background preloader

Est-ce que la technologie sauvera le monde

Est-ce que la technologie sauvera le monde
Par Hubert Guillaud le 28/10/10 | 5 commentaires | 8,804 lectures | Impression L’université de la singularité est une étrange école, explique Nicola Jones pour Nature. Elle ne décerne pas de diplôme. C’est une école qui, depuis 2009, propose un cursus de 10 semaines à destination d’une élite d’étudiants provenant des meilleures universités et des meilleures entreprises du monde. Sa mission est d’éduquer et d’inspirer les futurs dirigeants à utiliser les nouvelles technologies pour résoudre les grands problèmes de la planète, de la pauvreté à la mauvaise santé ou à l’épuisement des ressources. Rien de moins. Elargir l’horizon ou le technocentrer ? Le principe de la SU consiste à élargir l’horizon des étudiants. Le principe du programme divise. Le programme de la SU est simple. Sur 1600 étudiants qui ont demandé à faire le cursus, le programme cette année en a retenu 78, provenant de 35 pays différents. La société est-elle soluble dans la technologie ? Ce que la technologie veut Related:  .. sur la technologieTranshumanisme et Big BrotherFutur

Tout ce que vous devez savoir sur Internet en 9 points Descendez dans la rue et demandez (gentiment) aux gens de vous parler du logiciel libre et vous constaterez encore trop souvent ignorance et méconnaissance du sujet. Mais c’est paradoxalement également le cas d’Internet alors que, contrairement au cas précédent, tout le monde en a entendu parler et (presque) tout le monde en fait usage au quotidien[1] Comment voulez-vous que les gens adhèrent aux mouvements de défense de la neutralité du Net si ils ne comprennent même pas ce qu’est le Net ? Une nouvelle traduction qui souhaite participer à améliorer la situation… PS : J’ai particulièrement apprécié cette phrase : « La copie est pour les ordinateurs ce que la respiration est pour les organismes vivants ». Tout ce que vous devez savoir sur Internet Everything you need to know about the internet John Naughton - 20 juin 2010 - The Guardian - The Observer(Traduction Framalang : Olivier Rosseler) Notre marche vers le futur a connu un drôle d’évènement. J’exagère en parlant de dépendance ? 1.

Vers un Nouveau Monde de données A l'occasion de la Semaine européenne des l'Open Data qui se déroulait à Nantes du 21 au 26 mai 2012, j'étais invité à faire une présentation sur le web des données, pour dépasser et élargir la problématique particulière de la réutilisation des données publiques. En voici la transcription. Nous sommes passés d'un web de l'information et de la connaissance à un web de données. Le web est un écosystème de bases de données interconnectées. Tout est information. Le web est devenu "la base de données de nos intentions", affirmait John Battelle en 2003. La première des données, le pétrole non raffiné, est bien celle de nos comportements en ligne, ces milliards de clics que nous faisons sur le web à chaque instant. Mais ne nous y trompons pas. Vous avez certainement du voir cette vidéo des lunettes de réalité augmentée de Google et plus encore l'une de ses parodies, qui augmente l'interaction que nous avons avec la réalité de publicités (voir également celle-ci).

"Donnons des droits aux robots" Après avoir testé la cruauté des humains envers les robots, une chercheuse au MIT souhaite une protection juridique pour les robots sociaux, non pour eux-mêmes mais au bénéfice des humains. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | | Propos recueillis par Propos recueillis par Lucia Sillig ("Le Temps") Kate Darling n'aime pas torturer Pleo, un petit dinosaure robotique, mignon, du genre à n'avoir jamais fait de mal à une mouche. Pourtant, au cours de l'atelier que la chercheuse en propriété intellectuelle et en politique de l'innovation au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston organisait début février à Genève, lors de la conférence sur les nouvelles technologies Lift 13, elle a demandé aux participants de maltraiter la créature jusqu'à ce que mort s'ensuive. Pour beaucoup, la question d'accorder des droits aux robots reste de la science-fiction. Lesquelles ? La protection de la vie privée pourrait aussi être menacée. Et vous ? Je ne crois pas que ce soit responsable. Comment cela ?

Les nouvelles technologies façonnent un marché du travail à deux vitesses Alors que la France est dans une phase de croissance molle ou quasi-nulle, deux visions économiques s’affrontent. Pour l’une, celle du gouvernement français notamment, le retour de la compétitivité ramènera la croissance, qui ramènera le plus important: l’emploi. Christopher Mims, qui publie un article sur Quartz, serait sans doute en désaccord avec ce schéma. Les travailleurs routiniers de l’économie tertiaire («routine cognitive jobs») risquent d’être les grands perdants de la transformation. Car pour les travailleurs les plus compétents et les plus diplômés, ces changements technologiques sont au contraire une aubaine. C’est le principe du winner takes all, ou comme l’écrit l’auteur de Race Against the machine, Erik Brynjolfsson, le biais de compétence du changement technologique. Ce qui fait dire à l’investisseur de la Silicon Valley Marc Andreessen, sur ABC News, que le marché du travail va se scinder en deux parties: Andreessen va jusqu’à dire que la classe moyenne n’existe plus.

La technologie peut-elle éliminer la pauvreté ? (1/2) : la technologie n’est pas le progrès ! Le dernier numéro de la Boston Review est consacré entièrement à cette question : « La technologie peut-elle éliminer la pauvreté ? » Et force est de constater que la réponse n’est pas aussi évidente qu’on veut bien souvent nous la présenter. Tout le numéro est organisé autour de la remarquable contribution (lucide sur les espoirs déçus des tentatives de réduction de la fracture numérique par la technologie) de Kentaro Toyama (blog), professeur à l’école d’information de Berkeley, qui a fait récemment une intervention remarquée à TedX Tokyo et qui prépare un livre sur le développement. Les espoirs des années 2000 : la technologie, solution pour le développement ? « Certains télécentres ont été couronnés de succès. Vidéo : la prestation de Kentaro Toyama sur la scène de TedX Tokyo. « L’excitation autour de télécentres s’est propagée au reste de l’ICT4D. En réalité, les succès ont été rares, fugaces, espacés… La techno-utopie est plus facile à croire « Révolutionnaire ! (à suivre)

POURQUOI FACEBOOK VA TRANSFORMER L’INDIVIDU EN PUTE SOCIALE Facebook – et les réseaux sociaux par élargissement – ont largement prouvé au cours de la dernière décennie qu’ils avaient une prise sans cesse croissante sur nos existences. Au delà des traditionnels relous resurgis du passé qui se révèlent être parfois de putain de casse-couilles, les implications massives sur le réel peuvent être surprenantes. Les Anglais – jamais les derniers en matière d’évolutions sociales foireuses – ont ainsi pu constater un étonnant retour des cas syphilis directement imputables à des actes fornication post-drague facebookienne ou s’insurger contre le mec qui vendait de l’alcool à domicile à des mineurs via un truc aussi con que sa page de profil. C’est une évidence Facebook divise. Mais revenons-en à notre époque. De par le fonctionnement des réseaux sociaux, les barrières pour demander un conseil ou un service sont plus faibles que jamais.

Ghost in the shell en vrai J'ai un peu de mal à croire à cette connerie que m'a envoyé Ravaged, mais d'après 24matins et d'autres, Ken Hayworth, un scientifique américain de Harvard ayant bossé pour la NASA et étant un adepte du transhumanisme, a mis au point un moyen permettant de transférer un esprit dans une machine. Pour cela, il a inventé un procédé chimique pour conserver le cerveau et les nerfs rachidiens en remplaçant l'eau de son cerveau par une résine. Ainsi, chacun de ses neurones et synapses sera conservé ainsi à l'abri de la dégradation et la "carte" de son cerveau baptisé connectome restera intacte. Ses tests sur des souris auraient été concluants, du coup, à 41 ans, il devrait prochainement organiser une petite fête pour dire au revoir à ses amis et sa famille et essayer sur lui-même son système "d'immortalité" par le transfert d'esprit. Des médecins vont lui injecter un truc qui va le tuer et son cerveau sera conservé, découpé et numérisé pour être mis dans l'ordinateur et relié à un robot.

#pdlt : Humain, surhumain, transhumain… Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission. Désormais, vous la retrouverez toutes les semaines aussi sur InternetActu.net. La lecture de la semaine, il s’agit d’un article du New York Times qui rejoint une question que nous avons traitée ici même il y a quelques semaines, celle du transhumanisme. L’article d’Ashlee Vance s’intitule : « Etre simplement humain ? Ashlee Vance fait d’abord un long rappel théorique. « Le concept de Singularité, explique-t-il, postule que les êtres humains et les machines se mêleront avec si peu d’effort et tant d’élégance qu’une santé fragile, les ravages de l’âge et même la mort appartiendront bientôt au passé ». Image : la page d’accueil du site de l’université de la singularité. « Finalement, ajoute-t-il, l’univers tout entier sera saturé de notre intelligence. C’est peut-être le plus inquiétant…

Related:  Techno