background preloader

Définition autofinancement

Définition autofinancement
Related:  Performance financièrethème 4shaidabary

Exemple rentabilité financière Cet exercice sur la rentabilité financière (RF) est extrait de l’épreuve 6 du DCG de 2010. L’énoncé contenait les éléments suivants : Il était précisé que « les capitaux propres à retenir dans les calculs ultérieurs comprennent les capitaux propres hors résultat à la clôture de l'exercice. Une partie seulement du sujet d’examen est traitée ici. Il était demandé aux candidats de définir la RF et d’indiquer ses modalités de calcul (pour répondre, rendez-vous en page rentabilité) puis de calculer la RF avant et après impôt des deux sociétés A et B. Ensuite, les candidats devaient justifier les différences observées puis définir le risque financier. Les réponses aux questions ci-dessus pourraient prendre la forme suivante... La RF est le taux de rentabilité des capitaux investis. Les capitaux comprennent le capital social et les réserves. Que constatons-nous ? La RF est plus élevée chez B que chez A puisque B dégage le même résultat malgré des charges d’intérêt, preuve de son endettement.

Définition de l'autofinancement, Financement - Trésorerie - Prévisionnel Fiche Pratique publiée le Jeudi 26 janvier 2012 L’autofinancement est la capacité de l’entreprise à financer son activité ainsi que ses investissements à l’aide de ses propres moyens financiers. C’est un mode de financement interne à l’entreprise, qui se compose essentiellement des amortissements comptables. Qu'est-ce que l'autofinancement L’autofinancement est le résultat de la somme des dotations aux amortissements (les dépenses nécessaires au renouvellement des équipements), des réserves (provisions et bénéfices non distribués), des plus-values, des capitaux propres, des exercices antérieurs et de l’épargne. Il correspond à l’accroissement des actifs nets réels de l’entreprise durant une période déterminée. Les risques de l'autofinancement Il est important de préciser que le recours à l’autofinancement a un coût et comporte tout de même certains risques.

L’Autofinancement Qu’est-ce que l’autofinancement ? L’autofinancement pour une entreprise consiste à recourir à sa propre trésorerie pour financer un investissement. L’entreprise utilise les profits dégagés au cours des années précédentes, et qui n’ont pas été distribués aux associés (ou prélevés par l’entrepreneur). Chaque année, l’entreprise peut calculer à partir de son résultat, sa capacité d’autofinancement (CAF). La CAF, comme elle est définie dans l’article « CAF ou pas CAF ? Faire le choix entre s’endetter ou autofinancer ? Autofinancer intégralement ses investissements n’est pas la plus sûr des façons d’assurer la pérennité de son entreprise. Par ailleurs, le recours à l’emprunt peut générer un effet de levier sur la rentabilité financière de l’entreprise, en fonction du coût de l’emprunt. Couramment, il est conseillé d’autofinancer le court terme, l’activité et d’emprunter sur le long terme, l’investissement (mobilier ou immobilier).

Distribution de dividendes : conditions et mode d'emploi Quelles conditions pour distribuer des dividendes ? Seules les sociétés dont les bénéfices sont soumis à l’impôt sur les sociétés peuvent distribuer des dividendes à leurs associés. La distribution de dividendes est possible lorsque : la société réalise un bénéfice ou dispose de réserves bénéficiaires antérieures,le capital social est intégralement versé, la société a de la trésorerie disponible. Comment distribuer vos dividendes ? La distribution de dividendes résulte d’une décision des associés ou de l’associé unique. Le gérant seul ne peut donc pas décider d’une distribution de dividendes, sauf s’il est gérant et associé unique. Les formalités liées au versement de dividendes La distribution de dividendes doit être inscrite dans le procès-verbal de l’assemblée générale au cours de laquelle la décision a été prise. Sur le plan administratif la distribution de dividendes nécessite la préparation des déclarations : A quel moment pouvez-vous verser des dividendes ? En 2013 :

Le taux de distribution des dividendes : Un indicateur de la croissance future des bénéfices des entreprises Intitulée « Des dividendes élevés synonymes d’une forte croissance des bénéfices futurs », l’étude présente les résultats de l’analyse de Stefan Hofrichter, Chef Economiste d’Allianz Global Investors, sur la corrélation existant entre les taux de distribution de dividendes et la performance des actions aux Etats-Unis, au Japon, en Europe et au sein des pays émergents. Selon l’étude, les bénéfices mondiaux pourraient enregistrer une légère progression au cours des prochaines années, dans le sillage de l’augmentation des taux de distribution des dividendes récemment observée. Le taux de distribution des dividendes constitue un indicateur avancé des bénéfices futurs des entreprises et de la performance des marchés d’actions internationaux à un horizon de cinq ans. Cette analyse met en évidence, au niveau régional, des divergences importantes entre les perspectives d’évolution des bénéfices et celles du prix des actions.

Définition La boite à outils Marketing Les indicateurs de performance généraux Indicateurs liés aux ventes : - nombre ou pourcentage de clients (taux de pénétration) - ventes en volume - ventes en CA - parts de marchés Ces indicateurs peuvent provenir des services comptables de l’entreprise, des statistiques professionnelles, des études de marchés, comme des panels de consommateurs ou de distributeurs. Indicateurs de rentabilité : - marge brute dégagée : différence entre le CA et le coût direct des produits ou services vendus - contribution : différence entre marge brute et coûts marketing (dont la publicité et la promotion) - bénéfices : différence entre la contribution et l’ensemble des coûts autres que le marketing (dont frais généraux, financiers, etc.) Ces indicateurs sont généralement calculés par les services comptables ou par le contrôle de gestion. Indicateurs de satisfaction ou de comportement clients : Exemples : - questionnaires de satisfaction envoyés aux clients systématiquement après une vente - d’agrément

Audio : Ne pas confondre rentabilité et profitabilité ! Les questions comptables et financières ne sont pas vos points forts ? Comme beaucoup d’entrepreneurs, vous êtes peut-être de ceux qui confondent rentabilité et profitabilité. C’est justement pour vous aider à faire cette distinction que nous retrouvons Franck Nicolas, expert-comptable, dirigeant de l’entreprise B2A Partners, membre associé de l’incubateur de L’EM-Lyon et auteur de « Finance pour non financiers » aux éditions Dunod. Un investisseur avant d’investir va calculer le résultat opérationnel par rapport aux capitaux engagés. Et pour le convaincre, mieux vaut pour vous parler le même langage. Podcast: Lire dans une autre fenêtre | Télécharger Copiez-collez ce code HTML pour mettre ce podcast au sein de votre page :

Related: