background preloader

L'État providence 

L'État providence 
<p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> L’expression "État providence" désigne l’ensemble des interventions de l’État dans le domaine social qui visent à garantir un niveau minimum de bien-être à l’ensemble de la population, en particulier à travers un système étendu de protection sociale. On l’oppose couramment à celle d’"État gendarme ou protecteur", dans laquelle l’intervention de l’État est limitée à ses fonctions régaliennes (justice, police, diplomatie...). Cependant, d’après Pierre Rosanvallon, l’État providence en est, en réalité, "une extension et un approfondissement". L’expression "État providence" aurait été employée pour la première fois dans un sens péjoratif par le député Émile Ollivier en 1864, afin de dévaloriser la solidarité nationale organisée par l’État, opposée aux solidarités professionnelles traditionnelles. Allemagne : le Sozialstaat du chancelier Bismarck Une crise de solvabilité. Related:  Sur la décentralisation en FranceECO 4.1 régulation Etat marchéRC1.1 - Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer ...

Sénatoriales : à quoi servent les sénateurs ? La moitié des 348 sièges du Sénat sera renouvelée dimanche. Au-delà de la physionomie politique de l'hémicycle, qui risque de changer, quel est le rôle du Sénat ? Le Sénat, c'est la chambre haute du Parlement. Plus précisément, il est considéré comme le représentant des collectivités locales - les sénateurs sont désignés par les grands électeurs, conseillers régionaux, généraux, municipaux, députés et sénateurs. A quoi sert le Sénat ? Un peu d'influence Reste que le Sénat a bien moins de pouvoirs que l'Assemblée nationale, qui a toujours le dernier mot dans les discussions sur les lois à venir. Concrètement ?

Qu'est-ce que l'Etat ?  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> L’État est à la fois une réalité historique et une construction théorique, ce qui explique la difficulté de le définir de manière pleinement satisfaisante. Dans ses Contributions à la théorie générale de l’État (1921), le juriste Carré de Malberg le définit comme une "communauté d’hommes, fixée sur un territoire propre et possédant une organisation d’où résulte pour le groupe envisagé dans ses rapports avec ses membres une puissance suprême d’action, de commandement et de coercition". L’émergence de la conception moderne de l’État Le terme même d’État s’est imposé relativement tardivement. L’acception moderne de l’État apparaît en fait à la Renaissance, alors même que le fondement divin de l’ordre social fait l’objet d’une contestation radicale. Cette définition moderne de l’État établie, demeure la question de sa légitimité et de son organisation.

La Sécurité sociale aggrave son déficit en 2015 Le déficit du régime général de la Sécurité sociale en France s'aggraverait à 14,7 milliards d'euros en 2015 sans mesure nouvelle d'économies, indique lundi 29 septembre la commission des comptes de la Sécurité sociale, ajoutant que l'objectif d'un retour à l'équilibre est repoussé au-delà de 2017. En prenant en compte le déficit du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) qui atteindrait 4,3 milliards d'euros, le solde prévisionnel serait de - 19 milliards d'euros, contre - 15,3 en 2014, selon une synthèse de la commission des comptes dont l'Agence France-Presse s'est procuré copie. Le budget de la Sécurité sociale sera présenté lundi après-midi à 17 h 30, avec des pistes de réduction des déficits envisagées. Lire aussi l'enquête (édition abonnés) : La Sécurité sociale entre deux eaux Le gouvernement visait un retour au quasi équilibre des régimes de base de la Sécu en 2017, mais « cette trajectoire » est « compromise », estime la commission des comptes de la Sécurité sociale.

Sénat, les Barons de la République On le dit feutré, équilibré, constructif. Ce serait le miroir démocratique des territoires. Mais d’autres le qualifient de poussiéreux, conservateur, voire de « Musée Grévin ». Le Sénat, sis au Palais du Luxembourg, renouvelle ce dimanche la moitié de ses élus. Le mode de scrutin, comme l’institution, paraît presque d’un autre temps. A 95%, ce sont des maires et des conseillers municipaux qui votent. Mais quelle sera l’ampleur de la défaite ? Le Sénat deviendra-t-il un contre pouvoir et l’instrument d’une reconquête pour la droite ? Et au-delà de cela à quoi sert aujourd’hui cette deuxième chambre parlementaire ? "Sénat, les Barons de la République", c'est une enquête de Stéphane Robert.

Le rôle économique de l'État  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Le rôle de l’État, c’est-à-dire l’ensemble des collectivités publiques nationales, dans l’économie d’un pays fait depuis longtemps l’objet de controverses entre économistes, selon qu’ils sont plutôt favorables à un État neutre ou, au contraire, à un État interventionniste, fortement impliqué dans les sphères économique et sociale. Au début du XIXe siècle, en réaction à l’absolutisme royal, les économistes libéraux dits "classiques", comme Adam Smith, ne prêtaient à l’État, pour l’essentiel, que des fonctions régaliennes (diplomatie, sécurité extérieure et intérieure, justice). Le marché tendant naturellement à s’autoréguler, le "laisser-faire, laisser-passer", sous l’égide d’un État protecteur de la libre concurrence, et donc la suppression des barrières aux échanges et à la libre concurrence, devaient conduire à une répartition optimale des ressources.

Standard & Poor’s : les inégalités aux Etats-Unis sont mauvaises… pour la croissance ! D’abord, ne traduisez pas Standard & Poor’s (S&P) par quelque chose comme « le standard des pauvres ». Il s’agit d’une des grandes agences de notation mondiales, qui fixe plutôt les standards des riches. Comme les autres, elle a gravement failli en 2007-2008. Son nom renvoie aux origines, en 1860, avec un fondateur qui s’appelait Henry Poor. Cette agence a publié en août dernier une étude intéressante sur le creusement historique des inégalités aux Etats-Unis, constat accompagné d’une sérieuse mise en garde : « Comment la croissance des inégalités freine la croissance économique américaine ». Les constats d’abord. Ensuite, deuxième graphique (on en trouve d’autres dans l’étude) : comment les inégalités de richesse (et non plus de revenu) ont-elles évolué de 2004 à 2010, et en particulier depuis 2007 (l’étude ne va pas au-delà de 2010) pour les principaux déciles ? Du coup, le seul coupable des inégalités en hausse est désigné du côté de l’éducation et des inégalités éducatives.

Histoire de la décentralisation 1789-2010) - Chronologie Créée par la loi du 29 juillet 1975, qui a supprimé la patente, la taxe professionnelle, versée par les entreprises, est l'un des 4 impôts locaux perçus par les collectivités territoriales. Les trois autres impôts sont versés par les ménages (taxe d'habitation, taxe foncière sur les propriétés bâties et non bâties). La taxe est établie dans chaque commune où le redevable dispose de locaux ou de terrains. Or il est, en général, reproché à la taxe professionnelle, en visant les investissements des entreprises, de pénaliser les secteurs qui demandent le plus d'investissements et qui sont souvent ceux qui subissent une forte concurrence internationale, et d'être ainsi une incitation à la délocalisation. En 2010, année de transition, les collectivités locales recevront une compensation relais égale au minimum au produit de taxe professionnelle qu'elles ont perçu en 2009.

Le Français Jean Tirole prix Nobel d'économie L'économiste français Jean Tirole a reçu ce lundi 13 octobre le prix Nobel d'économie pour son « analyse de la puissance du marché et de la régulation ». Ni plus ni moins que « l’un des économistes les plus influents de notre époque ». C’est par ces mots que le comité Nobel a annoncé lundi 13 octobre que le Français Jean Tirole, chercheur à l'université de Toulouse et président de l’Ecole d’Économie de Toulouse, s’était vu décerné le prix Nobel d’économie. Ses travaux sur « la puissance du marché et de la régulation » ont donc été couronnés par la plus haute distinction de sa discipline. Il est le troisième Français à obtenir cette récompense : avant lui Gérard Debreu (1983) et Maurice Allais (1988) avaient également été primés. « On n'est pas très bon juge de ses propres travaux et donc ce n'est pas quelque chose sur lequel je comptais », a déclaré à l’AFP l'économiste de 61 ans, quelques minutes après avoir appris la nouvelle. Propos recueillis par Xavier De La Vega Prenons un exemple.

Le « trou de la Sécu » expliqué en quatre points Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale présenté lundi annonce des mesures visant à réduire un déficit encore plus important que prévu. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Clément Martel (avec Caroline Félix) La ministre de la santé, Marisol Touraine, a dévoilé lundi 29 septembre le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2015. L'un des principaux enjeux du texte est de rendre compte des mesures qui permettront de réduire le « trou de la Sécu », une nouvelle fois beaucoup plus important que prévu. Lire : Coup de rabot généralisé sur les allocations familiales 1. La Sécurité sociale est complexe, car elle mélange deux principes : celui d'une assurance (je cotise pour bénéficier de prestations) et celui de la solidarité (je cotise pour offrir à tous des prestations). Or, depuis une vingtaine d'années, le rapport masse salariale/bénéficiaires des prestations est en déséquilibre. 2. 15,3 milliards d'euros 3. Taxes farfelues

Mutualisation Grands projets Les dernières actualités Flux Grands projets Une résidence pour senior à Donnefort Ce 29 septembre, Jean Dionis, Président de l'Agglomération et le groupe Domitys ont signé un compromis de vente... Lire la suite Projet de mandat 2014-2020 Découvrez le nouveau contrat agenais 2014-2020 et suivez l'avancement des 93 engagements. Lire la suite Voir toutes les actualités Mutualisation Projet de mutualisation des administrations de la Ville d'Agen et de l'Agglomération d'Agen. Présentation : Les collectivités locales sont entrées dans une nouvelle époque de réduction de la dépense publique. Cette tendance s’impose à la Ville et à l’Agglomération d’Agen qui vont voir baisser leurs recettes sous le triple impact de : La réduction des dotations de l’Etat ; la situation économique ; la stabilité fiscale promise aux agenais et aux habitants de l’agglo. La loi de 2010 impose ainsi à toutes les communautés d’approuver à compter de mars prochain un schéma de mutualisation. Quels bénéfices ?

Le prix Nobel d’Economie au Français Jean Tirole A 61 ans, ce chercheur en économie à l’université de Toulouse est récompensé par le prix de la banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel pour ses travaux sur la régulation des marchés comptant une entreprise (monopole) ou quelques unes (oligopole). >>> Réécoutez l'interview de Jean Tirole dans les Matins de France Culture. Avec les commentaires des économistes Jean-Marc Daniel et Agnès Bénassy-Quéré Jean Tirole XAVIER DE FENOYL © PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI C’est la troisième fois qu’un Français est ainsi distingué, après Gérard Debreu (1983) et Maurice Allais (1988). Dans son communiqué, le comité Nobel a salué « l’analyse de puissance de marché et de la régulation » faite par Jean Tirole dans ses travaux depuis les années 80. Des travaux menés en partie avec Jean-Jacques Laffont, autre économiste prestigieux, mort en 2004. Jean Tirole est un théoricien de l’organisation industrielle.

Related: