background preloader

Piketty & Todd - Le capital au XXIe siècle

Piketty & Todd - Le capital au XXIe siècle
Related:  Piketty blitzÉconomie

Le triomphe américain d’un économiste français | American Digest La publication en anglais par Harvard university press du dernier livre de l’économiste Thomas Piketty fait événement. Revue de presse Rareté des raretés dans le petit monde feutré de l’édition universitaire, la parution aux Etats-Unis du Capital au XXIe siècle (Seuil, 2013), le plus récent ouvrage de l'économiste français Thomas Piketty, a été avancée d'avril à mars, tant il était attendu. Déjà surnommé par certains le "inequality guru",Thomas Piketty s'apprête à être adoubé par les économistes américains les plus éminents. Le célèbre économiste Paul Krugman vient de faire paraître un long article dans la New York Review of Books où il vante, sans retenue, les mérites du Capital au XXIe siècle. Thomas Piketty était déjà bien connu pour le travail statistique pionner mené avec Emmanuel Saez et Anthony Atkinson pour chiffrer les inégalités. En annonçant l'avènement d'un "capitalisme patrimonial", ce livre "va changer la façon dont nous pensons notre société et l'économie".

Michéa : « Jamais les nuisances du système capitaliste n’ont été aussi claires » (1/3) Et pourtant le philosophe montpelliérain s’étonne, comme Georges Orwell en 1937, que le socialisme perde « du terrain là où précisément il devrait en gagner ». Pour comprendre comment on en est arrivé là, il est revenu, lors d’une conférence qui a fait salle comble le 9 décembre dernier à Montpellier, aux trois critiques formulées par le socialisme dans la première moitié du XIXe siècle. Et dans son dernier livre, Le complexe d’Orphée il explique comment la gauche a « abandonné l’ambition d’une société décente qui était celle des premiers socialistes ». Dans cet article, vous allez lire des informations que vous n’aurez pas lues ailleurs. « En ce moment, la seule attitude possible pour tout individu honnête (en anglais : « for any decent person ») que son tempérament le porte plutôt vers les conservateurs ou plutôt vers les anarchistes, c’est d’œuvrer pour l’avènement du socialisme. » C’est par cette phrase que Jean-Claude Michéa débute sa conférence le 9 décembre dernier (1).

First Thoughts on Piketty I have been reading Thomas Piketty's "Capital in the 21st Century." It is truly an impressive work, and I am much enjoying it. I have recently organized a session at the upcoming AEA meeting (January in Boston), where David Weil, Alan Auerbach, and I will be discussing the book, followed by a response from Professor Piketty. Let me offer a few immediate reactions. The book has three main elements: A history of inequality and wealth. Point 2 is highly conjectural. Point 3 is as much about Piketty’s personal political philosophy as it is about his economics. The bottom line: You can appreciate his economic history without buying into his forecast.

Pourquoi le livre de Piketty est-il un succès aux Etats-Unis ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Le livre du Français Thomas Piketty Le Capital au XXIe siècle (Editions du Seuil, 2013) se classait encore, jeudi 24 avril, en tête des ventes aux Etats-Unis sur le site de distribution en ligne Amazon. Publié l'an dernier en France (lire des extraits sur le site du Seuil), il n'est arrivé que cette année aux Etats-Unis. Mais l'énorme succès rencontré outre-Atlantique par un ouvrage pourtant austère, écrit par un économiste qu'on classe, en France, plutôt à gauche, ne cesse d'étonner. Le site Internet de l'enseignant à l'Ecole d'économie de Paris donne un bon résumé des quelque 1 000 pages (dans la version française) de cet ouvrage, agrémenté de nombreux schémas, qui dénonce la trop forte concentration des richesses et plaide pour une plus lourde taxation des hauts revenus. Lire l'entretien : Thomas Piketty : « Le retour des inégalités inquiète aux Etats-Unis » Ce que dit le livre Ces Français qui cartonnent aux Etats-Unis

La face cachée de la fraude sociale, par Philippe Warin «La fraude sociale : ce sport national qui plombe notre économie » ; « Fisc, Sécu, chômage : ce que les fraudeurs nous coûtent » ; « Fraudeurs de la Sécu. Ceux qui ruinent la France » ; « La grande triche. Enquête sur les 15 milliards volés à la protection sociale » ; « La France des assistés. Ces “allocs” qui découragent le travail » (1)… La meilleure façon de saper la légitimité de la protection sociale, c’est de laisser entendre qu’elle ressemble à une passoire. Les tricheurs se glisseraient aisément entre les mailles d’un filet trop lâche, et leur parasitisme finirait par transformer la solidarité nationale en une menace pour le pays. Nul ne suggère que les filous bénéficiant de prestations indues n’existent pas. Le tapage autour des « abus » présente un second intérêt, moins souvent pointé du doigt, pour les partisans de l’austérité : en faisant peser le soupçon sur les bénéficiaires légitimes, on parvient à dissuader un grand nombre de faire valoir leurs droits.

m.truthdig Now We Know: Economic Inequality Is a Malady—and Not a Cure Posted on Apr 25, 2014 By Joe Conason It has been a long, long time since Americans accepted the advice of a French intellectual about anything important, let alone the future of democracy and the economy. But the furor over Thomas Piketty’s stunning best-seller, “Capital in the 21st Century”—and especially the outraged reaction from the Republican right—suggests that this fresh import from la belle France has struck an exposed nerve. What Piketty proves, with his massive data set and complex analytical tools, is something that many of us—including Pope Francis—have understood both intuitively and intellectually: namely, that human society, both here and globally, has long been grossly inequitable and is steadily becoming more so, to our moral detriment. As a work of history and social science, “Capital in the 21st Century” outlines a fundamental issue, while offering little in policy. New and Improved Comments

Thomas Piketty is a rock-star economist. Can he re-write the American dream? | Heidi Moore When the movie is made about the fall of Western capitalism, Thomas Piketty will be played by Colin Firth. Piketty, whom the Financial Times called a "rock-star economist", isn't a household name – but he should be, and he has a better shot than any other economist. He is the author and researcher behind a 700-page economic manifesto, titled Capital in the 21st Century, that details the path of income inequality over several hundred years. This sublime nerdishness is, somehow, a huge hit. This is quite a burst of stardom for a man who, despite his understated Gallic charm, is very much the bearer of bad news. Piketty's research, which is immaculate, reaches back hundreds of years to establish a simple thesis: the American dream – and more broadly, the egalitarian promise of Western-style capitalism – does not, and maybe cannot, deliver on its promises. This is a deep point. Let's repeat that: no one else can ever catch up. But there remains a lot of controversy anyway.

Pire que l’autre, la nouvelle science économique, par Laura Raim La théorie économique dominante, dite « néoclassique », vit des jours difficiles. Non seulement les liens incestueux de ses spécialistes avec les institutions financières sont révélés (1), mais leur responsabilité dans la dernière crise éclate au grand jour. L’autorégulation se justifiait, avaient coutume d’expliquer les maîtres incontestés de la discipline, par la parfaite efficience des marchés, elle-même découlant de la rationalité sans faille des agents. Un conte pour enfants sages mis à mal par la crise financière. L’invalidation spectaculaire de la doctrine dominante ne fait cependant pas que des malheureux dans la profession. Cette école, tout en restant compatible avec la plupart des postulats de la science économique orthodoxe, incorpore les enseignements de la psychologie comportementale. Les investisseurs financiers n’échappent pas à l’emprise des biais cognitifs. Car, postule la BE, si nous sommes irrationnels, nous n’en sommes pas moins prévisibles.

Piketty and Pareto Well, it’s Piketty day at the Times, with David Brooks and yours truly even having more or less matching headlines. And David’s take reminds me of something I’ve been meaning to do: explain one important point in Piketty that even economist readers have, it seems, tended to miss. In his critique David says of Piketty, He predicts that family fortunes will concentrate, though big ones in the past have tended to dissipate and families like the Gateses give a lot away. So, two points. Piketty doesn’t just assert that fortunes will concentrate, he shows that they have in fact concentrated in the past. Second, Piketty predicts a high concentration of wealth, but not concentration without limit. Here’s how I think of it. How much wealthier will five-generation dynasties be than four-generation? So no dynasty lasts forever; there will be a slow “circulation of elites.”

Related: