background preloader

Morphologie du conte

Morphologie du conte
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Morphologie du conte est un essai de narratologie de Vladimir Propp paru en 1928 à Leningrad. Le livre fut à peu près ignoré en Occident jusqu'à ses premières traductions en 1958 (anglaise) et 1965 (française). Ses premières recherches purement linguistiques s'étant révélées peu fructueuses, Propp eut l'idée d'étendre l'approche du formalisme russe à l'étude de la structure narrative des contes merveilleux[1]. Surtout intéressé par les problèmes de description et de classification des contes, Propp s'attache à en dresser la morphologie, c'est-à-dire « l'étude des formes et l'établissement des lois qui (en) régissent la structure » (1970: 6). À la différence d'autres tentatives de formalisation du récit, Propp ne retient comme substrat d'analyse que des unités de sens. Les fonctions narratives[modifier | modifier le code] Les séquences[modifier | modifier le code] Ces fonctions sont généralement organisées en séquences. Propp distingue ainsi : Related:  Narratologie

Fabellia : contes, nouvelles, fables, récits - Fabellia Épisode Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. À l’origine en Grèce classique épisode désigne l’énonciation du sujet, au début d’une œuvre littéraire. Le terme vient du grec ancien ἐπεισόδιον / epeisόdion signifiant intervention. Les épisodes en poésie[modifier | modifier le code] Les épisodes au théâtre[modifier | modifier le code] Les épisodes sont moins à leur place au théâtre, à cause de l’unité de l’action et de la nécessité d’avancer rapidement au dénouement. Les épisodes dans les séries télévisées[modifier | modifier le code] Dans la terminologie des séries télévisées, le terme « épisode » désigne plus spécifiquement chacun des segments composant une série, ces segments étant diffusés séparément, sur une même chaîne de télévision, à intervalles généralement réguliers (un épisode par jour, un épisode par semaine, deux épisodes à la suite une fois par semaine, etc.). Source[modifier | modifier le code]

Narratologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La narratologie (science de la narration) est la discipline qui étudie les techniques et les structures narratives mises en œuvre dans les textes littéraires (ou d'autres formes de récit). Histoire de la narratologie[modifier | modifier le code] Les premiers travaux en narratologie des études littéraires modernes proviennent du formalisme russe et tout particulièrement des travaux de Victor Chklovski et de Boris Eichenbaum. En Allemagne la narratologie s'est développée sous l'impulsion de Franz Karl Stanzel et de Käte Hamburger. Comme la sémiologie, la narratologie s'est développée en France à la fin des années 1960, grâce aux acquis du structuralisme. Le personnage[modifier | modifier le code] Un récit est composé de plusieurs éléments essentiels, notamment un personnage, c’est-à-dire celui qui participe à l’histoire, le narrateur, celui qui raconte l’histoire et, enfin, un auteur, celui qui l’écrit. Cependant, dès au moins Sémiotique.

Journal intime Un journal intime (plus généralement appelé journal) est un ensemble de notes datées, présentant le plus souvent les actions, les réflexions ou les sentiments de l’auteur, appelé diariste, qui s'exprime principalement à la première personne. Le journal intime est un type d'écrit autobiographique. Il est tenu de façon plus ou moins régulière, tantôt tout au long d’une existence, tantôt sur une période particulière (à l'adolescence, pendant un voyage, une maladie, un deuil, une guerre, par exemple). Comme pratique ordinaire, il est en général destiné à être gardé secret, temporairement ou définitivement. Comme pratique littéraire, il est souvent destiné, à plus ou moins court terme, à une publication partielle ou totale. Origine et histoire du genre en France[modifier | modifier le code] Le journal apparaît sous sa forme moderne à la fin du XVIIIe siècle dans le milieu bourgeois, et il est encore en majorité tenu par des hommes[2]. L'auteur : un diariste[modifier | modifier le code]

Fable Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Chat gardant des oies. Égypte, vers -1120 Une fable est un court récit en vers ou occasionnellement en prose qui vise à donner de façon plaisante une leçon de vie. Étymologie[modifier | modifier le code] Le mot fable vient du latin fabula (« propos, parole »), qui désigne le fait de parler en inventant (d'où dérive aussi le terme « fabuler »). Genre littéraire[modifier | modifier le code] La fable est une forme particulière d’apologue, qui désigne tout récit à portée moralisante. Historique[modifier | modifier le code] La fable puise ses racines dans la nuit des temps et se retrouve dans toutes les cultures. La Mésopotamie semble avoir été le berceau du genre, en raison de la découverte qu'on y a faite de nombreuses fables remontant jusqu'à deux mille ans avant notre ère[6]. Antiquité gréco-romaine[modifier | modifier le code] Ésope en Grèce[modifier | modifier le code] Au IVe siècle av. Phèdre à Rome[modifier | modifier le code]

Focalisation (narratologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans le jargon sémiotique, le terme focalisation (ou point de vue) peut prendre deux sens différents. En un premier sens, il peut désigner une technique narrative qui consiste à recentrer l'œil du lecteur sur un détail (d'un objet, d'un personnage etc.) considéré précédemment dans l'ensemble auquel il appartient. En un second sens, il désigne le foyer de la perception de l'univers contenu dans un texte narratif, le point de vue à partir duquel les éléments de cet univers sont décrits et racontés. Dans ce second sens, la focalisation est également appelée perspective narrative et on en distingue usuellement trois types, conceptualisés par le théoricien de la littérature Gérard Genette : la focalisation externe, la focalisation interne et la focalisation omnisciente (ou zéro). Le lecteur voit tout de l'extérieur, comme une caméra qui n'enregistre que les actions, comme un témoin externe.Il n'y a pas de justification.

Principes de Gallishaw Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Principes[modifier | modifier le code] Critique[modifier | modifier le code] Ces principes ont des avantages. L'inconvénient majeur de cette méthode est qu'elle est rarement adaptée au récit en cours. Portail de la littérature Schéma actantiel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le schéma actantiel comporte un destinateur (émetteur), un objet (objectif), un destinataire (récepteur) ainsi qu'un adjuvant (aidant) et un opposant (adversaire). Ce schéma inclut parfois aussi la quête, selon qu'on la considère ou non comme un actant. Un personnage, le héros, poursuit la quête d'un objet. Les personnages, événements, ou objets positifs qui l'aident dans sa quête sont nommés adjuvants. La quête est commanditée par un émetteur (ou destinateur, ou énonciateur — voir l'article énonciation), au bénéfice d'un destinataire. Pour bien comprendre le schéma actantiel de Ed-diani, il ne faut pas oublier que les rôles actantiels, c'est-à-dire, à proprement parler, les « actants », ne doivent en aucun cas être confondus avec des « acteurs ». Le schéma actantiel doit être complété par la théorie des trois épreuves, ou étapes formelles, de tout récit (sur un axe temporel) : Épreuve qualifiante.Épreuve principale.Épreuve glorifiante.

démarche d’écriture à partir des contes étiologiques Les contes étiologiques ou contes de pourquoi Ces contes apportent des explications fictives sur l’origine des éléments du monde et leur fonctionnement. Ils peuvent traiter d’un phénomène naturel « Pourquoi la mer est-elle salée? », de la particularité d'un animal « Pourquoi les girafes ont-elles un long cou ? » ou du comportement humain "Pourquoi certains hommes sont-ils méchants? ». D’un point de vue pédagogique, leur structure est assez simple : on part d’un état initial qui représente un avant, contraire à ce qui se passe aujourd’hui (Il y a longtemps, les éléphants n’avaient pas de trompe). Ce type de conte se prête bien à un travail d’écriture : la structure est simple ; les récits, qui peuvent être courts ou plus étoffés en restant cohérents, vont d’abord se baser sur une observation du monde réel avant de faire place à l’imagination. Quelques étapes dans la démarche d’écriture : 1. le choix de la question : Exemple : - les arbres perdent leurs feuilles en hiver Exemple :

Autour des contes - fiche pedagogique CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse Sans scripts, Télémaque reste entièrement accessible mais certaines fonctions sont désactivées. consulter la bibliographie Autour des contes... Introduction Les contes véhiculent une culture populaire venue de la tradition orale et possèdent un aspect intemporel, souvent sans localisation précise. On peut signaler que les contes modernes (ceux de Pépito Matéo par exemple) bousculent la structure traditionnelle ("il était une fois", récit au passé, morale sous-jacente...). Cette fiche n'a pas pour objectif de présenter un travail de recherche sur le conte, ni un travail sur sa structure, mais de fournir quelques pistes à partir des interprétations illustrées de certains contes, et leurs réécritures ou utilisations variées dans la littérature de jeunesse. Pistes d'activités Activités transversales aux deux catégories - Lecture (ou écoute) des textes "source". Interprétations par l'illustration

Fiche n°6 : la description des personnages - Elodie Morgen Les personnages sont les éléments les plus important d'une histoire. Le lecteur s'identifie souvent à l'un d'eux. Certaines erreurs de style peuvent même passer inaperçu si les personnages sont attachants. Fixer l'apparence générale du personnage De quoi à l'air votre personnage ? Synonyme du visage : la figure, la face, la physionomie (expression), la mine (en rapport avec la santé), les traits, le minois, la frimousse (pour les enfants). L'expression du visage : gaie, triste, mélancolique, sympathique, antipathique, ouverte, fermée, éveillée, vive, impénétrable, impassible, souriante, renfrognée, revêche, rébarbative, intelligente, inintelligente, expressive, inexpressive, morne. Dans cette section, il s'agit de faire un rapide résumé de l'histoire du personnage, ainsi que de sa progression et de son rôle dans l'histoire. Portrait moral Tenue vestimentaire Élaborer à l'avance le style vestimentaire de votre personnage vous permettra de le décrire plus facilement.

Conte russe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour un article plus général et les contes littéraires (Pouchkine...), voir Littérature russe. Les contes traditionnels russes occupent une place importante dans la culture russe. La tradition orale russe[modifier | modifier le code] La tradition orale russe est riche et foisonnante. Elle est l'œuvre du peuple paysan qui forme 90 % de la population et qui est resté analphabète jusqu'aux années 1930. Le conte, populaire ou traditionnel, russe est le genre folklorique le plus connu, il est très apprécié des enfants. Collecte et étude du conte populaire[modifier | modifier le code] Pas plus que pour le reste du folklore, il n'y a d'enregistrement avant le XVIIIe siècle. L'étude des contes populaires (ou traditionnels) russes commence également avec Afanassiev, partisan d'une théorie mythologisante et indo européanisante du conte. Classification des contes traditionnels russes[modifier | modifier le code] Origine[modifier | modifier le code]

Fabliau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Fabliau, du picard, lui-même issu du latin fabula qui donna en français « fable », signifie littéralement « petit récit » ; c'est le nom qu'on donne dans la littérature française du Moyen Âge à de petites histoires simples et amusantes, et qui ne se proposent guère que de distraire ou faire rire les auditeurs et les lecteurs ainsi que de donner des leçons de morale. Définition[modifier | modifier le code] Les fabliaux sont de courts récits populaires du Moyen Âge, parfois en vers, le plus souvent satiriques. Même s'ils comportent une visée morale, celle-ci n'est souvent qu'un prétexte. comique de gestes: coups de bâton, chutes…comique de mots: répétitions, patois, jeu de mot, expression à double sens, quiproquo…comique de situation : le trompeur trompé, renversement de rôles maître-valet, mari-femme…comique de caractère : crédulité, hypocrisie, gloutonnerie… Histoire[modifier | modifier le code] Satire et morale[modifier | modifier le code]

"How to Write an Essay -- 10 Easy Steps": A Step-by-Step Guide For Students Writing Essays, or For College Instructors Teaching Essay Writing Either write something worth reading, or do something worth writing.-- Benjamin Franklin Brief Overview of the 10 Essay Writing Steps Below are brief summaries of each of the ten steps to writing an essay. Select the links for more info on any particular step, or use the blue navigation bar on the left to proceed through the writing steps. How To Write an Essay can be viewed sequentially, as if going through ten sequential steps in an essay writing process, or can be explored by individual topic. 1. 2. 3. 4. 5. 6. (Note: The title and first paragraph are probably the most important elements in your essay. 7. 8. 9. 10. You're done. My Promise: The Rest of This Site Will Really Teach You How To Write an Essay For half a dozen years I've read thousands of college essays and taught students how to write essays, do research, analyze arguments, and so on. Now it's time to really begin.

Related: