background preloader

Big Data et émergence de « Real Humans »

Big Data et émergence de « Real Humans »
Difficile d’ouvrir un journal traitant de l’économie et des entreprises sans rapidement tomber sur le mot « Big Data ». Est-ce un effet de mode, une sorte de nouvelle contagion informatique, un virus managérial ? Va-t-on voir ce buzz word s’effondrer comme a fait pschitt en son temps, le syndrome du « L’informatique ne passera pas la date du 1-1-2000 » ? Ou est-ce la naissance d'un nouveau monde ? ... Non, je ne crois vraiment pas. Aussi ai-je décidé de consacrer une série de billets à ce sujet. Mais d’abord, pour ceux qui n’auraient pas encore croisé un quelconque article sur le Big Data, de quoi s’agit-il ? Il s’agit tout simplement de la capacité de manipuler de plus en plus facilement de très grandes masses de données. Un des exemples les plus courants est le moteur de recherche qui fait la fortune et le succès de Google : il sait parcourir en quelques secondes la jungle de tout ce qui existe sur Internet pour répondre à la plus fantaisiste des questions que vous vous posez.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/big-data-et-emergence-de-real-152290

Related:  Big DATA | Analyse predictiveBASES DE DONNEES PROFESSIONNELLESBig Data

Après Twitter, le gestionnaire de clusters Mesos veut convaincre les entreprises Mesosphere a levé 10,5 millions de dollars pour son outil Mesos. L'éditeur pense que son logiciel Open Source de gestion des clusters haute densité peut intéresser un plus grand nombre d'entreprises. Il veut aussi développer des services et des plug-ins spécialisés. Le pack logiciel Apache Mesos, conçu pour gérer les clusters de calcul intensif, se prépare pour l'entreprise.

Au Canada, même la ruée vers l’or devient virtuelle (De Québec) Lors du rachat en 2014 de la mine Sigma-Lamaque de Val-d’Or au Québec pour un peu moins de 8 millions de dollars canadiens (soit 5,4 millions d’euros), Integra Gold ne nourrissait pas de grandes ambitions pour le site : « La raison principale de cet achat, c’était les installations, en particulier le moulin pour concasser la roche », explique George Salamis, président du conseil d’administration de la compagnie minière basée à Vancouver. Le but était plutôt d’utiliser ces infrastructures pour développer une autre mine, Lamaque-Sud, située à peine à 500 m plus loin. Ouvert dans les années 30 et ayant déjà produit 9 millions d’onces d’or, le complexe Sigma-Lamaque ne paraît plus avoir grand-chose à cracher. Les anciens bâtiments de la mine (Integra Gold) Mais une surprise attend Integra Gold lors de la prise de possession des lieux.

ZDNet.fr L'utilisation de données numériques jusqu'alors inexploitées offre de nombreuses opportunités d'optimisation. Secteur par secteur, le point sur les premiers avantages tirés d'un bon usage du Big Data. Dans le domaine de la santé par exemple, l'analyse en continue des données issues du suivi des patients permet d'améliorer les diagnostics et les traitements. Mais dans le domaine de la recherche médicale également, le travail sur l'analyse des génomes bénéficie aussi des traitements de gros volumes de données. Côté services publics, l'analyse de données inexploitées peut permettre d'améliorer la mise en place des équipements publics (éclairage, adduction d'eau...).

Comment valider les sources d'information sur le web / E-dossier de l'audiovisuel : Journalisme, Internet, libertés Alain Joannès, d’abord journaliste au Républicain Lorrain, a poursuivi sa carrière à la radio, travaillant pour France Inter, France Culture, France Info. En 1994, il rejoint la rédaction de LCI pour animer plusieurs émissions et crée le premier Journal du web. On lui doit de nombreux ouvrages consacrés à la communication, au journalisme et aux médias. Féru de technologies, enseignant, formateur, il n’a cessé de s’intéresser aux transformations de son métier comme en témoigne son blog «Journalistiques». C’est avec une grande émotion que nous avons appris son décès, le 21 septembre 2012.

Big Data : Quelles perspectives marketing pour 2020 ? Big Data, mégadonnées, données massives ou encore datamasse, tant de termes qui qualifient le phénomène de ces dernières années. Beaucoup en parlent mais très peu savent réellement ce en quoi il consiste : c’est, vulgairement, une gigantesque base de données où sont stockées des informations, et très généralement celles des consommateurs… D’un point de vue marketing, les grandes firmes y ont rapidement vu une opportunité pour optimiser leurs campagnes et leur relation client. Peu à peu, avec l’explosion des données numériques, le procédé s’est standardisé et le Big Data est finalement devenu essentiel dans la stratégie des grandes structures. Avec l’accroissement exponentiel de la connectivité, les informations collectées n’ont jamais été aussi quantitativement importantes et incroyablement diverses.

Découvrez les acteurs français des ventes prédictives... Inscription, Paris - Eventbrite Quantité non valide. Veuillez saisir une quantité de 1 ou plus. La quantité choisie excède la quantité disponible. Veuillez saisir votre nom. factchecking A quelques semaines des élections, les débats se multiplient et abordent des thèmes variés. En Fédération Wallonie-Bruxelles, un point est au centre des controverses : l’avenir de la Fédération. Ce weekend, c’est un duel sur l’enseignement qui a opposé le président MR Charles Michel, et le président CdH Benoit Lutgen. Objets connectés, comment le Big Data va révolutionner le parcours client ? Les objets connectés représentent une tendance très importante de ces dernières années. Du réfrigérateur à la montre, les applications se multiplient et les API intègrent désormais l’utilisation de ces nouveaux périphériques. Ces évolutions technologiques amènent aux marketeurs un volume de données exponentiel, qu’il s’agit alors d’exploiter de manière optimale puisqu’elles regorgent d’informations précieuses, tout en étant prudent dans la démarche, tant le débat sur la protection des données personnelles accompagne ces évolutions. 1. Customer Intelligence : Le Graal du Marketing

Hallucinant : Project PHEME. L’Europe finance un projet informatique de censure globale ! Hallucinant : Project PHEME. L’Europe finance un projet informatique de censure globale ! 13Share1 0 200Share0 C’est un article du Parisien intitulé « Des chercheurs veulent passer les réseaux sociaux au détecteur de mensonges » qui vend la mèche du dernier gros projet informatique financé par l’Union Européenne, la plus belle invention démocratique du siècle et comparable à terme à l’Union soviétique. « Des chercheurs universitaires travaillent à l’élaboration d’un système capable d’identifier automatiquement les fausses informations qui se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. »

Jeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” Pour l’économiste américain Jeremy Rifkin, l’heure de la troisième révolution industrielle a sonné. La société va devoir s’adapter. Il y a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle. Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse. Dans un livre passionnant – La Nouvelle Société du coût marginal zéro – en librairie le 24 septembre 2014, il raconte le basculement, inévitable, que nous avons déjà commencé à opérer vers un nouveau système de production et de consommation : les « communaux collaboratifs ».

"Fact-checking": fondement du journalisme ou miroir aux alouettes Cédric Mathiot, Philippe Ballard, Gérald Roux, Jean-Marie Charon Mathias Mégy © Radio France Vérifier les faits, c'est le travail de base du journaliste. Et pourtant, une nouvelle pratique journalistique s'est développée : le fact-checking. Des chroniques, des vidéos sur Internet, des articles, les médias français se sont emparés de cette pratique venue des pays anglo-saxons. Comment travaillent les journalistes "fact checker" ? L’inquiétant n’est pas le Big data, c’est qui l’utilise et comment On ne présente plus la chercheuse et ethnographe américaine danah boyd (Wikipédia, @zephoria) dont nous avons souvent relayé les propos sur InternetActu.net comme sur A lire ailleurs. A l'occasion d'une conférence donnée récemment, dont elle a publié le transcript sur son site, elle posait la question du monde que nous fabriquons avec les technologies. Image : danah boyd durant sa conférence donnée à l'UCCMediaJustice, photographié par @MauritaColey via Twitter. La technologie encapsule la complexité du monde La chercheuse rappelle tout d'abord que pour elle, l'internet était un "portail vers la complexe société interconnectée dans laquelle nous vivons". "Je regardais les activistes utiliser la technologie comme un levier pour connecter les gens d'une manière nouvelle, alors que les gens du marketing utilisaient ces mêmes outils pour manipuler les gens pour gagner de l'argent.

Google lance DataBoard, un nouvel outil vous permettant de créer des infographies personnalisées Google vient de dévoiler un joli petit outil de partage des données pour les entreprises dont le but est de suivre les dernières données disponibles provenant d’études que Google choisit d’inclure. Celui-ci vous permet de facilement insérer vos données que vous recherchez, et de les partager avec d’autres de façons visuellement attrayantes. L’outil nommé Databoard for Research Insights, récupère les données depuis les recherches de la société. Bien qu’il ne comporte qu’une poignée d’études en ce moment, Google a l’intention de mettre à jour fréquemment celui-ci avec de nouvelles recherches. « Il est important pour les entreprises de rester à jour sur les recherches les plus récentes et des perspectives liées à leur secteur d’activité. Malheureusement – avec tant de nouvelles études et données mises à jour en continues – il peut être difficile de suivre ceci », écrit Adam Grunewald sur un article de blog.

Faut-il prendre l’effondrement au sérieux Les scénarios d’avenir énergétiquement vertueux, qui nous proposent de changer de modèle énergétique pour des solutions plus durables à base de solaire, d’éolien, d’hydraulique, de géothermie… (et parfois encore, non sans polémiques, de nucléaire), comme ceux que nous proposent le prospectiviste Jeremy Rifkin (@jeremyrifkin) dans La troisième révolution industrielle (voir notre article « Nous avons à nouveau un futur »), le spécialiste de génie environnemental de Stanford, Mark Jacobson (@mzjacobson), le stimulant rapport (.pdf) de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ou même le scénario Negawatt sont tous basés sur des déploiements industriels ambitieux en matière d’énergie renouvelable – même si tous évoquent également, d’une manière plus ou moins appuyée, l’exigence à décroître. Image : La table périodique des éléments selon leur abondance. L’insoluble équation des ressources Le mythe de la croissance verte

Related: