background preloader

Le premier ciel complet du satellite Planck

Le premier ciel complet du satellite Planck
Carte intégrale du ciel obtenue avec le satellite Planck de l’ESA. Sur cette carte, des images obtenues avec Planck ont été positionnées. Les noms de certaines structures de la Voie lactée ont été rajoutés. © ESA, HFI & LFI Consortia. Carte intégrale du ciel obtenue avec le satellite Planck de l’ESA. Sur cette carte, des objets extragalactiques détectés par Planck sont signalés ainsi que la nébuleuse d’Orion dans notre Galaxie. © ESA, HFI & LFI Consortia. Carte intégrale du ciel obtenue avec le satellite Planck de l’ESA. Communiqué de presse : Notre Galaxie et l’écho lumineux du Big Bang révélés par le satellite Planck Related:  UniversCosmologieA Classer 3

Notre Galaxie et l’écho lumineux du Big Bang révélés par le satellite Planck Le satellite Planck de l'ESA vient de délivrer une image exceptionnelle de l'intégralité du ciel provenant du premier relevé, qui est tout juste achevé. Celle-ci met en évidence les deux sources de rayonnement du ciel les plus importantes dans le domaine des micro-ondes : le rayonnement fossile et la Voie lactée. Le rayonnement fossile correspond à l'écho lumineux du Big Bang. Il témoigne des premiers instants de l'Univers, qu'il a traversé pendant près de 13,7 milliards d'années avant de parvenir jusqu'à nous. Dans certaines directions, on voit en superposition le rayonnement issu de divers objets astrophysiques, notamment notre Galaxie, la Voie lactée. Grâce aux observations de Planck à neuf fréquences différentes, et grâce à des techniques sophistiquées d'analyse d'images, il est possible de distinguer ces différents rayonnements. Le satellite Planck de l'ESA observe actuellement tout le ciel dans le domaine des micro-ondes[1]. Le ciel micro-ondes vu par le satellite Planck.

Les premiers milliers d'années de l'Univers se dévoilent peu à peu Les premières années de l'Univers après le Big Bang sont encore mal connues. Mais une équipe de chercheurs a réussi à apporter de nouvelles données intéressantes sur cette période agitée de l'histoire cosmique. On sait très peu de choses des premiers temps de l'Univers. Après le Big Bang, il était condensé en une sorte de bouillie chaude dont aucun photon, aucune particule de matière ne pouvait s'échapper. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Pour cela, les chercheurs ont analysé des données issues du satellite européen Planck et du satellite de la NASA WMAP. Excès de radiations "Il y a des indices indiquant que les radiations n'ont pas laissé si facilement que ça la place à la matière dans les premiers temps" explique Eric Linder, l'un des auteurs de l'étude publiée dans la revue Physical Review Letters. Ce n'est qu'après 380.000 ans qu'il s'est suffisamment refroidi pour laisser diffuser lumière, matière et énergie. Repousser les frontières

Les scientifiques ont-ils enfin réussi à dénicher de la matière noire ? Des physiciens affirment, en s’appuyant sur les premiers résultats obtenus par une expérience menée à bord de la Station spatiale internationale (ISS), qu’ils ont pu observer un excès d'antimatière dans le flux des rayons cosmiques. Après des années de recherches incessantes, les physiciens pourraient finalement réussir à mettre la main sur la mystérieuse matière noire invisible qui formerait près d'un quart de l'Univers (26,8% selon les données fournies par le satellite Planck). Grâce aux premiers résultats dévoilés mercredi et obtenus au cours d'une expérience de 18 mois menée à bord de la Station spatiale internationale (ISS), les chercheurs expliquent avoir observé l'existence d'un excès d'antimatière, d'origine inconnue, dans le flux des rayons cosmiques qui pourrait avoir résulté de l'annihilation de matière noire. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter D'autres expériences pour en savoir plus

théorie des cordes Rating: 3.5/5 (8 votes cast) Retranscription et récapitulatif d’un entretien avec Etienne Klein enregistré dans l’émission Ombres et lumières sur l’origine de l’Univers de Ciel et Espace Radio, entretien dans lequel il parle de son dernier ouvrage “Discours sur l’Origine de l’Univers” La cosmogonie tente de décrire la formation de l’Univers, alors que la cosmologie est la science qui s’intéresse aux lois qui gouvernent l’Univers en tant que système physique. Il paraît qu’il n’y a pas de culture sans cosmogonie (à vérifier auprès des anthropologues…). Nature ontologique et législative de l’Univers Avant Galilée on considérait qu’il existait un monde sub-lunaire fait d’une matière de 4 éléments et un monde supra-lunaire constitué d’une autre essence. Le Néant Le mot Origine Notre manière de conceptualiser le changement en utilisant la notion d’identité fonctionnne-t-elle pour expliquer l’origine de l’Univers et des objets qui le constituent? Origines secondaires Origine primaire Le vide quantique

The Universe may be a Mystery, but it's no Secret! Univers : une nouvelle cartographie encore plus précise des galaxies Une équipe internationale de chercheurs vient de mettre en place une nouvelle cartographie dynamique de l’Univers. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter L'Univers représenté à un niveau de détails encore jamais atteint. C'est la prouesse que vient de réaliser une équipe internationale de chercheurs qui a dévoilé une surprenante cartographie dynamique de l’Univers proche. Pour tenter de se resituer dans cette immensité, il convient de partir de notre planète Terre. Cette organisation peut s’apparenter à "une mousse de bulles de savon", explique Science.gouv. De la matière visible et de la matière noire La nouvelle modélisation est le fruit d’une collaboration entre l’Institut de physique nucléaire de Lyon, l’institut de recherche sur les lois fondamentales du Commissariat à l’énergie atomique, l’Institut d’astronomie de l’Université d’Hawaii et l’Institut de physique Racah de l’Université de Jérusalem.

Photos - Le satellite Planck dévoile une carte de la première lumière de l'Univers Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Jeudi matin, au siège de l'Agence spatiale européenne (ESA) à Paris, se tenait la conférence de présentation des premiers résultats cosmologiques de la mission Planck. Les scientifiques y ont dévoilé la première carte du rayonnement de fond cosmologique hyperfréquence couvrant l’intégralité du ciel réalisée par le satellite. "Le plus court chemin qui mène vers l'avenir passe par le passé", c'est en ces mots empruntés au poète Aimé Césaire que Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA) a présenté la conférence qui se tenait ce matin au siège de l'agence. Lancé en mai 2009, le satellite Planck a été conçu pour remonter à l'origine même de notre Univers afin d'en savoir plus sur ce, à quoi il ressemblait dans ces jeunes années. Une carte d'une précision encore jamais atteinte Des caractéristiques énigmatiques et inattendues Un Univers plus vieux qu'on ne pensait

L'énergie noire vient-elle du vide quantique ? Des chercheurs français, notamment de l’IRAP-OMP (CNRS/Université P. Sabatier Toulouse III), proposent une origine physique à l’énergie noire. Il s’agirait de l’action gravitationnelle du vide quantique présent dans une dimension supplémentaire de l’espace. Considérée depuis très longtemps en physique, l’amplitude de l’action gravitationnelle du vide quantique était néanmoins estimée à des valeurs allant bien au delà de celles autorisées par les observations à l’échelle cosmologique: quelques 10120 fois la densité actuelle de l’univers. Cette situation a conduit les cosmologistes à chercher d’autres mécanismes pour expliquer l’accélération de l’expansion de l’univers, comme la quintessence ou des modifications de la relativité générale. Les résultats récemment obtenus par le satellite Planck1 sont venus conforter notre connaissance de la composition de l’univers et les caractéristiques de son histoire. Note(s): Contact(s):

La physique des particules Après les astrophysiciens qui étudièrent l′action des rayons cosmique sur la haute atmosphère pour y trouver des neutrinos. Le perfectionnement des accélérateurs de particules permit d'étudier un grand nombre de réactions nucléaires et de découvrir de nouvelles particules instables. Dans les années 1950, les particules prolifèrent: on en comptait alors plus de 400. Classification Les physiciens parmi toutes les particules firent la distinction entre particules de matière et les autres puis séparèrent les particules de matière en en fonction de leur poids : léger, moyen et lourd : Particules de matière Les leptons (leptos = léger) sont des particules élémentaires constituées d′aucune autres particules dont : les électrons et les neutrinos qui sont stables les quarks instables dont trois : up (u), charme (c) et top (t) charge (2/3 de e) dont trois : dowm (d) , stange (s) et bottom (b) charge (-1/3 de e) Les Hadrons parmi les quels on classe : Les Quarks : Désintégration du neutron

Four Surprises in Planck’s New Map of the Cosmos : Out There By now you’ve probably heard about the amazing new cosmic snapshot from the European Space Agency’s Planck spacecraft. It is one of those scientific achievements so mind-boggling that you have to spend a bit of time with it to truly appreciate what you are seeing. This is relic radiation from when the universe was 370,000 years old, still all aglow from the Big Bang. The radiation has been traveling 13.8 billion years since then, across ever-expanding stretches of space, before landing in Planck’s detectors. Then it took a tremendous feat of imagination and insight to translate that noisy signal into a comprehensible map of what the universe looked like in its infancy. Lopsided universe: Planck’s new skymap shows that one half of the microwave background is brighter than the other, and the universe has a large cold spot. So let’s step back for a moment, look at how this image came to be, and consider some of the more surprising details hidden within it. The map started out as static.

Science & Environment - How big is space? Big questions demand big answers. And here at Future we have a hard time thinking of a question bigger than: how big is space? So, we set about trying to illustrate it. The resulting picture is so large that we could not squeeze it all on to one image in Photoshop. Instead, we had to create several sections and stitch them together for you. Printed out, the graphic spans 27 pages of A4 paper. But even at this size we only managed to get to the edge of our Solar System – known as the heliosphere. Yet even within this relatively small corner of space, there is a lot packed in there. What is the most distant man-made object? Scroll (and scroll... and scroll) through our monster graphic to explore our cosmic neighbourhood. And if you want to check out the data we used to construct it, you can find it here.

Related: