background preloader

Mythes sur les viols. Partie 1: Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ?

Mythes sur les viols. Partie 1: Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ?
Partie 2 : les conséquences pour la victime Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmesPartie 4 : Conséquences sur la propension au violPartie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias Contrairement à la légende, la plupart des viols ne sont pas commis par un étranger dans une petite ruelle sombre « Evitez de vous habiller comme des salopes si vous ne voulez pas vous faire agresser » Michael Sanguinetti, policier canadien « Un viol, c’est avec un couteau ou un pistolet » Ivan Levaï, grand journaliste «Tant qu’un homme n’est pas muni d’une arme, d’un couteau ou d’un revolver, une femme peut toujours se défendre » Catherine Millet, intellectuelle française Les Slutwalks sont nées en réaction aux propos de Sanguinetti Ces idées reçues (appelées « rape myths » ou « mythes sur le viol ») et leurs conséquences ont été étudiées par les sociologues et psychologues sociaux. Qu’est ce qu’un viol ? Dans plus de 75% des cas, la victime connaissait son agresseur5. Erratum 1. 3. 4. Related:  violences

Male Tears | Le Courrier de Diké Dieu sait qu’Eric a tenté de lutter contre les violences infligées aux hommes par les femmes, ces pécheresses. Dès 2006, il osait s’attaquer à une catégorie de femmes réputées invulnérables : les adolescentes victimes de viols collectifs. Il dénonçait courageusement la culpabilité des victimes : « Les viols et les tournantes ne se passent pas par moins 30° mais surtout quand il fait chaud et quand un certain nombre de petites jeunes filles ont pu laisser croire des choses. ». La même année, Eric Raoult était le premier signataire d’une proposition de loi visant à instaurer le port d’un uniforme à l’école. Premier motif exposé, avant même celui de l’égalitarisme : garantir « une allure décente à tous les élèves » et éviter le harcèlement dont sont victimes « certaines jeunes filles lorsqu’elles sont vêtues de manière provocante« . Ensuite, il a largement contribué à pénaliser les femmes qui ne s’exhibent pas assez à son goût, et échappent donc à son contrôle lubrique. J'aime :

La honte doit changer de camp ! | Viol : la honte doit changer de camp ! Les mythes autour du viol et leurs conséquences. Partie 2 : les conséquences pour la victime Partie 2 : les conséquences pour la victime Partie 1 : Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmesPartie 4 : Conséquences sur la propension au violPartie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias Les taux de dépression sont élevés chez les victimes de viol Nous avons vu dans une première partie quels étaient les mythes sur le viol et qui y adhérait. Ce transfert est typique des agressions sexuelles. A ce propos et comme me le faisait très justement remarquer une de mes commentatrices, elfvy, en Français, la forme « elle s’est faite violer» (appelé « causatif pronominal ») est très courante alors qu’à l’inverse le passif « elle a été violée » est beaucoup plus rare. Nous allons voir dans cette partie quelles conséquences entraîne ce transfert de responsabilité sur la victime. Les séquelles psychologiques chez les victimes de viol Le TSPT se manifeste notamment par des cauchemars évoquant l’évènement traumatisant Matthew Hale 1.

Mythes autour du viol. Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmes Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmes Partie 1 : Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Partie 2 : Les conséquences pour la victime Partie 4 : Conséquences sur la propension au viol Partie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias Après avoir vu ce qu’étaient les mythes sur le viol, qui y croyaient, et ce qu’ils pouvaient entraîner sur le rétablissement des victimes, nous allons voir comment ils peuvent permettre de restreindre la liberté de toutes les femmes. « Une femme ne devrait pas sortir seule la nuit » entend-on souvent. Des injonctions et des conseils inappropriés Nous l’avons vu, les mythes sur le viol permettent de blâmer la victime et de déresponsabiliser l’agresseur1. Un climat de tolérance pour les agressions sexuelles Par ailleurs, les mythes sur le viol contribuent à un climat de tolérance pour les agressions sexuelles. Beaucoup de femmes ont peur de sortir seules la nuit Penser au viol diminue la confiance en soi de certaines femmes Conclusion 1. 2.

Jean Bidule n’est pas un violeur 1 femme sur 5 est victime au cours de sa vie d’une agression sexuelle. Je ne sais si ces stats ne concernent que les femmes cis. En tout cas, si oui, les chiffres pour les femmes trans* sont d’autant plus importants. Ces chiffres se concentrent sur une agression sexuelle, mais certaines d’entre nous en subiront 2, 3, 4, 20, 100 par le même agresseur ou par plusieurs. La question qui se pose maintenant c’est : où sont-ils ? Où sont les violeurs ? Pourtant j’ai été violé-e. On le connaît nous Jean-Bidule, c’est un mec sympa. C’est qu’elles sont horribles ces victimes, qui s’inventent des agressions. La pseudo victime ? Sans consentement clair ça n’est pas « compliqué », c’est un viol. En pratique, les gens que vous défendez n’ont pas besoin de votre défense. Mais vous avez raison, dans le doute, continuez de soutenir Jean-Bidule. La honte doit changer de camp. margaltonpieu Comptable d'extrême gauche, panromantique, grey-asexuel-le, juif-ve, survivante, féminisme non exclusif, NB, NA.

Mythes autour du viol. Partie 4 : Les mythes sur le viol augmentent la propension au viol. Partie 4 : Conséquences sur la propension au viol Partie 1 : Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Partie 2 : Les conséquences pour la victime Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmes Partie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias Les mythes sur le viol et les agressions sexuelles – ces croyances infondées qui transfèrent de l’agresseur vers la victime la responsabilité du viol – non seulement nuisent au rétablissement des victimes, mais en plus, servent de prétextes à limiter la liberté des femmes. Pour simplifier la lecture de l’article, nous utiliserons deux abréviations : – RP (« Rape proclivity ») pour « Propension au viol » – RMA (« Rape Myth Acceptance ») pour « Acceptation des Mythes sur le viol » Le viol de Lucrèce, Titien Qu’est ce que la propension au viol (RP) ? La propension au viol (RP) est le penchant pour le viol que manifestent certaines personnes. Par exemple : Il y a très peu de viols chez les Minangkabau Qu'est ce qui motive les violeurs ? 1.

Violence Normale Supérieure Nous ne parlons qu’en nos noms, ce qui ne signifie pas que ce que nous disons n’a aucun sens. Notre discours est marginalisé, ce qui ne signifie pas qu’il est fictif. Nous sommes un groupe de personnes assignées femmes et de personnes trans, qui subissons dans nos vies et dans le cadre de nos études à l’ENS (Ecole Normale Supérieure), des oppressions et agressions sexistes, lesbophobes, transphobes et biphobes. Notre parole est collective et anonyme, parce que nos conditions de vie dans cette école ne nous permettent pas de montrer nos visages. Une pétition circule en effet depuis le jeudi 12 janvier, qui vise à nier la véracité des faits que nous dénonçons. « Aidez-nous à montrer qu’en tant qu’élèves et étudiants, nous aimons notre école et nous y sentons bien ! Ces violences sont niées, tues, taboues. Apolitisme = hypocrisie Les comportements homophobes ne sont pas la seule conséquence de l’apolitisme revendiqué des BDE. « Elles n’attendaient que ça ! « Nous », ce micro-monde

Mythes autour du viol. Partie 5 : Les mythes sur le viol dans les médias Partie 5 : Comment se transmettent les mythes sur les viols ? Zoom sur les médias. Partie 1 : Quels sont ces mythes ? Qui y adhère ? Partie 2 : Les conséquences pour la victime Partie 3 : Les mythes sur le viol restreignent la liberté des femmes Partie 4 : Les mythes sur le viol augmentent la propension au viol Dans les articles précédents, nous avons pu voir ce qu’était les mythes à propos du viol (des idées comme « elle n’avait qu’à pas sortir habillée comme ça », « une femme qui dit non, pense oui »…) ainsi que leurs conséquences, individuellement, sur le rétablissement des victimes, et collectivement sur la liberté des femmes. Dans cette 5ème et dernière partie, je vais évoquer la façon dont se transmettent ces idées reçues délétères. Les médias véhiculent beaucoup de croyances infondées sur le viol L’acceptation des mythes sur le viol comme norme Les normes sont des règles comprises par les membres d’un groupe et qui guident ou contraignent le comportement1. En conclusion BONUS : Petit Jeu

Collège Montaigne : faut-il interdire les portables ou (enfin) éduquer les garçons ? « Faut-il interdire les portables dans les collèges ? » C’est sur cette question que des chaînes d’infos comme iTélé relaient l’affaire du collège Montaigne, à Paris, à propos de cinq garçons de sixième, ayant été sanctionnés par l’établissement pour avoir pratiqué des attouchements sur leurs camarades de classe. Ce sont les parents des filles qui ont alerté la direction du collège, rapporte 20 minutes, décrivant une « situation d’insécurité physique et psychologique dans laquelle se trouvent les filles de la classe en raison d’attouchements (seins, fesses et vulve) et de propos obscènes de certains garçons » Visiblement, « certains garçons » regardaient des vidéos pornographiques sur leurs smartphones durant les récréations. Et des politiques en remettent évidemment une bonne couche : Quand je pense que François Bayrou a été ministre de l’Éducation nationale, j’en ai des sueurs froides. « C’est la faute au porno » est le nouveau « c’est la faute aux jeux vidéo » - Lire la suite sur Slate

Laura Bates: Everyday Sexual Assault Once, I was walking down the street when a group of men came up behind me. I didn't turn around. There was plenty of room on the pavement for them to pass by. I'd like to say that I screamed; that I put him in his place there and then and articulately delivered a cutting speech that shamed him into apologising. The Everyday Sexism Project was designed to document instances of normalised, everyday sexism experienced by women worldwide to prove the enormous scale of the problem. "First job, first day. "Dancing in crowd at festival, guy slaps arse. "Younger sister and I were groped on a water slide by a man when about eight and nine years old. "Twice in pubs in Newcastle. "Aged 14 had bum slapped by man in supermarket. "Random grabbed my breasts in the street in broad daylight. What is even more shocking is the overwhelming frequency of these incidents. "At least once a week and often much more, regardless of what I wear, where I am, how I behave. "On Tuesday, out for a run.

ZONES Lyber Zones Irene Zeilinger Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire. Pour Anne, car c’est elle que je voudrais avoir à mes côtés si je dois affronter un danger. Permettez-moi de me présenter : je suis formatrice d’autodéfense pour femmes depuis maintenant près de quinze ans. J’ai travaillé avec de très nombreux groupes de femmes et de filles un peu partout en Europe et en Amérique latine. Comme beaucoup de femmes, j’ai conscience du risque d’être un jour confrontée à la violence. Si je me suis mise à écrire, c’est parce que je ne trouvais pas en librairie de manuel d’autodéfense à recommander aux femmes qui suivent mes cours, à mes amies ou aux femmes de ma famille. Mais ce n’est pas seulement la pénurie de bons livres en autodéfense qui m’a motivée à coucher mes expériences sur le papier. Si vous avez ouvert ce livre, c’est sans doute parce que vous voudriez savoir quoi et comment faire face à la violence. Bon !

Les mythes autour du viol EDIT ; certains commentaire peuvent être très choquants surtout pour les victimes de viol et d'agressions sexuelles. je choisis de les laisser en connaissance de cause car ils illustrent souvent notre propos. Les mythes autour du viol désignent les croyances entourant le viol, les victimes et les coupables. On les définit par des attitudes et croyances fausses mais profondément et constamment entretenues qui servent à nier et à justifier le viol. Ces mythes servent à décrédibiliser la personne violée et à excuser le violeur. Ainsi le comportement passé d'une victime peut servir à justifier qu'elle a cherché ce qui lui est arrivé. Une photo de Tristane Banon a ainsi servi à la décrédibiliser (rappelons que DSK a reconnu l'agression sexuelle sur Banon mais qu'il n'a pas été condamné car il y a prescription). Avant de vous jeter tête baissée sur les commentaires, merci de prendre la peine de lire intégralement l'article et les liens associés. Etudions donc à présent ces mythes :

Related: