background preloader

Le Web, c’est folk LOL

Le Web, c’est folk LOL
Ode aux usagers des ordinateurs, Digital Folklore est un livre qui célèbre la culture amateur d’aujourd’hui et d’hier, invitant le lecteur à une véritable odyssée à travers l’histoire du World Wide Web, sondant la Toile jusque dans ses recoins les plus inavouables et les plus inattendus. Les instigateurs de cette Bible érudite, drôle et décalée, Olia Lialina et Dragan Espenschied, font partie d’une avant-garde artistique qui a exploré le médium dans les années 90, à l’époque héroïque du net.art, bercée par les stridulations d’un modem 28,8 kbit/s, quand le moteur de recherche s’appelait Altavista, que les pages personnelles étaient hébergées sur Geocities et qu’on s’abonnait à des mailing-lists. Une ère où «le Web était scintillant, riche, personnel, lent et en construction» . Les artistes enseignent tous deux à l’université de Stuttgart Merz Akademie, où Olia anime un cours dédié au folklore digital. Comment définiriez-vous cette notion de «folklore numérique» ? Photo Olia Lialina Related:  net art

Net Art par Jean-Paul Fourmentraux : : Didžioji 1 Jean-Paul Fourmentraux, est sociologue et maître de conférences à l’Université de Lille 3. Il mène aujourd’hui des recherches comparatives sur les interfaces entre création artistique, recherche technologique et innovation sociale. A l’occasion du projet franco-allemand Horizon Culture 2020, il a participé le 15 septembre dernier à une discussion sur les médias numériques en tant que phénomène culturel. Le Net art n’est pas uniforme, ce serait aux antipodes de son concept. Internet n’est donc pas qu’un simple support pour diffuser des œuvres d’art dites classiques. Les netartistes hackent la FIAC Les multiples petites têtes de Caroline Delieutraz Comme l'explique Julien Levesque: «Lafiac.com c'est notre mini-rebellion ; une façon de donner à l’art numérique – et plus particulièrement au netart – la place qu’ils n’ont malheureusement pas à la FIAC et dans ce genre d'évènements internationaux. Le netart n'est quasiment pas représenté par les galeries car il peine encore à trouver son modèle économique. En achetant ce nom de domaine nous voulions faire de lafiac.com une extension de la FIAC, nous avons créé la galerie qui manque à notre pratique.» Bien que leur matière première toute réticulaire les éloignent des places et des marchés, les netartistes savent aussi en tirer profit avec un peu d’astuce et en pariant sur les malentendus bien référencés.

Le 1er décembre 2011, journée d’étude à la BnF : détournements Web 2.0 : Google, Facebook et Cie Où en est-on en 2011 dans le domaine du Net-Art ? Quels usages, appropriation, détournements de l’internet peut-on observer du côté des artistes aujourd’hui ?Une journée d’étude organisée par le département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France.Art contemporain, mutations technologiques et réseaux sociaux : comment les artistes fabriquent-ils des détournements du Web 2.0 sur Google, Facebook et Cie ? La mondialisation des réseaux sociaux et des moteurs de recherche a donné naissance à un art subversif. Comment le web est-il utilisé par les artistes pour élaborer de nouvelles écritures esthétiques ? Quelles propositions artistiques engagées se créent sur le réseau aujourd’hui ? Proposition d’un panorama d’un art en réseau réalisé au moyen du « hack » sur les différents réseaux sociaux contemporains. Artistes et critiques d’art se réuniront autour de ces questions afin de faire découvrir ou mieux connaître ces oeuvres via Internet.

Systaime : “Pour détourner un système, il faut l’aimer” Comment présenter Systaime ? Né en 1973, hyper-actif, hyper-créatif, cet artiste de 37 ans prend depuis toujours un malin plaisir à multiplier les avatars, les identités et les styles pour être sûr ne jamais sombrer dans une démarche trop systématique. Et puis, franchement, parfois, on a beau être journaliste, on a pas envie de percer à jour une légende habilement créée, de trop dévoiler et de, finalement, tout gâcher. Je vous laisserais le plaisir de découvrir Systaime, artiste peintre, performeur qui après avoir fait de nombreuses installations vidéos dans les années 90, a opté pour les nouveaux medias, alternant net-art (une appelation qu’il n’aime pas trop), webfilms et mix vidéo caustique. Caustique ? Systaime, c’est que de l’amour ! Denis-Quentin 14:59 Ma première question est surtout un avertissement : je voulais te signaler qu’il y a une faute d’orthographe dans ton peudo d’artiste… C’est chaud. Systaime 15:03 Denis-Quentin 15:08 Mais qui se cache derrière ce masque de pixel ?

net art, video, performance The Widget Art Gallery: Net Art For Your Mobile Device Art galleries are often a strange experience—a place where we’re meant to have a private interaction with a work of art but are surrounded by crowds. For a long time, they held the monopoly on curated, publicly accessible art. But the internet gave them a run for their money with web-specific online galleries that re-imagine the nature of the gallery and the exhibition, and turn websites into curatorial spaces for commissioning and showcasing new work. As we drift towards our mobile future where laptops will soon become just a nostalgic indulgence, our digital galleries appropriately reconfigure themselves to suit our new handheld needs. Gif installations seem to be the favored art form, but then again, there’s only been two exhibitions so far. And previously it played host to Lorna Mills’ “found gif collage” Operatic Narcoleptic (below).

Image and Narrative - Article Introduction Depuis les années soixante, certains artistes impliquent l'ordinateur dans leur travail de création. Conçu tout d'abord comme un support pour l'exposition d'ouvres réalisées avec des médias plus traditionnels, le médium informatique a peu a peu été investigué en tant que tel, comme un outil et un environnement de création inédit. Faisant suite à l'apparition des réseaux de communication informatiques, le Net art désigne à partir de 1995 des créations interactives conçues par et avec le réseau Internet, distinctes des formes d'art visuel simplement transférées sur des sites-galeries et autres musées virtuels [1] . Cet art pour Internet met en ouvre des projets multiformes - algorithmes exécutables, environnements navigables et formes altérables - qui incluent une possibilité d'apport ou de transformation du matériau artistique initial par le public. 1. Les premières explorations d'Internet comme contexte créatif inédit remontent à une dizaine d'années. 2. 2.1. 2.2.

Notes de WJ-Spots Bruxelles, Histoire et avenir de la création artistique sur Internet - nous faire de l'argent pas de l'art Photo credit: Anne Roquigny Last weekend in was at iMAL in Brussels for a WJ-Spots afternoon (that ended at midnight). Almost 20 artists, theorists, activists, bloggers and journalists were asked to give their view on the history and future of artistic creation on the Internet. Is the Internet a disenchanted space for artists and creative people or is there a future for online arts and critical creative actions? If so, what are their possible forms and directions? The event followed the WJ-Spots format: during our speeches, webjays used a custom-built platform to navigate live through a list of websites that we had selected. Anyway, i had a brilliant time with some of the most talented people on planet internet and scribbled a couple of links and notes along the way. Florian Cramer opened the afternoon by telling us something most of us tend to forget (or simply ignore): the internet is not the world wide web. Alexei Shulgin, Form Art [Tank], 1997 Image courtesy of Alessandro Ludovico

Archée / cyberart / cyberculture artistique. Du voyeurisme à l’exhibitionnisme : l’interactivité sur le Net Mylène Cabana L’interactivité ou l’implication du participant Le couple voyeurisme-exhibitionnisme passe par le regard. Il base ses intérêts sur la présence de l’autre qu’il implique dans un univers teinté d'imaginaire. Le participant devient un élément primordial de cet univers dont le fonctionnement s’apparente au Net.art. C’est en abordant les œuvres Net.art à travers certaines caractéristiques propres au voyeurisme et à l’exhibitionnisme que le jeu esthétique nous fait entrer dans l’œuvre avec un intérêt lié à la promiscuité. « Il est généralement acquis en esthétique (…) que l’on doive traiter l’œuvre d’art comme une chose évidente, c’est-à-dire artistique, reliée immédiatement à une inclination du spectateur-auditeur à regarder, écouter, toucher, etc. » 1. Le voyeurisme Voyeurisme et intimité Voyeurisme et image L’exhibitionnisme Le narcissisme 1 http:/www.webphilo.com/ 2 Gérard Bonnet. 1983. 3 Anne Mathonet. 1996.

SPAMM, OU comment transformer votre blog en musée numérique. The SPAMM (SuPer Art Modern Museum) has been showcasing a selection of the works of some fifty international artists since mid-December, in areas as diverse as video, GIF-art, web-art, etc. We can already hear you grumble that your blog fulfills more or less the same purpose. And it’s even called a Tumblr. As Jean-Jacques Gay says it again, quite correctly, « a museum, in the classical sense, is a space dedicated to showcasing. » And yet, every blog is a showcasing space. Perpetual Threshold from Sterling Crispin on Vimeo . Every museum implies an idea of permance of the collections. Jeremiah Johnson - Partial Recollection With Initial State Uncertainty We thought museums ought not have a mercantile purpose. DISTORT MORE / Reynald Drouhin - Plus Since a museum only obtains true legitimacy through being a public institution, Thomas Cheneseau and Systaime had the good idea to twist a little the arm of Paris City Hall. Daniel R Leyva - Fake + Gay The SPAMM , SuPer Art Modern Museum.

Related: