background preloader

Blog Jardin Alsagarden - le magazine des jardiniers curieux

Blog Jardin Alsagarden - le magazine des jardiniers curieux
L’association de certaines plantes entre elles permet d’obtenir de belles récoltes et d’avoir un beau jardin en excluant l’utilisation d’engrais chimiques et pesticides. Cette technique appelée « compagnonnage » consiste tout simplement à associer, au sein de mêmes cultures, des plantes compagnes l’une de l’autre qui peuvent s’échanger divers services comme par exemple avoir une action répulsive ou toxique sur des insectes spécifiques. Le compagnonnage était pratiqué principalement avant l’invention des pesticides chimiques, mais il est à nouveau utilisé depuis quelques années dans le cadre notamment de la permaculture et du jardinage biologique. La biodiversité : L’assurance santé de votre jardin potager ! Plus la diversité de légumes, de plantes aromatiques, de fleurs et de plantes à fruits est importante dans le potager, plus les risques de maladies et de présence de ravageurs diminuent. Des plantes répulsives contres les ravageurs ! Marre du désherbage ? Vous avez aimé cet article ?

http://www.alsagarden.com/blog/les-bonnes-associations-de-plantes-au-jardin/

Related:  permaculture 2Permacultureannerogano

La permaculture En janvier 2009, à la demande de Michel Courboulex, j’ai rédigé le premier d’une série d’articles qui paraissent depuis tous les deux mois dans la Gazette des Jardins. Cette série s’intitule « Aventures en permaculture ». Elle relate mes essais souvent maladroits et parfois comiques d’installer un écosystème permettant la survie humaine. Ces essais ont pour localisation le hameau Pinaud dans l’arrière-pays niçois, d’où la signature sous le pseudonyme Ghislain Depinaud. J’essaye d’expliquer brièvement ce qu’est la permaculture dans le premier article, mais plusieurs ami-e-s m’ont demandé de leur en dire davantage. Potager "bio": Associez des fleurs pour protéger les légumes - Vireux Rive Gauche Plantez des myosotis autour de vos pieds de framboisiers pour tenir éloigner les vers du framboisier. Les soucis ont la réputation de tenir éloignés les insectes, plantez-en dans votre potager en les mariant aux carottes, aux choux et aux laitues. Plantez des capucines entre vos rangs de tomates, choux, carottes, pommes de terre et haricots pour tenir éloigné les mouches blanches (aleurodes). Mariez les oeillets d'inde au feuillage odorant avec les tomates , les choux, les haricots, les carottes, les pommes de terre et les poireaux pour leur effet nématicide et contre les aleurodes. Leur odeur fait fuir bon nombre d'insectes et ils favorisent le développement des tomates.

Permaculture – Nourrir une Famille de 4 Personnes Conférence Multimédia sur le fonctionnement d’un jardin cultivé avec les techniques de la permaculture. Elle nous présente un plan visant à nourrir une famille de 4 personnes, tout en respectant la terre. Riche d’informations, cette conférence est réalisée dans le quartier de Koenigshoffen à Strasbourg, par Christophe Koppel, de l’association Brin de Paille. Partie I Partie II Partie III Quand l'élève est prêt, le maître arrive Les cultures associées ou l’association de culture L’alternance et l’association des cultures consistent à faire des cultures associées à leur mutuel bénéfice. Cette technique de cultures associées est aussi appelée « compagnonnage de plantes » Dans l’agriculture moderne, les associations d’espèces de plantes ont quasiment disparues : notamment les associations de graminées et de légumineuses qui sont très fréquentes dans la nature, notamment dans les systèmes prairiaux.

Le Verger En Permaculture Quel délice de déguster les fruits de son verger ! D’autant plus que l’arbre fruitier, comme toute plante pérenne, nous apporte sa production inlassablement chaque année, avec une maintenance très limitée, sans labour, semis ou autres dépenses d’énergies diverses…Un véritable exemple de permanence ! Image extraite du film « Le Verger Permaculturel: au-delà du Bio » Abris à insectes : les conseils d’un pro Qu’on les appelle hôtels, abris ou chalets à insectes, ils sont très tendance dans une période où l’on se préoccupe de plus en plus d’écologie. Mais ont-ils un véritable rôle dans la biodiversité ? Des questions que nous avons posées à un spécialiste, Philippe Bérenger-Lévêque, qui nous en décrit l’intérêt mais nous donne aussi des conseils.

Les néo-paysans Gaspard D'Allens et Lucile Leclair sont partis un an sur les routes de France à la rencontre des néo-paysans. Ces hommes et femmes ont décidé de cultiver leur rêve ailleurs que sur le bitume, en changeant de vie pour devenir maraîcher, éleveur, apiculteur, arboriculteur... Les néo-paysans, Gaspard d'Allens, Lucile Leclair, ed. Seuil-Reporterre, 144p, 12 euros Je m’appelle Nicolas, j’étais directeur d’une entreprise de produits phytosanitaires avant d’exploser à quarante ans.

8 associations de plantes testées au potager et verger bio Qui n’a jamais entendu parler de l’association de la tomate et de l’œillet d’inde ? Du poireau et de la carotte ? Des trois sœurs ? En 60 jours, il est passé de quelques graines à un potager bio hyper productif en permaculture Dans l’agitation de notre vie quotidienne, l’idée de faire pousser ses propres légumes semble impossible. L’histoire et les photos qui suivent vous prouveront le contraire et vous donneront la motivation nécessaire pour réaliser vos rêves. Il y a un an, un scandale éclata au Canada. Le propriétaire d’une maison avec jardin décida de transformer en potager sa parcelle de terre donnant sur la rue. Il souhaitait faire pousser ses propres légumes. Mais la ville n’aima pas l’idée et lui donna l’ordre de faire pousser de l’herber à la place.

Les Trois Sœurs et La Milpa: des techniques ancestrales de cultures associées La méthode des « trois sœurs » ou du « jardin Iroquois » qui consiste à cultiver simultanément maïs, courges et fèves est une technique agricole ancestrale de culture associée pratiquée par les Amérindiens d’Amérique du Nord ou Centrale depuis plus de 6,000 ans. Cette technique qui est particulièrement adaptée aux climats tempérés ou secs connait depuis quelques années un regain d’intérêt important chez les jardiniers amateurs. Dans le documentaire récent de Marie-Monique Robin (Les Moissons du Futur), c’est la Milpa (la version Mexicaine de la méthode des Trois Sœurs) qui est longuement évoquée et citée en exemple de premier modèle d’agroécologie. D’apparence rudimentaire, cette méthode permet en fait de mettre en place un mini écosystème autosuffisant d’une efficacité étonnante qui demande un apport énergétique minimal.

Blog Jardin Alsagarden - le magazine des jardiniers curieux Un « jardin-forêt » est un agrosystème imitant la forêt naturelle, organisé intelligemment pour une production de nourriture écologique. Robert Hart, pionnier des jardin-forêts en climat tempéré inventa un système basé sur l’observation que la forêt naturelle peut être divisée en sept niveaux distincts, depuis les grands arbres fruitiers (couche canopée) jusqu’au plantes potagères et aromatiques (couche couvre-sol) en passant par les petits arbustes à fruits comestibles (strate arbustive). Dans cet article nous verrons les différentes espèces et variétés pouvant être cultivés dans ces sept states distinctes dans un climat tempéré. Quelles plantes dans un jardin-foret ? Par opposition au verger où l’on cultive des arbres de même espèce, de même âge et de même taille, la forêt présente un grand nombre d’espèces, de tailles et d’âges différents. 1.)

La texture du sol La texture d'un sol correspond à la répartition dans ce sol des minéraux par catégorie de grosseur. On s'intéresse à la granulométrie (à la mesure du diamètre des particules) indépendamment de la nature et de la composition de ces minéraux, et indépendamment de la structure du sol (aéré ou compact par exemple). La texture du sol ne tient pas compte du calcaire et de la matière organique. Voici une méthode simple d'analyse de la texture du sol. Récolter trois échantillons de sol à différents emplacements du jardin dans les premiers centimètres du sol, juste sous la couche d'herbe. Remplir à moitié un bocal (transparent) par emplacement. Semis en contenants - monjardinenpermaculture.fr Article écrit par Joseph Chauffrey pour Mon Jardin En Permaculture Contrairement aux semis de pleine terre, réalisés à même le sol du potager, les semis en contenants (par exemple en pot) démarrent leur croissance « hors sol » et nécessitent alors une étape de repiquage. Les contenants peuvent être de différentes sortes : 1) Les plaques de culture :

Related: