background preloader

Les thématiques de la réussite éducative - Ministère de l'éducation nationale

Les thématiques de la réussite éducative - Ministère de l'éducation nationale
La relation École/famille La refondation de l'École ne pourra se faire sans les parents La relation École-famille est une thématique forte du ministère de la réussite éducative, elle apparaît dans plusieurs politiques menées : illettrisme, lutte contre l'absentéisme et le décrochage scolaire. Elle est également au cœur de la refondation de l'École avec la création des espaces parents dans chaque école et établissement scolaire. L'une des missions de l'École étant l'accompagnement des familles, cet espace est un endroit qui doit permettre la rencontre des équipes éducatives et des parents d'élèves mais aussi entre parents. La politique de réussite éducative en matière de coopération avec les parents se traduit également par la mise en place dès cette rentrée 2013 de l'expérimentation du choix de la voie d'orientation par les parents en fin de troisième. En savoir plus sur la relation École/famille La prévention et la lutte contre l'illettrisme L'absentéisme et la persévérance scolaire Related:  Actualités éducatives: débats, réformes

Vive l’indiscipline ! - UNSA Éducation - Aurora En écrivant le titre de cette chronique, j’entends déjà hurler ou grincer des dents tous ceux qui rentrent de classe, de cours, de séances d’animation, de leurs établissements… épuisés d’avoir dû lutter contre les élèves chahuteurs, les enfants n’écoutant rien, les jeunes n’en faisant qu’à leur tête, les étudiants, dissipés… bref tous ces indisciplinés. Alors qu’on vienne faire l’éloge de l’indiscipline… un comble ? Il y a certes un peu de provocation à vouloir promouvoir une démarche qui consiste à sortir des cadres, bousculer les normes, remettre en cause les règles. Chacun le sait, « une fois qu'on a passé les bornes, il n'y a plus de limites » comme l’ironisait Alphonse Allais. Et si justement, ce dépassement des limites était la condition nécessaire, voire indispensable afin de permettre l’ouverture des possibles, la libération des énergies, le pouvoir de l’invention. N’est-ce pas aussi à cette ouverture d’esprit et à cette démarche de curiosité que nous avons à éduquer ?

Revue de presse du mercredi 29 janvier 2014 L’équipe de la revue de presse est heureuse d’accueillir deux nouveaux rédacteurs : Guillaume Caron et Géraldine Duboz. Et c’est Guillaume Caron qui rédige pour vous la revue du jour. Christine Vallin, Rédactrice en chef La polémique sur la théorie du genre à l’école a occupé l’essentiel de l’actualité éducation. Théorie du genre, masturbation et éducation sexuelle L’ampleur médiatique de « l’évènement » est à la hauteur de son invraisemblance. Rapport "Education pour tous" L’Unesco rend son rapport de suivi des objectifs du plan mondial "Education pour tous".129 milliards de dollars perdus dans une éducation de mauvaise qualité relaie Le Point, comme d’autres titres, belges, suisses ou québécois. Le dessin de Fabien Crégut Gratuité de l’enseignement supérieur D’égalité des chances, il en est aussi question dans Le Monde. Demain, place à Laurent Fillion. Guillaume Caron Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques Questions sensibles et sujets tabous Revue n°477 - decembre 2009

30.000 Schüler bleiben in Bayern voraussichtlich sitzen – Lehrerverband: Abschaffen! | News4teachers MÜNCHEN. Wenn am Dienstag die Zeugnisse in den Schulen Bayerns verteilt werden, wird es nicht nur glückliche Gesichter geben. Von den rund 1,7 Millionen bayerischen Schülern werden etwa 30.000 eine «Ehrenrunde» drehen müssen. Diese erste Schätzung des Bayerischen Lehrerverbandes (BLLV) bestätigt auch das Kultusministerium in Bayern. Der BLLV fordert, das Sitzenbleiben ganz abzuschaffen. Zum Bericht: Kretschmann plädiert für Disziplin an Schulen – und fürs Sitzenbleiben L’association de lutte contre l’homophobie « Le Refuge » obtient un agrément L'association de lutte contre l'homophobie et la trans­pho­bie Le Refuge, qui pro­pose sou­tien et héber­ge­ment d'urgence aux jeunes homo­sexuels reje­tés par leurs familles, a obtenu au terme de deux ans de démarches l'agré­ment natio­nal des asso­cia­tions éduca­tives com­plé­men­taires de l'enseignement public. L'agrément, renou­ve­lable, est accordé pour cinq ans. Selon un com­mu­ni­qué, l'association espère dou­bler ses inter­ven­tions en milieu sco­laire en 2014–2015, "en met­tant l'accent d'une part sur les établis­se­ments situés dans les quar­tiers prio­ri­taires, d'autre part sur l'information du per­son­nel éduca­tif et des enca­drants". "Les pré­ju­gés et les sté­réo­types sur l'homosexualité et la trans­sexua­lité sont très ancrés chez une majo­rité de lycéens", déplore Nicolas Noguier, pré­sident du Refuge. Le Refuge a déjà l'autorisation d'intervenir dans les établis­se­ments sco­laires.

Le Cnesco à l'assaut du redoublement Les chercheurs peuvent-ils changer l'Ecole ? C'est le défi que relève le Cnesco (Conseil national d'évaluation du système scolaire) en s'attaquant au redoublement sur tous les fronts. Championne mondiale du redoublement, la France tient à cette pratique qui rassure les parents et maintient l'ordre scolaire. "On a la volonté que la recherche soit utilisée par les acteurs de l'éducation". "La France a une pratique très massive du redoublement", explique Nathalie Mons le 28 août en présentant le programme du Cnesco sur ce sujet. Positif le redoublement ? Peut-on faire diminuer le taux de redoublement ? Comment faire bouger les choses ? François Jarraud Installation du Cnesco Des conférences de consensus avec le Cnesco Le minsitère décrète la fin du redoublement Comment diminuer le taux de redoublement ?

Dérapage de la communication ministérielle : un objectif manqué et des personnels bafoués Dérapage de la communication ministérielle : un objectif manqué et des personnels bafoués publié le 02/11/2015 à 09H41 par Attachée de presse CP n° 22 du 2 novembre 2015 Le ministère de l’Éducation nationale a lancé sa campagne de lutte contre le harcèlement scolaire le 29 octobre. Le Sgen-CFDT partage totalement les objectifs de lutte contre le harcèlement portés par cette campagne, mais dénonce avec la plus grande fermeté la caricature de l'enseignant véhiculée par la vidéo diffusée à l'occasion du lancement de la campagne. Alors que les professeurs des écoles vivent l'alourdissement de leurs tâches, le manque chronique de remplaçants, et que la reconnaissance attendue tarde toujours plus, la vidéo du ministère montre une enseignante pédagogiquement caricaturale, hurlant et ignorant ses élèves. Plus grave, l'unique recours proposé en cas de harcèlement est de se tourner vers un·e camarade.

Non au harcèlement scolaire! | L'aventure d'enseigner Oublions ce clip qui m’a mise en colère et concentrons-nous sur l’essentiel: comment faire face, concrètement, au harcèlement dans nos classes? Le ministère de l’éducation a mis en place des outils bien meilleurs que ce spot… Je vous encourage à aller sur ce site dédié au harcèlement: Sur ce site, vous trouverez des ressources vraiment intéressantes. On y trouve également tout une série de ressources diverses: guides pédagogiques à télécharger, outils de sensibilisation (des opérations pédagogiques auxquelles ont peut participer…) et aussi des vidéos de paroles d’experts… C’est vraiment très bien fait, et très utile. La campagne contre le harcèlement n’a pas besoin de se faire au détriment de l’image des enseignants. Je signale également un reportage fait sur France Inter, sur les « messages clairs » dans les écoles, une façon de désamorcer les conflits fondée sur la verbalisation.

Harcèlement à l’école: privilégier le travail de fond à la communication Une communication brouillonne et caricaturale Depuis deux jours, le clip de Mélissa Theuriau contre le harcèlement, commandé par le ministère de l’Education nationale et financé par Walt Disney (non, ce n’est pas une blague), divise la communauté éducative. On y voit une enseignante revêche faire cours dos à ses élèves en écrivant et en leur parlant n’importe comment (mention spéciale à sa manière d’interroger un élève et d’interpeller le petit Baptiste, l’élève harcelé). Le décor ainsi planté, le fait de ne pas voir des agissements souvent pernicieux et parfois difficilement décelables est ici forcément imputable à l’incompétence du professeur, qui est d’emblée antipathique. Le second problème, c’est que ce clip est diffusé à une échelle nationale et hors cadre scolaire et vise donc au delà de son coeur de cible (puisque la politique éducative semble se résumer ici à du marketing, autant adopter son vocabulaire). Une obstination révélatrice Dépasser la polémique J'aime :

Related: