background preloader

Des déchets qui polluent l'océan pacifique, faire une île recyclée

Des déchets qui polluent l'océan pacifique, faire une île recyclée
Un atoll, des cocotiers, du sable blanc, chaud et fin… Voilà ce qui vient à l’esprit lorsque l’on évoque des « îles du Pacifique ». Bientôt, une autre image, moins bucolique, apparaîtra peut-être tout aussi spontanément : celle de montagnes de déchets plastiques flottant sur le bleu de l’océan. Dans le Pacifique Nord, entre le Japon et la côte ouest des Etats-Unis, se trouve un vortex – un gigantesque courant marin tourbillonnaire – qui attire et emprisonne les déchets dans son flux. « Il s’étend sur une superficie équivalant à celle de l’Europe, explique François Galgani, chercheur à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Et on trouve une zone de convergence similaire dans l’Atlantique Nord. » Pour lutter contre cette pollution qui menace l’écosystème des océans et valoriser ces détritus que personne ne prend la peine de collecter, WHIM, une agence d’architecture de Rotterdam, propose de les transformer en… une île artificielle. Un îlot test aux Pays-Bas Related:  Du plastique à ne plus savoir qu'en fairebenedicte_mbProjet PSP ("Prenons Soin de la Planète)

Pharmacie, épicerie, Franprix : pourquoi nous filent-ils encore des sacs plastique ? « Non, je n’ai pas besoin de sac, merci. » Vous avez arrêté de compter le nombre de fois où vous prononcez cette phrase. Vous prenez votre mal en patience, pensant secrètement « vivement que ces sacs jetables soient interdits ». En 2010, la France s’est engagée à les taxer, afin d’aboutir à l’« éradication » (sic) du milliard de sacs plastique jetables distribués en France. « La loi est bien entrée en vigueur, mais les décrets d’application n’ont toujours pas été publiés, explique Delphine Lévi Alvarès, chargée de campagne du Cniid (Centre national d’information indépendante sur les déchets). Les enseignes qui « offrent » encore des sacs plastique à leurs clients pourront donc se contenter de changer de fournisseurs mais pas de pratiques. Un remède pire que le mal Un remède pire que le mal s’est même emparé d’une part du marché. 10% des sacs distribués aujourd’hui sont dits « oxodégradables ».

Pollution des océans : les déchets envahissent les fonds marins Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Des chercheurs de l'Institut de Recherches de l'Aquarium de la Baie de Monterey (MBARI) tirent la sonnette d’alarme sur la situation des profondeurs océaniques de plus en plus envahies de déchets. Lorsqu’on évoque la pollution des océans, les images qui viennent à l’esprit sont souvent celles déchirantes de tortues marines et oiseaux étouffés par des débris flottant à la surface des eaux. Or, dans cet environnement sombre, pauvre en oxygène et aux basses températures, les détritus peinent à se dégrader. Au cours des 22 dernières années, les océanographes ont exploré à l’aide de caméras télécommandées le plancher océanique au large de la Californie jusqu’au Canada. Plastique et métal en tête des polluants Sans grande surprise, le plastique arrive en tête des débris répertoriés. Si certains organismes ne survivent pas à ces environnements pollués, d’autres en tirent parti et colonisent les détritus.

Erosion du littoral : l'Homme contraint de se plier aux règles de la nature Les infrastructures humaines du littoral ont profondément modifié le déplacement des sédiments et la morphologie du trait de côte. Aujourd'hui, l'Homme tente de rectifier la donne avec comme solution ultime le recul des activités. Chaque année, plusieurs tonnes de sable sont déplacées pour reconstituer des plages fortement affectées par l'érosion au cours de l'hiver. Plus globalement, 27% de l'ensemble du littoral français subit une érosion côtière, soit 46% des plages de sable ou à galets et 23% des côtes rocheuses, rappelle le BRGM. Une situation qui questionne sur l'aménagement du littoral. Suite au lancement d'un appel à projets pour une expérimentation de la relocalisation des activités et des biens situés dans des zones à haut risque, cinq collectivités locales de métropole et d'outre-mer ont été retenues.

Pharrell is making jeans out of recycled ocean plastic Here’s some news to make you happy: Pharrell Williams not only makes catchy, sunny jams, but he’s trying to do something good with all the plastic junk in the Pacific. The musician and fashion designer announced at New York Fashion Week that he’s partnering with designer denim label G-Star RAW to create jeans out of ocean waste. And it’s not just gloriously tacky back-pocket bedazzling; the plastic is incorporated into the jeans as part of the core of each denim strand. It’s covered in an outer layer of cotton to create “bionic yarn.” (But can it lift cars with a single hand?) Check out Williams’ promo video, which is light on the details but heavy on cute octopuses: The collection, G-Star RAW for the Oceans, will be available in mid-August.

Les tortues de mer avalent de plus en plus de déchets Les tortues vertes, une espèce en danger, sont de plus en plus nombreuses à ingérer en mer des déchets rejetés par l'homme, voire des sacs plastiques avec lesquels elles peuvent s'étouffer, indique une étude australienne. Selon cette étude, publiée dans la revue scientifique Conservation Biology, six des sept espèces de tortues marines ingèrent des débris rejetés par l'homme et toutes les six sont classées comme vulnérables ou en danger. «Pour la tortue verte, la probabilité qu'elle ingère des déchets a quasiment doublé en 25 ans», a déclaré Qamar Schuyler, qui a piloté la recherche à l'université du Queensland. «Les tortues vertes en particulier en ingèrent beaucoup plus qu'auparavant», puisque la probabilité est passée de 30% en 1985 à près de 50% en 2012. Les tortues prennent ces sacs pour des méduses Avec AFP Plus d'informations sur ce sujet en vidéo

Némo : une centrale thermique pour créer de l'électricité grâce à l'océan Quel rapport entre Pierre Rabhi, Paul Watson, Francisco Da Silva et vous ?L'engagement, la bonne volonté, la conviction ! Tous à des degrés divers, de manière médiatique ou anonyme, nous mettons en oeuvre nos convictions. Finalement, nous sommes tous des héros du quotidien ! Journée mondiale des premiers secours : préparez-vous à sauver des vies ! Le 12 septembre, c'est la journée mondiale des premiers secours. Shamengo : il fabrique du savon avec de l'huile de cuisson usagée Paul Watson: ''Savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va'' Le choix d'Alice, maraîchère Colibris : ''retour à l'essentiel, se nourrir !'' Les Colibris du Golfe de Saint-Tropez fêtent leur 1er Anniversaire au Château de la Mole les 11/12 et 13 septembre prochains, sous l'oeil bienveillant de Patrice de Colmont, fervent défenseur du mouvement de Pierre Rabhi, qui s'est rendu acquéreur de ce Lieu magique, nimbé de spirituel et destiné à devenir 'La villa Médicis de l'agro-écologie'. Sylvia Tostain est photographe.

Look who’s eating your plastic now: A whole unprecedented ecosystem We already knew that barnacles, lanternfish, and whales have been gobbling up plastic. It turns out that the problem is even bigger than we thought — because it is much, much smaller. Welcome to the “plastisphere,” the tiny plastic-based ecosystem developing within the world’s oceans. The alien-sounding title is fitting, as scientists have found more than 1,000 species of microbes living there, some of which still have not been identified. The study, done by a team in Woods Hole, Mass., took a high-resolution look at plastic particles between 1 and 5 millimeters in size (I believe the unscientific term is “itty bitty specks”). How big a deal is it to discover a new ecosystem developing in the middle of an old one? One very interesting but very hypothetical possibility proposed by the Woods Hole team is that some of these microbes may actually be cleaning up the plastic for us, since they were found hunkered down in ‘pits’ on the surface of the plastic particles.

Comment la pollution plastique des océans introduit des toxines dans nos assiettes Des chercheurs ont mené une étude sur les plaques de déchets plastiques du Pacifique Nord, également appelé continent de plastique. Leurs résultats montrent que les conséquences de cette pollution pourraient être encore plus sérieuses qu'on ne pense. Le septième continent, ça vous dit quelque chose ? Translucide, sous la surface de l'eau, ce vortex géant de déchets se déplace dans le Pacifique nord mais aussi dans l'Atlantique nord. En 2009, des chercheurs ont parcouru plus de 2.700 km de cette étendue d'ordures, prélevant plus de 100 fois les eaux de l'océan. "Cela ne ressemble pas à une décharge d'ordures. De la toxine au poisson Depuis, l'attention du public envers ce "septième continent" s'est démultipliée. "Nous avons regardé dans l'eau et essayé de compter combien de morceaux visibles de plastique étaient présents. En effet, jusqu'ici, peu d'attention a été porté sur les conséquences chimiques, plus vicieuses, du plastique, sur la nourriture. Un impact physique sur les poissons

Festival Atmosphères : le climatologue Jean Jouzel explique les enjeux de la COP 21 Quel rapport entre Pierre Rabhi, Paul Watson, Francisco Da Silva et vous ?L'engagement, la bonne volonté, la conviction ! Tous à des degrés divers, de manière médiatique ou anonyme, nous mettons en oeuvre nos convictions. Finalement, nous sommes tous des héros du quotidien ! Journée mondiale des premiers secours : préparez-vous à sauver des vies ! Le 12 septembre, c'est la journée mondiale des premiers secours. Shamengo : il fabrique du savon avec de l'huile de cuisson usagée Paul Watson: ''Savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va'' Le choix d'Alice, maraîchère Colibris : ''retour à l'essentiel, se nourrir !'' Les Colibris du Golfe de Saint-Tropez fêtent leur 1er Anniversaire au Château de la Mole les 11/12 et 13 septembre prochains, sous l'oeil bienveillant de Patrice de Colmont, fervent défenseur du mouvement de Pierre Rabhi, qui s'est rendu acquéreur de ce Lieu magique, nimbé de spirituel et destiné à devenir 'La villa Médicis de l'agro-écologie'. Sylvia Tostain est photographe.

Ah là il y a des idées d'utilisation. ;) by alwen Jan 12

Related: