background preloader

7 of the most badass women who ever lived (who you've probably never heard of)

7 of the most badass women who ever lived (who you've probably never heard of)
For centuries, women all over the world have fought and ruled, written and taught. They’ve done business, explored, revolted and invented. They’ve done everything men have done — and a lot of things they haven’t. Some of these women we know about. But so many others we don’t. For every Joan of Arc, there’s a Mongolian wrestler princess; for every Mata Hari, there’s a Colombian revolutionary spy; for every Ada Lovelace, there’s a pin-up Austrian telecoms inventor. More from GlobalPost: 8 reasons Uruguay is not all that The women who shaped our planet are too many to mention, so here are just a few of the most frankly badass females of all time. 1. A modern-day Khutulun takes aim in Ulan Bator. In the 13th century, when khans ruled Central Asia and you couldn’t go 10 minutes without some Genghis, Kublai or Mongke trying to take over your steppe, women were well-versed in badassery. One woman, however, had the combination of both skill and might. Mai Bhago, the 18th-century Sikh Joan of Arc.

http://www.globalpost.com/dispatch/news/world-leaders/140108/the-badass-women-history

Related:  FeminismSources d’inspirationGroupes & listes de femmes

Angela Davis : « Si Israël se retrouve isolé, il ne pourra pas continuer son apartheid » Entretien paru dans le n°1 de Ballast Née en 1944 en Alabama, Angela Davis est devenue – sans vraiment le vouloir, confia-t-elle dans ses mémoires – l’une des principales figures du Mouvement des droits civiques américains. Opposante à la guerre du Vietnam, membre du Parti communiste, marxiste, féministe et proche du philosophe Herbert Marcuse, Davis fut inculpée en 1971 – l’État de Californie l’accusant d’avoir pris part à une sanglante prise d’otages – puis acquittée un an plus tard.

35 femmes sublimes qui témoignent de la diversité de la beauté féminine au début du 20e siècle Chaque époque a vu apparaître des styles différents, qui ont été à la mode avant de disparaître (et souvent de revenir à une autre époque). Si les styles ont évolué et les silhouettes avec, une chose demeure : la beauté féminine est partout. Cette série de clichés en noir et blanc au format de carte postale dévoile de nombreuses femmes des années 1900 et 1910 venant du monde entier. SooCurious vous dévoile ces somptueux clichés. Témoins de la richesse esthétique du début du 20e siècle (années 1900 et 1910), ces photographies rétro en noir et blanc dévoilent des femmes gracieuses et différentes.

Comment les blogueuses féministes servent-elles la cause des femmes? "Prenons la Une!" Elles sont plusieurs centaines de journalistes à avoir signé un manifeste dans les colonnes de Libération le 3 mars, face à "la trop grande invisibilité des femmes dans les médias". Heureusement, Internet relève quelque peu la barre de la parité. D'après Médiamétrie, elles représentent la moitié des internautes en mars 2014, et 44,3% des créateurs de blogs à la fin de l'année 2012. Parmi ces blogueuses, une poignée défend la cause des femmes. Onna-bugeisha Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans le Japon médiéval, une onna-bugeisha (女武芸者?) est une femme combattante issue de la haute société.

Les 10 raisons pour lesquelles j’aime être une femme Disclaimer : venez pas me péter les ovaires parce que vous n’avez pas de second degré ni le recul nécessaire à la compréhension de ce texte à vocation sarcastique. Merci de votre attention et bonne lecture (ou pas). J’ai vu passer plusieurs textes sur les bonnes raisons d’aimer être une femme, dont celui-ci. Odalisque Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une odalisque était une esclave vierge, qui pouvait monter jusqu'au statut de concubine ou de femme dans les sérails ottomans, mais dont la plupart étaient au service du harem du sultan. Le mot vient du turc odalık, qui signifie « femme de chambre », d'oda, « chambre ». « Se demander où se situe le féminisme, plutôt que d’asséner ce qu’il est » Entretien avec Beverley Skeggs Dans son livre Des femmes respectables, la sociologue anglaise Beverley Skeggs rend compte d’une enquête de onze ans sur de jeunes ouvrières s’orientant vers les métiers d’aide à la personne (le « care »). Au moment où le Royaume-Uni se désindustrialise, les gouvernements successifs entendent, à travers le développement de ces métiers et de ces formations, canaliser une partie de la classe ouvrière féminine laissée sur le carreau. Dans son enquête, Beverley Skeggs montre comment ce secteur connaît un certain essor en prenant appui sur le patriarcat, l’inégalité dans la répartition des tâches domestiques mais aussi sur une aspiration à la respectabilité produite au croisement des rapports de classe et de genre. A l’heure où les métiers du care ont connu un essor comparable en France, les constats que livre cette enquête sont riches d’enseignement car ils éclairent en partie les freins au développement d’un féminisme trans-classes.

Hétaïre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'hétaïre était une prostituée de haut rang dans la Grèce antique. Les hétaïres ne se contentent pas d'offrir des services sexuels et leurs prestations ne sont pas ponctuelles : de manière littérale, ἑταίρα / hetaíra signifie « compagne »[1]. Elles possèdent généralement une éducation soignée et sont capables de prendre part à des conversations entre gens cultivés, par exemple lors des banquets. Seules entre toutes les femmes de Grèce, Spartiates exceptées, elles sont indépendantes et peuvent gérer leurs biens. La concubine reçoit des dons de quelques « compagnons » (hetairoi) ou « amis » (philoi), qui assurent son entretien, et à qui elle accorde ses faveurs. W(e) Talk: la réussite féminine aux multiples visages  RÉUSSIR AUTREMENT - Il est 10h30, un samedi matin, et les arrivants défilent déjà dans le hall de "L'Archipel" rue de St Petersburg, dans le 8ème. Ancienne chapelle désacralisée, dont les murs supportent des bibliothèques chargées de livres jusqu'au plafond, le lieu lui-même évoque la magie novatrice de W(e) Talk: explorer un monde porté par des femmes plurielles. Etudiantes et professionnelles actives, retraitées et jeunes mamans, femmes (et hommes!) de tous les horizons et de toutes les confessions: le public de ce W(e) Talk 2015 permet en un regard de comprendre que le mythe de "La Femme" est un bien triste mensonge. Les 180 places vendues cette année (contre une soixantaine l'an passé) sont une première preuve du succès de cet événement singulier.

Femmes et salons littéraires Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les salons littéraires sont une forme spécifiquement française de société qui réunit mondains et amateurs de beaux-arts et de bel esprit pour le plaisir de la conversation, des lectures publiques, des concerts et de la bonne chère. Si l’historiographie française a retenu les salons tenus par les grandes dames de la capitale qui ont su asseoir leur réputation dans le monde, les chroniques du temps montrent que ces espaces de rencontre et de divertissement sont également tenus par des hommes (le baron d’Holbach, La Pouplinière) ou par des couples (Anne-Catherine de Ligniville Helvétius et Claude-Adrien Helvétius) auprès de qui les auteurs trouvent une place de choix. Les dames des Roches tiennent salon à Poitiers dès le XVIe siècle, mais l’on tient aussi cercle à la cour de Catherine de Médicis ou chez les derniers Valois.

Bacchantes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Leur fête, appelée bacchanales, se célébrait autrefois en Grèce, en Égypte, et principalement à Rome. Euripide, dans la tragédie des Bacchantes[3], a laissé une description détaillée des servantes de Dionysos, au moment où elles vont célébrer les mystères de ce dieu, en proie à l'extase furieuse qu'il leur inspire. À la fin de cette pièce, Penthée est puni pour avoir résisté à Dionysos : les Bacchantes le déchirent avec un acharnement sauvage, y compris Agavé, la propre mère du jeune homme, qui dans son délire, brandit la tête de son fils qu'elle prend pour une tête de lion[4]. Ménades Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, les Ménades (en grec ancien Μαινάδες / Mainádes, de μαίνομαι / maínomai, « délirer, être furieux »), ou Bacchantes chez les Romains, sont les accompagnatrices de Dionysos. C'est essentiellement la tragédie des Bacchantes d'Euripide qui nous a laissé une description des rites orgiaques des Ménades[1],[2].

Féminisme : des ressources pour les jeunes filles #1 En écho à la diffusion du documentaire « A quoi rêvent les jeunes filles », réalisé par Ovidie, j’ai reçu plusieurs demandes de parents à la recherche de ressources féministes… Pour leur jeune fille, justement. Pas facile en effet de trouver des livres et médias adaptés, qui dégomment les stéréotypes et donnent des pistes de réflexion. Voici donc la première partie d’une petite sélection (non-exhaustive), qui peut marcher aussi pour les garçons, les mamies, et… Pour tout le monde, en fait. Commando Culotte, Mirion Malle Blog. BALLAST Quand les élites mondiales récupèrent le féminisme Traduction inédite, en français, pour le site de Ballast Tout au long de ce texte, la féministe et socialiste américaine Hester Eisenstein, auteure de l'essai Feminism Seduced: How Global Elites Use Women's Labor and Ideas to Exploit the World, se penche sur l'usage éhonté que les grandes entreprises et autres industries font des discours et des principes féministes afin de renforcer, un peu partout, les politiques néolibérales. Sous couvert d'émancipation et de libération perdure l'exploitation, celle de millions de travailleuses. La lutte féministe, insiste l'auteure, ne se mènera jamais « à titre individuel ». Depuis la publication de mon livre, on me demande régulièrement ce que signifie l’expression « la séduction du féminisme ». Qui a séduit le féminisme, et pourquoi ?

Related: