background preloader

Le triangle dramatique (par Dominique Chalvin)

Le triangle dramatique (par Dominique Chalvin)
Related:  Assertiveness / AssertivitéJeux psychologiquesAnalyse transactionnelle

La Règle des 3 P : une communication transparente possible Comment mieux partager, libérer les « possibles » dans nos échanges communicationnels ? Sans nous mettre en danger. Sans imposer ses règles ? Le « vivre » ensemble est la raison d’être de la communication. Dans notre espace d’échanges, quelques règles permettent d’éviter les écueils courants dans notre langage. Je vous propose ici d’illustrer la règle des 3 P. Afin d’évoquer le sens de la règle des 3 P, nous aborderons ici quelques faits : – une communication avec les Autres : les règles de vie. – Les erreurs de notre façon de communiquer : pas de règle, trop de règles. – la règle des 3 P, ou une relation transparente de nos échanges. Une communication avec les Autres : les règles de vie. le langage et la communication sont les outils de l’homme pour vivre, et survivre. Que le monde existe avant nous. Cela peut être frustrant. Des règles de langage ( dire « bonjour », « merci », commencer une explication avec des arguments, une synthèse, etc.. ), des techniques de langage. Exemple n°1 :

Persécuteur, sauveur, victime, quel est votre rôle © Jupiter Au travail, un personnage nous est assigné : le persécuteur, le sauveur ou la victime. Un rôle dont nous pouvons nous libérer à condition de savoir le détecter. Repères et conseils. Marie-Laure Uberti « Pendant les réunions, elle me lançait des petites phrases assassines, raconte Stéphanie, 38 ans, coordinatrice dans un cabinet de formation. Qui n’a pas connu ces petites persécutions quotidiennes de la part d’un chef en mal d’autorité, assorties du soutien de collègues compatissants ? Trois rôles s’y partagent l’affiche : la victime (Stéphanie), le persécuteur (son chef) et le sauveur (son collègue). Le persécuteur « Je tombe toujours sur des commerciaux incompétents et tire-au-flanc. Selon Christel Petitcollin, psychothérapeute spécialiste du sujet, le persécuteur est souvent une personne qui, depuis l’enfance, a accumulé beaucoup de frustrations et les fait payer aux autres. Le sauveur

L’assertivité – Attitude pour la méthode D.E.S.C. « Artwebbook's Blog Mise à jour du 03/04/2014 : j’ai ajouté un chapitre sur la démotivation et sur comment la détecter et la gérer. Ce livre est toujours au format PDF et iBook (pour iPad). Et il reste bien entendu totalement gratuit. Allez sur la page et n’oubliez pas de voter.Mise à jour du 21/07/2012 : vous trouverez sur la page de ce blog un livre sur la gestion des conflits, comment adresser une critique, le DESC, sur l’assertivité, et enfin sur le Manager Minute. Dans mon post précédent, je vous parlais de la Méthode D.E.S.C. pour la résolution de conflit. Or cette méthode est un outil d’une attitude nécessaire au bon déroulement du D.E.S.C. : l’assertivité. Je vous engage à lire la définition riche et complète sur Wikipédia. Je vous propose un auto-test sur votre niveau d’assertivité. Le D.E.S.C. se positionne donc dans un schéma gagnant/gagnant. et l’affirmation de soi :

Analyse Transactionnelle : test de personnalite, bilan de competence, relations interpersonnelles Aider sans sauver (codépendance, dépendance, sauvetage) Les sauveteurs potentiels Plusieurs personnes ont choisi de travailler dans les secteurs de la santé et des services sociaux, motivées par le désir d'aider. Elles ont généralement une conscience sociale plus développée et sont sensibles aux difficultés vécues par leur entourage. La compassion qu'elles ressentent guide une attitude authentique et leur permet d'accorder leur aide en toute connaissance de cause. Cependant, l'aidant doit se protéger des missions de sauvetage ou de l'investissement total en autrui qui sont désastreuses pour lui-même et les personnes qu'il souhaite aider. Effectuer un sauvetage prive souvent l'autre de sa liberté d'action. D'après Melody Beattie, thérapeute auprès d'alcooliques et de toxicomanes, les attitudes du sauveteur se retrouvent beaucoup chez les conjoints d'alcooliques. Le triangle de Karpman Les observations de Stephen B. La dynamique C 'est souvent de la pitié, de la culpabilité ou simplement l'anxiété qui mettent le sauveteur en action. Note

Formuler une critique avec élégance et délicatesse Sylvaine Pascual – Publié dans: Compétences relationnelles / Mieux communiquer Faire une critique est un exercice périlleux pour la relation, qu’elle soit amicale, familiale ou professionnelle. Un peu trop brutale, elle peut dégénérer en conflit. Avant de nous lancer dans la rédaction des griefs précis que nous pourrions exprimer aux bipèdes qui partagent notre quotidien personnel ou professionnel, rappelons-nous de trois points: 3- Evitons les faux-semblants. Le politiquement correct nous bassine parfois avec la critique “positive” et “constructive”: appelons un chat un chat: Une critique positive, c’est un compliment. 2- Notre opinion n’engage que nous Nous ne détenons pas la vérité universelle, et ce qui nous chiffone n’est pas nécessairement un problème pour l’autre, même si nous avons hérité ce principe de l’arrière-grand-père qui avait toujours raison. 3- Il est naturel d’avoir des opinions, des valeurs, des principes 1- Donnez-vous du temps pour réfléchir à ce que vous voulez

Comment éviter les jeux psychologiques avec le triangle de Karpman Les jeux psychologiques prennent place dans la vie personnelle comme dans le monde de l’entreprise. Ils sont générateurs d’inefficacité, consommateurs de temps, générateurs de sentiments négatifs et ne résolvent en rien les situations problématiques. Stephen B. Karpman (psychologue américain des années 70) a mis en évidence un modèle de détection et d’analyse des jeux psychologiques appelé « Le triangle dramatique ». Le triangle de Karpman est un concept simple et puissant d’Analyse Transactionnelle portant sur une dynamique qu’il résume dans un triangle appelé « triangle dramatique ». Dynamique Ce jeu implique 3 rôles : une Victime V : qui se sent inférieure et va rechercher soit un Persécuteur soit un Sauveteur.un Sauveteur S : qui perçoit la Victime comme inférieure et lui vient en aide à partir d’une position supérieure.un Persécuteur P : qui persécute en agressant, humiliant ou rabaissant la Victime. Dans chacun des 3 rôles il est intéressant de noter qu’aucun ne perçoit la réalité.

Analyse Transactionnelle - Analyse Transactionnelle de A à Z - AT.fr Guide de survie aux abrutis (1) Sylvaine Pascual – Publié dans: Compétences relationnelles Décidément la vie est dure. Déjà qu’au boulot, vous êtes entouré(e) d’abrutis aussi intergalactiques qu”incontournables, et voilà qu’en plus, la perspective de passer les fêtes / les vacances avec l’Oncle Nanard, qui a élevé la beautfitude au rang d’art de vivre, ou de votre beau-frère, qui n’en peut plus d’être lui-même depuis qu’il s’est acheté un Porsche Cayenne, vous réjouit à peu près autant qu’un week end à Tchernobyl. S’il ne tient qu’à nous de faire le ménage parmi les personnes que nous fréquentons par choix, c’est plus difficile avec nos relations obligatoires comme les collègues de boulot. Développer un regard et une attitude plus bienveillants envers ces autres lourdingues ne les changera pas, bien entendu et ne fera pas disparaître par miracle leurs comportements exaspérants, mais cela nous permettra de nous sentir mieux en leur présence, de les rendre plus supportables à nos yeux et au fond, c’est ça qui compte.

Persécuteur, victime ou sauveur… Le jeu des manipulations | UN Special Stephen Karpman est un psychologue américain ayant mis en évidence un système de communication basé sur trois rôles. Il a noté que nous passons les trois-quarts de notre temps à jouer à l’un de ces personnages : le persécuteur (bourreau, tyran), la victime (souffre-douleur, martyre), et le sauveur (défenseur, bienfaiteur). Il l’a appelé le Triangle Dramatique. Chacun des joueurs a une part de responsabilité dans le rôle qu’il a choisi. Il y a des avantages à jouer dans l’une ou l’autre des catégories. En effet lorsque je suis une victime par exemple, j’attire l’attention sur moi. Toutefois d’une manière générale il semble qu’il en soit un qui domine habituellement. LE PROBLÊME Le problème avec le sauveur même si cela part d’une bonne intention, en ne nous laissant pas faire nos propres essais, il nous infantilise.

Related: