background preloader

Elles se font des plaisirs toutes seules

Elles se font des plaisirs toutes seules
Related:  Plaisirsabrinalafraise(non) hétéronormée

Osez le clito ! Les trois étapes d’un couple hétérosexuel moderne et respectable Préliminaires Moment considéré comme essentiel depuis l’ère de la modernité sexuelle, précédant le gros, le lourd, le principal élément constitutif de l’acte sexuel : le coït.Cette étape se compose essentiellement de caresses, et permet à la femme de se mettre en condition psychique afin de recevoir l’homme en elle. On le sait, la femme est très cérébrale. Moment merveilleux de communion entre deux êtres pendant lequel une sensation envahit le corps de la femme, qui sans pour autant parvenir à en jouir régulièrement, continue de le pratiquer parce que ça viendra et que le plus important ce n’est pas ça. Signe la fin de l’acte sexuel, matérialisé par l’éjaculation fertilisante masculine. Ce contenu a été publié dans 1 - FEMINISME, Le dictionnaire bilingue, avec comme mot(s)-clé(s) Féminisme.

Comment la #FriendZone est devenue une menace pour les femmes – Babel 2 juin 2014 12h37 · Ikram Mecheri A la base, la friendzone n’était qu’un simple meme. Un petit gag comique qui illustre la «souffrance» de tous les hommes avec lesquels les femmes ne voudront jamais sortir. Elliot Rodger, le tireur de vingt-deux ans, de la fusillade de l’université de Santa Barbara en Californie, fait partie de ces hommes qui, cloitrés dans cette friendzone, finissent par développer une véritable haine meurtrière contre les femmes. «Ce n’est pas juste. Les propos misogynes sont souvent appropriés aux hommes d’un certain âge issus des générations antérieures et dont la compréhension pour les droits des femmes n’est pas évidente. La friendzone est une blague à double tranchant : d’un côté on sympathise avec les hommes malheureux en amour, mais d’un autre côté on culpabilise les femmes de dire non à ceux qu’elles considèrent comme de simples amis, ce qui déresponsabilise complètement l’homme de la situation. @ikrammecheri

Eloge de la masturbation Femelles, l’heure est grave : il existe toujours des gens, sur cette planète, qui indépendamment de l’avis de Benoît XVI ne se masturbent pas. Et peut-être que vous en faites partie. Maïa va donc devoir vous rééduquer afin que vous ouvriez votre coeur aux joies de l’amour solo. -> La masturbation est bonne pour la santé. -> La masturbation est bonne pour le sexe relationnel. Pub JBS Mens Underwear, une marque de sous-vêtements masculins -> La masturbation est un art. -> La masturbation est une super occasion de développer son imaginaire. -> La masturbation est un temps pour soi. On peut avoir des réserves sur la masturbation, surtout quand on n’a pas encore trouvé le « truc » (clitoris, les filles, clitoris).

Comment nous en venons à avorter (nos vies sexuelles) - C. Delphy Par Chris­tine Del­phy, sociologue. (paru dans le jour­nal Le Monde daté du dimanche 22 octobre 2000) LE gou­ver­ne­ment a hésité à pro­po­ser au vote une réforme pour­tant mini­male de la loi de 1975 per­met­tant l’avortement. C’est que l’opposition à l’avortement, ou plu­tôt à la léga­lité de l’avortement, est grande en ce pays. La tra­di­tion de l’hypocrisie s’y main­tient : tout le monde le fait, mais per­sonne n’en parle, comme c’était déjà le cas pour la contra­cep­tion au début du siècle. Les tra­di­tions rhé­to­riques se main­tiennent aussi : c’est au nom du « carac­tère sacré » de la vie que, régu­liè­re­ment, des édito­ria­listes demandent que l’avortement soit limité, qu’il reste un « der­nier recours », craignent qu’il ne soit « bana­lisé ». Jamais la pres­sion n’a été plus forte sur les femmes et les jeunes filles. Pas n’importe quelle sexua­lité cepen­dant. D’autre part, la contra­cep­tion est tou­jours tabou. Chris­tine Del­phy est socio­logue (CNRS)

Les témoignages des chattes Au départ, on avait envie de monter les Monologues du Vagin de Eve Ensler. On les a travaillé, et puis, au fil du temps, on a rajouté un texte par ci, un texte par là dans le spectacle... Des textes qui nous parlaient, des textes dont, nous semblait-il, le thème était moins abordé dans les Monologues du Vagin. On les a rassemblé ici dans les Témoignages des Chattes. J’étais inquiète à cause des vagins. Comment on les appelle et comment on ne les appelle pas... la Foufoune. le Minou. la Zézette. la Marguerite. le Piou-piou. la Plotte. la Minche. le Sexe. la Bibiche. la Dignité. la Minette. la Chatte. le Turlututu. la Quéquette. le Mimi. la Foufounette. Le clitoris Le clitoris est le tissu le plus sensible qui existe. Le clitoris n’est pas qu’un petit bouton magique. Seules 30% des femmes ont des orgasmes lors des rapports sexuels sans stimulation directe du clitoris. Il y a très peu de nerfs dans le vagin. Extraits du film « Le clitoris, ce cher inconnu » J’aime me masturber

L’hétérocentrisme ou l’obligation du rapport pénétratif Je voudrais revenir sur cet article d'une féministe radicale car les réactions, aussi épidermiques que le texte qui est une mauvaise lecture de Dworkin à mon avis, commencent à m'échauffer. Au passage si l'auteure passe par là, il conviendrait de te mettre à jour sur le problème des IST, tu véhicules de fausses informations. Si vous avez des commentaires agressifs, sexistes envers ce texte, abstenez-vous, je censurerai. La « révo­lu­tion sexuelle » empêche les femmes de dire non, mais ne leur donne pas les moyens de dire oui. La défi­ni­tion de la sexua­lité n’a pas changé : la sexua­lité, c’est l’acte sexuel, et l’acte sexuel, c’est le coït hété­ro­sexuel avec éjacu­la­tion de l’homme dans la femme, c’est-à-dire, de toutes les pos­tures sexuelles, la plus fécon­dante — un héri­tage des pre­miers chré­tiens qui n’est tou­jours pas mis en cause.Christine Delphy. Essayons donc sans nous énerver de questionner 5 minutes la sexualité hétérosexuelle dans un couple cisgenre. 1. 2. Sauf que.

Catherine Blanc, psychanalyste, psychothérapeute et sexologue à Paris | Un site pour mieux comprendre notre sexualité I'll Show You Mine : le grand livre de la vulve et du vagin I’ll Show You Mine est un livre qui répertorie un nombre incroyable de vulves toutes plus différentes les unes des autres, dans l’esprit de la Seinte Fresque, mais pour l’étage du dessous. Depuis quelques temps, on essaye par tous les moyens de faire décomplexer les femmes face aux mannequins émaciées et photoshopée placardées à tous les coins de nos vies, en leur rappelant que ce n’est pas le reflet d’une majorité. Nous faisons pas tous 3m17 pour 12kg, nous n’avons pas toutes une chevelure waterproof, sable-de-plage-proof, temps-humide-proof, des seins qui tiennent droit tout seuls, des fesses fermes et rebondies et des yeux aux couleurs d’une aurore boréale. Sauf que, des « vraies » femmes, des civiles, à poil, on en voit pas si souvent que ça. On se fait rarement des soirées pyjama à thème « mets-toi à poil sous un gros spot que je puisse vérifier si t’es toute pareille que moi » – difficile donc de relativiser. "Bonjour je m'appelle Cynthia" [polldaddy poll=5067134]

Libération surveillée C’est bien connu, l’été arrivant, tous les magazines féminins parlent un, de régime, deux, de cul. En les feuilletant, on apprend notamment que la contraception aurait libéré Lafâme, cette dernière s’étant réapproprié une sexualité qui se serait détachée de sa fonction de reproduction (tout cela ne concerne évidemment que Lafâme svelte, l’autre, la grosse, devant préalablement se libérer de ses kilos). Cette révolution se serait produite, selon Biba et cie, durant les années 1970, avec l’avènement de la contraception (avant ces fastes années, point de contraception, visiblement). C’est ÇA le progrès, c’est ÇA « la sexualité détachée de la reproduction » : imiter le coït reproductif en prenant un médicament-libérateur-anti-reproduction. Imiter l’acte reproductif régulièrement, donc, en prenant garde à ne se reproduire qu’au moment acceptable, un nombre de fois acceptable et dans des conditions acceptables, voilà donc notre libération… très surveillée.

Related: