background preloader

Une carte interactive de la déportation des enfants juifs en France

Une carte interactive de la déportation des enfants juifs en France
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Denis Cosnard A première vue, cela ressemble à un plan interactif comme Internet en offre à foison. Un bel hexagone à l'intérieur duquel on peut zoomer, jusqu'à détailler chaque rue de Paris, Marseille ou encore Bordeaux. Des points marron apparaissent alors. Mais ils ne correspondent pas à des magasins ou des bars branchés, comme sur Google Maps. Il suffit de passer le curseur sur chaque cercle : une bulle indique le nombre d'enfants juifs qui furent arrêtés sur place, puis déportés. Des noms, des prénoms, des adresses. Leur travail, très spectaculaire, est aujourd'hui étendu à toute la France. Le projet, cependant, dépasse le cadre de la mémoire et de l'émotion. Lire aussi : La carte des enfants déportés

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/15/une-carte-interactive-de-la-deportation-des-enfants-juifs-en-france_4366790_3224.html

Related:  Génocidecollaboration

La carte des enfants déportés LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Par Denis Cosnard A première vue, cela ressemble à un plan interactif comme Internet en offre à foison. Un bel hexagone à l’intérieur duquel on peut zoomer, jusqu’à détailler chaque rue de Paris, Marseille ou encore Bordeaux. Des points marron apparaissent alors. Mais ils ne correspondent pas à des magasins ou des bars branchés, comme sur Google Maps. Il suffit de passer le curseur sur chaque cercle : une bulle indique le nombre d’enfants juifs qui furent arrêtés sur place, puis déportés.

Maison d'IzieuMaison d'Izieu Une menace grandissante Le 8 septembre 1943, l’Italie capitule et l’armée allemande occupe aussitôt les départements de l’ancienne zone italienne. Dès lors, les persécutions antisémites s’y intensifient. Le 13 décembre 1943, Sabine Zlatin envoie une lettre de démission à l’OSE, à la 3e direction de l’UGIF à Chambéry. Violette Jacquet-Silberstein (1925-2014), sept décennies de bonheur après Auschwitz Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Nathaniel Herzberg Elle aimait dire que la musique lui avait « sauvé la vie ». Qu'elle lui avait permis de traverser la nuit concentrationnaire et de jouir de près de sept décennies de bonheur.

Rafle à Marseille en 1943 : un quartier rasé et le petit rire de Pétain On a appris ce mardi 4 juin que le parquet de Paris ouvrait une enquête pour “crimes contre l’humanité” 76 ans après ce qui est resté comme “la rafle du Panier”, à Marseille. Un épisode méconnu qui remonte au mois de janvier 1943, et qui s’est soldé par l’évacuation de force de 20 000 Marseillais (dont certains seront envoyés en déportation) et la rive Nord du Vieux-Port, éventrée à coups d'explosifs. C’est parce que ces crimes sont imprescriptibles qu’une enquête peut être instruite si longtemps après les faits. Mais il a fallu pour cela qu’une plainte contre X soit déposée par l’avocat Pascal Luongo au nom de quatre personnes qui ont en commun d’être rescapées du 22 janvier 1943, ou d’être les descendants d’une des 20 000 victimes d’alors. Ce sont les Allemands, qui occupent Marseille depuis 1942, qui sont à l’initiative de cette rafle. Raser "la verrue de l'Europe"

1941-1945 - Que savait-on de la «Shoah» ? La Shoah, entreprise d'extermination systématique des Juifs d'Europe, a été menée par les nazis dans le plus grand secret de 1941 à 1945. Malgré cela, elle n'a pas échappé dès son commencement à la vigilance de quelques observateurs de bonne volonté ainsi qu'aux représentants de la Croix-Rouge. – Le gouvernement britannique savait... Informé par ses services de renseignements que les Allemands massacrent d'innombrables civils dans les zones soviétiques soumises à leur joug, Winston Churchill, Premier ministre du Royaume-Uni, lance un avertissement aux nazis dans son discours à la Nation du 24 août 1941 : « Depuis les invasions mongoles au XIIe siècle, on n'a jamais assisté en Europe à des pratiques d'assassinat méthodique et sans pitié à une pareille échelle.

"Cette puanteur atroce" : 75 ans plus tard, une rescapée de la rafle du Vél d'Hiv se souvient Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! Des photos bouleversantes en couleurs d'un ghetto juif en Pologne Hugo Jaeger était l’un des photographes personnels d’Hitler dans les années 30 et un grand passionné des nouveaux films couleurs. Il a eu l’occasion d’utiliser cette nouvelle technologie de l’époque en prenant une série de photographies dans le ghetto de Kutno quelques mois après l’invasion de la Pologne par les nazis, une petite ville à quelques kilomètres du ghetto de Lodz, le deuxième plus grand de Pologne.Le ghetto de Kutno comptait 8000 juifs et sera vidé dans sa totalité en 1942. Les juifs furent transportés au camp de Chełmno pour y être exterminés.

Chemins de Mémoire - Ministère de la Défense Dans cette ancienne tuilerie furent internées entre 1939 et 1942, plus de 10 000 personnes dans des conditions de plus en plus dures. Réfugiées en France, la plupart fuyait le totalitarisme, le fanatisme et les persécutions en Europe. L'histoire du Camp des Milles témoigne de l'engrenage des intolérances successives, xénophobe, idéologique et antisémite qui conduisit à la déportation de plus de 2 000 hommes, femmes et enfants juifs depuis le Camp des Milles vers le Camp d'extermination d'Auschwitz, via Drancy et Rivesaltes. Nazis sur écoute Un membre des commandos spéciaux (Einsatzgruppen) s'apprête à tuer d'une balle dans la tempe un civil agenouillé au bord d'une fosse où s'entassent des cadavres, sous les yeux d'un groupe de soldats allemands. Cette photo d'une exécution de masse en Ukraine est un des témoignages visuels, peu nombreux, sur la «Shoah par balles», ce massacre de centaines de milliers de juifs de l'Est qui a précédé l'extermination industrielle dans les camps de la mort. Ce fut un choc pour l'opinion allemande de découvrir ces photos en 1995 dans une exposition itinérante sur la Wehrmacht. Elles révélaient à ceux qui pouvaient encore en douter que les soldats ordinaires avaient assisté et très souvent pris part aux massacres. Ce démontage brutal de la mémoire nationale correspondait au moment où une nouvelle génération d'historiens allemands, relayant des recherches jusqu'alors essentiellement anglo-saxonnes, avait décidé de mettre à nu un passé qui ne voulait pas passer. Massacres routiniers

Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés En mai 1943, Sabine et Miron Zlatin, en lien avec l’Œuvre de Secours aux Enfants (OSE), installent une quinzaine d’enfants juifs à Izieu, alors en zone d’occupation italienne, ce qui les met temporairement à l’abri des poursuites antisémites. Jusqu’en janvier 1944, date de la dernière liste du registre des présences tenu par Miron Zlatin, 105 enfants ont séjourné à la colonie d’Izieu. Celle-ci est souvent un lieu de passage dans un réseau de sauvetage plus vaste, composé d’autres maisons, de familles d’accueil ou de filières de passage en Suisse. Au matin du 6 avril 1944, 44 enfants, âgés de 4 à 17 ans, et 7 adultes furent raflés puis déportés sur ordre de Klaus Barbie, parce qu’ils étaient juifs. Le directeur de la colonie, M. Zlatin, ainsi que deux adolescents furent déportés vers des camps de travaux forcés en Estonie.

le génocide des juifs dans l'histoire - Profs d'Histoire lycée Claude Lebois un groupe de tuerie mobile (Einsatzgruppe) en actionsource : site de l'université de Pembroke, Caroline du Nord die Endlösung der Judenfrage la "solution finale" de la question juive Site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof En mai 1941, au lieu-dit le Struthof, au cœur de l'Alsace annexée de fait par le IIIe Reich, les nazis ouvrent le Konzentrationslager Natzweiler. 52 000 personnes sont déportées dans ce camp ou dans l'un de ses 70 camps annexes. Plus de 20 000 n'en reviendront jamais. ►Visite virtuelle accès direct (link is external)

sans titre L’entrée du camps d’Auschwitz. Cliquez sur l’image pour découvrir les autres PHOTOS. Le camp d’Auschwitz en 2015, 70 ans après sa libération Au programme de 3e, que nous traitons actuellement, la question de la Libération des camps d’extermination, et au premier chef, le tristement célèbre camps d’Auschwitz-Birkenau fait l’actualité. Nous célébrons en effet la libération par l’Armée Rouge (l’armée soviétique de l’URSS de Staline) des camps d’extermination mis en place par le régime nazi en Pologne, qui seront responsables de la mort de millions de juifs, slaves et tsiganes, « conformément » à la logique raciale et antisémite de l’idéologie nazie. Cet épisode, qui s’inscrit dans la dernière ligne droite de ce terrible Second conflit mondial, nous rappelle qu’après Stalingrad l’armée rouge jouera un rôle déterminant dans l’écrasement de l’Allemagne nazie, au prix de millions de soldats tués.

Trente ans après le procès Barbie, qui sont les derniers criminels de guerre nazis recherchés ? Le 11 mai 1987, pour la première fois en France, Klaus Barbie, était jugé pour crimes contre l’humanité. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Charlotte Chabas Le vieil homme se tient dans le box des accusés.

Related: