background preloader

Géopolitique de l'eau

Géopolitique de l'eau
Les problèmes géopolitiques autour de l’eau ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Si des tensions existent autour du partage des ressources des grands fleuves, ce sont des questions plus politiques qui structurent les espaces de l’eau : concurrence ville-agriculture, pollution des nappes phréatiques et réfugiés climatiques. Vers une pénurie mondiale ? Les constats de départ sont terribles : plus d’un milliard d’hommes n’a pas accès à l’eau potable ; chaque jour 3 000 personnes meurent pour avoir consommé de l’eau polluée ; dans le bassin de la mer d’Aral, une mer détruite par la surexploitation des deux fleuves qui l’alimentaient en eau, les taux de mortalité infantile atteignent 118 ‰, l’un des plus élevés au monde (en France il est de 3,6 ‰). Et pourtant, l’eau est naturellement une ressource abondante. Sur la totalité de l’hydrosphère planétaire, l’eau de mer salée représente 97,5 % et l’eau douce 2,5 %. De plus en plus de régions à risque à l'horizon 2020 Comment accéder à l'eau ?

http://www.scienceshumaines.com/geopolitique-de-l-eau_fr_24012.html

Related:  ΙΣΤΟΡΙΚΑressources eau

Sécheresse historique, police de l’eau et immunité des industries en Californie Pour la quatrième année consécutive, la Californie subit une profonde sécheresse qui impacte toute la société au point de devoir imposer un rationnement de l’eau à la population. À l’heure où les Américains réalisent avec stupeur la valeur de l’or bleu, qui est à l’origine de cette crise écologique ? Les grands artistes en ont fait des musiques, la Californie a longtemps été l’un des états le plus apprécié des américains. D’Hollywood à la Silicon Valley, de ses innombrables fermes à ses étendues vinicoles, l’état a longtemps été un symbole de beauté, de rêve et de réussite économique.

Animation - Le cycle de l'eau En relation avec l'exposition L'eau pour tous, cette animation illustre le cycle de l'eau, et donne des informations sur les différents états de l'eau, les temps de résidence d'une molécule d'eau, les volumes des différents réservoirs terrestres. L'eau est une bien précieuse ressource. Elle est abondante mais inégalement répartie sur notre planète bleue. La sécheresse historique et persistante en Californie fait bondir le prix de l'eau Lac Oroville, principal réservoir d'eau de la Californie, en juillet 2011 (en haut) et en janvier 2014 (en bas)© California Department of water Resources La sécheresse exceptionnelle qui sévit sur la Californie, depuis 2012, pousse les agriculteurs à s'adapter coûte que coûte à une situation qui persiste. Cette situation, aggravée par le réchauffement climatique, met en évidence l'inadéquation locale entre une agriculture intensive et la raréfaction des ressources en eau. Pour y pallier localement, les autorités imaginent des dispositifs étonnants, une "goutte d'eau" dans l'océan du défi à surmonter.

L’eau dans le monde, un enjeu de gouvernance L’eau dans le monde, un enjeu de gouvernance C 14 jnvr, Lbrtn rgns «Qnd l’ rvèl l mnd», n jrn d dbts sèg d l rdctn. L crssnc dmgrphq, l’rbnstn glpnt, l rchffmnt clmtq t l’vènmnt ds scts d cnsmmtn d mss dns ls pys mrgnts, stmlnt cnsdrblmnt l dmnd n t crnt ds tnsns tr d’n rssrc dj srxplt. «L tbl n’st ps très jyx», prvnt Frnck Gllnd, spclst ds qstns scrtrs ls x rssrcs n . t pr cs, ls zns n sttn d strss hydrq (rgns ù l dmnd n xcèd ls rssrcs dspnbls, ndlr) ggnnt d trrn. «n ‘dgnl d l sf’ s’tnd d Tngr jsq’ Nrd-st d l Chn n pssnt pr l Myn-rnt. t ls prntmps rbs q, pr ndrts, nt ntrîn grrs cvls t bsnc d gvrnnc, nt ggrv n p pls ncr l sttn», dtll l’xprt.

La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques L’ONU appelle, à l’avant-veille de la journée mondiale sur l’eau, à économiser cette précieuse ressource. Sans quoi le monde devra faire face à un déficit hydrique de 40 % dès 2030. Le Monde.fr | 20.03.2015 à 05h01 • Mis à jour le 20.03.2015 à 14h39 | Par Martine Valo Pour l’ONU, les eaux usées sont un « nouvel or noir » A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, l’Unesco et l’ONU-Eau exhortent à « un recours plus systématique à une eau recyclée ». LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo L’eau que l’on boit, celle qui irrigue les champs ou alimente les usines avant d’être rendue à la nature, il va falloir la considérer autrement. Car partout, elle est un bien sous pression. La demande explose – elle pourrait augmenter de 50 % d’ici à 2030 –, mais la ressource, elle, se restreint, parfois même terriblement dans certaines régions du monde.

Gestion de l'eau : entre conflits et coopération, par Philippe Rekacewicz & Salif Diop (Les blogs du Diplo, 14 janvier 2008) « Il est plus facile et plus équitable de se répartir les bénéfices de l’exploitation de l’eau que l’eau elle-même. » C’est par cette équation que M. Aaron Wolf exprime le mieux le problème : pourquoi se faire la guerre pour s’approprier une ressource, si une gestion partagée en permet non seulement l’accès, mais aussi une exploitation économique qui « rapporte » ? Les exemples de coopération sont plus nombreux que les conflits lorsqu’il s’agit de partager l’eau. Bien que les divergences et les tensions entre Etats concurrents persistent, on est encore bien loin des « guerres de l’eau » dont on nous annonce l’imminence depuis quelques années. Si les données du problème restent simples, les pratiques politiques et les enjeux stratégiques compliquent souvent la lecture des situations régionales.

Activité Éducation et Numérique Un peigne répartiteur dans une oasis algérienne L’usage de l’eau, surtout quand elle est en quantité limitée, peut parfois générer des conflits, entre différentes utilisations possibles pour les particuliers, les activités..., ou entre Etats. A Valence, en Espagne, le Tribunal de l'eau se réunissait, dès le XIIème siècle, tous les dimanches, pour régler les problèmes et répartir l’eau de manière équitable entre les paysans de la huerta. région agricole irriguée en Espagne

La crise de l'eau en 5 questions Selon les estimations, la population devrait augmenter de 33% en 2050, entraînant une augmentation de 70% de la demande alimentaire. La société de consommation a fortement modifié les habitudes alimentaires, privilégiant la viande, mais aussi celles de produits dont la fabrication demande beaucoup d’eau. Source : OCDE Dans le monde, l’agriculture est le secteur le plus consommateur d’eau, utilisée majoritairement pour l’irrigation (70%), l’industrie (19%) et les usages domestiques (11%). Les disparités sont très fortes selon les régions, les pays d’Asie du Sud prélèvent plus de 91% de l’eau pour leur agriculture. Dans l'Union européenne, l'industrie consomme plus de la moitié de l'eau douce (51%) devant l'agriculture (30%) et l'usage domestique (18%), des données proches de l'Amérique du Nord (53% industrie, 34% agriculture, 13% usage domestique).

Au revoir la mer d'Aral: comment un des plus grands lacs du monde s'est quasiment asséché La mer d'Aral –du moins, une grande partie de la mer d'Aral– n'existe plus. Selon la Nasa, «pour la première fois dans l'histoire moderne, le bassin oriental de la Grande Aral s'est complètement asséché». Les hommes cultivent les terres d'Asie centrale qui entourent la mer d'Aral depuis des siècles, et elle a traversé des cycles spectaculaires de déclin et d'expansion dans le passé. Mais elle n'a pas été aussi asséchée depuis très, très longtemps. Interrogé par la Nasa, Philip Micklin, géographe à la Western Michigan University, a estimé que «c'est probablement la première fois que ce bassin s'est complètement asséché depuis 600 ans, depuis l'assèchement survenu au Moyen-Âge, associé au détournement de l'Amou-Daria vers la mer Caspienne». Au début du XXe siècle, la mer d'Aral était le quatrième plus grand lac du monde.

Related: