background preloader

Le Web, c’est folk LOL

Le Web, c’est folk LOL
Ode aux usagers des ordinateurs, Digital Folklore est un livre qui célèbre la culture amateur d’aujourd’hui et d’hier, invitant le lecteur à une véritable odyssée à travers l’histoire du World Wide Web, sondant la Toile jusque dans ses recoins les plus inavouables et les plus inattendus. Les instigateurs de cette Bible érudite, drôle et décalée, Olia Lialina et Dragan Espenschied, font partie d’une avant-garde artistique qui a exploré le médium dans les années 90, à l’époque héroïque du net.art, bercée par les stridulations d’un modem 28,8 kbit/s, quand le moteur de recherche s’appelait Altavista, que les pages personnelles étaient hébergées sur Geocities et qu’on s’abonnait à des mailing-lists. Une ère où «le Web était scintillant, riche, personnel, lent et en construction» . Les artistes enseignent tous deux à l’université de Stuttgart Merz Akademie, où Olia anime un cours dédié au folklore digital. Comment définiriez-vous cette notion de «folklore numérique» ? Photo Olia Lialina

http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2010/02/04/le-web-c-est-folk-lol_957338

Related:  net art

comment les artistes s'approprient-ils Twitter? Toujours en quête de nouveaux médiums à explorer, manipuler ou détourner, les (net) artistes s'infiltrent partout et tant mieux! Alors que le blog fut peu exploré de manière originale, sauf ceux de JODI et Jim Punk, le Facebook Art a fait émerger que quelques projets intéressants. C'est Twitter qui, parmi les médias sociaux, semble avoir le plus inspiré les artistes! Pour certains d'entre eux, Twitter est moins un outil de promotion ou de communication qu'un média dont les particularités (instantanéité, brièveté, tweet s'inscrivant dans des flux d'information) leur permettent de créer des expériences inusités. Puisque la twittérature a fait l'objet de quelques études ponctuelles depuis plusieurs années, il n'en sera pas question ici. Je décline l'art @ Twitter en trois catégories malléables et non exclusives (sans avoir la prétention de faire le tour de la question) : du glitch à la figuration, dérives et maximes.

Comment changer le système ? Billet publié par Stéphane Vincent dans la catégorie Tag : Innovation Pourquoi est-il si difficile de changer le système, alors que les réponses nous semblent quelquefois tellement évidentes ? Pierre Calame, délégué général de la Fondation Léopold Mayer, y réfléchit depuis longtemps. André Gunthert : “Internet est une révolution de la consultation Il y a 4 ans, nous rencontrions André Gunthert, directeur du Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic), pour évoquer avec lui la révolution Flickr. Depuis, le web 2.0 s’est largement installé, même s’il a aussi largement montré ses limites, notamment à transformer tout un chacun en producteur de contenus, d’images, de vidéos, de textes… Il n’est pas étrange qu’aujourd’hui, ce ne soit plus tant la manière dont on produit des images qu’il nous intéressait d’interroger, que la manière dont on les consulte. Le web créatif des amateurs est-il en train de céder le pas face au web des industries culturelles ? Chacun à leur mesure, Hadopi comme l’iPad d’Apple, “un outil tout entier dédié à la consultation”, n’en sont-ils pas les premiers symboles ?

Dessine moi Internet Joli sujet ouvert pour une séance de travail de groupe. C’est le prétexte retenu pour un apprentissage sur l’organisation d’une séance de débat en groupe et la découverte des cartes conceptuelles. De plus , se poser la question de ce qu’est Internet au démarrage d’une formation d’ingénieurs en "Télécom" ou plutôt STIC paraît assez légitime. Les tartuffes de l’info Epluchez bien vos quotidiens préférés, vos journaux de révérence, vos sites d’infos estampillés « de gauche ». Scrutez le Monde, Libération, Rue89, vous n’y trouverez rien, pas une ligne, pas un mot, sur les fosses communes de Colombie, sur les 25 à 50 000 cadavres d’Uribe et de ses copains para militaires, sur les syndicalistes, leaders d’opinion et autres paysans enterrés à la va vite dans les tombes macabres de l’ami Américain. On vous parlera des Farc, sanglantes forcément, de ces dangereux terroristes narco trafiquants à la solde évidemment du "populiste" Chavez. On vous brodera jusqu’à la nausée de la Sainte Ingrid Betancourt en voie de canonisation pipole, on ne vous dira rien, ni des milices privées ni des massacres clandestins des autorités colombiennes. Qu’Israël monte un plan de comm compassionnel en Haïti avec ses blocs opératoires pour se refaire la cerise médiatique rapport aux crimes de guerre à Gaza, et aussitôt mille reportages de fleurir, admiratifs et compatissants.

Google Maps transforme un livre en roman géolocalisé Pour profiter du dernier livre de Christophe Benda, deux impératifs sont à remplir : tout d'abord, parler allemand, ce qui ne va pas de soi, mais quand même, ensuite disposer d'une connexion au net. Le second point étonnera, et pourtant Senghor on the Rocks est un roman électronique géo-référencé, dans lequel le texte est combiné à des cartes tirées de Google Maps. Au fil des chapitres, que vous découvrirez à cette adresse, qui reposent sur les différents voyages de son auteur, on se balade tout à la fois dans le texte et dans les lieux. L'histoire se déroule à Dakar, en 2001, alors que la nation jubile encore de sa qualification à la Coupe du monde de football., éclipsée par la mort de Léopold Sédar Senghor. Le personnage principal est un assistant caméra autrichien, qui débarque dans le pays pour tourner des clips de promotion pour le géant américain de la boisson à bulle et au Cola. Une première ?

10 artistes du net art à découvrir S'agissant de net.art, il reste ardu pour un néophyte de trouver des ressouces accessibles qui permettraient de comprendre et d'apprécier ce type de production. On aimerait bien être initié à l'art numérique à travers des oeuvres reconnues ou appréciées par des experts de ce domaine. Paule Mackrous, historienne de l'art et rédactrice en chef du Magazine électronique du CIAC, dit s'intéresser aux formes d'art sur le Web, à la Remix Culture, à l'actualité artistique, cyberculturelle et aux technologies dites "ouvertes". Elle anime un blog de réflexion sur la pratique théorique créative i.e. : faire de l'histoire de l'art avec des images, des sons, de la vidéo. Constatant l’absence marquée du net.art et des arts hypermédiatiques parmi les rétrospectives artistiques qui se sont succédées en ligne à la fin 2011, elle propose aux internautes un "Top10 net art 2011".

Repenser le livre « Ce livre n’est ni un essai, ni un traité d’expert, ni un document, ni un récit, ni un travail scientifique ou philosophique, ni une œuvre littéraire. Il se situe quelque part dans le flux mouvant qui interconnecte ces domaines, floutant les frontières qui jadis les séparaient. » Je vais ajouter ce petit texte en préambule de L’alternative nomade, suivant le conseil de Pierre Fraser qui vient de faire une lecture stimulante de mon livre et qui ne manquera pas d’avoir des répercutions sur le texte final. Cette idée d’un texte final a-t-elle d’ailleurs encore un sens ? Aujourd’hui, un livre ne doit-il pas ressembler à un logiciel et évoluer sans cesse, ne serait-ce que par les commentaires que déposent autour les lecteurs ? Peut-être que tous les livres dorénavant devraient porter la même mise en garde.

Ecrire le web (1/3) : L'’ère du flux Web Ecrire le web (1/3) : L’ère du flux Lire un article sur internet, sur un blog, un journal en ligne, ou même sur SDB, ce n’est souvent pas grand-chose de plus que lire un article sur une feuille de papier. Transformez-vous en hackers Un e-book sur les débuts des lieux de rencontres des hackers raconte la plus fouillée des histoires sur cette contre-culture. OWNI vous propose de tester vos connaissances. Attention: sujet contagieux. C’est une histoire qui a commencé du temps des BBS, ces ancêtres des forums de discussion, que raconte Hackerspaces, the beginning [en] : un e-book de plus de 100 pages de textes et d’images sur les hackerspaces, espaces physiques où se réunissent les hackers, ces bidouilleurs qui utilisent les objets dans un but autre que leur usage initial.

Related: