background preloader

Il y a 20 ans naissait le web libre et ouvert

Il y a 20 ans naissait le web libre et ouvert
Il y a 20 ans, le 30 avril 1993, sonnait l'heure de l'ouverture du web au grand public. Et même si c'est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, c'est surement l'invention qui a le plus influencée leurs usages d'Internet. Comment ça, Internet n'a que 20 ans ? Mais tout d'abord, quelques précisions techniques. Finalement, le web, c'est une façon d'utiliser le réseau Internet. Premier navigateur www où les pages se superposaient. Le web, donc, est né à Genève en Suisse -- scoop : il y aurait même un compte ! En 1989, l'informaticien britannique Tim Berners-Lee et son collègue Robert Cailliau cherchent à intégrer des liens hypertextes dans leurs échanges de documents. La proposition de Tim Berners-Lee en mars 1989 - Photo CERN Interrogé à ce sujet par le World Wide Web Consortium, Tim Berners-Lee ne se dit pas à l'origine du web. Mais comment booster un projet auquel n'accède qu'une poignée de scientifiques ? - Un client 3W basique - Un serveur 3W basique Related:  babettemarcenac

« Copyfraud » : le ministère de la Culture privatise le domaine public | Hotel Wikipedia Démonstration du scanner à livres utilisé par Google Le ministère de la Culture se donne pour mission première « de rendre accessibles au plus grand nombre les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France ». Il est en train de faire exactement l’inverse. Depuis quelques mois, les accords entre la Bibliothèque nationale de France (BNF) et plusieurs entreprises privées suscitent une intense polémique. Répondant à une question de la députée Françoise Guégot, le ministère de la Culture a pris clairement position : les accords de la BNF seraient irréprochables : « [Ils] ne concèdent d’exclusivité que sur les documents issus de la numérisation et qui, par définition, ne relèvent pas du domaine public puisqu’ils sont aussi le produit de l’activité du partenaire privé. » Cette seule phrase est lourde de conséquences. La France prête à accepter le « copyfraud » En octobre, je soulignais que de nombreuses institutions publiques et privées pratiquaient une forme de piratage à l’envers.

Pourquoi la fin de la neutralité du Net fait peur L’agence fédérale américaine des communications devrait renoncer, jeudi, à une règle qui garantit un égal traitement des flux de données par les opérateurs. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger (Avec le service Pixels) La neutralité du Net est un principe fondateur d’Internet qui veut que tous les contenus y soient traités de la même manière, sans discrimination. Il interdit par exemple à un fournisseur d’accès à Internet (FAI) de transporter les flux vidéo provenant d’un service donné plus rapidement que ceux d’un autre. Il lui interdit aussi de bloquer l’accès à certains sites ou à un certain type de contenus. La fin de ce régime aux Etats-Unis pourrait avoir d’importantes conséquences tant sur la manière dont les Américains utilisent et paient leur connexion à Internet que sur les entreprises du secteur numérique, géants de la Silicon Valley inclus. 1. 2. 3. Selon eux, l’utilisation croissante d’Internet aux Etats-Unis nécessite de coûteux investissements.

94 % des Américains convaincus de l'importance des bibliothèques Une étude présentée par le cabinet Pew Research vient de montrer toute l'attention que les États-Unis portent à leurs bibliothèques. 2252 Américains de 16 ans et plus ont été interrogés, avec un chiffre impressionnant : 94 % des parents (dont les enfants ont moins de 18 ans) considèrent que les établissements sont importants pour leurs enfants. Question : combien prennent le temps d'y amener leur progéniture ? Dévoilée en ce 1er mai, fête du Travail et des Travailleurs, l'étude de Pew Internet & American Life Project est cependant assez complète. Ainsi, la moitié des parents aux enfants âgés de moins de 12 ans font la lecture tous les jours, contre 26 % deux fois par semaine, dans la même tranche. 84 % des parents considèrent que les bibliothèques sont des accès privilégiés et des outils développant le plaisir de la lecture et des livres. Dans l'ensemble, leurs parents sont plus susceptibles que les autres adultes de se rendre dans les bib'. Pour approfondir

Big data : comment passer de la donnée à l’information e-marketing Les données sont là, mais ne sont rien sans la stratégie pour les trier, les outils pour les traiter, les experts pour les analyser Trop de données tuent l’information. C’est le constat que font aujourd’hui les spécialistes de la data. L e “Big data”, c’est ce nouveau terme à la mode qui, depuis deux ans, fait s’affairer les leaders du secteur de l’information et du numérique. Une abondance qui s’explique par l’essor de nouveaux canaux de recueil. Les grandes entreprises ont d’ailleurs rapidement investi dans ce nouveau capital. Résultat : une connaissance client beaucoup plus fine qui permet, grâce à un suivi détaillé de leurs comportements d’achat, de proposer des produits en adéquation avec les exigences des “consomm’acteurs”. Le défi du stockage laisse place à celui de l’analyse A l’image du pétrole, la data, particulièrement quand son volume est conséquent, ne représente une valeur pour l’entreprise qu’après un raffinage minutieux. Les nouveautés de l’édition 2013 ?

« Connectivité permanente et nouvelles pratiques : quelles conséquences sur l’attractivité de l’entreprise ? » De plus en plus mobiles et connectés, les jeunes actifs brouillent les frontières entre vie privée et vie professionnelle, et n’hésitent pas à intégrer l’usage des réseaux sociaux et des outils personnels au travail. Kaspersky Lab, éditeur reconnu de solutions de sécurité informatique, et OpinionWay présentent une nouvelle étude menée sur les pratiques informatiques des 25-30 ans. Plus connectés que jamais, y compris en situation de mobilité, et considérant les réseaux sociaux comme des outils de travail à part entière à près de 50%, ces jeunes actifs présentent avant tout une nouvelle vision du cadre et des outils professionnels, plus perméable aux incursions de la vie privée. L’arrivée de la génération Y sur le marché du travail soulève bien évidement des questions sur les thèmes inhérent à l’entreprise dont le recrutement, la gestion du temps et la sécurité informatique notamment. Une génération connectée en permanence Les chiffres de cette étude parlent d’eux-mêmes :

La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents | Mercklé | RESET - Recherches en Sciences Sociales sur Internet Résumé La révolution numérique ne semble pas avoir changé les liens étroits entre position sociale d’une part, et dotation en équipements, détentions de compétences, intensités d’investissement dans les loisirs culturels, types d’usages et de préférences d’autre part. Malgré l’apparente généralisation des technologies numériques, d’importantes inégalités subsistent en matière aussi bien d’équipement des foyers en ordinateurs, que d’accès et d’usages de l’Internet. Qu’en sera-t-il des générations nées avec le numérique, qui ont été enfants et adolescents dans les années 2000 ?

L’usage de l'ordinateur dans les bibliothèques peut encore progresser L’«enquête paneuropéenne destinée à évaluer les perceptions des utilisateurs à l’égard des avantages liés aux technologies de l’information et de la communication dans les bibliothèques publiques » a été commandée et financée par la Fondation Bill et Melinda Gates. La Bibliothèque publique d’information (BPI, Centre Pompidou, Paris) en a été le relais en France. L’étude a été conduite en 2012 dans 17 pays européens (1). Les résultats permettent aux bibliothèques françaises de se situer par rapport à leurs homologues européennes, de pointer leurs atouts et leurs faiblesses, et de nourrir la réflexion sur l’évolution de leur activité. La BPI espère ouvrir le débat lors de la journée d’études du 10 septembre 2013 organisée en partenariat avec le CNFPT et intitulée « le rôle stratégique des bibliothèques dans l’appropriation du numérique par les citoyens en France et en Europe ». l’Allemagne, où le taux n’est que de 30%,et la Bulgarie (40%). De plus, souligne Annie Dourlent, Focus Notes

Ecosystème du livre numérique #Education : Pourquoi les bibliothèques sont un lieu clé pour une société num... Ce sont des lieux publics, ouverts et dans lequel Montreuil accueillait samedi dernier le lancement de la plateforme ‘Codecademy’ en français (pour que tout le monde puisse savoir coder). Des cybercafés ? Et non, raté. Perçues comme un brin ringardes mais pourtant tellement pertinentes, il s’agit des bibliothèques. Souvent associées au papier et (c)ouvertures rigides, ces espaces très innovants sont pourtant au Brésil ou en Colombie un théâtre où se réinvente le lien social et où s’invente la collaboration en ligne. Pourquoi nos bibliothèques physiques ne sont-elles pas une étape parfaite pour une inclusion numérique à grande échelle en 2014 ? Comme on le lit souvent, ‘l’inclusion numérique’ ne se limite pas au simple accès à une adresse e-mail ou à une tablette numérique, elle est au contraire une promesse via les outils qu’il est nécessaire de découvrir et de s’approprier via des exemples concrets pour être acteur dans la société numérique.

Un Web accessible : accessibilité numérique pour certains, qualité et… Nouveautés et perspectives sur les usages des données de la BnF Les notices en MARC, offre traditionnelle essentielle par Caroline Demessence (coordinatrice des produits et services bibliographiques et de leur évolution, BnF) Introduction comparative en fonction des usages des différentes modalités de récupération des métadonnées de la BnF en format MARC. Présentation des évolutions récentes et à venir. Durée : 22 min Télécharger Le diaporama [fichier .pdf – 1238 Ko – 02/12/14 – 18 p.] Les usages des produits bibliographiques par l’interprofession du Livre Retours d'expérience de Véronique Backert (directrice générale, DILICOM) et de Luc Audrain (responsable support à la numérisation, Hachette Livre) DILICOM est responsable de la gestion opérationnelle du Fichier exhaustif du livre (FEL) sous l’égide de la Commission de liaison interprofessionnelle du Livre (CLIL) et de la Commission FEL. Dans la perspective de renseigner l’ISNI des contributeurs dans la base Hachette Livre, L. Durée : 35 min

Compte rendu de la journée du 24 avril 2015 " le rôle social des bibliothèques" - Association des Bibliothécaires de France - Groupe régional Limousin mise à jour le 18 juin 2015 Intervention de Christophe Evans, chargé d'études en sociologie au service Études et Recherche de la Bpi A voir en guise d'introduction. Signy-l'Abbaye 1360 habitants 1600 inscrits Chabrillan café-bibliothèque avec licence 4 664 habitants Quelques notes autour de cette intervention I/ Rôles sociaux définitions Les rôles culturels, pédagogiques, ludiques (pas seulement pour les jeunes) sont des notions acquises par tous. La notion du rôle social des bibliothèques s'est construite au fil du temps. Sans doute du fait la situation de fragilité du secteur culturel aujourd'hui qui doit sans cesse justifier de son utilité du fait de la crise économique et du manque d'intérêts de certains élus. La notion de social est parfois ambiguë, on peut la comprendre de deux façons: M. On touche alors au rôle social de la réparation. II / Le système bibliothéconomique français ...

Droits d’auteur et lectures publiques : les bibliothécaires invoquent les droits culturels Après avoir rencontré la Société civile des éditeurs de langue française (SCEF), le 14 novembre 2016, pour un premier tour de table relatif aux droits d’auteur sur les lectures en public, l’Association des bibliothécaires de France (ABF) affûte ses arguments. Exception totale pour les bibliothèques Dans un communiqué publié le 17 novembre, les bibliothécaires repoussent officiellement la perspective, pour leurs collectivités, de payer des droits sur les lectures en public organisées dans le cadre de leurs programmations culturelle : une exception totale en faveur des bibliothèques nous semble la meilleure solution. les lectures publiques et les heures du conte relèvent de plusieurs droits culturels reconnus par la Déclaration universelle des droits de l’homme tel que le droit de participer librement à la vie culturelle. Cette référence aux droits culturels est loin d’être anodine dans la mesure où ces droits figurent dans la loi NOTRe du 7 août 2015 (article 103). Deux cas de figure Focus

Quelles bibliothèques après le « crépuscule de la France d'en haut » ? | Livr... 78% des résidents de communes rurales et 87% des ouvriers déclarent ne jamais ou pratiquement jamais venir en bibliothèque ou médiathèque. Curiosité professionnelle oblige, les bibliothécaires sont à l'affût des publications portant sur les réalités qui les concernent. C'est le cas pour les travaux de Christophe Guilluy qui, peu après la sortie de son Atlas des nouvelles fractures sociales, a été invité aux journées de l'ADBDP en 2007. Dominique Lahary a très tôt intégré cet auteur dans sa réflexion sur les bibliothèques. Dans Le crépuscule de la France d'en haut, Christophe Guilluy prolonge son questionnement dans une voie politique sur les rapports de la « France périphérique » avec les élites. Le maillage de la France en bibliothèques s'est largement amélioré dans les quarante dernières années. La culture à la campagne Il reste que ce mouvement de création de bibliothèques prend place dans le cadre d'une politique visant à apporter la culture dans les campagnes. Par exemple, J.

Related: