background preloader

Communication orale: quatre idées reçues à dépasser

Communication orale: quatre idées reçues à dépasser
Beaucoup d'idées reçues circulent à propos de la communication orale. En grande partie parce qu'il n'y a pas d'apprentissage systématique de l'oral (on apprend à lire et à écrire, pas à parler). Ce qui laisse prise à toutes sortes de croyances, souvent fausses. Idée reçue n°1: "le discours que je vais faire sera raté parce que je ne maîtrise pas assez le sujet" A moins d'être notoirement incompétent, on connaît souvent beaucoup plus de choses qu'on ne l'imagine sur un sujet. On peut s'inspirer des techniques journalistiques et avoir un " angle ", c'est-à-dire choisir un, et un seul, des aspects du sujet. L'effet d'un message tient pour 20 % aux mots, aux concepts et pour 80% au ton, au timbre, au volume de la voix, à tous les signes non-verbaux comme la gestuelle, le regard, la façon de se tenir. On voit l'intérêt qu'il peut y avoir à garder une partie de son énergie pour soigner la forme... Idée reçue n°2 : "le discours sera réussi parce que je maîtrise mon sujet"

Entretien d'embauche : soignez votre image ! : Entretien d'embauche : soignez votre image ! Vous avez déjoué les questions pièges, placé les informations pertinentes et posé des questions intelligentes. En clair : vous avez réussi votre prestation pendant l'entretien d'embauche. Malheureusement, ce n'est pas toujours suffisant. Lorsqu'il s'agit de convaincre un recruteur, l'image que vous donnez compte autant que le discours que vous tenez. En suivant les conseils de Karine Averseng, conseil en image et auteur de "Ces 5 minutes qui comptent dans un entretien d'embauche", prenez le temps de choisir la bonne tenue, de prendre l'attitude qui convient et d'adopter les gestes adéquats. Autant de petites choses qui, mises bout à bout, accréditeront votre candidature.

La tenue vestimentaire La Newsletter VR2 - Vie professionnelle « Quand on change de vêtement, on change de comportement. » — Frederic Monneyron, Libération, Septembre 2001 Fin prête ? Vous êtes-vous déjà demandé, au moment de partir, par exemple, comment vous deviez vous habiller ? Certains vous conseillerons de suivre la mode. Un peu de tenue Une banque suisse a attiré l'attention à ce propos par des attentes qui ont pu paraître excessives. Pour ces messieurs, « la veste droite à deux boutons et le pantalon constituent les principales composantes d'un costume professionnel classique », de préférence de couleur « anthracite foncé, noir ou bleu foncé » avec chemise blanche. Et pour l'ensemble des employés, « une visite chez le coiffeur toutes les quatre semaines » est suggérée. « Adopter un comportement irréprochable implique une présentation impeccable » En lisant ces recommandations, avez-vous envie d'applaudir ou bien de vous révolter ? Tenir compte du contexte A contexte spécifique, tenue spécifique. F.

13 exercices pour apprendre à parler en public Penser à son public et à ce qui l'intéresse avant de construire son intervention. Noter quelques idées claires, concises et imagées. Et surtout, être soi-même. Voilà, idéalement, comment on devrait se préparer avant chaque prise de parole en public. Voici quelques clés simples pour vous mettre en condition, très en amont ou juste avant vos interventions orales : De temps en temps, pour être progressivement plus à l'aise à l'oral 1. 2. 3. 4. 5. Avant votre intervention 6. 7. 8. 9. Juste avant votre prise de parole 10. 11. 12. 13. Vous êtes prêt!

Prise de parole en public: les cinq premières minutes "Au bout d'un moment, ça va, mais les cinq premières minutes sont toujours dures". Voici quelques clés pratiques pour aborder plus sereinement ce moment fort de votre intervention. En amont de votre prise de parole - Préparez-vous. C'est le secret. Fixez-vous des objectifs successifs pour que ces cinq premières minutes ne soient pas un saut dans le vide : dire un vrai bonjour, parler à une première personne en prenant le temps d'établir un contact visuel, donner le message essentiel tout de suite... - Gardez le même ordre, d'une intervention à l'autre, pour ces objectifs. Au début de votre intervention - Trouvez une position stable, bien ancrée au sol, et détendez-vous (détendez vos épaules, votre cou, les muscles de votre visage) - Souriez, si c'est naturel pour vous.

7 gestes stupides qui flinguent vos relations Depuis que vous lisez le Décodeur du non-verbal, vous avez dû remarquer que l’on peut classer les gestes en 2 grandes familles. Ceux qui font de vous quelqu’un de charismatique et les autres… ceux qui nuisent à votre image. Dans cet article, je vous propose de découvrir la liste noire des gestes qui flinguent littéralement vos relations. Ce sont des gestes qui envoient une mauvaise image : menaçante, autoritaire ou tout simplement qui mettent les autres mal à l’aise. 1) Vous montrez les autres du doigt C’est l’un des gestes les plus hostiles. La première chose que je me suis dit en voyant l’affiche : « Quoi ? Le pointé de l’index est donc un signe d’agressivité et il est très souvent l’initiateur d’empoignades (pour ne pas dire castagnes). Faîtes l’exercice : essayez de pointer du doigt la prochaine personne que vous croisez et dîtes : « Toi !» Et puis n’oubliez pas ce que disait votre mère : « Ne montre pas les gens du doigt Antoine, c’est malpoli ». 2) Vous croisez les bras Et maintenant

En Perspective» Archive du blog » Principes de base de la communication interpersonnelle La communication interpersonnelle est composée d’un ensemble de signaux non verbaux (comportements, gestes, attitudes 55%) et verbaux (voix et intonation 45%). Avant d’avoir murmuré le moindre son, notre communication non verbale a déjà communiqué à hauteur de 55%. Nous fonctionnons comme un tout pour exprimer nos sentiments et nos pensées. Tant verbalement que non verbalement. En règle générale, si nous exprimons la colère avec notre corps, notre visage n’exprime pas la joie et la gaieté, il n’est pas souriant. Notre communication est inévitable car nous ne pouvons pas ne pas communiquer. Même si nous nous taisons, nous communiquons (un silence, certes, mais nous communiquons quand même). Notre communication est intentionnelle, que cela soit pour découvrir ou apprendre, pour jouer (jeux de mots) ou persuader (vendre une idée ou un produit) ou encore se rapprocher de quelqu’un par exemple ou pour réfléchir. Attention, notre communication est irréversible.

Communication Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La communication est l'action de communiquer, d'établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu'un. Elle peut aussi désigner l'ensemble des moyens et techniques permettant la diffusion d'un message auprès d'une audience plus ou moins vaste et hétérogène ou l'action pour quelqu'un ou une organisation d'informer et de promouvoir son activité auprès d'autrui, d'entretenir son image, par tout procédé médiatique. Elle concerne aussi bien l'être humain (communication interpersonnelle, groupale…), l'animal, la plante (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles technologies…), ainsi que leurs hybrides : homme-animal; hommes-technologies… C'est en fait, une science partagée par plusieurs disciplines qui ne répond pas à une définition unique. Comme le constate Daniel Bougnoux « Nulle part ni pour personne n'existe LA communication. §Étymologie[modifier | modifier le code] Réseaux sociaux

Comment faire un discours En fait, à l'oral, il faut identifier son message principal. Et le donner dès le début de son intervention. Dire l'essentiel dès le départ, ne pas " contextualiser " longuement avant d'arriver au coeur de son propos. Le message essentiel peut être précédé de ce qu'on appelle une " accroche " : quelques phrases pour capter l'attention du public. Une anecdote (qui a un rapport avec le sujet, bien sûr), une question au public... Les anglo-saxons commencent toujours par une plaisanterie lorsqu'ils prennent la parole. Votre message principal se divisera, idéalement, en quelques idées-clés (pas trop nombreuses, elles doivent se compter sur les doigts d'une main). Chaque partie, chaque " chapitre " de votre discours commencera par une de ces idées-clés. Pour bien faire, il vaut mieux illustrer chacune de ces idées-clés. Si votre chapitre est un peu long, ou si vous abordez des points complexes, vous pouvez rappeler l'idée-clé en fin de chapitre. Sinon, deux petits conseils supplémentaires :

Les gestes qui vous trahissent Orientation du regard, mouvement des mains, balancement du corps... Autant d'attitudes et gestes anodins qui traduisent votre état d'esprit. Décryptage. C'est parce qu'on ne les contrôle pas vraiment qu'ils transmettent beaucoup d'informations à vos interlocuteurs. Les mains attestent de votre discours Si les Italiens sont très bavards et parlent à grand renfort de gestes des mains, ils demeurent néanmoins cohérents dans leur attitude. Des regards qui en disent long Le regard est ce qui est le plus expressif dans un visage. La gestuelle associée au discoursObservez par exemple une personne qui vous pose une question. Des micro-caresses apaisantesCertains gestes indiquent que la personne à besoin de se rassurer, l'aident à se sentir bien, à se détendre. Un masque identitaire L'expression du visage exprime souvent ce qui ce passe en vous. Ça vous démange ? Un vis-à-vis éloquent Les postures apprennent les relations entre deux personnes. Des pieds très bavards !

La communication non verbale La communication non verbale : silences, gestes, postures, expressions faciales, ton de la voix, rythme de l’élocution, vêtements… complètent le message auditif. Elle exprime les émotions, les sentiments, les valeurs. Cette communication renforce et crédibilise le message verbal lorsqu’elle est adaptée, mais peut décrédibiliser ce même message si elle est inadaptée. 1. Selon A. Les éléments proxémiques et kinésiques sont constitutif de la relation qui se créé entre deux acteurs de la communication : ils favorisent ou découragent le contact, ils influent sur le contenu plus ou moins intime ou familier de la conversation, ils apportent des indices sur la distance prise par l’émetteur par rapport à son message. Lire : Les signes comportementaux, kinésique et proxémique 2. Les silences font intégralement partie de la communication, car ils expriment quelque chose et qu'ils sont indispensables à l'écoute de l'autre. Certains silences sont lourds de sens. 3. 4. 5. 6. Les vêtements Les accessoires

Le pouvoir du langage positif : dites-le seulement si cela est vrai ! Lorsque vous menez votre équipe à travers une réorganisation, votre influence positive – appelez cela "vibration" si vous le souhaitez – ce qui renforcera la cohésion de l'équipe, et la rendra solidaire pour passer ce cap. “Un discours négatif” peut être l’ennemi caché de votre style de communication. Parfois, vous ne vous apercevez même pas que vous l'utilisez – et cela peut secrètement saboter une relation ou une situation clé. Parler négativement ne signifie pas seulement utiliser des mots tels que “ne pas” et « ne peut pas ». Surtout, il ne s’agit pas seulement des mots que vous utilisez, cela va de pair avec comment vous le dites, le ton de votre voix, votre langage corporel. Vos mots ne signifient rien, si vos actions les contredisent. Et cela n’est pas aussi simple . Voyez cet exemple : Cathy mène son équipe à travers une réorganisation d’entreprise. « Clarence et Deborah sont parties vers de nouveaux horizons » « Clarence et Deborah ont suivi de nouvelles opportunités »

Related: