background preloader

Groupes d'interviews mutuels

Groupes d'interviews mutuels
Related:  Méthodes participatives

Le Philipps 6x6 « Un 6 x 6, c’est 6 personnes qui se parlent pendant 6 minutes » Ce type de discussion ou cette technique de travail en groupe a été mis au point en 1948 par J. Donald Phillips, ancien professeur d’éducation des adultes au Collège d’Etat du Michigan. Le 6 x 6 est une méthode d’animation qui introduit de la participation dans une assemblée nombreuse (30 à 80 personnes) Faute de temps ou de pouvoir faire un tour de table, on propose à chacun de s’exprimer en tout petit groupe et de poser des constats sur un sujet choisi. Le 6 x 6 peut servir à plusieurs choses : Formuler des questions en introduction à un exposé ou un débat Chercher une ou quelques réponses à une question posée Formuler des questions, des avis, des propositions suite à une intervention Digérer une intervention (sans restitution). Organisation Les gens restent sur place dans la même salle (il n’y a pas de pause ni de déplacements). Visualisation Rôle de l’animateur Variantes Assouplissement

Paroles boxées, doutes et certitudes, groupes d'interview mutuelle, pense-écoute, les pépites / Le Pavé Doutes et certitudes Durée : 3mn par participants, nombre : maximum 15 personnes, matériel : papier crayons, Désir : partager nos colères, espoirs, désirs et autres choses plus profondes qui ne trouveront jamais place dans un ordre du jour. Préparation : aucune Animation : L’animateur propose d’abord un temps individuel de 5 à 10mn pour se noter sous forme de mots-clés ses différentes doutes d’un côté et certitudes de l’autre par rapport à un thème donné. NdlR : Exercice faussement simple car il présuppose une liberté de paroles au sein du groupe, ce qui est faux quand des dominations s’exercent au sein du groupe, à fortiori hiérarchiques, et ce qui n’est pas gagné quand le groupe ne se connaît pas. Paroles boxées Durée : 2mn par participant, nombre : illimité, aménagement : espace vide Désir : que chacun puisse dire ce qu’il a au fond du cœur et qui ne trouvera jamais à s’exprimer dans aucune consigne que ce soit, parce que c’est personnel. Groupes d’interview mutuelle Pense-écoute Les pépites

Mindomo : du mindmapping collaboratif en ligne exceptionnel J’ai testé l’application de mindmapping collaboratif en ligne (et de bureau) Mindomo. Et j’ai été agréablement surpris par l’évolution de ce logiciel : une fluidité exceptionnelle et le plein de fonctions plus utiles les unes que les autres ! Avertissement : une version incomplète de cet article a été publiée par erreur le vendredi 31 mai dernier. Je continue mon exploration des applications et logiciels de mindmapping qui offrent une collaboration en ligne en temps réel. Mindomo est l’une des premières applications de mindmapping que j’avais essayée, il y a un peu plus de 5 ans. Mindomo n’est plus seulement un logiciel en ligne : vous pouvez télécharger une version de bureau pour PC, mais aussi travailler sur votre smartphone ou tablette Android ainsi que sur iPhone et iPad… Une interface élégante et une ergonomie sans faille Il en résulte un ensemble clair, simple et lisible. L’ergonomie de Mindomo a été singulièrement soignée et se révèle particulièrement efficace. 1. 2. http//https//

a.strid.info - boite à outils pour s'organiser ensemble et faire vivre les groupes Boite à outils Transition Ami-es de S!lence Vivre le chemin « En arabe ancien, « Eilm » exprime un savoir, une science singulière : celle des signes qui permettent aux nomades de se déplacer dans le désert sans se perdre.(...) Par habitude, nous concevons un trajet à partir de deux points, le départ et l’arrivée, mais pour un nomade il existe un troisième espace-temps qui a sa propre consistance et jouit d’une autonomie particulière : c’est l’entre-deux du trajet. D. Cultiver le biotope collectif Nous pouvons « acquérir un souci du moindre geste, porter une attention aux rotations, à la fertilisation des cultures pour éviter d’épuiser le sol, au calendrier des plantations et à leurs associations... [Et pourtant], il existe également une écologie du groupe, celle-ci requiert des techniques et des savoirs singuliers en vue de soigner, nourrir, cultiver le biotope collectif » Pour cultiver nos biotopes collectifs Vingt pages pleines d'outils concrets pour s'organiser ensemble. Les rôles (...)

Guide du langage HTML par Kevin Werbach Version 3.0f Formattée -- 21 juillet, 1996 La dernière version de ce document est disponible à < Le guide rapide du langage HTML établie la liste de toutes les étiquettes que les versions courantes des navigateurs W3 sont capables de reconnaître. J'y ai inclus toutes les étiquettes de la spécification du langage HTML 3.2, en plus des extensions Netscape inclues dans les versions du navigateur Netscape jusqu'à la version 3.0b5. Ce guide a été conçue pour être le plus concis possible, et par ce fait ne comprend pas de détails disant comment utiliser ces étiquettes. Menu | LISTE DES ÉTIQUETTES | Version texte | Page d'acceuil de Kevin

Organiser un jeu coopératif Les jeux coopératifs permettent d’amorcer un changement dans les relations interpersonnelles. Dans ces jeux, où les joueurs ont un objectif commun, les joueurs gagnent ou perdent tous ensemble. Délivrés de la tension liée à la peur de perdre ou au désir de gagner, les joueurs explorent d’autres manières de faire ensemble (s’exprimer, argumenter, écouter, prendre des décisions, unir ses forces...) La découverte de la coopération peut aussi se faire de façon ludique. Qu’est ce qu’un jeu coopératif ? Il s’agit d’un jeu dans lequel les joueurs conjuguent leurs efforts pour atteindre un but commun. En quelques minutes, l’atmosphère se réchauffe. Pour qu’un tel climat se mette en place, quelques préalables sont nécessaires : être clair sur les objectifs des participants : que recherchent-ils à travers cette expérience ? prendre soin du cadre : un cadre agréable facilite la détente, Le jeu coopératif peut être utilisé pour : favoriser la cohésion et la coopération entre les membres d’un groupe,

Débat-pétale, consentement sociocratique, élection sans candidature / Le Pavé Débat-pétale Durée : 30 mn minimum par décision, nombre :illimité, aménagement : tables de 6 disposées en cercle, chaque table étant une pétale de la fleur. Désir : prendre une décision à un grand nombre (plus de vingt) en permettant à chacun d’émettre ses objections et d’améliorer la proposition initiale. Préparation : noter clairement les propositions à arbitrer en autant d’exemplaires qu’il y aura de tables. Animation : Donner à chaque table la proposition écrite. NdlR : C’est une consigne agréable à vivre pour les participants, surtout par contraste avec ce que sont d’habitude les débats précédent une décision. Consentement sociocratique Durée : 1h par décision, nombre : 20 personnes maximum, aménagement : aucun Désir : prendre le temps de la décision pour qu’elle soit réellement acceptée (et donc mise-en-oeuvre) par tous les membres du groupe Préparation : avoir une proposition construite à soumettre à la décision du groupe Animation : cette méthode de décision contient 9 étapes.

Le français au collège avec les tablettes « Le français, c’est pas que des dictées ! » Patricia Bonnard, professeure de lettres au collège Leprince-Ringuet de Genas, en administre remarquablement la preuve : sur son blog d’enseignante et sur le site de ses élèves, elle fait vivre diverses expériences pédagogiques, stimulantes et enrichissantes, de lecture-écriture-publication. Par exemple à travers un projet interdisciplinaire actuellement mené en 4ème autour de la condition de l’enfant au 19ème siècle : « Le labeur et la peine ». Les tablettes numériques en particulier y sont utilisées pour ouvrir le collège sur la cité, favoriser l’écriture (nomade et enrichie), travailler l’oral en ressuscitant Gavroche ou Cosette … Patricia Bonnard nous livre ici idées et conseils, susceptibles d’associer davantage à l’Ecole le travail et le plaisir. Vous menez un vaste projet intitulé « Le labeur et la peine » en 4ème autour de l’enfance au 19ème siècle : pouvez-nous le présenter ? Matériellement, c’est aussi lourd que léger !

Le Gro-Débat Durée : 1h30 , nombre : illimité, aménagement : tables de 5/6 personnes, Désir : permettre à chacun de trouver sa place dans un débat avec un grand nombre de personnes (plus de vingt), faciliter la réflexion collective et l’orienter vers l’action collective Préparation : choisir les thèmes des différentes tables, aménager l’espace. Sur chacune des tables, le thème est indiqué (exemple : relations salariés / bénévoles, le financement, relations aux habitants, la grosse action du groupe...). Il peut aussi l’être sous formes d’affirmation, type débats mouvants : les salariés sont des bénévoles professionnels, il faut prospecter les fondations privées, trop peu d’habitants connaissent nos actions, notre grosse action, elle était mieux avant... ou bien sous forme de question : à quoi servent les salariés ? Quelle éthique sur nos financements ? Animation : un premier temps de 5mn consiste à déambuler pour découvrir les thèmes et choisir sa table.

Related:  Vivre ensemblestreet media totemCitoyenneté