background preloader

Est-ce que la technologie sauvera le monde

Est-ce que la technologie sauvera le monde
Par Hubert Guillaud le 28/10/10 | 5 commentaires | 8,804 lectures | Impression L’université de la singularité est une étrange école, explique Nicola Jones pour Nature. Elle ne décerne pas de diplôme. C’est une école qui, depuis 2009, propose un cursus de 10 semaines à destination d’une élite d’étudiants provenant des meilleures universités et des meilleures entreprises du monde. Sa mission est d’éduquer et d’inspirer les futurs dirigeants à utiliser les nouvelles technologies pour résoudre les grands problèmes de la planète, de la pauvreté à la mauvaise santé ou à l’épuisement des ressources. Rien de moins. Elargir l’horizon ou le technocentrer ? Le principe de la SU consiste à élargir l’horizon des étudiants. Le principe du programme divise. Le programme de la SU est simple. Sur 1600 étudiants qui ont demandé à faire le cursus, le programme cette année en a retenu 78, provenant de 35 pays différents. La société est-elle soluble dans la technologie ? Ce que la technologie veut

http://www.internetactu.net/2010/10/28/est-ce-que-la-technologie-sauvera-le-monde/

Related:  Transhumanisme et Big BrotherFutur

"Donnons des droits aux robots" Le Monde | | Propos recueillis par Propos recueillis par Lucia Sillig ("Le Temps") Kate Darling n'aime pas torturer Pleo, un petit dinosaure robotique, mignon, du genre à n'avoir jamais fait de mal à une mouche. Pourtant, au cours de l'atelier que la chercheuse en propriété intellectuelle et en politique de l'innovation au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston organisait début février à Genève, lors de la conférence sur les nouvelles technologies Lift 13, elle a demandé aux participants de maltraiter la créature jusqu'à ce que mort s'ensuive.

GRAND FORMAT. 8 inquiétantes images de l'impact humain sur la Terre Chape de pollution sur la Chine Le nord-est de la Chine noyé dans un épais brouillard de particules, sur une image satellite du 22 octobre 2013 fournie par la NOAA, l'agence américaine responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère, et la NASA. La pollution atmosphérique a tué 7 millions de personnes en 2012 tous pays confondus, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). (AFP PHOTO / NASA / NOAA) La pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis #pdlt : Humain, surhumain, transhumain… Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission. Désormais, vous la retrouverez toutes les semaines aussi sur InternetActu.net. La lecture de la semaine, il s’agit d’un article du New York Times qui rejoint une question que nous avons traitée ici même il y a quelques semaines, celle du transhumanisme.

Un rapport alarmiste sur l'état de la planète Trop de consommation, des ressources naturelles surexploitées et une population de plus en plus nombreuse mettent la planète Terre en danger, selon le rapport 2012 Planète vivante publié mardi par le WWF (World Wide Fund for Nature), quelques semaines avant le sommet de Rio. Ce rapport, publié tous les deux ans, a été formellement lancé par l'astronaute hollandais André Kuipers, qui tourne autour de la terre à bord de la Station spatiale internationale (ISS). "Nous n'avons qu'une Terre, de l'ISS, je peux voir l'empreinte de l'humanité sur la planète ; nous exerçons une pression insoutenable sur notre planète et pourtant nous devons sauver notre seule maison", a-t-il déclaré. Selon Jim Leape, directeur général de WWF International, dont le siège est à Gland (Suisse), le monde "vit comme si nous avions une planète supplémentaire à disposition. Le rapport 2012 Planète vivante utilise un indice pour mesurer les changements dans la santé des écosystèmes de la planète.

Vers un Nouveau Monde de données A l'occasion de la Semaine européenne des l'Open Data qui se déroulait à Nantes du 21 au 26 mai 2012, j'étais invité à faire une présentation sur le web des données, pour dépasser et élargir la problématique particulière de la réutilisation des données publiques. En voici la transcription. Nous sommes passés d'un web de l'information et de la connaissance à un web de données. "Les données sont le nouveau pétrole de l'économie", expliquait le consultant Clive Humby dès 2006. Tim O'Reilly et John Battelle ne disaient pas autre chose quand ils imaginaient le concept de Web² devenu depuis (et il serait intéressant de regarder comment) celui des Big Data. Nous n'échapperons pas à l’exploitation maximale de la puissance des données par l’analyse, la combinaison, la représentation, la recherche, le traitement...

«Real Humans» prend le risque de rompre avec les lois de la robotique Mettre en scène une société dans laquelle des robots humanoïdes sont devenus presque identiques à des êtres humains est une entreprise à haut risque. La nouvelle série Real Humans diffusée sur Arte depuis jeudi 4 avril 2013 le démontre en explorant systématiquement tous les pièges du genre dans le premier épisode. Les «hubots» se distinguent des vrais humains par un reste de raideur dans leur attitude qui leur donne une vague ressemblance avec les envahisseurs pourchassés par David Vincent (1969). L’arrivée de la hubot Anita dans la famille qui l’a achetée est bien loin de l’intensité de la mise en scène de Steven Spielberg dans la première partie de A.I. Artificial Intelligence (2001). publicité

L'ère de l'humain amélioré A l'été 1935, deux alpinistes bavarois se rendent dans les Alpes bernoises, espérant devenir les premiers à dompter la monstrueuse face nord de l'Eiger. Le premier jour, leur progression est honorable. Le second, un peu moins, et le troisième, elle est désastreuse. Puis une tempête s'abat sur la montagne et ils meurent, terrassés par le froid. L'année suivante, quatre nouveaux alpinistes tentent à nouveau l'impossible –ils y laisseront eux aussi la vie, tous les quatre. Il est urgent de regarder « L’Urgence de ralentir » Nous aussi, nous avons pris notre temps. Un peu de temps pour regarder « L’Urgence de ralentir », documentaire de Philippe Borrel diffusé mardi dernier sur Arte. Première image, première phrase, celle d’Edgar Morin : « Un suicidaire, au moins, il sait qu’il veut se suicider.Là, cette course, elle est suicidaire, inconsciemment. » Passées les images d’illustration, à base de billets verts en apesanteur et de poulets à la javel, le téléspectateur part à la rencontre des promoteurs d’un ralentissement de nos sociétés.

Related: