background preloader

Home — Français

Home — Français
Related:  GénocideShoah

"Jusqu'au dernier", la destruction des juifs d'Europe Ces dernières décennies, l'histoire de la destruction des Juifs d'Europe s’est enrichie de nouveaux éclairages. Jusqu’au dernier porte la voix d’une soixantaine d’historiens internationaux de renom. Ils sont le coeur de cette série documentaire en 8 épisodes de 52 minutes consacrée à l’anéantissement des Juifs d’Europe. Notre objectif est d’appréhender ce sujet dans une vision d’ensemble : nous remontons à ses racines dans les années 30, puis nous analysons comment l’extermination des Juifs d’Europe a été mise en oeuvre et exécutée à l’échelle de tout un continent. Enfin, nous nous intéressons à ce qui a suivi l’ouverture des camps en nous interrogeant sur ce qu’a produit le destruction des Juifs d’Europe, depuis soixante dix ans, à travers le monde.

Historienvirtuel - Reportage choc : les conditions de vie des Juifs d'Europe au temps d'Hitler* | The Virtual Historian Imaginez-vous en janvier 1933. Adolf Hitler vient d'être nommé Chancelier de l'Allemagne. Quelques mois plus tard, à Dachau, Hitler ouvre le premier camp de concentration pour prisonniers perçus comme "ennemis du peuple". Puis ce sera le boycott des commerces juifs, l'interdiction d'enseigner dans les universités ou de travailler dans la fonction publique. Il ne faudra que deux ans à ce gouvernement nazi pour finalement retirer la citoyenneté allemande à tous les Allemands d'origine juive avec les Lois de Nuremberg. L'Allemagne nazie tira parti de l'instabilité politique en Europe pour étendre ses ambitions territoriales. C'est à grand renfort de propagande et d'idéologie raciste et antisémite que l'Allemagne et ses pays voisins seront alors le théâtre d'une des plus sombres pages de l'Histoire du XXe siècle: la ségrégation et l'assassination systématique des Juifs d'Europe (plus tard connue sous le nom d'Holocauste ou de Shoah).

Nuit et Brouillard 1 de 2 Nuit et Brouillard est un film documentaire[1] réalisé par Alain Resnais, à l'initiative d'Henri Michel (historien), et sorti en 1956. Il traite de la déportation et des camps de concentration nazis, en application des dispositions dites « Nuit et brouillard » (décret du 7 décembre 1941). Nuit et Brouillard est une commande du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale[2], un organisme gouvernemental fondé en 1951, dont la fonction était de rassembler de la documentation et de poursuivre des recherches historiques sur la période de l'occupation de la France en 1940-1945, et dont Henri Michel était le secrétaire général[3]. D'une durée de trente-deux minutes, le film est un mélange d'archives en noir et blanc et d'images tournées en couleur. Les images sont accompagnées de la lecture d'un texte de l'écrivain français Jean Cayrol, résistant français déporté dans le KZ Mauthausen en 1943. Le 31 janvier 1956, le film remporte le Prix Jean-Vigo.

Fiches Thématiques L’invasion de la Pologne par l’Allemagne en septembre 1939 déclenche la Seconde Guerre mondiale. Soutenant son allié, la France s’engage dans le conflit et en sort vaincue : l’offensive des troupes du IIIe Reich, en mai 1940, sur le front occidental défait les armées françaises. Le 22 juin 1940, la France vaincue signe une convention d’armistice avec le régime nazi. Ses conditions sont sévères. Elle prévoit notamment l’occupation de plus de la moitié de son territoire, l’annexion de l’Alsace-Moselle et le rattachement du Nord et du Pas-de-Calais au Commandement allemand de Bruxelles. Accéder à la thématique Video Les camps de la mort notice archives video ina.fr The Shoah Memorial

Voyages en résistances Cours Histoire 1ère : Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine. (1) Les combats de la Résistance (contre l’occupant nazi et le régime de Vichy) et la refondation républicaine. Introduction : La deuxième étude s’intéresse au moment qui va de la défaite de 1940 à l’instauration de la IVe République en 1946. Le choc de la débâcle de 1940 amène à une remise en cause radicale d’une république apparemment consolidée par la victoire en 1918, mais que les crises des années 1930 ont fragilisée. Le régime de Vichy développe dès son avènement un discours violemment antirépublicain. (Les valeurs de la République n’occupent cependant qu’une place modeste dans les motivations des premiers résistants à côté du refus de la présence de l’occupant et de la lutte contre le fascisme. L’idée républicaine sort donc relégitimée par quatre années d’occupation mais elle a subi une évolution. Problématique : En quoi la résistance est-elle à l’origine de la refondation de la République ? Frise chronologique page 313 I. A. 1. Carte 1 page 326 : La défaite de 1940 2. B.

Les expériences medicales dans les camps nazis Compte-rendu du Commandant RAPHAËL, du Service Cinématographique des Armées. « Le vendredi 1er décembre 1944, au cours d'une visite à l'Hôpital Civil de Strasbourg pour rechercher du matériel photographique provenant de l'Institut allemand, le Commandant Raphaël, du Service Cinématographique de l'Armée, a constaté la présence dans le sous-sols du bâtiment de l'Institut d'Anatomie de cadavres entassés, dans des cuves peines d'alcool. Ces cadavres étaient destinés aux expériences du Professeur Hirth, Directeur de l'Institut. D'après les déclarations des employés alsaciens : Peter, Wagner et Gabel, ces corps auraient été livrés à l'Institut, sur la demande du Professeur Hirth, par un camp d'internés politiques (Schirmeck ou Struthof). Sur 120 cadavres commandés, 86 ont été livrés (dans la même journée, en plusieurs fois) à 5h du matin. Les corps étaient transportés nus, à raison de 50 par camion. Mr Bong devait être fusillé, et n'a pas été exécuté, afin de servir de témoin.

Si je reviens un jour : les lettres retrouvées de Louise Pikovsky En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille. Internés à Drancy, le père, la mère et les quatre enfants ont été déportés à Auschwitz. Ils n’en reviendront pas. Informée de cette découverte, Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, a prêté main forte à Khalida Hatchy, une professeure de l’établissement qui souhaitait reconstituer le parcours de cette jeune fille.

La Shoah Mais la ruine de l'Europe, causée par la Première Guerre mondiale et renforcée par la crise économique mondiale de 1929, plongea dans la pauvreté un grand nombre de personnes. En 1933, l'Allemagne, comme l'Italie en 1925, porta au pouvoir des dirigeants fascistes qui proposaient des solutions radicales. Le parti nazi, abréviation de Parti national-socialiste, arriva au pouvoir. Ils estimaient que certains individus, particulièrement les juifs, se situaient au bas de l'échelle humaine et étaient des êtres dangereux qu'il fallait éliminer physiquement : c'est la "solution finale", mise en place en 1942. Ces idées ont conduit au plus grand massacre systématique qu'ait connu l'humanité. Contenus extraits de l'ouvrage De la discrimination à l'extermination HISTOIRE DE L'HOLOCAUSTE Clive A.

Les deux albums d'Auschwitz Chefs de projet Cyril Roy et Dominique Trimbur Chef de projet web Olivier Martzloff Un webdocumentaire écrit par Olivier Martzloff, Cyril Roy, David Tessier Conception Olivier Martzloff, Cyril Roy, Vianney Sicard, David Tessier Développement Olivier Martzloff, Vianney Sicard Création graphique David Tessier Sound Design David Tessier Infographie Aurélie Jaumouille Montage vidéo et encodage Bernard Taillat Analyses des photos Album d’Auschwitz : Marcello Pezzetti, Sabine Zeitoun (sauf photos 26 : Alexandre Bande) Sur les photographies présentées ici, des personnes ont pu être identifiées grâce aux chercheurs de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem. Album de Höcker : USHMM, traduction Peggy Frankston, Cyril Roy. Notices historiques et fiches pédagogiques Alexandre Bande, Gilles Gaudin, Emmanuelle Hamon, Danielle Simon Voix Hélène Archereau Interview Lili Jacob Les interviews de Lili (Jacob) Meier (1996) sont issues des archives de l’USC Shoah Foundation. Ce site respecte le droit d'auteur.

« Solution finale ». Expression et projet Cet article a été publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. L’expression « solution finale de la question juive » (Endlösung der Judenfrage) désigne, dans la langue nazie, le traitement des populations juives européennes, promises à la disparition. Cette disparition a revêtu, selon une chronologie fine, plusieurs modalités : l’émigration, l’expulsion-déportation, puis l’assassinat. Avant d’entrer dans la chronologie des politiques nazies, enjeu central de l’historiographie en ce qu’elle engage une interprétation globale du nazisme et du IIIème Reich, il est indispensable de revenir sur l’histoire de cette expression, née en Europe au XIXème siècle. Qu’est-ce que la « question juive » ? Qui dit « solution » dit « problème » ou « question ». Avec les progrès de l’émancipation, la « question juive » (comment faire des Juifs pleinement des citoyens ?) Quelle « solution » à la « question juive » ? L’antisémitisme nazi La politique nazie Le durcissement de 1938

Related: