background preloader

Asexualité, féminisme, masculinité et impératif sexuel : une interview avec Ela Przybylo

Asexualité, féminisme, masculinité et impératif sexuel : une interview avec Ela Przybylo
1- Bonjour Ela, pouvez-vous vous présenter et dire quelques mots sur votre travail ? Mon nom est Ela Przybylo et je suis une chercheuse féministe au Canada. Cela fait plusieurs années que je m’intéresse à l’étude de l’asexualité – moins comme une identité et une plate-forme d’organisation que comme un ensemble de réactions face à l’impératif sexuel. Asexualité et impératif sexuel 1- Dans votre article de 2011, vous avez utilisé le terme de “sexusociété”. Le but était de trouver un terme parallèle à celui d’hétéronormativité mais sur l’axe sexuel. 2- Justement, dans votre mémoire L’asexualité et la politique féministe de “Ne pas le faire”, vous avez écrit sur “l’impératif sexuel”. L’impératif sexuel est un terme qui a été articulé par des psychologues féministes et critiques (Wendy Hollway, Annie Potts, and Nicola Gavey). 3- Dans votre article de 2011, vous avez utilisé l’idée -issue de Foucault- que la sexualité s’identifie à la “vérité de notre être”. Oui, c’est vrai. Merci Ela ! Related:  docs diversRelation aux autres

Bulletin officiel n°34 du 22 septembre 2005 COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIERecommandation sur les équivalents français du mot “gender”NOR : CTNX0508542X RLR : 104-7 RECOMMANDATION DU 22-7-2005 JO DU 22-7-2005 MCC L’utilisation croissante du mot “genre” dans les médias et même les documents administratifs, lorsqu’il est question de l’égalité entre les hommes et les femmes, appelle une mise au point sur le plan terminologique.On constate en effet, notamment dans les ouvrages et articles de sociologie, un usage abusif du mot “genre”, emprunté à l’anglais “gender”, utilisé notamment en composition dans des expressions telles “gender awareness, gender bias, gender disparities, gender studies...,” toutes notions relatives à l’analyse des comportements sexistes et à la promotion du droit des femmes. Le sens en est très large, et selon l’UNESCO, “se réfère aux différences et aux relations sociales entre les hommes et les femmes” et “comprend toujours la dynamique de l’appartenance ethnique et de la classe sociale”.

La plus belle chose au monde | Le blog d'une gentille Fiou. Je vous poste quelques liens à ce propos : ChildfreeChildfree ou le choix de ne pas avoir d’enfants Toutes les femmes ne veulent pas forcément des enfants Femmes sans enfants, femmes suspectes. Et sinon… Vous aurez Peut-être remarqué que j’étais parmi les 30 sélectionnés de la Révélation Blog ! Si vous avez le temps ça me ferait vraiment extrêmement plaisir que vous votiez – juste aujourd’hui ou chaque jour jusqu’en janvier ! représentations sexuées dans l'audiovisuel 5 choses à savoir pour comprendre son cerveau et mieux s'en servir | Pierre-Marie Lledo Depuis une dizaine d'années, les connaissances sur le cerveau ont connu des progrès considérables. Certaines de ces découvertes font figure de révolution et beaucoup d'entre nous répugnent encore à les accepter tant elles remettent en cause nombre d'idées considérées comme acquises. En premier lieu, on a longtemps cru que l'Homo sapiens naissait avec un quota limité de neurones et que chaque neurone qui mourait n'était pas remplacé. On sait aujourd'hui que le cerveau adulte produit de nouveaux neurones dans certaines parties de son cerveau et qu'il est possible d'augmenter ou de réduire cette faculté. Aujourd'hui, les recherches scientifiques permettent une meilleure connaissance de la psychologie humaine, et des processus d'attention et de mémorisation. Premièrement, vouloir comprendre, chercher à élucider des problèmes complexes, ne pas sombrer dans la routine, fait partie des conduites à favoriser pour améliorer la malléabilité de notre cerveau. partager cette image: Contactez-nous

Femmes, genre, colonisations | (XIXe-XXe siècle) 25 Psychological Life Hacks Social situations are among the most important in our lives. Yet, there is a huge chance that you are oblivious to the plethora of unwritten social rules that structure everybody’s behaviour. Failing to comply to these cultural imprints can cause irreversible damage. Just following them blindly will not get you ahead. 1) Assume comfort in any interaction. Our brain is an incredibly complicated instrument. In most of our social interactions, we find it difficult to feel comfortable among strangers because our brain tries to protect us from exposure. This however isn’t helping us when trying to be social and meet new people, is it? This is why assuming comfort is so powerful. 2) Pay attention to people’s feet when you are approaching them. Interrupting people when they are in the middle of an important conversation is one of the most annoying things to do. When you approach a group of people while in a conversation, pay attention to their bodies. Admit it. We love validation. Example:

Masculin-féminin : cinq idées reçues sur les études de genre L'opposition au mariage pour tous a ravivé un débat lancé en 2011 par l'introduction de la notion de genre dans les manuels de SVT. Ses détracteurs parlent de la "théorie du genre". En protestant contre la loi autorisant le mariage aux personnes de même sexe, les membres de la "Manif pour tous" ont également ravivé la polémique sur le genre. "Le vrai but du mariage homosexuel est d'imposer la théorie du genre", affirment certains détracteurs du mariage pour tous. Qui affirment, dans la foulée, que la société serait menacée par ce qu'ils assurent être une idéologie niant la réalité biologique. Ces inquiétudes avaient déjà agité les milieux catholiques en 2011, lorsque le ministère de l'éducation avait annoncé l'introduction du concept de genre dans certains manuels scolaires. Loin d'être une idéologie unifiée, le genre est avant tout un outil conceptuel utilisé par des chercheurs qui travaillent sur les rapports entre hommes et femmes. Le genre est-il une théorie ?

Le marché transatlantique contre le climat et la transition énergétique ? Que ce soit pour dénoncer le caractère « non-démocratique » des négociations UE – Etats-Unis, ou pour cibler les risques portant sur un secteur particulier (agriculture, services, marchés publics, environnement, droits de propriété intellectuelle, libertés etc.), les plateformes citoyennes regroupant associations, syndicats, ONG et organisations de consommateurs se multiplient en Europe, tant au niveau national qu’au niveau local. A l’occasion du quatrième round de négociations entre l’UE et les Etats-Unis cette semaine à Bruxelles, ils étaient nombreux à être présents pour « le lancement d’un cycle de mobilisations citoyennes ». Ainsi, ces 11 et 12 mars, une première réunion transatlantique des mouvements citoyens contre ce projet d’accord a été organisée afin d’adopter un agenda commun de mobilisation. Et ce jeudi 13 mars, c’est une manifestation qui s’est faite entendre sous les fenêtres de la direction générale du Commerce de l’Union européenne.

Related: