background preloader

« Oui mais quand même, la religion, c’est mal »

« Oui mais quand même, la religion, c’est mal »
Relayer l’information de la énième agression d’une femme voilée, ou les propos haineux tenus sur l’islam par la représentante d’une organisation pseudo-féministe, revient immanquablement à emboucher l’appeau à trolls religiophobes. Que des femmes soient insultées et tabassées, que le féminisme serve de leurre pour répandre et banaliser le racisme le plus crasse, tout cela, le/la religiophobe s’en moque : dans un pays où médias et politiques, de façon plus ou moins insidieuse, désignent à longueur de temps les musulmans comme la cause de tous les maux de la société, son seul sujet d’anxiété est que son droit à « critiquer la religion » soit garanti. Pour l’exprimer, il usera de subtiles gradations dans la virulence, de la simple protestation à l’éructation scatologique probablement censée traduire la hauteur à laquelle il plane dans l’éther philosophique inaccessible aux benêts qui voient du racisme partout : « Moi, je chie sur toutes les religions. » Bon, d’accord. Parlons-en, alors.

http://www.peripheries.net/article335.html

Related:  Blogs féministes/-ninsLutte contre le racismeIntersectionnalité & coIntersectionalité 3Qui lynche qui ?

Qui sommes-nous ? - Garçonne « I’m not anti-social, I’m anti-bullshit » Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire ! Nom de code : garçonne. Modèle : hybride. Objet : non identifié. Je suis fatiguée du hijab A 19 ans, je suis montée sur scène et j’ai parlé des avances que m’avait faites un professeur d’université. J’ai dit que c’était un vieil homme sale, et j’ai répété certaines de ses phrases, que les femmes entendent tous les jours dans les rues d’Egypte. Quand plus tard j’ai quitté le théâtre ce soir-là, j’ai entendu deux hommes dire : « Elle a pas honte de dire des mots aussi sales alors qu’elle est voilée ?! Pourquoi nous ne pouvons pas attendre L’un de vos arguments fondamentaux est que notre action se produit à un mauvais moment. Certains ont demandé : « Pourquoi ne pas avoir donné aux nouveaux élus le temps d’agir ? ». La seule réponse que nous pouvons donner, c’est que le nouveau pouvoir, comme l’ancien, a besoin d’être bousculé pour enfin agir.

PanAfroRévolutionnaires Introduction Aux lendemains de Mai 1967 et du procès des patriotes guadeloupéens, le groupe politique connu sous le nom de GONG va éclater et se scinder essentiellement en deux groupes. Le premier groupe se rassemble autour des journaux « Chaltouné » et « Zepon », et souhaite construire une formation politique révolutionnaire. L’autre groupe, celui des « démissionnaires du GONG» dirigé par « Jean et Max » souhaite s’engager dans un travail de terrain. Ils vont partager pendant plusieurs mois le travail et le quotidien des ouvriers agricoles et mener une recherche approfondie sur les conditions de travail, les vécus de lutte, etc. dans la région de Sainte-Rose. De là nait l’Union des Travailleurs Agricoles, l’UTA, le 12 décembre 1970, une organisation au cœur de la lutte de Grosse-Montagne dont nous allons faire le récit. L’UGTG, centrale syndicale, a été fondée en décembre 1973 dans le sillage des luttes menées par l’UTA et l’UPG (Union des Paysans pauvres de la Guadeloupe).

Les fondements politico-économiques du fémonationalisme Bien que le concept de fémonationalisme soit peu usité en France, il fait écho aux nombreux débats sur l'instrumentalisation de la rhétorique de l'égalité entre hommes et femmes à des fins racistes. Cette notion pourrait bien prendre une actualité à l’heure où le discours « paternaliste » envers les femmes voilées qu’évoque Farris dans son article se mue en actes et en violences racistes. Dans cet article, Sara Farris propose d’éclairer le phénomène fémonationaliste à travers les transformations de la place des migrant-e-s sur le marché du travail globalisé et les nouvelles différenciations entre hommes et femmes immigré-e-s. Introduction

Féminisme : 10 tumblr militants et talentueux à suivre Tumblr est une plateforme d’hébergement de contenus : par définition, on y trouve de tout et chaque tumblr n’a pas grand chose à voir avec chaque autre. Pourtant, la rédaction des Nouvelles NEWS a sélectionné ses 10 tumblr préférés, qui évoquent tous les féminismes. Consentement aux actes médicaux, inégalités professionnelles, harcèlement de rue, inspiration féministe : celles ou ceux qui pensent que les jeunes générations ne s’intéressent pas au féminisme y trouveront matière à débat. Elle s’appelle Erin, elle a 20 ans et déclare dans sa présentation : « L’autosabotage a longtemps été un ami à moi. Jusqu’au jour où j’ai décidé d’arrêter. » Cette Américaine partage aussi bien des rappels historiques sur les droits des femmes au Etats-Unis que des gifs ou des mèmes invitant à contrer le slut-shaming. C’est varié, c’est cash, et c’est un régal.

À celles qui voudraient, comme Lou Doillon, une émancipation balisée Kiyémis, blogueuse afro-féministe, répond aux propos sur le féminisme de Beyoncé ou Nicki Minaj tenus par Lou Doillon dans El País. Dans une interview au quotidien espagnol El País, la chanteuse et mannequin Lou Doillon s'est exprimée cette semaine sur le féminisme, et la façon dont il est parfois, selon elle, déformé. Notamment par des artistes pop américaines. Dans cette interview qui a beaucoup circulé, elle explique notamment: «Quand je vois Nicki Minaj et Kim Kardashian, je suis scandalisée. Le féminisme intersectionnel expliqué via... des pizzas ! Dans une vidéo postée sur sa chaîne SmoothieFreak, Akilah nous parle, avec humour, de l’intersectionnalité dans le féminisme. Terme popularisé par la féministe américaine Kimberlé Williams Crenshow, l’intersectionnalité peut être définie comme la situation d’individus exposés à plusieurs formes de domination ou de discrimination. Dans sa vidéo, Akilah réagit aux récentes polémiques provoquées par la journaliste Nellie Andreva qui écrivait dans un article que l’augmentation d’acteurs noirs à Hollywood réduisait les opportunités de travail pour les acteurs blancs.

Qu’est ce que le cas Rasmea Odeh révèle de nous ? Qu’est ce que le cas Rasmea Odeh révèle de nous ? Le nom de Rasmea Odeh n’évoque rien pour les francophones. Elle n’évoque rien à presque tous les activistes pro-palestiniens français. Pourtant à bien des égards Rasmea Odeh mérite notre attention pour ce qu’elle fait et ce qu’elle représente mais aussi pour ce que l’injustice qu’elle subit révèle de nous-même et plus particulièrement de nous autre femmes arabes ou femmes descendantes de colonisées en terres blanches. La Nakba Islamophobie : entretien avec le sociologue Marwan Mohammed Marwan Mohammed (@marwanormalzup) est sociologue au CNRS (Centre Maurice Halbwachs) et Abdellali Hajjat est sociologue à l’Université Paris Ouest Nanterre. Ils animent (avec Houda Asal) un séminaire sur l’islamophobie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Ils sont aussi co-auteurs de « Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le “problème musulman” » (à paraître le 26 septembre aux éditions La Découverte). Pour Rue89 Marwan Mohammed revient sur l’émergence et la diffusion du vocable « islamophobie » en France. Où et quand est née la notion d’islamophobie ?

Related: