background preloader

Quatre raisons pour lesquelles Facebook investit la réalité virtuelle

Quatre raisons pour lesquelles Facebook investit la réalité virtuelle
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michaël Szadkowski Après WhatsApp pour 19 milliards de dollars, Oculus pour 2 milliards. Facebook continue son expansion dans les nouvelles technologies en annonçant le rachat, mardi 25 mars, de l'entreprise californienne qui développe des interfaces de réalité virtuelle. Un choix qui s'explique par le très fort potentiel du secteur. Oculus VR est une entreprise récente, mais qui suscite un fort engouement. Le créneau de l'entreprise, où travaillent 50 personnes : la réalité virtuelle. Lors du dernier salon du jeu vidéo au festival interactif South by Southwest à Austin (Texas), plusieurs stands démontraient la capacité du dispositif en termes d'immersion. Même chose à San Francisco, lors de la Game Developers Conference qui s'est tenue du 17 au 21 mars, où a été présenté le dernier modèle développé par Oculus : le Rift DK2, dont les caractéristiques techniques promettent une meilleure expérience sensorielle. Le secteur est néanmoins prometteur. Related:  L'homme augmentéRéférences publications

Inform'Action - Propagande de la BBC : « pourquoi je veux Après les Gafa, les nouveaux maîtres du monde sont les Natu Les Gafa, c’est tellement 2014... Voici venir l’ère des Natu. Natu, c’est l’acronyme de l’été 2015 ; celui qui réunit les quatre grande entreprises emblématiques de la « disruption » numérique : Netflix, Airbnb, Tesla, et Uber. Les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) sont toujours bel et bien là, affichant une santé économique insolente et une surface financière plus importante que bien des Etats ; néanmoins ces entreprises font déjà figure de « vieilles » (pensez, Mark Zuckerberg va être papa...) face à l’émergence de la nouvelle génération des géants américains, qui surfent sur de nouveaux modèles. Cette mutation d’une vitesse spectaculaire du capitalisme à l’heure numérique affecte l’économie mondiale, la création et la destruction d’emplois à l’échelle planétaire, l’évolution de nos systèmes sociaux et du salariat ; ne pas chercher à comprendre le phénomène, qui n’a plus grand chose à voir avec la part d’idéalisme de l’économie du partage, condamnerait à le subir. Absence de débat

Réalité virtuelle : Facebook s’empare d’Oculus Rift pour 2 milliards de dollars Facebook a créé la surprise hier en annonçant l’acquisition d’Oculus Rift pour 2 milliards de dollars. Ce n’est pas tant la somme que le secteur d‘activité de cette start-up californienne qui interpelle. Oculus Rift développe en effet un casque à réalité virtuelle pour les jeux vidéo. Le projet a été lancé en 2012 et Oculus Rift a déjà vendu 75 000 exemplaires de son kit de développement. La transaction proposée par Facebook comprend 400 millions de dollars en numéraire et 23,1 millions d’actions Facebook actuellement valorisées à 1,6 milliard de dollars. Pari sur l'avenir Que compte faire le réseau social avec une telle acquisition ? « Le mobile est la plateforme d’aujourd’hui et, maintenant, nous nous préparons pour les plateformes de demain », a déclaré Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook. « Un jour, nous pensons que ce type de réalité augmentée immersive fera partie du quotidien de milliards de personnes », conclut-il.

Messenger : Facebook a-t-il oublié qu'il avait racheté WhatsApp ? Le réseau social veut imposer Messenger, un service concurrent à celui pour lequel il a déboursé 19 milliards de dollars. En réalité, la décision n'est pas si surprenante que cela. Les utilisateurs de Facebook qui veulent continuer à s'envoyer des messages privés sur leur mobile doivent désormais passer par "Messenger". Le réseau social impose depuis quelques jours à ses membres d'installer cette application pour continuer à dialoguer de la sorte, à moins de passer par le navigateur mobile. Ce "putsch" a été vivement contesté par les utilisateurs, en témoignent les commentaires et notes obtenues par Messenger sur l'Apple Store. La décision d'imposer Messenger, une application dont l'ergonomie et la praticité ont longtemps été décriées, ne manque pas d'étonner, à peine deux mois après le rachat de WhatsApp. Transformer une appli "portail" en une galaxie d'applis à usage unique WhatsApp, une caution à 19 milliards de dollars

FYP Editions - Editeur de l'innovation Transformer le corps humain en faisant appel à la technologie, implanter dans le corps des composants artificiels, mixer le biologique et l’électronique, développer de nouveaux sens, augmenter les capacités humaines… telles sont quelques-unes des finalités du body hacking. Portée par la recherche scientifique qui, depuis plusieurs décennies, cherche à tirer parti du numérique, de l’électronique et de la robotique pour guérir ou améliorer le quotidien de patients souffrant de pathologies et handicaps sévères, la démarche a évolué récemment. Aujourd’hui, ce sont des individus eux-mêmes qui poussent la logique de liberté individuelle à son paroxysme, en entreprenant sur leur propre corps des modifications physiques parfois extrêmes. À la croisée du « hacking » et du transhumanisme, cette tendance s’inscrit dans la logique de modifications corporelles plus anciennes et bien établies, comme le tatouage et la chirurgie esthétique. Extrait : Chapitre III Demain l’homme augmenté (par l’homme)

Allons-nous entrer dans l’anthropocène en 2016 ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Un nouveau chapitre de l’histoire de la Terre s’est-il vraiment ouvert ? On ne commencera à le savoir qu’au printemps 2016, avec la réunion-clé, à Oslo, en Norvège, d’une quarantaine de chercheurs qui rendront les conclusions de leurs travaux sur l’anthropocène : sa caractérisation, son début, etc. Bref, sa réalité. Pour une majorité de scientifiques, mais aussi dans la presse, la cause est pourtant déjà entendue : la planète est bel et bien entrée dans l’anthropocène. Lire aussi L’anthropocène ou le chaos De fait, les activités de l’Homo sapiens changent la composition de l’atmosphère et la réchauffent à marche forcée et chargent l’environnement de substances chimiques de synthèse détectables des tropiques jusqu’aux glaces de l’Arctique. Officiellement, pourtant, nous n’y sommes toujours pas. « Signature » géologique Mais les choses bougent. La procédure n’est pas une formalité. Pourquoi est-ce si compliqué ? « Grande accélération »

Non, Facebook ne va pas devenir payant (mais le marketing gratuit, c'est fini) WEB - L'audience des Pages continue de baisser, alors que le réseau essaie de convaincre les marques de payer pour promouvoir leurs posts... Mark Zuckerberg a beau répéter que Facebook restera un service gratuit, la rumeur d'un accès payant revient régulièrement. Jeudi, c'est Slate qui l'annonce: «Facebook payant: la blague sur le point de devenir réalité», reprenant un billet «le gratuit, c'est fini» de Valley Mag. Sauf qu'il ne s'agit que d'une polémique sur l'efficacité des campagnes marketing des «fans Pages». Pour le grand public, rien ne change: Facebook reste un service gratuit financé par la publicité. Les posts des «Pages» vus par moins de fans La tendance n'est pas nouvelle mais une étude récente relance le débat. Il y a un an, Facebook a modifié ses algorithmes qui sélectionnent quels posts sont affichés dans le newsfeed. «Le sentiment de s'être fait entuber» Du côté des professionnels du marketing, la colère gronde. Facebook ne nie pas la tendance. Le problème des faux likes

Facebook F8 : ce qu'il faut retenir La conférence F8 n'avait pas eu lieu depuis 2011, autant dire que l'évènement était très attendu. Par les développeurs, à qui cet évènement est principalement destiné, mais aussi par le marché car c'est lors du F8 que Mark Zuckerberg annonce les nouvelles fonctionnalités et les nouvelles directions de la plateforme. Cette édition 2014 ne déroge pas à la règle... Si l'on devait résumer ce F8 2014 en quelques mots, ceux-ci seraient probablement : mobile, monétisation, et stabilité. Facebook s'est donc donné pour mission de simplifier tout cela et s'imposer comme dénominateur commun à l'ensemble des plateformes. Désormais, Facebook garantit sa nouvelle API pendant 2 ans. De nouveaux outils pour les dévelopeurs Facebook a annoncé la refonte de son Facebook Connect (Login with Facebook) avec princpalement deux avancées : Il sera possible de choisir dès la création de compte les informations que vous souhaitez partager avec l'application. De nouvelles fonctionnalités à proposer aux utilisateurs

Hans Jonas: vingt ans de polémiques - 12 octobre 2012 Décidément, les Français ont un problème avec Hans Jonas (1903-1993). C’est vrai que «le Principe Responsabilité», c’est écrit tout petit ; mais quand on constate que, presque vingt ans après sa mort, et vingt-deux ans après la traduction française (et tardive) de son livre majeur, le philosophe allemand, élève d’Husserl et d’Heidegger, reçoit encore les mêmes critiques, il prend l’envie de mettre l’écologie au programme de philosophie des classes terminales – à défaut de la voir figurer au programme du gouvernement. Pour preuve, le billet caricatural de Roger-Pol Droit, dans «le Monde» du 23 août, à l’occasion de la sortie simultanée de deux livres: d’une part l’excellent ouvrage d’Eric Pommier, «Hans Jonas et le Principe Responsabilité» ; d’autre part, la traduction de textes inédits de Jonas sur «l’Art médical et la responsabilité humaine». Antihumaniste, Hans Jonas ? Khmer vert, affreux biocentriste ? Tout bêtement kantien, Hans Jonas ? Bérengère Hurand

Related: