background preloader

Le premier ciel complet du satellite Planck

Le premier ciel complet du satellite Planck
Carte intégrale du ciel obtenue avec le satellite Planck de l’ESA. Sur cette carte, des images obtenues avec Planck ont été positionnées. Les noms de certaines structures de la Voie lactée ont été rajoutés. © ESA, HFI & LFI Consortia. Carte intégrale du ciel obtenue avec le satellite Planck de l’ESA. Sur cette carte, des objets extragalactiques détectés par Planck sont signalés ainsi que la nébuleuse d’Orion dans notre Galaxie. © ESA, HFI & LFI Consortia. Carte intégrale du ciel obtenue avec le satellite Planck de l’ESA. Communiqué de presse : Notre Galaxie et l’écho lumineux du Big Bang révélés par le satellite Planck

http://www.insu.cnrs.fr/ama09/le-premier-ciel-complet-du-satellite-planck

Related:  UniversCosmologieA Classer 4

Notre Galaxie et l’écho lumineux du Big Bang révélés par le satellite Planck Le satellite Planck de l'ESA vient de délivrer une image exceptionnelle de l'intégralité du ciel provenant du premier relevé, qui est tout juste achevé. Celle-ci met en évidence les deux sources de rayonnement du ciel les plus importantes dans le domaine des micro-ondes : le rayonnement fossile et la Voie lactée. Le rayonnement fossile correspond à l'écho lumineux du Big Bang. Il témoigne des premiers instants de l'Univers, qu'il a traversé pendant près de 13,7 milliards d'années avant de parvenir jusqu'à nous. Dans certaines directions, on voit en superposition le rayonnement issu de divers objets astrophysiques, notamment notre Galaxie, la Voie lactée. Grâce aux observations de Planck à neuf fréquences différentes, et grâce à des techniques sophistiquées d'analyse d'images, il est possible de distinguer ces différents rayonnements.

Les scientifiques ont-ils enfin réussi à dénicher de la matière noire ? Des physiciens affirment, en s’appuyant sur les premiers résultats obtenus par une expérience menée à bord de la Station spatiale internationale (ISS), qu’ils ont pu observer un excès d'antimatière dans le flux des rayons cosmiques. Après des années de recherches incessantes, les physiciens pourraient finalement réussir à mettre la main sur la mystérieuse matière noire invisible qui formerait près d'un quart de l'Univers (26,8% selon les données fournies par le satellite Planck). Grâce aux premiers résultats dévoilés mercredi et obtenus au cours d'une expérience de 18 mois menée à bord de la Station spatiale internationale (ISS), les chercheurs expliquent avoir observé l'existence d'un excès d'antimatière, d'origine inconnue, dans le flux des rayons cosmiques qui pourrait avoir résulté de l'annihilation de matière noire. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Les rayons cosmiques naissent dans les superbulles › Espace <p>En scrutant l'amas d'étoiles Cygnus OB2 (ci-dessus) situé dans la constellation du Cygne, des chercheurs ont repéré un excès de rayonnement gamma (zones entourées de tirets bleus), ce qui signe la présence de rayons cosmiques récemment accélérés. <em>Crédits : Jayanne English (CGPS/U. Manitoba) - A. R. Les premiers milliers d'années de l'Univers se dévoilent peu à peu Les premières années de l'Univers après le Big Bang sont encore mal connues. Mais une équipe de chercheurs a réussi à apporter de nouvelles données intéressantes sur cette période agitée de l'histoire cosmique. On sait très peu de choses des premiers temps de l'Univers. Après le Big Bang, il était condensé en une sorte de bouillie chaude dont aucun photon, aucune particule de matière ne pouvait s'échapper.

L'énergie noire vient-elle du vide quantique ? Des chercheurs français, notamment de l’IRAP-OMP (CNRS/Université P. Sabatier Toulouse III), proposent une origine physique à l’énergie noire. Il s’agirait de l’action gravitationnelle du vide quantique présent dans une dimension supplémentaire de l’espace. Considérée depuis très longtemps en physique, l’amplitude de l’action gravitationnelle du vide quantique était néanmoins estimée à des valeurs allant bien au delà de celles autorisées par les observations à l’échelle cosmologique: quelques 10120 fois la densité actuelle de l’univers. Cette situation a conduit les cosmologistes à chercher d’autres mécanismes pour expliquer l’accélération de l’expansion de l’univers, comme la quintessence ou des modifications de la relativité générale.

Photos - Le satellite Planck dévoile une carte de la première lumière de l'Univers Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Jeudi matin, au siège de l'Agence spatiale européenne (ESA) à Paris, se tenait la conférence de présentation des premiers résultats cosmologiques de la mission Planck. Les scientifiques y ont dévoilé la première carte du rayonnement de fond cosmologique hyperfréquence couvrant l’intégralité du ciel réalisée par le satellite.

Univers : une nouvelle cartographie encore plus précise des galaxies Une équipe internationale de chercheurs vient de mettre en place une nouvelle cartographie dynamique de l’Univers. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter L'Univers représenté à un niveau de détails encore jamais atteint. C'est la prouesse que vient de réaliser une équipe internationale de chercheurs qui a dévoilé une surprenante cartographie dynamique de l’Univers proche.

L'univers s'est-il créé tout seul ? «Les astrophysiciens peuvent jouer aux dieux créateurs en construisant des modèles d’univers, chacun avec sa propre combinaison de constantes et de conditions initiales, grâce à la puissance des ordinateurs modernes. La question ... qu’ils se sont posée pour chaque modèle d’univers est : héberge-t-il la vie et la conscience après une évolution de 13,7 milliards d’années ? La réponse est ... : la vaste majorité des univers possède une combinaison perdante (...) - sauf le nôtre (...) Singularité initiale : Première partie Le Big Bang désigne l’époque dense et chaude qu’aurait connue l’univers il y a environ 13,7 milliards d’années, ainsi que l’ensemble des modèles cosmologiques qui la décrivent, sans que cela préjuge de l’existence d’un « instant initial » ou d’un commencement à son histoire, ni même d'un espace. Quelques notions à connaître pour comprendre la naissance de l'Univers A l'origine, il n'y avait pas de matière[2] ni même d'atome.

Astronomie EDITION ABONNES - Astrophysique - 24/06/2015 Les fossiles de la Voie lactée Pour comprendre comment la Voie lactée s'est formée, les astronomes traquent les vestiges de petites galaxies déchirées et avalées par notre galaxie il y a fort longtemps. Exobiologie - 07/05/2015 Des membranes cellulaires sans eau Des chercheurs ont montré que des membranes cellulaires stables peuvent se former dans le méthane liquide, à partir de constituants présents dans l’atmosphère de Titan. Spitzer mesure l’expansion de l’univers Chaque seconde, chaque volume d'Univers de trois millions d'années-lumière de côté gagne 74 kilomètres... C'est le résultat d'une mesure récente de la constante de Hubble réalisée avec le satellite infrarouge Spitzer et portant sur dix étoiles céphéides de notre galaxie et plus 80 autres du Grand Nuage de Magellan. La valeur mesurée - 74,3 km/s/Mpc (kilomètres par seconde et par mégaparsec, un parsec valant 3,26 années-lumière) - est proche de celle obtenue en 2011 dans le visible avec le télescope spatial Hubble par la même méthode : 73,8 km/s/Mpc. Chandelles standard Ce n'est pas un hasard si les céphéides ont été utilisées dans ces deux études. Elles sont de précieux étalons de distance.

Related: