background preloader

Spéculation : l'Espagne a déjà remboursé trois fois sa dette !

Spéculation : l'Espagne a déjà remboursé trois fois sa dette !
En dix ans, l’Espagne a remboursé 1 020 milliards d’euros de dette, taux d’intérêt compris. Soit trois fois le montant de ce que l’État avait emprunté en 2000. Un énorme transfert des richesses ponctionnées sur la population et les services publics au bénéfice de riches créanciers. Comme en Grèce ou au Portugal… La dette de l’État espagnol est le point de mire de toute l’Europe, du fait que les marchés financiers (banques d’investissement, fonds vautours et assurances) continuent à spéculer sur cette dette avec un seul objectif : amasser de juteux bénéfices. Et cela provoque l’appauvrissement de la population dans son ensemble, car toute cette spéculation conduit à une augmentation progressive des intérêts à payer, réduisant à leur tour d’autres dépenses de l’État : éducation, prestations de retraite, vieillesse et chômage, justice, santé ou services sociaux. Effet boule de neige Nécessité d’un audit de la dette Photo : Photo : Dan Simpson

http://www.bastamag.net/Speculation-l-Espagne-a-deja

Related:  ÉconomieEspagne

La «libération fiscale», propagande fantaisiste du libéralisme C’est le marronnier des ultralibéraux. Leur petite fête nationale, qu’ils ont eux-mêmes créée, et dont ils se repaissent jusqu’au ridicule. Comme chaque année en été, un pseudo institut économique, relayé en exclusivité par la presse de droite, célèbre ainsi «le jour de libération fiscale», date censée illustrer de façon symbolique le moment de l’année où le contribuable français cesse de «travailler pour l’Etat». Et où il peut enfin disposer pleinement de ses revenus.

PETIT COUP DE PARANO : QUI EN VEUT À PEPE MUJICA ? Nous avons publié hier un article sur cet événement climatique très particulier qui a touché l’Uruguay, décimant des dizaines de milliers de moutons en quelques minutes… Immédiatement, quelques-uns d’entre vous ont fait référence à Haarp dans les commentaires… Supposons que ce soit vrai, me suis-je dit. Pourquoi l’Uruguay, ce tout petit pays coincé entre le Brésil et l’Argentine, deux géants de l’Amérique du Sud ? Pourquoi serait-il visé particulièrement ? Peut-être parce que l’Uruguay est un pays qui échappe au système, qu’il a divisé la pauvreté par 3 en moins de 10 ans, qu’il maintient sa croissance, prouvant l’efficacité de sa politique, que son président atypique a fait des buzz planétaires à chaque discours devant les instances internationales (Rio et ONU) qu’il critique sans complexe l’ordre mondial et que même s’il n’est pas parfait sur tous les points, il est porteur d’espoir pour tout ceux qui rêvent d’un monde meilleur possible et qu’il devient comme H.

Comment la pensée devint unique, par Susan George Si les néolibéraux et la pensée unique semblent maîtres du terrain idéologique, il n’en fut pas toujours ainsi. Dans les années qui suivirent la seconde guerre mondiale, le néolibéralisme était partout ultra-minoritaire. Si, aux Etats-Unis, ses pères fondateurs disposaient de peu d’atouts au départ, ils avaient cependant assimilé un principe essentiel : les idées ont des conséquences.

Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique Attention, c'est du lourd ! Le 12 juillet dernier, le site Cryptome, sorte d'ancêtre à Wikileaks, qui publie des documents que les gouvernements et les sociétés n'aimeraient pas voir sur le net, a mis en ligne le témoignage et les explications techniques d'un ex-agent de Cointelpro. Cointelpro est une organisation US liée au FBI dont la mission était de faire de la désinformation et de foutre le bordel parmi les groupes d'activistes. Officiellement, Cointelpro a disparu en 71, mais l'organisation a juste changé de noms. Maintenant en plus d'infiltrer de manière classique des groupes d'activistes, cette ou ces organisations gouvernementales officient sur Internet pour enterrer les bad buzz et noyer le poisson sur les forums d'activistes. Le 18 juillet, ce témoignage sur Cryptome a été mis en avant sur Slashdot par un contributeur de longue date.

L'essence du néolibéralisme, par Pierre Bourdieu (Le Monde diplomatique, mars 1998) Le monde économique est-il vraiment, comme le veut le discours dominant, un ordre pur et parfait, déroulant implacablement la logique de ses conséquences prévisibles, et prompt à réprimer tous les manquements par les sanctions qu’il inflige, soit de manière automatique, soit — plus exceptionnellement — par l’intermédiaire de ses bras armés, le FMI ou l’OCDE, et des politiques qu’ils imposent : baisse du coût de la main-d’œuvre, réduction des dépenses publiques et flexibilisation du travail ? Et s’il n’était, en réalité, que la mise en pratique d’une utopie, le néolibéralisme, ainsi convertie en programme politique, mais une utopie qui, avec l’aide de la théorie économique dont elle se réclame, parvient à se penser comme la description scientifique du réel ? Cela dit, cette « théorie » originairement désocialisée et déshistoricisée a, aujourd’hui plus que jamais, les moyens de se rendre vraie, empiriquement vérifiable.

Les espagnols encerclent leur L'Autorité des marchés financiers rappelle aux utilisateurs des forums de discussion consacrés aux sujets financiers et boursiers que l'émission d'avis sur des valeurs admises aux négociations sur un marché régulé par l'AMF est soumise à certaines exigences réglementaires. La Direction des enquêtes de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a récemment réalisé plusieurs enquêtes qui ont montré que sur des forums de discussion consacrés aux sujets financiers et boursiers, voire sur des « blogs » personnels, de nombreux messages véhiculaient des avis et opinions sur des valeurs admises aux négociations sur un marché régulé par l'AMF, sans que les auteurs de ces avis ne mentionnent systématiquement leurs positions en titres. Ce message est introuvable Rechercher un forum société Thématique Bourse

La situation planétaire s'est aggravée : rétablissement improbable © InconnuLa liberté enterrée sous le poids de l'orgueil démesuré et de la corruption de la science moderne Aujourd'hui, en parcourant les gros titres, mon estomac s'est noué tandis que je réalisais que la minorité pathologique qui gouverne notre monde est vraiment en train de tous nous faire tomber dans le précipice. Je me souviens de ce qu'écrivait Andrew Lobaczewski dans son livre phare, La ponérologie politique :

Wall Street poursuit sa croisade contre les Constitutions anti-fascistes d'Europe L'article paru le 27 septembre dans le Wall Street Journal intitulé « Le nouveau obstacle pour résoudre la crise de l'euro : les Constitutions », annonce ce qu'exigent Wall Street et la City de l'Europe continentale : en finir avec les Constitutions d'après-guerre qui empêchent les États européens « d'accroître leur compétitivité » en autorisant les entreprises à licencier comme bon leur semble. La journaliste, Patricia Kowsmann, s'insurge contre les décisions courageuses des Cours constitutionnelles du Portugal, d'Espagne et de Grèce (et auxquelles on n'a jamais eu droit en France...), qui posent d'importants obstacles aux « réformes » économiques dictées par la Troïka. Les Constitutions, continue-t-elle, « rédigées au lendemain de la guerre et la dictature, étayent des protections sociales dans pratiquement toute l'Europe ». Pour mémoire, en France, Denis Kessler, en parlant du programme de Sarkozy en 2007, avait dit quelque chose d'assez semblable dans un éditorial de Challenge :

Temps forts d'Avaaz Sommet de Copenhague sur le climat (Déc. 2009) - Les responsables politiques n'ont pas écrit l'histoire, contrairement aux citoyennes et citoyens du monde. Une année de mobilisation sans précédent sur le climat a atteint une intensité inédite à travers des milliers de veillées, de rassemblements et de manifestations; une avalanche d'appels téléphoniques et des millions de signatures de pétition. Alors que les responsables politiques ne sont pas parvenus à conclure l'accord nécessaire pour arrêter le changement climatique, les citoyen(nes) ont construit un mouvement capable de remporter la lutte pour la planète.

Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps Basta ! : Qu’est-ce qu’un riche, en France, aujourd’hui ? Monique Pinçon-Charlot [1] : Près de 10 millions de Français vivent aujourd’hui en-dessous du seuil de pauvreté. Celui-ci est défini très précisément. Mais il n’existe pas de « seuil de richesse ».

Espagne: Plus de 60 blessés après une manifestation contre l'austérité Des violents affrontements ont opposé manifestants et policiers mardi à Madrid lors d'un rassemblement contre les mesures d'austérité que doit annoncer jeudi le gouvernement de Mariano Rajoy dans le cadre du budget 2013. Des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place Neptune dans le centre de Madrid pour former une chaîne humaine autour du Parlement, dont l'accès était bloqué par plus de 1.500 policiers. Ces derniers ont utilisé leurs matraques et des balles en caoutchouc, dans un premier temps contre ceux qui voulaient faire tomber des barrières et ensuite pour disperser la foule. Selon un bilan fourni par la police, 26 personnes ont été interpellées et au moins 60 autres ont été blessées dont 27 policiers. «Je ne pourrai pas joindre les deux bouts»

La fuite en avant du GIEC Afin de ne pas modifier la doxa du réchauffement climatique, le dernier rapport du GIEC passe sous silence les études aux conclusions iconoclastes, fussent-elles bien fondées et menées par des climatologues reconnus. Par István E. Markó, depuis la Belgique. Ce vendredi, le cinquième rapport du GIEC sur l’évolution du climat était dévoilé en grande pompe à Stockholm. La régionalisation et l'aménagement du territoire en Europe : 1. Vers la disparition des frontières en Europe Actuellement, la volonté d’aboutir à un marché unique en Europe conduit au démantèlement des frontières nationales. L’inspiratrice de cette politique s’appelle l’Assemblée des Régions Frontalières Européennes (l’ARFE) s’appuyant sur un document européen : la convention-cadre sur la coopération transfrontalière ou charte de Madrid. Créé en 1971, cet institut européen est en réalité allemand par ses fondateurs et ses dirigeants.

Related: