background preloader

1.1- L'animation d'équipe

1.1- L'animation d'équipe
Qu'est ce qu' une équipe ? Une équipe est un ensemble d’individus qui ont des compétences complémentaires et contribue à la réalisation d'un objectif commun. L’équipe a une personnalité à part entière. Ce n’est pas la somme des individus pris séparemment. Que signifie animer une équipe ? L’animation d’une équipe se décompose en 5 axes : prévoir,organiser, c'est à dire mobiliser avec un plan d’action,suivre et évaluer,communiquer,développer les compétences. Prévoir ? L’anticipation est un des axes majeurs du management. Prévoir, c’est se projeter dans l’avenir par la fixation d’objectifs collectifs et individuels. Les objectifs sont un résultat à atteindre, ils doivent être M.A.L.I.N.S. M : Mesurables (ou observables)A : Atteignables (réalistes et réalisables)L : Limités en temps (échéance)I : Identifiés (écrits, communiqués)N : Négociés (si ce n’est pas sur l’objectif, la négociation peut porter sur les moyens)S : Stimulants (dimension de progrès, tout en restant réalistes) Quoi ? Related:  CHAP 5 : Les phénomènes relationnelsManager et Motivation

Motiver par la communication interne Ces dernières années, le rôle de la communication interne s'est complexifié. Elle ne peut plus se contenter d'être l'outil de transmission d'informations de la hiérarchie à l'ensemble des salariés. Son véritable enjeu est celui de l'adhésion des collaborateurs à l'entreprise et à ses valeurs. Suivre l'évolution de l'entreprise dans la société Dans le contexte actuel très mouvant, marqué par les nombreuses fusions, restructurations et innovations, la relation des salariés à l'entreprise a changé. Collaborer étroitement avec les managers Pour aller au-delà du rôle informatif de leur communication interne, les entreprises doivent la repenser en profondeur. "Elle doit leur apporter un soutien opérationnel, en leur fournissant notamment les outils favorisant la diffusion de l'information. Donner du sens en communiquant sur le projet d'entreprise Pour réussir à développer l'implication des salariés par la communication, il faut d'abord réfléchir à ce qui crée de la motivation.

Olivia Lamorlette, HEC Paris - L'intelligence émotionnelle : un atout managérial Qui n’a jamais entendu la phrase « les émotions n’ont pas leur place dans le monde professionnel ! » ou encore « quand on vient au bureau, on laisse ses émotions à la maison » ? Alors c’est ce qu’on fait : prendre sur soi, mettre ses affects de côté, … et petit à petit la pression monte dans la cocotte minute jusqu’au jour où elle explose. Parce qu’on oublie que les émotions sont avant tout des informations précieuses qui nous renseignent sur nous et sur les autres. Aujourd’hui, les recruteurs portent un intérêt de plus en plus vif à la notion d’Intelligence Émotionnelle. La réussite d’un projet est semée d’imprévus, malgré la multitude de dispositifs de contrôle et de système d’information visant à maîtriser la performance. Elle est donc un facteur déterminant de l’impact, de la force d’entrainement, du leadership.

Management clandestin : osez détourner les règles Le manager trop respectueux des procédures et de la hiérarchie peinera à résoudre des problèmes complexes. Pour obtenir de la coopération, pousser un dossier, gagner du temps, et s'épargner du stress, il faut être malin. Il ne s'agit pas de s'affranchir de la règle mais de la transgresser à la marge, de jouer sur les interstices, de s'arranger avec les uns et les autres sur le terrain. Une agilité utile en ces périodes d'incertitudes. 1. Acceptez le flou, les ambigüités. 2. " Sociogramme ". Alors dessinez le " sociogramme " des interrelations : une ligne verte soulignant les bons flux d'informations entre untel et untel et une ligne rouge indiquant là où ça bloque. 3. Sachez court-circuiter les réunions, les reportings, les mails pour pêcher ailleurs et par oral les informations utiles. 4. 5.Yeux fermés. 6.Crash programm. 7.

Kurt Lewin : qu’est-ce que la dynamique de groupe ? Comme dans une famille ou tout cercle privé, les situations de la vie quotidienne au sein d’une équipe de travail créent des interdépendances entre individus. Celles-ci peuvent être caractérisées par des alliances, des influences ou des valeurs communes. Aussi, le comportement d’un individu est susceptible d’être fortement modifié lorsqu’il est en groupe. Kurt Lewin, psychologue d’origine allemande (1890 – 1947) est à l’origine de la théorie de la « dynamique de groupe » à travers laquelle il met l’accent sur l’amélioration de l’efficacité individuelle et sociale par le groupe. Un groupe est une association d’individus entrant en interaction dans un contexte donné et poursuivant des buts communs. D’après Lewin, les forces au sein d’un groupe s’équilibrent naturellement et contribuent à sa dynamique. L’importance du comportement du leader Si l’on en croit ces résultats, le consultant se doit d’adopter une posture de « leader démocratique » auprès des groupes qu’il doit animer.

Sommes-nous câblés pour argumenter Cette irrationalité inhérente à l'esprit humain, dont nous avons déjà présenté plusieurs aspects dans nos colonnes, d'où vient-elle ? Si la raison a été réellement développée pour nous permettre de résoudre des problèmes complexes, elle aurait dû se montrer plus efficace. C'est le lièvre que soulève un article du New Scientist (réservé aux abonnés, mais ses sources sont disponibles en ligne). La réponse la plus évidente est que la raison n'a pas pour but de trouver des solutions. Le raisonnement sert-il d'abord à convaincre ? Fondamentalement, nous explique-t-on, l'homme est un animal social dont l'intelligence a évolué au sein d'un groupe. Afin de l'emporter dans le débat, certains biais propres à notre fonctionnement mental se seraient particulièrement développés. Un autre exemple cité par le New Scientist est la façon dont nous sommes sensibles à la manière dont les arguments sont présentés. Des biais innés ? D'où l'importance du travail avec les enfants. Rémi Sussan

Relations formelles et informelles Entreprises, n’attendez pas des jeunes qu’ils s’adaptent : adaptez-vous à eux ! - Courrier cadres Management Tribune – On entend depuis quelques années un discours critique des entreprises sur les jeunes. Il se dit d’eux, dans les médias, dans les bureaux de quelques dirigeants et RH, dans les conversations de leurs parents, qu’elle est “peu vaillante” cette génération Y. Les étudiants et jeunes diplômés sont soupçonnés d’être paresseux, accusés d’être peu respectueux de la hiérarchie et infidèles aux entreprises. Cette génération qui OSE prétendre à autre chose que ce qu’on lui propose ? Les jeunes d’aujourd’hui rejettent la vie professionnelle qu’ont connue leurs parents car ils ne souhaitent pas avoir un rapport de soumission au travail. Pas d’excuse Aujourd’hui, l’entreprise telle qu’elle existe ne lui correspond pas. Changez le monde ! Les jeunes évoluent avec leur temps.

[Intelligence Collective] La théorie de la Dissonance cognitive Par Philippe Mougel,Sociologue cognitif, chef de projet à Welience et par Aurélien Trioux, chargé de mission « Mobilité et Territoire », Octobre 2010 Léon Festinger (1993), qui fut un étudiant de kurt Lewin, trouva avec ses associés un article dans le journal local intitulé « La prophétie de la planète Clarion, lance un appel à la ville : Fuyez cette inondation ! ». Cette annonce prédisait que le monde serait englouti par une grande inondation à une date précise. Le groupe de croyants, menés par un gourou, s’était fortement impliqué dans cette croyance, ce qui indiquait un haut degré de conviction. Ainsi la dissonance entre l’annonce du déluge et son échec a été réduite par un travail de ré-interprétation des messages « divins » et par une intense activité de prosélytisme. Festinger a décrit comment l’individu rationalise ses cognitions pour expliquer ses conduites et pour éviter l’état de dissonance cognitive. - la première comme conséquence de décisions prises, - 1. - 2. - 3. - 4.

Quel modèle de leadership pour l'entreprise ? Publié le 11/07/2012 Attention, cet article a été publié le 11/07/2012. Ce dispositif d'archives vous donne accès à l'ensemble des publications du site FocusRH. Dans un livre blanc, Cornerstone Ondemand rappelle que le leadership en entreprise a considérablement évolué ces dernières années. La notion de leadership dans les entreprises a changé. Authenticité et communication Dans ce contexte, plutôt que de chercher à recruter de futurs leaders, le livre blanc invite les entreprises à les produire elles-mêmes. Des leaders ouverts à la collaboration Non contents de devoir inspirer leurs collaborateurs, les leaders de demain devront aussi être ouverts à la collaboration, dans un contexte où le travail en équipe sera davantage valorisé que la performance individuelle. Gérer la performance Yves Rivoal Crédits photo : Fotolia.com

Related: