background preloader

Claude Shannon

Claude Shannon
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Shannon. Claude Shannon Compléments Biographie[modifier | modifier le code] Shannon travaille vingt ans au MIT, de 1958 à 1978. Son œuvre[modifier | modifier le code] Pendant la Seconde Guerre mondiale, Shannon travaille pour les services secrets de l'armée américaine, en cryptographie, chargé de localiser de manière automatique dans le code ennemi les parties signifiantes cachées au milieu du brouillage. Le schéma de Shannon[modifier | modifier le code] Modèle de Shannon - Communication. Pour décrire la communication entre machines, l'article de 1948 et le livre de 1949 commencent tous deux par un « schéma » qui connut dès lors une postérité étonnante en sciences de l'information et de la communication (SIC), au point que Shannon s'en étonna et s'en dissocia[réf. nécessaire]. Ce schéma est la traduction « civile » d'un schéma préalable, utilisé dans le contexte militaire : Entropie = Related:  7.5. Internet history6.5.9. Scientists

Leslie Lamport Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Leslie Lamport. Leslie Lamport, né le 7 février 1941 à New York, est un chercheur en informatique américain, spécialiste de l'algorithmique répartie. Biographie[modifier | modifier le code] Il a fait des études en mathématiques au Massachusetts Institute of Technology (MIT) puis à l'université Brandeis où il a reçu son PhD de mathématiques en 1972[1]. Il travaille depuis 2001 pour Microsoft Research. Travaux[modifier | modifier le code] Systèmes répartis[modifier | modifier le code] Il a notamment formulé en 1979 la relation « arrivé-avant » (en anglais « happened before »), qui permet d'obtenir un ordre partiel sur les actions dans des systèmes répartis. LaTeX[modifier | modifier le code] Honneurs et prix[modifier | modifier le code] Leslie Lamport a reçu le premier prix Dijkstra en 2000[2] et la médaille John von Neumann en 2008[3]. Bibliographie[modifier | modifier le code] Références[modifier | modifier le code]

Biographie de Claude Shannon Claude Shannon est un ingénieur électricien et un mathématicien du XXiè siècle, souvent considére comme le père de la théorie de l'information. Il est né le 30 avril 1916 à Petoskey, dans le Michigan. Son père est un juge, et sa mère est le proviseur du lycée de Gaylord, une autre ville du Michigan. Il étudie à l'université du Michigan où il suit un double cursus en électricité et en mathématiques. Il obtient une licence dans ces deux disciplines en 1936, avant de poursuivre ses études au réputé MIT (Massachusetts Institute of Technology). En 1941, il est embauché dans les laboratoires de la compagnie de téléphone AT&T Bell. Shannon travaille aux laboratoires de Bell jusqu'en 1971. la théorie de la transmission des signaux; Shannon comprend que toute donnée, même la voix ou des images, peut se transmettre à l'aide d'une suite de 0 et de 1 (les bits), ouvrant la voie aux communications numériques et non plus analogiques. Les entrées du Dicomaths correspondant à Shannon

Les Rêves cybernétiques de Norbert Wiener (2014) , Pierre Cassou-Noguès Un savant disparu réapparaît dans un kibboutz pour être aussitôt assassiné. Qui était-il et qui l’a tué ? C’est le thème d’une courte fiction découverte dans les archives de Norbert Wiener (et publiée ici). À partir de cette fiction, Pierre Cassou-Noguès tente de reconstituer le parcours et les dilemmes de ce savant singulier. Voyageur infatigable, penseur versatile, mathématicien autant que romancier, Norbert Wiener invente à la fin de la Seconde Guerre mondiale, sous le terme de cybernétique, une nouvelle façon de conjuguer l’humain et la machine. La question, finalement, est de savoir si l’humain survit dans cet avenir incertain qui est maintenant le nôtre. Pierre Cassou-Noguès est professeur de philosophie à l’université Paris 8.

John Tukey Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. John Wilder Tukey ( - ) est l'un des plus importants statisticiens américains du XXe siècle[1]. Il a créé et développé de nombreuses méthodes statistiques. Il est notamment connu pour son développement en 1965, avec James Cooley, de l'algorithme de la transformée de Fourier rapide[2]. Les concepts et méthodes statistiques qu'il a inventés sont aujourd'hui au programme des lycées et des universités[2]. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance et formation[modifier | modifier le code] Inscrit à l'université Brown dès 1933, John Tukey y obtient, en 1937, une maîtrise en chimie (B.Sc. et M.Sc. degree). Carrière[modifier | modifier le code] Pendant la Seconde Guerre mondiale, Tukey travaille à Princeton au Fire Control Research Office . Après la guerre, il obtient un poste de professeur au département des mathématiques de Princeton. En 1950, il épouse Elizabeth Louise Rapp. Ses intérêts statistiques furent nombreux et variés.

Suite des protocoles Internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La suite TCP/IP est l'ensemble des protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet. Elle est souvent appelée TCP/IP, d'après le nom de ses deux premiers protocoles : TCP (Transmission Control Protocol) et IP (Internet Protocol). Le réseau Arpanet adopte le la suite de protocoles TCP/IP qui sera la base d'Internet[1]. Le modèle OSI, qui décompose les différents protocoles en sept couches, peut être utilisé pour décrire la suite de protocoles Internet, bien que les couches du modèle OSI ne correspondent pas toujours avec les habitudes d'Internet (Internet étant basé sur TCP/IP qui ne comporte que quatre couches[2]). Le modèle Internet a été créé afin de répondre à un problème pratique, alors que le modèle OSI correspond à une approche plus théorique, et a été développé plus tôt dans l'histoire des réseaux. Couches TCP/IP[modifier | modifier le code] Cette représentation est plus fidèle aux concepts d'IP.

shannon - sa vie - biographie Pour numériser un signal, la fréquence d'échantillonnage (sampling rate) doit être suffisamment grande pour restituer intégralement le signal. Le théorème de Nyquist-Shannon dit que, pour respecter le signal-source, cette fréquence doit être au moins le double de celle de la plus grande fréquence rencontrée dans le signal à échantillonner. Un tel échantillonnage permet en théorie une reconstruction parfaite du signal-source Pour la musique, dont l'oreille ne perçoit pas les fréquences au-delà de 22 kHz (pour être large), une fréquence d'échantillonnage de 44 kHz est en théorie suffisante. La fréquence d'échantillonnage d'un CD audio est normalisée à 44,1 kHz. Pour le téléphone, la voix ne nécessite que 4 kHz et un échantillonnage à 8 kHz est suffisant.

Alexandre Grothendieck Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alexandre Grothendieck Alexandre Grothendieck en 1970. Il est considéré comme le refondateur de la géométrie algébrique et, à ce titre, comme l'un des plus grands mathématiciens du XXe siècle[4]. Il était connu pour son intuition extraordinaire et sa capacité de travail exceptionnelle. Biographie[modifier | modifier le code] Ascendance et enfance[modifier | modifier le code] Sacha Schapiro, son père. Sacha Schapiro, son père[5], également connu sous le nom de Tanaroff, est un anarchiste militant ukrainien né à Novozybkov, ville située aujourd’hui en Russie, dans l'oblast de Briansk. Hanka Grothendieck, sa mère. Étudiant[modifier | modifier le code] À la fin de la guerre, Alexandre retrouve sa mère pour s'installer avec elle à Maisargues près de Montpellier, où ils vivent modestement avec la bourse d'études d'Alexandre ou bien avec des travaux saisonniers comme les vendanges ou encore avec les ménages que fait sa mère[18].

Alan Turing Pour les articles homonymes, voir Turing. Alan Turing à l'âge de 16 ans. Signature Alan Mathison Turing, né le 23 juin 1912 à Londres et mort le 7 juin 1954 à Wilmslow, est un mathématicien et cryptologue britannique, auteur de travaux qui fondent scientifiquement l'informatique. Pour résoudre le problème fondamental de la décidabilité en arithmétique, il présente en 1936 une expérience de pensée que l'on nommera ensuite machine de Turing et des concepts de programme et de programmation, qui prendront tout leur sens avec la diffusion des ordinateurs, dans la seconde moitié du XXe siècle. Poursuivi en justice en 1952 pour homosexualité, il choisit pour éviter la prison la castration chimique par prise d'œstrogènes. Biographie Enfance et jeunesse Ses parents l'inscrivent à l'école St. À la Sherborne School, Turing se lie en 1927 d'une grande amitié avec son camarade Christopher Morcom, passionné de sciences et de mathématiques comme lui. Études supérieures et travaux sur la calculabilité Mort

Cyclades (réseau) Cyclades était un projet expérimental français ayant pour but de créer un réseau global de télécommunication utilisant la commutation de paquets. Créé en 1971, conçu par Louis Pouzin, il fut abandonné en 1978. Ses concepts ont influencé les travaux de développement de l'Internet en inspirant sa suite de protocoles. Le projet Cyclades fut la conséquence de l'engouement de spécialistes pour les premières bases de données[1], en particulier dans le domaine universitaire, financier et administratif. Alors que l'inertie amène leur cloisonnement, quelques pionniers sont chargés de déployer des efforts pour les rendre accessibles à l'extérieur[1]. À l'époque, toutes les administrations françaises voulaient mettre en place leurs propres bases de données. Les échanges entre Cyclades et Arpanet, nombreux, ont été facilités par la présence de Français dans l'équipe de début d'Arpanet. Le chemin reste figé jusqu'à la fin de la conversation il n'y a donc pas besoin de réassemblage.

Claude Shannon, le père du binaire Pionnier de la théorie de l’information, Claude Shannon aurait eu 100 ans cette année. Parmi les nombreux hommages émaillant cet anniversaire, un site interactif du CNRS relate son parcours. L’année 2016 marque le centenaire de la naissance de Claude Shannon, ingénieur et mathématicien américain. Atypique et méconnu du grand public, il est le premier à s’intéresser à la question de l’information et de sa transmission. Un siècle plus tard, le père du binaire est à l’honneur : dans un dossier multimédia en ligne1, le CNRS retrace le parcours de ce scientifique original à travers des photos, ses travaux, ses improbables passions et l’héritage considérable qu’il nous a légué. De la cryptographie à la théorie de l’information Pendant la Seconde Guerre mondiale, Claude Shannon est employé dans le service de cryptographie de l’armée américaine. Pour Shannon, “amour” et “haine” ne sont que deux mots de cinq lettres prises dans un alphabet qui en compte 26. Il s’est éteint en 2001.

Félix d'Hérelle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Portrait de Félix d'Hérelle, vers 1905, in: Pasteuriens et personnalités du monde médical, 1868- 1970, Institut Pasteur (Paris)disponible sur Gallica Félix d’Hérelle (Paris, - Paris, 1949) est un biologiste franco-canadien. Devenu un spécialiste de microbiologie et des bactériophages, il inventa la phagothérapie. Biographie[modifier | modifier le code] Parti au Québec à l'âge de 24 ans (1897), il y adopte le nom « d'Hérelle » (qu'il écrivait souvent sans accent aigu, peut-être parce que les machines à écrire étaient anglaises)[réf. nécessaire]. En 1901, résidant à Longueuil, il publie un article en se présentant comme « chimiste », dans lequel il prétendait démontrer que les plantes fabriquaient le CO2 sans source originale. Pendant la Première Guerre mondiale, d'Hérelle, aidé en particulier par son épouse et par ses filles, a produit plus de 12 millions de doses de médicaments pour les armées alliées. Anecdotes[modifier | modifier le code]

Robert Cailliau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Cailliau. Robert Cailliau, né le , est un ingénieur et informaticien belge qui a codéveloppé le World Wide Web avec Sir Tim Berners-Lee. Biographie[modifier | modifier le code] Robert Cailliau suit des études d'ingénieur à l'Université de Gand, puis l'Université du Michigan[1]. À partir de 1974, il travaille au CERN à Genève. Il collabore également au développement et à la promotion des prototypes de logiciel pour le Web créés par Tim Berners-Lee sur NeXTSTEP. Il est actuellement membre actif de Newropeans pour lequel il publie le une proposition pour une politique européenne de la société de l'information[3]. Décorations[modifier | modifier le code] Depuis le , Robert Cailliau est docteur honoris causa de l'Université de Liège. En 2012, Robert Cailliau entre au temple de la renommée d'Internet, dans la catégorie des innovateurs. Bibliographie[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code]

Related: