background preloader

Face ils gagnent, pile je perds – Le terrible dilemme des feministes

Face ils gagnent, pile je perds – Le terrible dilemme des feministes
Traduit depuis The Terrible Bargain We Have Regretfully StruckPublié par Melissa McEwan le 14 août 2009 sur shakesville.com [Trigger Warning] C’est la réputation des féministes et aussi ma propre réputation cultivée depuis cinq ans grâce à ce blog, pourtant, non, je ne déteste pas les hommes. Beaucoup de misogynes détestent les femmes parce qu’un jour, une femme leur a fait un sale coup et ils s’en servent pour justifier leur haine de toutes les femmes. Et si je respectais cette règle-là, oui, j’aurais plein de raisons de détester les hommes. La plupart des lettres de menaces que je reçois vient d’hommes. Mais je ne déteste pas les hommes, parce que je joue selon des règles différentes. Il y a aussi quelques hommes que je déteste probablement, des hommes pour qui j’ai un profond mépris, mais ce n’est pas parce qu’ils sont des hommes. Non, je ne déteste pas les hommes. Il serait cependant juste de dire que je n’ai pas facilement confiance en eux. Hé bien, je ne l’avais pas vu venir celle-là…

http://lillydarma.wordpress.com/2014/01/03/face-ils-gagnent-pile-je-perds-le-terrible-dilemme-des-feministes/

Related:  Feminist BashingFéministesSégrégation, stéréotypes

La misandrie n’existe pas Désolé de vous l’apprendre comme ça de but en blanc, mais c’est ce qui est expliqué dans l’article « Misandry isn’t real, dudez » que je viens de lire et qui est tellement juste que je me sens presque obligé de le traduire pour le diffuser plus largement encore. Je suis un homme, et j’ai besoin du féminisme. Pas de l’égalitarisme ni du masculinisme. Du féminisme. Critique postcoloniale et pratiques politiques du féminisme antiraciste Notes Ochy Curiel, de nationalité dominicaine, enseigne à l’Université nationale de Colombie. Elle a écrit plusieurs articles sur la relation entre race, classe, sexe et sexualité et milite au sein du mouvement féministe, antiraciste et lesbo-féministe d’Amérique latine et des Caraïbes. Ce travail a été publié en espagnol et dans une version plus longue : Nómadas n° 26, IESCO, Bogotá, avril 2007. Traduit de l’espagnol par Florence Brisset-Foucault, relu par Jim Cohen.

Sournoise comme une féministe De plus en plus de critiques de livres, de films, de séries, qualifient ces œuvres «d'insidieusement» féministes. Une tendance qui, explicitement, ne sert pas la cause des femmes. Le féminisme est devenu sournois. Pourquoi Instagram a censuré mon corps Les réactions suscitées par mon tee-shirt ne m'ont pas étonnée. Je suis habituée à voir la société me dicter la façon dont je dois plier mon corps à la norme. Je suis habituée au fait qu'on n'accepte pas des images de femmes restées "naturelles". J'ai appris à ignorer tout cela (autant que possible) et grâce à Internet (avec des sites tels ROOKIE) et aux réseaux sociaux comme Instagram et Facebook, j'ai pu partager librement des images et lancer des discussions sur ces questions. Il y a peu, mon compte Instagram a été supprimé. Je n'ai pourtant violé aucune condition d'utilisation.

Pour ne plus jamais "se tromper de combat" ni "desservir sa cause". C’est bien connu (si, c’est bien connu), les féministes ont l’art de pointer des micro trucs dont personne à rien à carrer, juste pour faire chier. Car « faire chier » est une occupation extrêmement enrichissante ET enthousiasmante pour qui n’a rien d’autre à foutre de ses journées (et les féministes n’ont rien d’autre à foutre de leurs journées). Et avec ça, forcément faut pas s’étonner que des gens sains d’esprit viennent leur faire remarquer. Il sont déjà bien aimables ces gens de prendre un peu de temps pour essayer de les raisonner. Les pauvres, ils ne savent pas.

Communistes et rouge-bruns, les premiers alliés. L’histoire cachée des FEMEN (1/3) Cette première partie est consacrée à FEMEN…avant FEMEN. Cette enquête, qui aurait pu s’appeler "le poids des mots, le choc des photos" raconte l’histoire des FEMEN à la lumière de leurs alliances politiques et de leurs nombreux dérapages, souvent passés sous silence. Une gageure. Les politologues ukrainiens considèrent unanimement FEMEN comme un projet politico-commerciale et ne se sont jamais véritablement penchés sur le sujet. Penelope (film, 2006) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pénélope (Penelope) est un film britannico-américain réalisé par Mark Palansky, produit en 2006. Une sorcière a jeté un sort sur la noble famille Wilhern, pas sur toute la famille, mais sur la première fille qui naît dans cette famille, Pénélope, qui pour échapper au sort, devra se faire aimer par quelqu'un de son rang. Malgré son physique ingrat, Pénélope est une fille romantique, comique et courageuse. Elle décide de fuir loin de sa famille pour affronter le Monde. Peu à peu, elle découvrira qu'il faut ignorer le mauvais sort et s'accepter telle qu'elle est.

Grand genre, petits moyens "Le premier instrument du génie du peuple, c'est sa langue", Stendhal Cette semaine, une vice-présidente de l'Assemblée Nationale, Madame Mazetier pour ne pas la nommer, s'est offusquée que je débute mon discours par un "Madame Le Président". Certaine de son bon droit d'être appelée "Madame la Présidente", et ravie de me corriger méchamment, elle a contre-attaqué avec un "Monsieur la députée", histoire de me faire sentir que la masculinisation de son titre était une violente attaque machiste et un rabaissement de son statut de femme. Et toc. Interrogée ensuite par Le Lab, elle a réaffirmé sans gêne sa position : en tenir une autre relève de la provocation conservatrice. Et re-toc.

Les autres le feront à ma place Depuis quelques jours, l'article de Mar_Lard sur le sexisme au sein de la communauté geek fait débat et suscite de virulentes réactions sur les réseaux sociaux et les blogs. Je ne souhaite pas revenir sur la question abordée par cet article qui est déjà suffisamment édifiant car, au final, ce qui m'a le plus frappée, c'est la résignation qui se lit dans les commentaires, les excuses que chacun se trouve pour ne pas réfléchir, pour ne pas s'indigner, pour ne pas agir. Contrairement à un Odieux Connard, j'aimerais vous encourager à réfléchir à vos excuses et à vous indigner car je ne considère pas l'indignation comme une position confortable, mais comme une première étape vers l'action. Voici donc un petit florilège d'arguments que l'on retrouve dans la plupart des débats concernant le sexisme, mais également tout autre forme de justice sociale : « C'est comme ça. »

Related: