background preloader

Le Web, c’est folk LOL

Le Web, c’est folk LOL
Ode aux usagers des ordinateurs, Digital Folklore est un livre qui célèbre la culture amateur d’aujourd’hui et d’hier, invitant le lecteur à une véritable odyssée à travers l’histoire du World Wide Web, sondant la Toile jusque dans ses recoins les plus inavouables et les plus inattendus. Les instigateurs de cette Bible érudite, drôle et décalée, Olia Lialina et Dragan Espenschied, font partie d’une avant-garde artistique qui a exploré le médium dans les années 90, à l’époque héroïque du net.art, bercée par les stridulations d’un modem 28,8 kbit/s, quand le moteur de recherche s’appelait Altavista, que les pages personnelles étaient hébergées sur Geocities et qu’on s’abonnait à des mailing-lists. Une ère où «le Web était scintillant, riche, personnel, lent et en construction» . Les artistes enseignent tous deux à l’université de Stuttgart Merz Akademie, où Olia anime un cours dédié au folklore digital. Comment définiriez-vous cette notion de «folklore numérique» ? Photo Olia Lialina

Interdisciplinarité des arts numériques Théâtre et spectacle vivant: Jean Marc MATOS, Danse et technologie "Nous avons besoin d'une connexion avec la technologie. Il n'y a pas de meilleur art que la danse pour la réaliser. Vous êtes en train de faire un travail important, un travail qui a besoin d'être fait. Avec mes meilleurs souhaits." Manifeste pour un "trait d'union entre valorisation et clandestinité" Pour le XXIe siècle, les savoir-faire que nous avons développés jusqu'à présent comme des survivants isolés peuvent-ils devenir les outils nécessaires à la création d'une niche à l'intérieur d'un vaste projet interdisciplinaire de création-recherche-formation, hautement technicisé et centré sur le corps? Pourquoi la danse s'empêcherait-elle de s'y confronter? Fonction des technologies numériques Que signifient-elles pour le corps dansé, que lui apportent-elles? La danse peut et doit pénétrer le monde de la science autour de ces questionnements. Ceci, peut-être, crée une situation inédite. Les nouvelles écritures scéniques

Retro Scan of the Week The time Apple went AOL. In the lost era between Jobs (1985-1996), Apple produced many strange and ill-fated products. Here we see an ad for eWorld, Apple's subscription dial-up online service that launched in June 1994. eWorld offered proprietary features like message forums, email, weather, news, and other information in a fashion similar to CompuServe, Prodigy, or AOL. It also provided an early consumer portal to the Internet. Due to its high price ($8.95 per month plus $7.90 per hour from 6 AM to 6 PM on weekdays), poor marketing, and the fact that the World Wide Web was breathing down its neck, eWorld never really took off. By the way, Happy New Year! [ From Discover, May 1995, p.27 ] Discussion Topic of the Week: Did you ever use a subscription online service?

ARTMEDIA VIII - PARIS - Jean-Paul LONGAVESNE Esthétique et rhétorique des arts technologiques. Les machines interfaces Jean-Paul LONGAVESNE Professeur - Ensad - Université Paris XI De la production outillée puis machinale à la reproductibilité mécanique, l’histoire de l’art nous enseigne que dans l’Antiquité, art et technique ne sont pas dissociés, que progressivement la main puis l’outil se fait machine. Si originellement art et technique, expriment l’idée commune de construction, de fabrication, exercices dans lesquels l’Ars ou la Techné se réalise dans l’habileté à faire, que se soit manuellement ou intellectuellement, une distinction s’opère dès le Moyen Age entre les arts mécaniques et les arts libéraux. Aujourd’hui, l’opposition entre mécanique et libéral, manuel et intellectuel, s’est modérée sans toutefois disparaître. Devenant interface cybernétique, la machine s’insère dans le virtuel sous la forme des " Immatériaux ". Taxonomie des interfaces Sujet S <--------------- Réel Conclusion

Dessine moi Internet Joli sujet ouvert pour une séance de travail de groupe. C’est le prétexte retenu pour un apprentissage sur l’organisation d’une séance de débat en groupe et la découverte des cartes conceptuelles. De plus , se poser la question de ce qu’est Internet au démarrage d’une formation d’ingénieurs en "Télécom" ou plutôt STIC paraît assez légitime. C’est donc le sujet de la seconde séance de notre projet élèves d’apprentissage par projets. Mais au fait, qu’est ce qu’Internet ? Wikipedia nous précise bien qu’Internet est bien le réseau des réseaux, système standardisé d’interconnexion des réseaux, à ne pas confondre avec le Web, qui n’en est qu’une des applications, en tant que toile d’hyperliens accessibles depuis un navigateur, tout comme le courrier électronique ;Mon collègue Gwendal Simon (@gwendal) a fait une présentation « Internet, pourquoi ça marche ? La préparation de la séance s’effectue par une attribution préalable des trois rôles standards d’une telle séance : Like this:

L'art numerique: mediation et mises en exposition d'une esthetique communicationnelle - Lauren Malka « Les relations de l'homme à l'oeuvre d'art ne sont pas de l'ordre du désir. Il la laisse exister pour elle-même, librement, en face de lui, il la considère, sans la désirer, comme un objet qui ne concerne que le côté théorique de l'esprit. C'est pourquoi l'oeuvre d'art, tout en ayant une existence sensible, n'a pas besoin d'avoir une réalité tangiblement concrète ni d'être effectivement vivante ». Esthétique Hegel A la fin du XXe siècle, apparaît progressivement au public une forme de création artistique singulière, renouvelant les outils et les finalités esthétiques et perturbant fortement notre philosophie collective de l'art. En effet, depuis les années soixante, les artistes se sont emparés des ordinateurs et des nouvelles technologies comme outils de recherche esthétique, de création et comme médiums d'exposition. Nous tenterons d'enrichir ou de nuancer cette première hypothèse au travers de recherches documentaires, théoriques et historiques sur l'art numérique.

DHQ: Digital Humanities Quarterly: Summer 2011 Managing 100 Digital Humanities Projects: Digital Scholarship & Archiving in King’s Digital Lab James Smithies, King's College London; Carina Westling, King's College London; Anna-Maria Sichani, King's College London; Pam Mellen, King's College London; Arianna Ciula, King's College London Modelling Medieval Hands: Practical OCR for Caroline Minuscule Brandon W. Towards 3D Scholarly Editions: The Battle of Mount Street Bridge Costas Papadopoulos, Maastricht University; Susan Schreibman, Maastricht University Music Scholarship Online (MuSO): A Research Environment for a More Democratic Digital Musicology Timothy C. DH2018: A Space to Build Bridges Molly Nebiolo, Northeastern University; Gregory J. Velvet Evolution: A Review of Lev Manovich's Software Takes Command (Bloomsbury Academic, 2013) Alan Bilansky, University of Illinois Curating Crowds: A Review of Crowdsourcing Our Cultural Heritage (Ashgate, 2014) Victoria Van Hyning, Library of Congress

Artifices 4 - Jérôme Glicenstein, La place du sujet dans l'oeuvre interactive Depuis une dizaine d'années, suite notamment au développement de certaines technologies informatiques, est apparue une autre notion, que l'on a pu également rapprocher de l'idée de participation: l'interactivité. A la différence de la participation ou de l'esthétique relationnelle, l'interactivité ne met pas en avant une "socialisation" liée à la pluralité des spectateurs, mais fait beaucoup plus appel à l'implication d'un ensemble de subjectivités uniques. De plus, il ne s'agit pas avec l'interactivité numérique, comme avec la participation, de construire un tout, ni même simplement de participer à une oeuvre en mouvement, mais plutôt de réaliser l'oeuvre, de la faire exister, lors de son activation, de le temps propre de son actualisation. Pour reprendre la comparaison avec la phrase de Duchamp, ici, c'est le regardeur qui fait le tableau. Ce qui est mis en avant, c'est d'abord la liberté du choix, l'exercice libre, éventuellement "privé", de la subjectivité du sujet-interactant.

Humanistica | The future European Association for Digital Humanities 10)L'ÉVOLUTION-MOZART-NEWTON-ART DIGITAL-(E=MC2)-PLÉNITUDE Pour un paléo-anthropologue, 0.5% de la séquence d'ADN suffit à confirmer que deux lignées de néandertaliens ont commencé à diverger il y a environ 700,000 ans. (National Geographic-novembre 2008). J'avoue que j'aime mieux croire aux anges et au Père Noël ! (Ref: Théorème de l'Évolution) L'espace temporel (Surface=S, Volume=V) pour la concrétisation d'une idée est élastique et atteint un optimum lorsque sa dimension fractale (d) est égale à (1.73) . de cette valeur (1.73) l'espace temporel est troué et perd de son élasticité. La densité (1.73) est une caractéristique de la dynamique de l'univers (Équilibre d'Einstein), de la dynamiques des espèces animales de la LOI LOG-PÉRIODIQUE DE JEAN CHALINE (Le principe générateur des structures vivantes), et de la DYNAMIQUE DE L'ESPRIT HUMAIN. L'ossature de la LOI LOG-PÉRIODIQUE, est composé de nombres premiers, seconds, troisièmes et quatrièmes. nombres (Ln(3ΠLn(d)/2) en est une de parfaite symétrie, d'un temps articulé. dimensions (d), est une constante M.

The PLA Blog | Official Blog of the Public Library Association I’m home again after a very interesting session about building a National Digital Public Library at the Los Angeles Public Library and I’d like to recap it while offering a few of my own opinions for the readers. Public librarians reading this post: a national digital library movement is most certainly underway, and quite frankly I think it may be the only thing that will prevent our libraries as we know them from simply fading from relevance. I’m aware that my opinions on these matters may be a bit controversial for those libraries and librarians kicking back out there, those that believe providing access to books for public consumption will remain a useful, supported service that your community will tax themselves to keep around. It was excellent to have so many strong voices from public libraries pondering the difficult predicament libraries find themselves in as content lenders in the digital environment. The meeting in Los Angeles was not about this path.

Related: