background preloader

S'informer, se documenter avec un regard critique

S'informer, se documenter avec un regard critique
A l’occasion de la semaine de la presse et des médias à l’école, nous avons demandé à une vraie journaliste, Marièke Poulat, quelles seraient ses recommandations pour s’informer sur le Web. Eh oui ! Marièke, que vous connaissez, en plus de vous donner régulièrement de bonnes nouvelles, est aussi journaliste à Educationmagazine.fr. Elle a tenu à mettre l’accent sur la nécessité de s’informer et de se documenter avec un regard critique, et a créé une activité où elle nous invite à se mettre dans la peau d’un vrai journaliste : « Cette activité vise à te donner des pistes pour apprendre à regarder les informations sur Internet avec précaution. Il s’agit notamment de questionner les sources de l’info et les recouper. » Et cela tombe bien, cela correspond aux items B2i que tu dois valider pour le brevet des collèges 2014, notamment au domaine de compétences 4 : S’informer, se documenter : Identifier, trier et évaluer des ressourcesChercher et sélectionner l’information demandée 1. Vous pouvez : Related:  Eduquer à l'InformationEsprit critiquePresse à l'école

Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant » Paul Horner possède un petit empire de sites qui lancent des canulars en ligne. Il pense que la différence, après l’apparition du catalyseur Trump, est que les gens croient tout ce qu’ils lisent, même quand on leur prouve que c’est faux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Luc Vinogradoff On a beaucoup parlé ces dernières semaines des « fake news », de faux articles contenant de fausses informations publiés sur des sites obscurs qui sont partagés sur Facebook autant, voire parfois plus, que les articles de médias traditionnels. On sait que de plus en plus de gens partagent ces articles, ce qui ne veut pas forcément dire qu’ils y croient ou même qu’ils les lisent. Qui écrit ces articles ? Le Washington Post en a rencontré un. Paul Horner est un ancien du milieu. « Les gens sont clairement plus bêtes » Qu’est-ce qui a changé pour que les faux articles de Horner – comme « les manifestants anti-Trump à ses meetings sont payés » – soient maintenant pris pour argent comptant ?

Six conseils simples pour démasquer les fausses infos sur internet A l'heure des réseaux sociaux, mieux vaut se méfier des fausses infos. - © JUSTIN SULLIVAN - AFP Tout le monde, y compris de grands médias et des reporters aguerris, s'est déjà fait avoir un jour par une fausse information. L'objectif est bien sûr que cela n'arrive jamais. Mais à l'heure des réseaux sociaux et des rumeurs qui se propagent à toute vitesse, il n'est pas toujours facile de trier instantanément le vrai du faux. Surtout pour les journalistes qui cherchent des nouvelles croustillantes, à même de "faire le buzz" et d'attirer le lecteur. Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. OKNe plus afficher × Voici quelques conseils pour éviter de relayer de fausses informations et pour débusquer les canulars qui circulent sur la toile. A l'heure du copier-coller, certains médias prennent de moins en moins le temps de vérifier les informations qu'ils diffusent. Ce genre de méprise arrive très souvent. Mieux vaut aussi se méfier des propos rapportés par un tiers. Folks.

Effet Buzz : Film sur le thème de la rumeur via les réseaux sociaux A découvrir : Effet Buzz ou une rumeur propagée via Facebook par 7 jeunes de la Maison des Jeunes Le Grand Moulin de Neufvilles (Belgique) – une association qui dispose d’un EPN – avec dans la foulée la réalisation d’un documentaire de 18 minutes qui relate l’expérience. Il s’agit d’un projet d’éducation aux médias soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles et accompagné désormais d’un livret pédagogique. Fort de cette expérience et suite au succès lors de diffusions en public, l’équipe a souhaité partager aux Centres de Jeunes, aux enseignants, aux parents, aux jeunes, aux seniors… le fruit de leur travail et des méthodes pratiques d’animation. « Effet Buzz » est sorti en janvier 2014 en DVD et est également à visionner sur Internet (cf. ci-dessous). Le DVD est diffusé dans toutes les organisations jeunesse de Wallonie et de Bruxelles. 4 livrets pédagogiques d’éducation aux médias 1. Descriptif du projet participatif Le film Effet Buzz Licence :

Bruno Devauchelle : Quelle éducation à l'esprit critique à l'ère du numérique ? La notion "d'esprit critique" est souvent avancée sans forcément être précisée. La publication récente d'un article (revue "vivre au lycée" n°66, mars2015) et d'un dossier (Cerveau et Psycho n°72, novembre décembre 2015) sur le sujet apportent à cette notion des éclairages qui demandent à être discutés. En effet l'apparente évidence de l'esprit critique dont chaque adulte (et en particulier enseignant) est supposé pourvu est le plus souvent une impression, un sentiment, dont le fondement est discutable. Il suffit pour s'en rendre compte de constater combien chacun de nous utilise les outils les plus courants au quotidien (moteurs de recherche, télévision etc.) sans plus se poser de questions. Face à l'émotion et à la sidération des attentats commis depuis le début de l'année dans notre pays, mais aussi ailleurs dans le monde, que vaut l'esprit critique ? Nous sommes à un tournant informationnel et communicationnel. Bruno Devauchelle Toutes les chroniques de Bruno Devauchelle

L’accès à l’information : comparer un producteur d’information sur Twitter et sa version Web Lors de la semaine de la presse (mais cette séance peut être menée n’importe quand, notamment en lien avec les collègues d’Éducation Civique), j’ai proposé une séance permettant de comprendre le rôle des pages et comptes des réseaux sociaux des médias « traditionnels » d’actualité (presse papier, télé et radio) par l’observation d’un média de presse par deux de ses canaux de diffusion : le fil Twitter et le site Web. Identification des sources, fiabilité de l'information Les 6 questions du cyberespace by audrey beauchemin on Prezi

Séance pédagogique : les infographies de presse | Serendipity Cette fois-ci, mes sources d’inspiration sont Valérie Liger et Angèle Stalder. Je me suis également appuyée sur l’article "‘L’infographie dans la production du savoir", de Giulio Frigieri, publié sur le blog Visions Cartographiques. Modalités : Classe de 1ère en demi-groupe (14 ou 16 élèves) [TD de SES] Matériel : 1 ordinateur, 1 vidéoprojecteur, au moins 1 infographie par groupe, fiches élèves Lieu : salle équipée d’un vidéoprojecteur 55 minutes Objectifs : Objectifs disciplinaires : Extrait du programme de SES : « La formation méthodologique des élèves se révèle très importante : la collecte et le traitement de l’information, l’analyse de données diverses, la rédaction de synthèses, la formulation de problématiques, la construction d’argumentations rigoureuses, constituent autant de savoir-faire et capacités à acquérir et à mettre au service de la maîtrise des connaissances produites par les sciences sociales. Objectifs info-documentaires Notions : Production : Évaluation : Déroulement :

Comment former à l'esprit critique? La formation de l'esprit critique apparaît comme un objectif mis en exergue dans tous les textes officiels de l’Éducation nationale. Elle est présente par exemple dans le référentiel de compétence des enseignants, cela juste après l'item «transmettre les valeurs de la République»: d'après ce texte, les enseignants ont pour mission d'«aider les élèves à développer leur esprit critique, à distinguer les savoirs des opinions ou des croyances, à savoir argumenter et à respecter la pensée des autres». C'est une exigence que l'on trouve aussi mise en avant dans le programme d'Enseignement moral et civique ou dans le socle commun de compétences, de connaissance et de culture. L'esprit critique est présenté comme une compétence qui doit être mis en œuvre dans le cadre de tous les enseignements. L'actualité plus ou moins récente a conduit à la mise en œuvre de plusieurs initiatives autour de la formation à l'esprit critique. L’«esprit critique», une compétence transversale? Le «critical thinking»

Related: