background preloader

Process com: comment gérer les six personnalités les plus courantes

Process com: comment gérer les six personnalités les plus courantes
D'après la méthode d'analyse ProcessCom®(1), mère de beaucoup d'autres, on distingue six profils de personnalité, dont l'un domine chez chacun de nous. Le manager a intérêt à les connaitre, afin de cerner les besoins psychologiques de ses collaborateurs et de les nourrir de façon adaptée. Objectif : booster leur motivation, faire baisser la pression individuelle et insuffler un état d'esprit positif dans l'équipe. 1. Logique, rationnel, responsable, il fonctionne par étapes, soucieux d'avoir des directives claires et des échéances. >> Ses besoins: la perfection et la structuration du temps Pour le féliciter : "Bravo, bon boulot. Pour le recadrer : " Le dossier Y n'a pas été rendu à l'heure puisque tu me l'as apporté vendredi à 17h, ce qui ne m'a pas permis de le traiter dans la foulée..." 2. Chaleureux, sensible, il est attentif aux autres et inspire confiance. >> Ses besoins :la reconnaissance de soi et le " self cocooning ". Pour le recadrer : "Si je te reçois, c'est pour te parler. Related:  modèlesManagementtravail d'équipe

Connaissez-vous vos valeurs personnelles et les respectez vous ? Qu'est ce que sont les valeurs personnelles ? Les valeurs personnelles sont ce que nous sommes et qui nous sommes au fond de nous-même et pourquoi nous agissons comme nous agissons, aussi bien avec nous-même qu'avec autrui. Nos valeurs personnelles sont les fondements de toute décision que nous prenons quelque soit le domaine de notre vie. Néanmoins, pensez-vous connaître réellement vos valeurs personnelles ? Et pensez-vous être et agir dans leur respect le plus total ? L'étape numéro une est de connaître ou de déterminer ses valeurs personnelles. Respecter ses valeurs personnelles, c'est également bien se connaître et avoir une solide confiance en soi. Vos valeurs vont également jouer le rôle de rassemblement. Déterminer ses valeurs personnelles relèvent d'un vrai travail sur soi et les connaître et les respecter vous permettra d'être beaucoup plus en accord avec vous-même. Pourquoi déterminer et prioriser vos valeurs personnelles est capital ? Que choisir comme valeurs personnelles ?

Les 10 plaies de la légitimité du manager - Coaching de manager S’imposer comme manager, c’est déjà loin d’être évident. Alors quand on vient en plus vous mettre des bâtons dans les roues, il y a de quoi pester ! A partir de cas réels, j’ai identifié 10 « plaies d’Egypte » qui peuvent s’abattre sur le manager et menacer sa légitimité. Nous verrons aujourd’hui les 3 premières : le court-circuit, le désaveu et le faux bond. La légitimité d’un manager repose à la fois sur des éléments extérieurs (événements, environnement) et intérieurs (posture, savoir-être etc.) Avant tout, que recouvre la légitimité d’un manager ? La nomination au poste de manager donne-t-elle toute la légitimité nécessaire ? Dans ce contexte il arrive que des facteurs extérieurs s’abattent sur le manager et bousculent sa légitimité, qu’elle soit installée ou en pleine construction. 1 – Le court-circuit Le problème : La hiérarchie court-circuite le manager en s’adressant en direct à son équipe. Exemple : Comment réagir ? Quelques pistes de réflexion : 2 – Le désaveu Exemple : Exemple :

Le travail en équipe, tout un contrat! La plupart des étudiants sont appelés à réaliser des travaux en équipe durant leurs études universitaires. Or, les étudiants savent-ils bien démarrer un projet d’équipe, se répartir les tâches de façon équitable, tenir des réunions efficaces et résoudre des conflits entre coéquipiers? Le vidéo « Le travail en équipe, tout un contrat » traite de ces points à l’aide de deux vidéos. La première vidéo intitulée « Partie fiction » (durée 13 min.) propose quatre volets scénarisés portant sur les différents aspects d’un travail réalisé en équipe. Le visionnement de cette vidéo permet aux étudiants de réfléchir sur les exigences d’un travail en équipe ainsi que d’identifier des solutions aux problèmes susceptibles de survenir en cours de réalisation d’un projet.

Gestion de projet outil - Loi de Pareto 80/20 Économiste et sociologue italien, Vilfredo Pareto (1848-1923) est resté célèbre pour son étude de la répartition des impôts au milieu du XIXème siècle en Italie qui a révélé que 20% des contribuables payaient 80% de la recette des impôts. Il en déduisit que 80% des richesses du pays étaient détenues par 20% de la population. Ce ratio des 80/20 se vérifie dans bien d’autres domaines, c’est pourquoi on parle de principe de Pareto. Qui a étendu les travaux de Pareto? Joseph Juran (1904-2008), théoricien de la démarche qualité globale dans l’industrie, s’inspira des travaux de Pareto et en tira l’idée que pour un phénomène, 20% des causes produisent 80% des effets. Par exemple, pour un stock de produits vendus, 80% du chiffre d’affaires est généré par 20% des produits. Aujourd’hui encore, les applications du principe de Pareto sont multiples. Comment appliquer alors le principe de Pareto à la gestion de la qualité projet? Il y a plusieurs façons d’appliquer le principe de Pareto. Claire Cornic

Les bases d'une fiche de poste efficace "La fiche de poste ? C'est un outil indispensable à la gestion de mes recrutements et une base de travail pour l'entreprise", résume Ramzi Laïb, cofondateur de YouFID (raison sociale : Woappy), concepteur d'une application de fidélisation client pour les commerçants. Le dirigeant de cette TPE parisienne a progressivement embauché du personnel technique, administratif et commercial jusqu'à compter aujourd'hui dix salariés. Pour lui, hors de question de se passer de ce document, qui présente une triple utilité : clarifier les missions du collaborateur, cadrer les recrutements et servir de base objective pour l'entretien annuel afin de comparer les missions décrites avec leur réalisation effective. "Ce document doit être à la fois précis et exhaustif" "Ce document doit être à la fois précis et exhaustif concernant les évolutions potentielles du poste, explique André Aurière, directeur de la Boutique de gestion de Franche-Comté (réseau d'appui aux entrepreneurs). Un rôle, des missions

Créer un diagramme de Gantt avec un logiciel de bureautique Le diagramme de Gantt, souvent utilisé en gestion de projet, est un outil de planification qui permet de répertorier et de suivre visuellement l'état d'avancement des différentes tâches à effectuer (et leurs échéances) matérialisées graphiquement par une barre horizontale. Son origine remonte a priori aux travaux pionniers de Karol Adamiecki, créateur du « harmonogram » en 1896 même si l'on retient davantage l'appellation « diagramme de Gantt », du nom de l'ingénieur américain Henry Laurence Gantt, qui en a publié la description dans les années 1910-1920. Plusieurs logiciels de management facilitent l'élaboration de diagrammes de Gantt dynamiques. Ils peuvent toutefois s'avérer complexes à utiliser et parfois relativement onéreux. Des solutions libres et gratuites existent également comme GanttProject, TaskJuggler ou ProjectLibre, «fork» du logiciel OpenProj. Réaliser un diagramme de Gantt avec des logiciels de bureautique Photo Credit: Iain Farrell via Compfight cc Sources GUÉRIN, Cédric.

Comment rendre ses présentations visuelles Il ne suffit pas de plaquer des images, même "wow", sur une présentation pour la rendre visuellement efficace. Visuellement attrayante peut-être, mais pas convaincante. Voici 3 idées pour que n'importe qu'elle présentation ne soit pas visuellement ennuyante. Avec ces 3 idées, c'est à un niveau au delà de l'abandon des listes à puces, des tonnes de textes concentrées sur chaque slide et autres causes de "death par PowerPoint" (mort par administration de présentations PowerPoint ennuyeuses).C'est un postulat de base : ces pratiques d'un autre temps sont déjà abandonnées par tous ceux qui cherchent à réaliser et intervenir avec des présentations efficaces.Mais ce n'est pas suffisant. Idée n°1 : utiliser les images pour diriger le regard de l'auditoire Imaginons une diapositive. Idée n°2 : utiliser une règle de 3 Il s'agit de diviser chaque diapositive en 3, 3 lignes et 3 colonnes. Voici un exemple illustrant cette règle. Idée n°3 : éviter les clichés

Intelligence émotionnelle L'intelligence émotionnelle (IE) est un concept proposé en 1990 par les psychologues Peter Salovey et John Mayer, qui réfère à la capacité de reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et à composer avec les émotions des autres personnes.[1] Elle est proche du concept d'intelligence sociale. Le concept a été popularisé par Daniel Goleman en 1995. Des tests ont été développés pour étudier et valider ce concept, qui complémente utilement la notion d'intelligence humaine qui est définie surtout par des habiletés cognitives et une approche psychométrique. Histoire[modifier | modifier le code] Création du concept par Salovey et Mayer (1990)[modifier | modifier le code] Le terme d’intelligence émotionnelle (IE) a été proposé et défini en 1990 par les psychologues Salovey et Mayer. Ces auteurs ont par la suite révisé leur définition de l’intelligence émotionnelle. Popularisation du concept par Goleman (1995)[modifier | modifier le code] Modèles mixtes[modifier | modifier le code]

Conduite du changement La préparation du changement est souvent "bâclée", ce qui engendre de grandes difficultés pour le mettre en œuvre. Ce cycle de formation à la conduite du changement apporte les méthodes et les outils les plus performants pour mettre toutes les chances de votre côté. Ces outils touchent à la préparation et à la mise en œuvre de l'accompagnement du changement. Ainsi, ils apportent les éléments nécéssaires pour réussir la communication, traiter les conflits et utiliser les bénéfices de la médiation. Le programme de la formation Partie 1 : Démarche et outils pour préparer le changement 1 Décrypter les mécanismes de changement Les 3 phases de transformation. 2 Conduire le diagnostic humain d'un projet de changement Définir le périmètre et les objectifs du projet. 3 Utiliser la communication Identifier les 3 espaces de communication importants. 4 Mesurer le degré d'acceptabilité du changement dans l'entreprise Mesurer l'acceptabilité du changement dans l'entreprise. Définir des indicateurs.

La coopération en classe : pourquoi ? comment ? (les apports de la recherche) Une vidéo de Syn Lab L’être humain est un être social qui se définit par les interactions avec les autres et avec son environnement. Le cerveau est précablé pour la sociabilité. Nous sommes mus par deux aspirations complémentaires : le désir d’être soi et le désir d’être avec autrui. La coopération est une des forces que le genre humain a peu à peu développé pour dépasser ses limites biologiques et évoluer grâce aux autres. Le travail entre pairs est plus efficace que le travail individuel (quelle que soit la matière). Les bénéfices de la coopération sont : de nouvelles connaissances « académiques »,un esprit de solidarité,des compétences interpersonnelles. La posture de l’adulte enseignant est amenée à changer : il devient observateur, conseiller et accompagnateur jusqu’à s’effacer quand les enfants arrivent à fonctionner de façon autonome. Pour aller plus loin : Sélection de jeux coopératifs : des outils pour sensibiliser les enfants à l’entraide et à la solidarité

Préparer votre entretien en 7 étapes 1- Dans la peau du recruteur Contexte, critères de sélection, objectifs du poste : en collectant un maximum d’informations sur l’emploi visé et sur l’entreprise (activités, culture, ambitions, enjeux), vous tenterez de prévoir les attentes du recruteur. Aidez-vous du site Internet de l’entreprise, de l’offre d’emploi, de la presse… 2- Affinez vos arguments Pendant l’entretien, vous devrez convaincre en peu de temps sans vous laisser déstabiliser. Analysez votre CV au regard des besoins de l’employeur et sélectionnez vos arguments à l’avance. Ne vous contentez pas de lister vos compétences et vos expériences, démontrez ce que vous pouvez apporter à l’entreprise et prévoyez des exemples concrets, pertinents. 3- Révisez vos classiques Mises en situation, questions théoriques et conversation bilingue : au-delà de votre motivation, l’entretien sert aussi à tester vos compétences. 4- Question d’argent Si le recruteur ne l’aborde pas lui-même, ce sera à vous de le faire. 5- A vos micros !

Diagramme d'Ishikawa (causes et effets) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Diagramme de causes et effets, ou diagramme d'Ishikawa, ou diagramme en arêtes de poisson ou encore 5M, est un outil développé par Kaoru Ishikawa en 1962[1] et servant dans la gestion de la qualité. Description et fonctions[modifier | modifier le code] Ce diagramme représente de façon graphique les causes aboutissant à un effet. Ce diagramme se structure habituellement autour du concept des 5 M. Chaque branche reçoit d'autres causes ou catégories hiérarchisées selon leur niveau de détail. Le positionnement des causes met en évidence les causes les plus directes en les plaçant les plus proches de l'arête centrale. Variantes[modifier | modifier le code] Les termes « Moyens » ou « Machines » remplacent parfois la catégorie « Matériel ». Une caractéristique peut également être ajoutée dans les univers de production avec un neuvième « M », celui de « Maintenance ». Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ (en) Matthew A.

Related: