background preloader

Expérience de Milgram // Obéir ou résister ?

Expérience de Milgram // Obéir ou résister ?

http://www.youtube.com/watch?v=FvkvRMXtrAo

Related:  Chap. 13 - La dynamique de groupe et la cohésionchap 11 la dynamique de groupe au service de la cohésionThème COHÉSION/CONFLITSPsychologiePsychologie Sociale Expérimentale

Notion de Groupe : La Dynamique de groupe - Psychoweb Lewin (1947, 1951) est le premier à avoir tenté d'analyser la réalité sociale d'un groupe restreint, en envisageant celui-ci, selon la vision gestaltiste, comme un champ dynamique dans lequel les relations qu'entretiennent entre eux les membres d'un groupe reposent, non sur leurs ressemblances ou leurs différences, mais bien plus sur leur interdépendance. 1. Kurt Lewin, le précurseur Pour lui, le groupe représente un tout, au sein duquel un changement dans l'état de l'un de ses éléments, qu'il s'agisse des membres du groupe, de leur statut, de leur rôle ou des normes établies, change l'état de tous les autres. C'est en appliquant un modèle emprunté aux sciences physiques, plus spécialement à l’électromagnétisme, Que Kurt Lewin définit le groupe comme un champ de forces qui s’exercent à l’intérieur d’une zone de liberté laissée par les institutions sociales.

Kurt Lewin : qu’est-ce que la dynamique de groupe ? Comme dans une famille ou tout cercle privé, les situations de la vie quotidienne au sein d’une équipe de travail créent des interdépendances entre individus. Celles-ci peuvent être caractérisées par des alliances, des influences ou des valeurs communes. Aussi, le comportement d’un individu est susceptible d’être fortement modifié lorsqu’il est en groupe.

Légitimité du dirigeant et performances de l’entreprise « Le devoir de loyauté et de fidélité s’impose à tout dirigeant de société et s’inscrit dans un contexte de moralisation de la vie des affaires. Il vise à la création d’une certaine éthique de la gouvernance d’entreprise avec pour finalité de renforcer la sécurité juridique dans les activités industrielles et commerciales. ». Arrêt Vilgrain, 27 février 1996, Chambre commerciale de la Cour de Cassation. En application de la jurisprudence, les mandataires sociaux ont l’obligation de défendre en permanence les intérêts de la société qu’ils dirigent, de la collectivité des associés mais aussi ceux des différentes parties prenantes. C’est pourquoi, ils sont soumis à des obligations de non-concurrence, d’information et de transparence qui constituent les principes sur lesquels repose le devoir de loyauté. Cela induit donc la question de la légitimité du dirigeant au regard des performances de l’entreprise.

Développer le pouvoir d’agir Il y a plusieurs façons d’appréhender la relation à la formation. Parfois il s’agit de « stimuler », ou bien encore de « motiver ». Ces deux formules renvoient à une tentative d’influer directement les comportements humains. Expérience de Milgram Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Reconstitution de l'expérience de Milgram (extrait)[1] L’expérimentateur (E) amène le sujet (S) à infliger des chocs électriques à un autre participant, l’apprenant (A), qui est en fait un acteur. La majorité des participants continuent à infliger les prétendus chocs jusqu'au maximum prévu (450 V) en dépit des plaintes de l'acteur. L'expérience de Milgram est une expérience de psychologie réalisée entre 1960 et 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram. Cette expérience cherchait à évaluer le degré d'obéissance d'un individu devant une autorité qu'il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l'autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet.

Le leadership Introduction Dans une interview, en 2008, Henry Mintzberg affirmait : « Je pense que cela a été une grande erreur de séparer le leadership du management. La conséquence en est que l’on a maintenant des leaders qui ne sont pas managers. Aussi nous avons besoin de plus de management et de le combiner avec le leadership et de surtout ne pas les séparer… ». Comment développer la cohésion de groupe et l’efficacité collective ? Quel que soit le secteur d’activité, l’excellence est devenue un leitmotiv où chaque acteur est en quête constante de performance. Depuis de nombreuses années, cette dernière est principalement appréhendée comme un processus individuel. Néanmoins, derrière chaque exploit individuel, chaque record d’un athlète, il y a un énorme travail d’entraînement réalisé avec d’autres sportifs, un staff technique, un manager, etc. De plus, à l’image des exploits réalisés dans les sports collectifs, il serait alors incohérent de considérer la performance sans s’attarder désormais sur l’influence de la dominante interpersonnelle. Ainsi, en sport de compétition, l’optimisation de la dynamique de groupe devient un champ d’intervention majeur dans le secteur de la psychologie du sport tant elle s’avère être reconnue comme un des facteurs clés liés à l’excellence sportive.

Les styles de direction – la décentralisation du pouvoir Introduction : Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1980) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] I – Les styles de direction A – Les styles de direction selon Rensis Likert Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1981) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] Il cherche à comprendre dans quelle mesure la nature des relations entre supérieurs et subordonnés peut conduire à des résultats très différents dans un contexte organisationnel identique.

Le complexe de la mère morte ou l'appel du vide - une pathologie du narcissisme "J'ai peur que vous ne m'aimiez plus" sont les mots d'une patiente juste avant de se déconnecter de la réalité. Pendant de longues minutes, elle est restée figée, en proie à une terreur qui semblait paralyser jusqu'à sa pensée. Penser, c'est toujours mettre en représentation et c'est donc toujours attendre quelque chose, même si nous n'avons pas conscience de l'obscur objet de notre désir ! En même temps qu'elle livrait cet aveu, elle espérait que je la rassure et ne put supporter le silence, dans lequel s'engouffrait le doute et avec lui la souffrance. Penser était devenu douloureux à l'extrême et la chaîne associative s'est rompue. Voici d'où est partie mon hypothèse du vide de la pensée comme mode de défense quand les autres mécanismes de défense ne suffisent plus.

Expérience de Asch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'expérience de Asch, publiée en 1951, est une expérience du psychologue Solomon Asch qui démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d'un individu au sein d'un groupe[1]. Description de l'expérience[modifier | modifier le code] Exemple : la ligne de gauche est la ligne de référence ; les trois lignes de droite sont les lignes de comparaison. Solomon Asch invita un groupe d'étudiants (entre 7 et 9) de 17 à 25 ans à participer à un prétendu test de vision auquel avaient auparavant été soumis des sujets témoins qui n'eurent aucun mal à donner toujours la bonne réponse. Tous les participants étaient complices de l'expérimentateur, sauf un.

Related: