background preloader

Paola Tabet : La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel

Paola Tabet : La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel
Je vais donc résumer le livre de Paola Tabet La grande arnaque : Sexualité des femmes et échange économico-sexuel Avant de résumer ce livre, plusieurs choses : Ce livre n'est pas un plaidoyer pour ou contre la prostitution. Lorsque Tabet parle de "violences hors des règles sociales", elle décrit un fait ; elle n'est pas en train de l'approuver. Ainsi par exemple, le viol conjugal est dans certains pays une violence admise dans les règles sociales. Battre sa femme, la prostituer peut être admis également. Tabet est une ethnologue en cela le livre regorge d'exemples de terrain. Chapitre 1 : Problème de définition, questions de pouvoir Paola Tabet veut étudier ce qu'elle nomme les échanges économico-sexuels. Tabet a donc tenté de dépouiller la documentation ethno-anthropologique afin d'étudier l'ensemble des relations sexuelles entre les femmes et les hommes qui impliquent une relation économique. Le champ d'investigation de Tabet n'implique pas les relations homosexuelles. 2. 4. Conclusion

http://www.crepegeorgette.com/2014/04/07/paola-tabet-grande-arnaque-sexualite-femmes-echange-economico-sexuel/

Related:  Prostitutiondans le couple hétéroFéminismeCavernedAliBaba

L'utopie libérale du service sexuel, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Les « travailleurs du sexe » qui militent pour la légalisation de leur activité insistent souvent sur le fait qu’ils sont indépendants et n’ont pas de proxénète. Ce discours tend à faire oublier les profits colossaux engendrés, dont les intéressées sont souvent les dernières à voir la couleur — quand elles la voient (1). Agences de voyages, sociétés de transport, hôtels et autres intermédiaires, sans même parler des trafiquants, en bénéficient largement. Dans le monde économique français, la pratique de la « chambre garnie » permet de conclure un grand nombre d’affaires. Les grandes entreprises du secteur de l’eau, par exemple, ont abondamment utilisé les services de call-girls pour tenter de remporter les marchés auprès des élus (2).

Le consentement existe-t-il dans l'hétérosexualité ? (Comme la remarque m'a été faite par mail, je précise que je ne suppose pas que les rapports homosexuels, panssexuels etc sont exempts de rapports de pouvoir, ils ne sont juste pas le sujet de mon article). Je revois passer, chez les différents courants féministes, des critiques autour du courant "sex positive" ou "pro sexe". Essayons déjà de remonter à la genèse de cette opposition qui date de la fin des années 70. A cette époque des féministes commencent à discuter de ce qui ne l'a pas encore été dans les mouvements féministes à savoir la sexualité hétérosexuelle. De là découlent des discussions sur la pornographie et la prostitution. Prostitution : la loi d'avril 2016 Dans un premier article, j'ai parlé du vocabulaire utilisé autour du sujet de la prostitution. J'ai ensuite parlé de l'invisibilité des femmes migrantes puis abordé la question de l'exploitation humaine et des réseaux prostitutionnels. Je vais donc maintenant aborder la loi d'avril 2016 intitulée "Loi n° 2016-444 du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées". Il est important de garder en tête que sur les 30 à 40 000 personnes qui se prostituent en France, 90% sont des femmes étrangères dont la plupart sont sans papier. On ne peut donc étudier la question de la prostitution, et les lois votées, sans connaître la position de la France quant à l'immigration. Chacun-e aura pu constater les conditions dans lesquelles vivent certain-es demandeurs d'asile et migrants.

Le voile a une histoire... qui commence avec la prostitution sacrée en Assyrie Pour Sandrine, avec toute ma sympathie Le voile a une histoire... qu’il convient de connaître d’abord, avant d’avancer des raisons —parfois fallacieuses— de l’autorisation de son port ou de son interdiction. La première preuve textuelle du port du voile vient de la Mésopotamie, où le culte de la déesse Ishtar était associé avec la prostitution sacrée. Ishtar, nom akkadien de la déesse, est représentée voilée. Dans un hymne, l’Exaltation d’Inanna (nom sumérien donné à Ishtar), écrit vers 2300 avant J.C. par le grand prêtre du dieu de la Lune à Ur, cette déesse est appelée hiérodule —prostituée sacrée— d’An, An étant le plus ancien dieu des Sumériens. Le premier document légal qui mentionne les prostituées sacrées, ou hiérodules, est le Code d’Hammourabi, qui date de 1730 av.

L'humanité au pluriel - Bertrand Jordan L'humanité au pluriel Collection Science Ouverte Bertrand Jordan Prix 2009 La Science se livre La génétique et la question des races Sommaire L'humanité au pluriel Avant-propos Petite histoire des races et du racisme L'évidence de la race La science contre les races Différences et inégalités Diversité des populations : les premiers marqueurs Les Snips définissent des groupes humains Pour être plus précis Tous enfants de Cro-Magnon Le business des races Des chiens et des hommes "Races" et maladies Un médicament "ethnique" ? "Races" et aptitudes La fin d'un voyage Bibliographie et "webographie" Glossaire Table L'auteur Bertrand Jordan Bertrand Jordan, biologiste moléculaire, auteur de plusieurs ouvrages sur la génétique et ses applications, a obtenu le prix Roberval en 2000 pour Les Imposteurs de la génétique et en 2007 le prix Jean Rostand pour Thérapie génique : espoir ou illusion? L'humanité au pluriel dans la presse

Le travail du sexe contre le travail Alors que dans les pays anglophones, le terme de « sexwork » est devenu tout à fait courant, on constate de grosses réticences à parler de « travail sexuel » chez les intellectuel-le-s et militant-e-s francophones. Que ce soit chez les prohibitionnistes pour qui la prostitution n’est ni un métier ni un travail mais une violence, une atteinte à la dignité des femmes – comme si le « travail » et la « violence » s’excluaient mutuellement – ou chez celles et ceux qui, à l’exemple de Lilian Mathieu, s’opposent à cette prohibition tout en conservent un certain « scepticisme devant la revendication d’une reconnaissance du “travail du sexe”» : ce refus de parler de travail du sexe semble symptomatique des difficultés que rencontrent notamment une partie de la gauche et des féministes à penser le travail des femmes. Si la thématique suscite certes un intérêt croissant, ces difficultés ne sont pas nouvelles.

Résumé de : Les femmes de droite d'Andrea Dworkin Je vais vous résumer Les femmes de droite d'Andrea Dworkin. Le livre date d'il y a trente ans ce qui explique par exemple qu'elle évoque le viol conjugal en soulignant qu'il est autorisé. Je résume ce livre en réaction aux nombreux textes réagissant au tumblr des femmes anti féministes. Dans la préface, Christine Delphy souligne qu'à part Dworkin peu de féministes ont évoqué la sexualité hétérosexuelle dans une société patriarcale. Le sport féminin à la traîne – croque-plume A lire et entendre certains comptes rendus sportifs dans les médias ces derniers mois, un double constat s’impose face à la couverture du sport féminin et invite à une petite réflexion. La Une de L’Equipe du vendredi 27 mai 2016 Plusieurs sujets traitant de l’égalité entre les hommes et les femmes sont aujourd’hui débattus publiquement, mais il en est un qui semble échapper malicieusement à toute forme de remise en question. Si j’évoque le sport féminin et sa représentation médiatique, des voix s’élèveront certainement – dont la mienne – pour souligner que sa couverture a augmenté ces dernières années et que de plus en plus de matches sont retransmis (certes sur des chaînes secondaires).

Psychologie : pourquoi l’islam crée des jihadistes Les islamophiles sont unanimes, lorsqu’ils parlent du terrorisme : « l’islam, ce n’est pas ça » disent-ils. Ce qu’ils ne peuvent nier, en revanche, c’est que l’islam crée des terroristes. Nicolaï Sennels, psychologue danois, et auteur du livre « Parmi les criminels musulmans », paru en 2009, dévoile son expérience de psychologue dans une prison pour jeunes délinquants de Copenhague, majoritairement Musulmans, et expose les différences psychologiques entre les Musulmans et les Occidentaux. Personne ne naît meurtrier de masse ou violeur ou criminel violent. Alors comment la culture musulmane arrive-t-elle à influencer ses enfants, au point de pousser un nombre relativement élevé de musulmans à nuire à d’autres personnes ? Le Danemark accueille des étrangers du monde entier et selon les statistiques officielles du “Danmarks Statistik”, explique Sennels, les groupes d’immigrés non musulmans sont moins criminels que les Danois de souche.

Related: