Cédric blog depuis mars 2009 sur Autour du Web.

"Fact-checking": fondement du journalisme ou miroir aux alouettes Cédric Mathiot, Philippe Ballard, Gérald Roux, Jean-Marie Charon Mathias Mégy © Radio France Vérifier les faits, c'est le travail de base du journaliste. Et pourtant, une nouvelle pratique journalistique s'est développée : le fact-checking. Des chroniques, des vidéos sur Internet, des articles, les médias français se sont emparés de cette pratique venue des pays anglo-saxons. Comment travaillent les journalistes "fact checker" ? Pour répondre à ces questions : - Cédric Mathiot, journaliste à Libération, en charge du blog "Désintox" - Gérald Roux, journaliste à France Info, en charge de la rubrique "Le vrai du faux" - Philippe Ballard, journaliste à LCI, en charge de la rubrique "A l'épreuve des faits" Avec le regard de Jean-Marie Charon, sociologue des médias : La chronique d'Eric Chaverou sur ce qu'en pensent les internautes : Ainsi que le clin d'oeil de Yassine Bouzar :

Au Canada, même la ruée vers l’or devient virtuelle (De Québec) Lors du rachat en 2014 de la mine Sigma-Lamaque de Val-d’Or au Québec pour un peu moins de 8 millions de dollars canadiens (soit 5,4 millions d’euros), Integra Gold ne nourrissait pas de grandes ambitions pour le site : « La raison principale de cet achat, c’était les installations, en particulier le moulin pour concasser la roche », explique George Salamis, président du conseil d’administration de la compagnie minière basée à Vancouver. Le but était plutôt d’utiliser ces infrastructures pour développer une autre mine, Lamaque-Sud, située à peine à 500 m plus loin. Ouvert dans les années 30 et ayant déjà produit 9 millions d’onces d’or, le complexe Sigma-Lamaque ne paraît plus avoir grand-chose à cracher. Les anciens bâtiments de la mine (Integra Gold) Mais une surprise attend Integra Gold lors de la prise de possession des lieux. « On a trouvé l’équivalent de 6 téra-octets de données. La mine aujourd’hui (Integra Gold) Mettre la géologie en équations Big data pour grosse mine

Chaos et création - voilacestdit Dans la suite de son billet La politique à l'image de la société, un monde qui se défait mon épouse Chantal poursuit sa réflexion : Chaos, dans la mythologie grecque, est une entité primordiale dont naît l'univers. Chaos est aussi un concept religieux qui définit l'univers avant l'intervention de Dieu (c'est le tohu-bohu de la bible). En somme, le chaos primordial est ce qui précède la création. Les synonymes de chaos : abime, anarchie, bordel, brouillamini, confusion, débâcle, désordre, mêlée sont des mots inconfortables, qui mettent mal à l’aise et génèrent la peur ; même si le retour aux sources du sens du mot nous rappelle que le chaos précède la création et laisse penser que celui-ci contient la "matière" dont émergera un nouvel ordonnancement. Nous redoutons particulièrement ces affrontements d'énergies incontrôlables, qui vont dans tous les sens et les dégâts de tous ordres mais surtout humains.

Des outils d’espionnage de l’unité d’élite de la NSA publiés par des pirates LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger L’affaire, au parfum de guerre froide, intrigue les spécialistes des services de renseignement et de sécurité informatique depuis trois jours. Le 13 août, The Shadow Brokers, un groupe de pirates inconnu jusqu’alors, a publié sur Internet une série d’outils et de programmes d’espionnage informatique qu’il prétend avoir dérobé au groupe Equation, une référence transparente à la National Security Agency (NSA), responsable aux Etats-Unis de l’espionnage numérique. Lire aussi : Derrière le groupe « Equation », se cache la NSA Des données authentiques The Shadow Brokers aurait donc mis la main sur ce que l’agence – ce qui se fait de mieux en matière de défense informatique – a de plus précieux, à savoir une petite partie de son arsenal informatique. Dès lundi, de nombreux chercheurs en sécurité informatique se sont penchés sur les données publiées par The Shadow Brokers. Qui se cache derrière The Shadow Brokers ?

Big Data : Quelles perspectives marketing pour 2020 ? Big Data, mégadonnées, données massives ou encore datamasse, tant de termes qui qualifient le phénomène de ces dernières années. Beaucoup en parlent mais très peu savent réellement ce en quoi il consiste : c’est, vulgairement, une gigantesque base de données où sont stockées des informations, et très généralement celles des consommateurs… D’un point de vue marketing, les grandes firmes y ont rapidement vu une opportunité pour optimiser leurs campagnes et leur relation client. Peu à peu, avec l’explosion des données numériques, le procédé s’est standardisé et le Big Data est finalement devenu essentiel dans la stratégie des grandes structures. Avec l’accroissement exponentiel de la connectivité, les informations collectées n’ont jamais été aussi quantitativement importantes et incroyablement diverses. L’harmonie des ventes et du marketing Personne ne pourra le nier, la mésentente entre les ventes et le marketing est presque un fondement d’entreprise. Connaître le client de demain

Agir | Je choisis ma vie ! Votre job ne vous comble plus complètement ? Vous subissez la routine ? Vous en avez marre de votre quotidien et vous vous sentez de plus en plus à l’étroit dans votre univers professionnel? A ce stade, la question de changer de job vous taraude… mais est-ce la seule solution ? A bien y réfléchir, votre situation apporte quand même son lot d’avantages : salaire, stabilité, sentiment de maîtrise, du temps pour soi et ses proches, reconnaissance, un bon équilibre de vie… De plus, vous ne savez pas vraiment vers quel autre métier vous tourner. Que faire alors ? Et bien, plutôt que de ne rien faire ou de changer complètement de métier, je vous propose de changer votre job ! En effet, même si je trouve que la reconversion professionnelle est une formidable aventure, il se peut que pour certains d’entre vous, il soit plus cohérent de chercher à améliorer sa situation actuelle plutôt que de se lancer dans un projet de changement de plus grande envergure. Changez votre job : testez l’efficacité

Accords secrets entre Google et la NSA : le double langage cynique des géants du Web Atlantico : Depuis 2009, Google ainsi que d'autres entreprises américaines, ont du faire face à des attaques particulièrement sophistiquées. Ces dernières, en plus de consister à de l'espionnage industriel, visait des boîtes mail de comptes privés. Pour combattre ces attaques dont les fortes suspicions portaient sur la Chine, ces entreprises ont conclu un accord secret avec la NSA. Michel Nesterenko : Cet accord qui se voulait secret et hors supervision du système judiciaire et des juges ouvre la porte toute grande à toutes les dérives totalitaires. L'utilisateur est jeté en pâture à son insu, par son prestataire de services privé, aux bon vouloir des espions américains de tout acabit. Le Pentagone dans ses déclarations publiques ne cache pas sa volonté de mener des opérations offensives et destructrices dans le Cyber-espace. Quels sont les enjeux de ces accords entre les géants du net (mais pas seulement) et les Etats-Unis ? atlantico sur facebook notre compte twitter Je m'abonne

Objets connectés, comment le Big Data va révolutionner le parcours client ? Les objets connectés représentent une tendance très importante de ces dernières années. Du réfrigérateur à la montre, les applications se multiplient et les API intègrent désormais l’utilisation de ces nouveaux périphériques. Ces évolutions technologiques amènent aux marketeurs un volume de données exponentiel, qu’il s’agit alors d’exploiter de manière optimale puisqu’elles regorgent d’informations précieuses, tout en étant prudent dans la démarche, tant le débat sur la protection des données personnelles accompagne ces évolutions. 1. Customer Intelligence : Le Graal du Marketing La Customer Intelligence désigne le processus de récolte et d’analyse des données fournies par un prospect dans une optique d’amélioration de la relation client. 2. La mise en place d’une stratégie omni-canal est complexe dans la mesure ou elle implique également une excellente communication entre les différents services d’une entreprise. 3. Crédit photo : shutterstock

DuckDuckGo en plein essor, le moteur de recherche anonyme franchit le cap du milliard de requêtes en 2013 2013 a été une année hautement prolifique pour le moteur de recherche anonyme DuckDuckGo. Lancé en 2008, DuckDuckGo se distingue par le respect de la vie privée des internautes et se positionne comme un concurrent direct du moteur Google. Le moteur de recherche utilise d’ailleurs le slogan « Google vous piste, pas nous », et avait effectué des enquêtes pour montrer qu’il n’existe plus de résultats standards sur Google. Non seulement DuckDuckGo propose des résultats pertinents et de qualité, mais il assure également la protection de la vie privée de l’internaute. Depuis son lancement, DuckDuckGo a entamé une croissance toute en douceur, jusqu’à mi-2013, où le trafic du moteur de recherche a littéralement doublé. Pourquoi cette hausse brusque ? Dans l’ensemble, DuckDuckGo a enregistré plus d’un milliard de requêtes en 2013, plus du double de son trafic en 2012. Des chiffres qui montrent que les internautes sont préoccupés par le respect de leur vie privée en ligne ? Source : DuckDuckGo

Algèbre de Boole Décembre 2016 Qu'appelle-t-on algèbre de Boole? Un processeur est composé de transistors permettant de réaliser des fonctions sur des signaux numériques. L'algèbre de Boole est une algèbre se proposant de traduire des signaux en expressions mathématiques. Variable logique Un ordinateur ne manipule que des données binaires, on appelle donc variable logique une donnée binaire, c'est-à-dire une donnée ayant deux états possibles: 0 ou 1. Fonction logique On appelle « fonction logique » une entité acceptant plusieurs valeurs logiques en entrée et dont la sortie (il peut y en avoir plusieurs) peut avoir deux états possibles : 0 ou 1. En réalité ces fonctions sont assurées par des composants électroniques admettant des signaux électriques en entrée, et restituant un signal en sortie. Les portes logiques Les fonctions logiques de bases sont appelées portes logiques. Chronogramme Un chronogramme est un diagramme montrant l'évolution des entrées et des sorties en fonction du temps. Expression algébrique

Jeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” Il y a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle. Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse. Dans un livre passionnant – La Nouvelle Société du coût marginal zéro – en librairie le 24 septembre 2014, il raconte le basculement, inévitable, que nous avons déjà commencé à opérer vers un nouveau système de production et de consommation : les « communaux collaboratifs ». Cette troisième voie (au-delà du sempiternel binôme « capitalisme ou socialisme ») est une forme d'organisation sociale fondée sur l'intérêt de la communauté plutôt que sur la seule satisfaction des désirs individuels, et rendue possible par la troisième révolution industrielle, dans laquelle Internet nous a fait entrer. Qu'est ce qui provoque ce changement de paradigme ? C'est pourtant ce qu'il se passe ?

Qui se cache derrière le slogan "Je suis Charlie"? Trois mots s’exposent à la face du monde depuis le 7 janvier: Je suis Charlie. Ils s’étalent sur d’immenses pancartes dans les rassemblements en hommage aux victimes des attentats. Ils s’invitent à la une de la presse internationale, dans les vitrines des magasins, à la cérémonie des Golden Globes, dans les Simpson, à la boutonnière des passants. Ce slogan, d’une puissance extraordinaire, est né dans l’esprit de Joachim Roncin, 38 ans, directeur artistique du magazine gratuit Stylist. Le 7 janvier, Roncin est en conférence de rédaction lorsqu’il apprend sur Twitter qu’une fusillade a eu lieu dans les locaux de Charlie Hebdo. “Ces idées ont créé un alliage, un métal fort qui est ce slogan”, nous explique-t-il un matin dans un café parisien. Joachim Roncin conserve le logo de Charlie, adopte celui la police de Stylist pour le “Je suis” et choisit des lettres blanches et grises sur un fond noir. “Relayer ce message nous donne une légitimité dans le groupe” 120 demandes déposées à l’INPI

Demain, la fin du code Pour beaucoup, l’art de la programmation est le sésame nécessaire à la compréhension du monde moderne… et à un emploi bien rémunéré. Le fameux débat autour de l’apprentissage du code à l’école en est d’ailleurs l’illustration la plus évidente. Et si les jours du « codeur » étaient comptés ? C’est la question que pose le journaliste Jason Tanz (@jasontanz) dans un récent article de Wired au titre provocateur : « Bientôt, nous ne programmerons plus les ordinateurs, nous les dresserons comme des chiens« . La cause de ce déclin inévitable du code, selon lui, c’est le triomphe des réseaux neuronaux et des techniques de machine learning. « Si vous voulez enseigner à reconnaître un chat à un réseau de neurones, par exemple, vous ne lui dites pas de chercher les moustaches, les oreilles, la fourrure et les yeux. Cette ignorance du fonctionnement interne de ces systèmes va poser pas mal de questions, y compris légales, souligne Tanz. La fin du code L’âge de l’intrication Une idée déjà ancienne

Related: