background preloader

Comment en finir avec l’oligarchie, dialogue entre Eva Joly et Hervé Kempf - Présidentielle

Comment en finir avec l’oligarchie, dialogue entre Eva Joly et Hervé Kempf - Présidentielle
Basta : Qu’est-ce que l’oligarchie ? Qui fait partie de cette oligarchie que vous dénoncez ? Hervé Kempf : L’oligarchie, d’un point de vue sociologique, c’est l’actuelle classe dirigeante, qui mêle pouvoir économique, pouvoir politique, hauts fonctionnaires, dirigeants de grands médias. Eva Joly : Ce qui caractérise l’oligarchie française, c’est cette porosité entre les secteurs de la banque, de la politique, de l’industrie, des médias. Hervé Kempf : Aux Etats-Unis, on est plus proche du modèle français. Eva Joly : Ce sont très souvent les grandes banques comme Goldman Sachs qui fournissent les cadres de l’administration, les cadres de la Réserve fédérale aux Etats-Unis, que ce soit sous Bush ou sous Obama. Quand les gens sont venus demander des comptes après septembre 2008, ils ont découvert qu’il n’y avait pas de provisions : ce n’était pas véritablement un contrat d’assurance mais un produit financier. Cette situation d’impunité de l’oligarchie est-elle nouvelle ? A voir en vidéo : Related:  Oligarchie / PloutocratieHervé Kempf

L'oligarchie française Le comportement de la classe politique oligarchique évoque la seigneurie décadente de l'Ancien Régime. Des personnalités politiques s'enrichissent sans vergogne grâce aux détournements de fonds publics, commissions occultes, pots-de-vin... L'avidité de certains représentants du peuple est sans limites. La corruption prend une ampleur inquiétante et se répand dans toutes les classes de la société. Des professionnels de la santé, reniant le serment d'Hippocrate, rackettent les malades : dépassements d'honoraires, dessous-de-table... L'industrie pharmaceutique ne recule pas devant le froid assassinat de milliers de personnes pour faire toujours plus de bénéfices. L'image de la France est dégradée, la cinquième république est en déliquescence. La République « irréprochable » et quelques uns de ses acteurs (liste communiquée par Alexandre) Alain Agostini (UMP) 2008, condamné pour proxénétisme aggravé en bande organisée. Axel Poniatowski (UMP) 2010, condamné pour diffamation.

Comment les riches détruisent le monde, par Hervé Kempf Les trois ou quatre générations situées à la charnière du troisième millénaire sont les premières dans l’histoire de l’humanité, depuis que les bipèdes arpentent la planète, à se heurter aux limites de la biosphère. Cette rencontre ne se fait pas sous le signe de l’harmonie, mais sous celui d’une crise écologique majeure. Soulignons-en quelques aspects. Le premier d’entre eux est l’inquiétude nouvelle des climatologues : ils raisonnent depuis quelques années sur l’hypothèse d’une irréversibilité possible du changement climatique. Une deuxième observation est que la crise écologique ne se réduit pas au changement climatique. Troisième volet, peut-être moins sensible ou moins bien synthétisé que la problématique du changement climatique : une contamination chimique généralisée de notre environnement, dont deux aspects sont particulièrement troublants. Cette entrée en matière définit l’urgence politique de notre époque. Comment ? Pourquoi cela est-il un moteur de la crise écologique ?

Exclusif :Terra Nova propose de renforcer le rôle politique des associations Le club de réflexion proche du PS Terra Nova publie un rapport sur la participation des associations à la vie démocratique. Ce travail, dont « La Croix » publie les principales conclusions, propose de leur donner plus de prérogatives dans le champ politique et d’accroître leur présence au sein du Conseil économique, social et environnemental. Avec ses 14 millions de bénévoles et 1,8 million de salariés, notre secteur associatif affiche une belle vitalité. Mais en comparaison de bien des démocraties modernes, sa participation à la vie politique reste faible. Fort de ce constat, le think tank Terra Nova , club de réflexion proche du Parti socialiste, publie un rapport intitulé Démocratie et société civile, qui propose tout à la fois de renforcer le rôle politique du monde associatif et de l’encadrer par de nouvelles règles de transparence ou de représentativité. Elargir les champs de compétence Le droit de saisir le Conseil constitutionnel Contrôle et transparence renforcés

France été 2011, le démantèlement d'une justice démocratique se poursuit Il sera utile de revenir en profondeur sur le rapport de la Cour des comptes publié en juillet 2011, qui inflige un diagnostic sans fard à notre premier flic de France, devenu Président de la République. Ce rapport argumenté non seulement confirme les craintes que l'on peut exprimer depuis au moins 2002: la politique mise en oeuvre est un fiasco total, mais surtout ce rapport anéantit l'organigramme savamment dosé par N Sarkozy en matière de recherches et d'études des phénomènes de délinquance. Il est vrai que fondre toute la recherche en ce domaine sous un pôle unique sous la férule du ministère de l'intérieur, cela fait penser plutôt à une organisation de type soviétique avec sa nomenklatura :les expert auto proclamés qui nous bassinent sur TF1 et consorts depuis au moins dix ans sur les chiffres de l'insécurité... Une Justice quotidienne vouée à l'archipel du Goulag Ce sous titre peut paraître fort, nous ne sommes pas en Russie soviétique me direz vous. !!!!.. - l'ordonnance pénale .

Robert Kuttner: Strauss-Kahn and the European Left Paris -- The apparent self-destruction of Dominique Strauss-Kahn in a New York hotel is emblematic of a European left that has ceased to be much of a progressive alternative, either in terms of lifestyle or policy alternatives. Strauss-Kahn, who until yesterday headed the International Monetary Fund, was the Socialist front-runner to challenge French President Nicolas Sarkozy next year. Polls showed that Strauss-Kahn well ahead of both Sarkozy and far right populist Marine Le Pen. But even before this latest scandal broke, Strauss-Kahn didn't seem like much of a socialist. Last week, the press caught DSK, as the local press calls him, and his wife tooling around in a borrowed $150,000 Porsche, which reinforced his image as wealthy playboy. In 2008, Strauss-Kahn barely survived a widely publicized affair with one of his IMF employees, and in the wake of the New York incident, another woman has stepped forward claiming a rape in 2002.

La France est une oligarchie, pas une démocratie Untitled Documen Dans "La République", Platon désigne cinq systèmes de gouvernements différents : la tyrannie, la timocratie, la royauté, l'oligarchie et enfin la démocratie. La France, depuis la Révolution française de 1789, fonctionne avec un régime de type démocratique. Cependant en observant les faits de la vie politique, on s'aperçoit que ce n'est qu'une démocratie de façade. Dans une démocratie, le pouvoir est détenu par le peuple qui élit ses représentants. Hervé Kempf : « Fukushima est moins un accident que l’aboutissement d’une série annonciatrice » - Nucléaire Que représente pour vous la catastrophe de Fukushima ? Hervé Kempf : C’est un tournant, aussi important que Tchernobyl en 1986, et qui va durablement affecter l’industrie nucléaire et la façon dont on la perçoit. C’est aussi un rappel extrêmement violent de ce que beaucoup d’écologistes disent depuis longtemps, à savoir que le nucléaire n’est pas une réponse satisfaisante au problème du changement climatique. Et encore, on ne mesure pas toutes les conséquences... Pour l’instant, ce qu’on peut dire de manière quasiment certaine, c’est qu’il y a au moins trois, voire quatre réacteurs de la centrale qui sont irrécupérables. La France a-t-elle des enseignements à tirer de la situation japonaise ? La France se trouve dans une situation très comparable. L’autre rapprochement à faire, c’est qu’au Japon comme en France, le nucléaire a été introduit de manière opaque et antidémocratique, ou plus exactement dans un déni de démocratie. Bien sûr que c’est possible. Cela vous effraie ? Oui. Oui.

Dédale, un fil vers la démocratie. (2013) Alertés et interloqués par l’état de délabrement du niveau de vie et de la «démocratie» grecque, les réalisateurs de Dédale ont souhaité aller constater par eux-même la souffrance des Athéniens. Le but initial du documentaire était de palier au silence des médias dominants, qui taisent la situation et se concentrent uniquement sur le volet financier des événements. Il s’agissait d’aller observer la situation sociale et d’en témoigner ici afin de rester en alerte, conscient des politiques européennes à l’oeuvre à quelques 2000 km de la France. Mais de ces rencontres, humaines, touchantes, de ces personnes qui se sont révélées devant nous avec leur pauvreté récente et brutale, avec leur soif de raconter leur quotidien et leur envie de voir dérailler la mécanique gouvernementale, de tous ces mots échangés est né autre chose. On nous a raconté comment la vie s’organise dans la crise, et ce qu’il faudrait réaliser après celle-ci. On nous a parlé d’assemblées de quartier.

Related: