background preloader

Ce vaccin contre le cancer... qui ne sera pas commercialisé

Ce vaccin contre le cancer... qui ne sera pas commercialisé
Le journal Nature a récemment raconté une histoire extraordinaire*. On y voit à l'oeuvre le meilleur de la démarche scientifique : la capacité d'observation, l'intelligence de l'analyse et l'audace de l'expérimentation. En 1924 William Coley, chirurgien des os et cancérologue, observe le cas d'un patient qui souffre à la fois d'un cancer gravissime, le sarcome, et d'une infection cutanée, la scarlatine. Mais, au sortir de son épisode de scarlatine, le malade guérit de son sarcome, sans traitement spécifique, et il ne rechute plus jamais. Le docteur Coley en déduit que l'infection par le streptocoque, la bactérie de la scarlatine, a déclenché quelque chose qui a permis de détruire les cellules cancéreuses, soit directement, soit par une stimulation de son immunité. À partir de là, le cancérologue américain s'est mis à "vacciner" des patients atteints d'un sarcome avec des streptocoques vivants, puis avec des streptocoques morts.

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/ce-vaccin-contre-le-cancer-qui-ne-sera-pas-commercialise-08-01-2014-1777963_445.php

Related:  vaccinationCancer : thérapies, soins, préventioncancer, intérêts contre santéCancers

Le Danger des vaccins petite enfance Un nombre alarmant d’études scientifiques mettent actuellement en lumière les dangers des vaccins. Il ne s’agit plus de mises en garde émanant de mouvements associatifs marginaux ou à tendances sectaires. Non, c’est maintenant la communauté médicale internationale elle-même qui exprime ses doutes, voire ses inquiétudes. Cancer : les thérapies alternatives D’abord qui écouter et quelle voie suivre ? La médecine officielle vous propose la chimiothérapie, la radiothérapie, l’ablation. Les médecines alternatives vous proposent des reprogrammations cellulaires, des stimulations des défenses immunitaires, des activations émonctorielles, des équilibrages de terrains métaboliques, des harmonisations psycho-affectives. Trois options sont possibles : la médecine officielle seule les médecines alternatives seules la combinaison des deux Comment choisir ?

De l’aspirine pour traiter le cancer du sein "Nous croyons qu’il pourrait être possible de traiter le cancer du sein - le plus meurtrier chez les femmes - avec un médicament qui se trouve dans les armoires à pharmacie du monde entier : l’aspirine." Telle est la première phrase de l’article de Michelle Holmes et Wendy Chen, deux professeurs de la prestigieuse université de médecine d’Harvard publié dans le New York Times cette semaine. Une déclaration qui donne espoir, surtout dans notre pays qui détient un triste record dans le domaine. En 2012, 10.337 diagnostics ont été posés et 2.523 femmes sont décédées de la maladie en Belgique.

Cancer du poumon - Institut Paracelse CANCER BRONCHO-PULMONAIREHervé est né en 1937. Marié, père de famille, gros fumeur à une époque de sa vie (3 paquets par jour de gitanes maïs), chrétien authentique pratiquant, il est venu nous consulter en mai 2009 pour un cancer bronchique apparu sur un terrain bronchiteux chronique. Il venait de commencer alors les bilans officiels et attendait le verdict de la réunion de concertation du service d’oncologie.

[Important] Comment empêcher les médecins et les services sociaux de faire vacciner vos enfants ! Voilà une chose qui va soulager beaucoup de parents qui sont contre les vaccinations et qui ont eu de multiples problèmes avec les services sociaux. Pour les parents qui ne souhaitent pas faire vacciner leurs enfants. Il faut profiter d’une aubaine : La disparition du DTP depuis juin 2008 !

Cancer et thérapies alternatives : le rôle des vitamines Parmi les remèdes naturels permettant de lutter contre le cancer, il ne faut pas négliger les vitamines et un certain nombre d’éléments nécessaires à notre organisme. Certes, faute d’études, il n’est pas possible de donner des posologies précises ni de les proposer comme un véritable traitement alternatif. Mais certains peuvent se révéler des aides remarquables pour les malades. Les vitamines, ainsi que les oligo-éléments, jouent un rôle fondamental dans notre métabolisme. La plante qui combat le cancer et dont personne ne parle Une étude menée à l’Université de Purdue à Lafayette (États-Unis) a récemment découvert que les feuilles de l’arbre Graviola tuer les cellules cancéreuses chez six lignées cellulaires humaines et sont particulièrement efficaces contre les cancers de la prostate, du pancréas et du poumon. Le corossol (son nom en anglais), connu en Italie comme le fruit de Graviola est donc un remède miracle (et naturel) pour éradiquer les cellules cancéreuses, 10.000 fois plus puissant que la chimiothérapie. Les tests de laboratoire effectués depuis 1970 ont montré son efficacité, et tuer les cellules malignes dans 12 types de cancer, y compris le côlon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas, et est jusqu’à 10.000 fois plus forte en ralentissant la croissance des cellules cancéreuses par rapport à «l’Adriamycine, un médicament de chimiothérapie couramment utilisé dans le traitement du cancer. Le National Cancer Institute a effectué la première recherche scientifique en 1976.

"LA VERITE TRES INDESIRABLE SUR LA CHIMIOTHERAPIE" Le Pr. Georges Mathé confirmait à L’Express : « Si j’avais une tumeur, je n’irais pas dans un centre anticancéreux » le Pr Henri Joyeux, cancérologue à Montpellier, a déclaré à maintes reprises que « ce sont des intérêts financiers gigantesques qui permettent d'expliquer que la vérité scientifique soit encore aujourd'hui trop souvent occultée : "85 % des chimiothérapies sont contestables, voire inutiles ". Cet article a été écrit par Sylvie Simon, écrivain et journaliste rigoureuse et courageuse. Seuls trois vaccins sont obligatoires en France. L'imposition de tout autre vaccin est illégale Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis médecin généraliste depuis 35 ans, et j’ai vacciné pendant 33 ans, sans état d’âme et en toute innocence coupable, oxymore seulement apparent : l’innocent ne sait pas, mais le médecin qui ne sait pas est coupable. Ma seule information a été la faculté (qui glissa joyeusement sur le sujet en 2-3 heures), et surtout la presse médicale et ses valets, les visiteurs médicaux ; jamais le dogme n’a été remis en question. Il a fallu l’insistance et l’arrogance de Madame Bachelot à l’occasion de la grippe porcine pour que s’ouvre enfin ma machine à penser, à douter.

Des essences face au cancer - Remèdes Si la chimiothérapie parvient à éloigner la menace du cancer, elle attaque en même temps les cellules saines et est source d’épuisement et d’effets secondaires extrêmes pour l’organisme. Les huiles essentielles n’ont pas la prétention de faire des miracles mais elles peuvent accompagner ces moments difficiles en protégeant, en soutenant les fonctions vitales et en offrant de belles perspectives pour la convalescence. Le cancer est une déprogrammation qui s’opère au sein même du génome, amenant un bouleversement dans tous les systèmes vitaux du corps humain, et plus particulièrement du système immunitaire. L’immunité, qui repose sur la discrimination du soi et du non-soi, et donc sur l’identité du sujet, est totalement déjouée.

Cancer et Sucre – Stratégie pour affamer le cancer (Source : Greenmedinfo.com, via SOTT, Dr. Mark Sircus, 27 février 2013, trad. OC et jsf) Selon des chercheurs de l’Université de Californie, San Francisco, le sucre pose un risque pour la santé – en contribuant à environ 35 millions de décès dans le monde chaque année. La toxicité du sucre est si forte, que le sucre doit être considéré comme une substance potentiellement toxique comme l’alcool et le tabac. Cancer et viande rouge : Le lien est établi On sait pertinemment aujourd’hui que l’alimentation joue un rôle primordial dans les risques de développer un cancer. Voici une preuve de plus qui confirme que l’excès de viande rouge va augmenter de 20 % les risques d’un cancer du sein chez les jeunes femmes. Les conclusions de la récente étude de l’Université de Harvard menée sur 88 000 femmes pendant 20 ans, démontre un net lien entre la consommation de viande rouge et le cancer du sein. Déjà en 2006, les chercheurs tiraient la sonnette d’alarme avant même d’attendre les conclusions de l’étude. Les scientifiques soupçonnent en effet que les protéines dans la viande rouge accélèrent la division cellulaire et la croissance des tumeurs cancéreuses. D’autre part, toutes les viandes rouges sont très souvent riches en produits chimiques: nitrates, antibiotiques, hormones de croissance…Toutes des substances déjà classées comme cancérogènes pour l’homme.

La vaccination: le débat est clos Bruce Tapiéro M.D., chef du service des maladies infectieuses, CHU Sainte-Justine et professeur agrégé de pédiatrie, Université de Montréal Cosignataires et membres du service des maladies infectieuses du CHU Sainte-Justine : Cybèle Bergeron, M.D.; Denis Blais, inf. B.Sc; Chantal Buteau, M.D.; Sandra Caron, inf. B.Sc; Jean-François Chicoine, M.D.; Anne-Marie Demers, M.D.; Pierre Gaudreault, M.D.; Céline Laferrière, M.D.; Valérie Lamarre, M.D.; Marc H. Lebel, M.D.; Philippe Ovetchkine, M.D.; Céline Rousseau, M.D.; Maude Saint-Jean, M.D. À titre de pédiatres et de spécialistes des maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, il est de notre devoir de nous prononcer sur la question de la vaccination, relancée par les médias, à la suite de la sortie du film « Silence, on vaccine » produit par l’ONF.

Related: