background preloader

Impression 3D : un plâtre équipé d'un dispositif à ultrasons

Impression 3D : un plâtre équipé d'un dispositif à ultrasons
OSTEOID. Réparer les fractures osseuses près de 40% plus rapidement qu’avec un plâtre classique ? C’est la prétention de l’Osteoid, un plâtre réalisé par impression 3D et imaginé par le designer turc Deniz Karasahin, qui a reçu pour cette invention le premier prix du A’ Design Award dans la catégorie "3D Printed Forms and Products Design". Léger, aéré et résistant à l'eau, l'Osteoid n'empêche pas son porteur de prendre une douche et peut être facilement glissé dans une chemise ou une veste. Il est également peu encombrant, car conçu selon la morphologie du malade. Un système de consolidation des fractures par ultrasons Surtout, ce plâtre d’un nouveau genre utilise un système à ultrasons qui doit permettre aux os de se ressouder 38% plus rapidement qu'avec un plâtre classique. Ce dispositif LIPUS (Low Intensity Pulsed Ultra Sound) qui équipe l'Osteoid est un système de consolidation des fractures par ultrasons de basse intensité à destination des fractures récentes non consolidées.

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140430.OBS5720/impression-3d-un-platre-equipe-d-un-dispositif-a-ultrasons.html

Related:  Impression 3DWhen the technology meet the human mindrechercheEsante

Impression 3D : 24 heures pour fabriquer 10 maisons à 4300 € pièce 24 heures. C'est le temps qu'il aura fallu à une immense imprimante 3D pour construire 10 maisons dans la ville de Shanghai. L'impression 3D est décidément sur tous les fronts. Après l'alimentaire, le vestimentaire, le médical, c'est un projet dans le bâtiment qui a vu le jour à l'initiative de la société Shanghai WinSun Decoration Engineering Co. Voici la première prothèse de jambe contrôlée par la pensée Les prothèses de jambes sont de plus en plus perfectionnées grâce à l’intégration de capteurs et de moteurs de plus en plus légers, mais une avancée considérable vient d’être réalisée avec cette jambe bionique. Sa particularité étant qu’elle est contrôlable par son porteur uniquement avec la pensée. Cela fait quatre ans que les chercheurs en charge de son développement la peaufinent en secret. C’est le RIC ( Rehabilitation Institute of Chicago) qui est à son origine.

L’odeur du chercheur, biais expérimental « Cette publication me fait penser à un canular écrit par une bande de copains. » Marianne Amalric, du laboratoire de neurosciences cognitives de l’université Aix-Marseille n’en croit pas ses yeux. « Pourtant, explique Sophie Pezet de l’ESPCI Paris Tech, il s’agit d’un travail tout à fait solide », de surcroît publié dans un journal très sérieux, Nature Methods. Mais qui, c’est vrai, jette un froid. Car après des siècles de recherches effectuées avec des rongeurs, l’équipe de Jeffrey Mogil de l’université McGill, à Montréal, montre que le sexe des expérimentateurs influence le résultat des expériences menées sur les rats ou les souris : par leur seule présence, les hommes stressent autant les rongeurs que trois minutes de nage forcée ou quinze passées enfermés dans un tube. Les femmes, quant à elles, ne perturbent en rien la quiétude des animaux de laboratoire.

biologie amusante :La longue histoire de la glycémie 1 À la recherche du sucre sanguin 1. À la recherche du sucre sanguin Historiquement, le diabète sucré est l’une des pathologies les plus anciennement décrites. Pourtant, malgré des siècles d’études, il a fallu attendre les travaux de Claude Bernard au dix-neuvième siècle pour comprendre l’origine du sucre sanguin et le vingtième siècle pour décrypter la physiopathologie des diabètes et élaborer des traitements adaptés.

Vaincre la fatigue synaptique - Stress et Sommeil par Bruno Lacroix (Suite de l'article paru dans le numéro de mars) Augmenter et potentialiser les catécholamines 3. Importance des membranes (oméga-3) Un des effets majeurs d'une déficience en oméga-3 est la diminution de la neurotransmission des neuromédiateurs et, plus spécialement, de la dopamine sur le lobe préfrontal.

Une imprimante 3D fabrique des objets en verre Un objet en pâte de verre, d'abord dessiné sur écran et ensuite réalisé par l'ordinateur. © University of Washington Une imprimante 3D fabrique des objets en verre - 2 Photos A l'Université de Washington, Mark Ganter et ses collègues du Solheim Rapid Manufacturing Laboratory travaillent depuis de nombreuses années sur ce que l'on appelle les imprimantes 3D, capables de fabriquer des objets. A l'origine, cette technique, appelée stéréolithographie, utilisait la polymérisation de résine par un laser piloté par un ordinateur et balayant la surface. Un logiciel peut ainsi, tranche par tranche, solidifier la résine pour matérialiser un modèle numérique. Toujours utilisée dans l'industrie, et même en chirurgie, cette technique reste très coûteuse mais une autre méthode est apparue, reprenant, elle, le principe d'une imprimante à jet d'encre.

De la greffe du visage au test de l'image «En fait, je veux reprendre une vie normale», dira-t-elle. Mais rien n'était tout à fait normal hier midi à la tribune dressée dans l'enceinte de l'hôpital d'Amiens. Il y avait là des professionnels de la profession médicale. Une protéine "Dr Jekyll et Mr Hyde" à l’origine du diabète de type 1 ? Une protéine bipolaire pourrait-elle être responsable du diabète de type 1 ? Dans une étude publiée lundi 9 juin dans les PNAS des chercheurs ont montré comment une protéine (GAD65) change de forme selon qu’elle est active ou inactive. Dans le cerveau, cette protéine GAD65 joue un rôle essentiel puisqu’elle est impliquée dans la synthèse de neurotransmetteurs, des composés chimiques qui influent sur le fonctionnement des neurones. Mais cette protéine est également présente dans le pancréas, l’organe où se joue le déclenchement du diabète de type 1 (DT1). Le Diabète de type 1 (DT1) est un trouble de la régulation des sucres apportés par l’alimentation.

Capteur/Détection et mesure d'éléments ou de molécules — Wikiversité Une page de Wikiversité. Début de la boite de navigation du chapitre fin de la boite de navigation du chapitre Sciences : La parole recréée par analyse du cerveau Des électrodes fixées sur le lobe frontal permettent de reproduire les mots qu'une personne entend. Les chercheurs envisagent notamment de rendre la parole à des personnes incapables de prononcer des sons. (Illustration : Alejandro Zorrilal Cruz) Des scientifiques américains ont réussi l'exploit de reproduire des mots en analysant avec des électrodes l'activité cérébrale de patients. Cette technique est encore imparfaite et expérimentale mais elle marque un grand progrès dans la connaissance des processus en jeu pour la compréhension du langage, et laisse espérer de nombreuses applications.

Le stylo ultime des geeks makers ! Hello les amis ! On commence notre journée avec un stylo assez incroyable car il peut… dessiner dans d’espace ! Le 3Doodler est un stylo qui vous permet de « croquer » en trois dimensions, tout comme une imprimante 3D. 3Doodler est le premier et seul stylo au monde (pour l’instant) qui permet d’imprimer en 3D. Homosexualité, transsexualité: nous sommes partout L’homosexualité est un sniper silencieux qui colle une balle dans le cœur des enfants des cours de récréation, il vise sans chercher à savoir s’ils sont gosses de bobos, d’agnostiques ou de catholiques intégristes. Sa main ne tremble pas, ni dans les collèges du VIe arrondissement, ni dans les zones d’éducation prioritaires. Il tire avec la même précision dans les rues de Chicago, les villages d’Italie ou les banlieues de Johannesburg. L’homosexualité est un sniper aveugle comme l’amour, éclatant comme un rire et aussi tendre qu’un chien. Et s’il se lasse de prendre des enfants pour cible, il tire une rafale de balles perdues qui vont se loger dans le cœur d’une agricultrice, d’un chauffeur de taxi, d’un chanteur hip-hop, d’une factrice pendant sa tournée… la dernière balle a atteint une femme de 80 ans pendant son sommeil. Pour ceux qui ont le courage de regarder la blessure en face, la balle devient la clé d’un monde dont ils n’avaient jamais rien vu auparavant.

Related: