background preloader

Le triangle dramatique (par Dominique Chalvin)

Le triangle dramatique (par Dominique Chalvin)
Related:  Assertiveness / AssertivitéKarpaman

La Règle des 3 P : une communication transparente possible Comment mieux partager, libérer les « possibles » dans nos échanges communicationnels ? Sans nous mettre en danger. Sans imposer ses règles ? Le « vivre » ensemble est la raison d’être de la communication. Dans notre espace d’échanges, quelques règles permettent d’éviter les écueils courants dans notre langage. Je vous propose ici d’illustrer la règle des 3 P. Afin d’évoquer le sens de la règle des 3 P, nous aborderons ici quelques faits : – une communication avec les Autres : les règles de vie. – Les erreurs de notre façon de communiquer : pas de règle, trop de règles. – la règle des 3 P, ou une relation transparente de nos échanges. Une communication avec les Autres : les règles de vie. le langage et la communication sont les outils de l’homme pour vivre, et survivre. Que le monde existe avant nous. Cela peut être frustrant. Des règles de langage ( dire « bonjour », « merci », commencer une explication avec des arguments, une synthèse, etc.. ), des techniques de langage. Exemple n°1 :

4 trucs infaillibles pour se pourrir les relations Sylvaine Pascual – Publié dans Compétences relationnelles Pourquoi ce billet, alors qu’en regardant autour de moi, je constate chaque jour combien nous entretenons déjà et sans beaucoup d’efforts, des relations boiteuses, lourdingues, insatisfaisantes? Parce que je trouve que tout cela manque de grandeur. Du coup, je vous livre les 4 secrets des relations tellement pourries qu’elles justifieront totalement cette envie que vous refoulez depuis trop longtemps de devenir Carmélite, de pouvoir enfin vous retirer du monde et vivre à l’abri des abrutis, des casse-pieds, des pisse-vinaigre, des envahisseurs, des profiteurs, de votre belle-mère et de Mémé Huguette. A propos d’abrutis, un préambule sous forme d’avertissement: quoi que vous fassiez, ne cédez jamais à la tentation du bocal à con qui permet de neutraliser les effets de vos emmerdeurs personnels, le temps d’acquérir les compétences relationnelles pour les gérer. et j’en passe sont des outils tellement simples à mettre en oeuvre!

Analyse Transactionnelle : test de personnalite, bilan de competence, relations interpersonnelles Formuler une critique avec élégance et délicatesse Sylvaine Pascual – Publié dans: Compétences relationnelles / Mieux communiquer Faire une critique est un exercice périlleux pour la relation, qu’elle soit amicale, familiale ou professionnelle. Un peu trop brutale, elle peut dégénérer en conflit. Avant de nous lancer dans la rédaction des griefs précis que nous pourrions exprimer aux bipèdes qui partagent notre quotidien personnel ou professionnel, rappelons-nous de trois points: 3- Evitons les faux-semblants. Le politiquement correct nous bassine parfois avec la critique “positive” et “constructive”: appelons un chat un chat: Une critique positive, c’est un compliment. 2- Notre opinion n’engage que nous Nous ne détenons pas la vérité universelle, et ce qui nous chiffone n’est pas nécessairement un problème pour l’autre, même si nous avons hérité ce principe de l’arrière-grand-père qui avait toujours raison. 3- Il est naturel d’avoir des opinions, des valeurs, des principes 1- Donnez-vous du temps pour réfléchir à ce que vous voulez

Du triangle de Karpman à l’équilibre relationnel: la triplette prosociale Il semble que la toxicité des relations professionnelles soit directement proportionnelle aux difficultés rencontrées par l’ensemble des salariés, managers et collaborateurs dans un même bateau qui prend, en ces temps difficiles, une eau fangeuse un peu trop vite étiquetée « crise ». Parce que c’est un enjeu collaboratif de taille, voici une triplette prosociale pour rouler de concert vers un minimum d’élégance relationnelle. Pris entre des assortiments glauques de marteaux et d’enclumes en tous genres, qui génèrent de nombreuses peurs, managers et collaborateurs ont vite recours aux rôles relationnels, refuge facile et ordinaire lorsque nous ne savons plus comment obtenir ce dont nous avons besoin. Nous sommes alors gouvernés par des craintes inébranlables qui ont vite fait de se transformer en croyances limitantes exprimées dans toute la palette trop-bon-trop-con: Triangle de Karpman Chassez le naturel, il revient au galop? La vulnérabilitéL’affirmation de soiLa bienveillance empathique

Analyse Transactionnelle Guide de survie aux abrutis (1) Sylvaine Pascual – Publié dans: Compétences relationnelles Décidément la vie est dure. Déjà qu’au boulot, vous êtes entouré(e) d’abrutis aussi intergalactiques qu”incontournables, et voilà qu’en plus, la perspective de passer les fêtes / les vacances avec l’Oncle Nanard, qui a élevé la beautfitude au rang d’art de vivre, ou de votre beau-frère, qui n’en peut plus d’être lui-même depuis qu’il s’est acheté un Porsche Cayenne, vous réjouit à peu près autant qu’un week end à Tchernobyl. S’il ne tient qu’à nous de faire le ménage parmi les personnes que nous fréquentons par choix, c’est plus difficile avec nos relations obligatoires comme les collègues de boulot. Développer un regard et une attitude plus bienveillants envers ces autres lourdingues ne les changera pas, bien entendu et ne fera pas disparaître par miracle leurs comportements exaspérants, mais cela nous permettra de nous sentir mieux en leur présence, de les rendre plus supportables à nos yeux et au fond, c’est ça qui compte.

Journal d'un coach: Triangle dramatique et triangle du gagnant Rubrique : posture et outils du coach Le triangle dramatique de Karpman est sans doute un des concepts d’analyse transactionnelle les plus connus et les plus utilisés dans le monde du travail. Dans ce concept, Karpman met en évidence que dans toutes les tragédies (sans doute également dans tous les comptes de fée), les acteurs se répartissent trois rôles principaux, qui vont permettre tous les renversements dramatiques (changements émotionnels) : le rôle de Persécuteur, le rôle de Victime, le rôle de Sauveteur. 3 rôles du triangle dramatique C’est cette existence même de trois rôles possible qui rend le théâtre (et les films de Zorro) si passionnants. - la Victime (V) se laisse faire, voire offre la possibilité au Persécuteur d’entrer en scène par ses propres comportements. Dans les pièces théâtrales (et les contes de fée), les rôles changent : le Persécuteur devient Victime, la Victime Sauveteur, le Sauveteur Persécuteur etc. Le triangle du gagnant Les rôles dans le triangle du gagnant

Ebook gratuit: le triangle de Karpman J’ai le plaisir de vous présenter le second des dossiers d’Ithaque sous forme d’e-book. Après le guide d’auto coaching sur la reconversion professionnelle, celui-ci est consacré aux connaissances de base indispensables à l’amélioration de nos relations: le triangle de Karpman (ou triangle dramatique). Nous sommes tous inscrits, avec des combinaisons et des ampleurs différentes, dans la valse pénible des rôles relationnels. Victime, sauveur ou persécuteur, nous cherchons les moyens d’être entendus et reconnus au travers de ces comportements, plutôt inefficaces, parfois assez toxiques et franchement déplaisants. En dépit des connotations que nous pouvons mettre sur les dénominations de ses rôles, aucun n’est meilleur ou plus mauvais que les autres et ils sont l’expression des petites manipulations ordinaires du commun des mortels. Cet ebook a un triple objectif: Bonne lecture! L’ebook est disponible en lecture en ligne uniquement: Autres ebooks disponibles: Voir aussi Compétences relationnelles

8 processus de communication pour éviter d'entrer dans le triangle dramatique (victime, persécuteur, sauveteur) Présentation du triangle dramatique Dans son livre Sortir du triangle dramatique, Bernard Raquin explique en quoi consiste le triangle dramatique de Karpman. Le triangle dramatique est un jeu psychologique, c’est-à-dire un scénario pratiqué inconsciemment et qui peut se répéter tout au long de la vie s’il n’est pas conscientisé. Ce jeu psychologique nous offre le choix entre trois positions inconfortables, limitantes et douloureuses que nous pouvons endosser à tour de rôle : être une victime La victime se sent impuissante et irresponsable et espère que quelqu’un soulagera son malaise interne. La victime est davantage tournée vers elle-même, se sent impuissante et compte sur les autres pour régler ses problèmes ou ceux de la société. être un persécuteur (une persécutrice) Le persécuteur fait souffrir autrui pour tenter de canaliser ses propres peurs et douleurs. Le persécuteur est dans l’action mais dans un rôle de redresseur de torts, de justicier, de donneurs de leçons. Je m’engage à :

Related: