background preloader

« Si on mettait des meufs dans nos jeux vidéos ? »

« Si on mettait des meufs dans nos jeux vidéos ? »
C’est une bonne idée ça non ? Mettre des meufs dans un jeu. Ça devrait faire plaisir à tout le monde. Les joueurs ils vont kiffer de pouvoir mater et les gonzesses elles vont pouvoir s’identifier plus facilement. En plus comme ça, les féministes peuvent pas dire qu’il est que pour les mecs et que les créateurs sont des connard sexistes. Sauf qu’en vrai ça marche pas vraiment comme ça En effet, si il suffisait de rajouter un personnage féminin dans un jeu pour le rendre irréprochable, on serait en droit de se croire au pays des bisounours et les féministes pourraient simplement se détendre en allumant leur console et profiter paisiblement de cette incroyable bulle sans sexisme. Zone sans sexisme explosant suite à l’intrusion du premier individu venu Dans la vraie vie justement la partie « Les joueurs ils vont kiffer de pouvoir mater » est prépondérante et la quasi totalité des personnages féminins dans les jeux vidéo sont là pour être reluqués. Rayman et les filles Rayman 1 Rayman 2 Rayman 3 Related:  Ségrégation, stéréotypes

La fabrique des corps gratuits - Sexisme et Jeux en Ligne A l’espace numérique, ce sont toujours les mêmes qui viennent squatter les ordis : des élèves du collège d’à coté qui profitent d’un trou entre deux heures de cours, des ados du quartier, des qui n’ont pas d’ordinateurs chez eux, d’autres qui en ont mais qui préfèrent l’espace numérique parce qu’on y est « ensemble ». Je m’occupe de cet espace depuis septembre. Un jour deux garçons que je connais bien viennent prendre des ordis : ils jouent à un jeu dément, hyper graphique, hyper beau, un jeu de stratégie en ligne, juste à coté il y a une petite fille du même âge, elle joue avec un tourniquet de perruques et une poupée chauve en 2D. J’ai envie de discuter un peu avec elle parce que je suis choqué par ce que je vois : - Et toi alors tu joues à quoi ? - Un jeu de fille ! - Et tu t’amuses ? Pas de réponse, mais les garçons sautent sur l’occas : - HAHA !! Perspicace ! Jeux Gratuits: pornographie pour enfants Quelques mots sur le genre et la technologie Junk Games : corps gratuits et haine de soi

Where The Hell Is Matt? - Videos Skip to content Where The Hell Is Matt? Videos Dancing 2012» Dancing 2012 Outtakes » Dancing 2008 » Dancing 2006 » Dancing 2006 Outtakes » Dancing 2005 » Dispatches from the Road: Dancing 2012 Preview» Rwandan Grand Prix » Dancing With the Huli Wigmen » Where the Hell is Afunakwa » Facing My Spider Phobia (well, crabs...close enough) » Talking: Kids React to Dancing 2012 » How the Hell Did Matt Get People to Dance With Him? Revealing the Dancing Videos are a Hoax at EG » Revealing the Hoax is a Hoax at MacWorld » College Lecture (Part 1 of 3) » College Lecture (Part 2 of 3) » College Lecture (Part 3 of 3) » Brought to You by: Visa Travel Happy 2013 » Dancing with Matt and USTOA» 23andMe » Where the Hell is Matt in South Africa » Where in Google Earth is Matt?

You don’t like breasts? You must like men: The disappointing conversation and art of Dragon’s Crown It all started, as these things often do, with Kotaku. Jason Schreier criticized the art in the upcoming game Dragon’s Crown, and the artist who created that art didn’t seem to enjoy the negative thoughts on the large-breasted, small-headed women in his game. So he posted an image on Facebook of a series of burly men. “It seems that Mr. Jason Schreier of Kotaku is pleased also with neither sorceress nor amazon. He later contacted Schreier with something like an apology. It’s not depressing that the sort of art that started all this still gets made, and I think there is a place for that kind of character design. The tradition of big-busted female characters in fantasy stretches back decades, and this isn’t a surprise in an art form that’s so heavily consumed by men. This tradition is its own problem, simply because it’s been done. We have yet to grow out of them, and the art style of most games can seem like an anachronism. You don't like my art?

Vive les SVT ! Cliquez sur la classe de votre choix : [French] La critique littéraire est-elle sexiste? Il y a deux semaines, nous avons publié une sélection de douze romans particulièrement réussis parus cette année: cette petite coterie d’écrivains talentueux se composait de… douze hommes. On laissera aux statisticiens le soin de calculer la proportion de femmes. Les réactions ne se sont pas faites attendre : une certaine alaska44 nous félicitait pour «l’article le plus sexiste (…) de l’année»; Anis de Litterama saluait la mise en avant d’un «patrimoine viril comme on les aime». Voici justement que le site Babelio établit une liste des auteurs les plus chroniqués par la presse depuis juin 2011. Si on y compte deux femmes (Carole Martinez et Véronique Ovaldé) dans le Top 3 – contre un homme donc, Jonathan Franzen – l’élargissement de l’échelle laisse peu de place à l’interprétation: il y a quatre femmes contre vingt-six hommes dans les trente chouchous des critiques littéraires. Tout porte à croire que la situation est comparable en France. David Caviglioli

Vive les SVT Ce monde sexiste m'épuise C’était une matinée absolument étouffante. Derrière la vitre du bus qui me ramenait de Lille à Paris, bouffée par le mal de mer, je me retenais de rendre mon absence de petit déj’. À côté de moi, un gars matait mes cuisses en me codant en morse avec ses paupières « Grosse pute » ou quelque chose d’approchant. Hésitant à me délivrer de mon mal des transports directement sur son jean, je me suis contenue et je suis sortie, titubante, pour longer les quais de Seine et marcher un peu. Il faisait une chaleur à crever ; j’ai regardé un type ôter son t-shirt et s’allonger au bord de l’eau, comme le font souvent les Parisiens dès qu’il fait plus de 10 degrés. Je me suis subitement retrouvée morte de jalousie : j’aurais fait n’importe quoi pour virer ce gros pull qui m’avait bien servi dans le bus de nuit mais qui maintenant me rendait dingue. Ce jour-là, j’ai été prise d’une rage rare pour mon caractère doux : j’en ai eu marre. J’en ai marre de m’expliquer J’en ai marre de m’excuser

Vidéos : la visite virtuelle du musée Ghibli - Impression graphique C’est une proposition inédite qu’offre le célèbre studio d’animation japonais Ghibli : celle de la visite virtuelle de son musée. Le studio fut créé en 1985 à Tokyo par Hayao Miyazaki et Isao Takahata, auteur, entre autres, du magnifique Tombeau des lucioles disparu en 2018. Hayao Miyazaki, 79 ans, est quant à lui l’un des mangakas les plus célèbres dans le monde. Depuis la mi-avril on peut découvrir ce lieu mythique grâce à des vidéos très brèves publiées sur YouTube. L’entrée principale du musée Ghibli Le clip ci-dessous présente quelques images du studio u de l’extérieur, ainsi que son entrée principale dont le plafond est ornée d’une superbe fresque. La pièce Where a Film is Born Cet endroit baptisé La naissance d’un film est décrit ainsi : « La pièce appartient à un garçon qui souhaite développer une idée de son propre film. Le studio Ghibli vu de nuit Une séquence filmée en extérieur et de nuit. Le Straw Hat Café ► Le site du studio. L’entrée principale du musée Ghibli Le Straw Hat Café

Bechdel Test Movie List untitled #JeSuisMisogyne Nous aussi on a grandi avec Cabu, Wolinski, Reiser, Cavanna, Choron... Nous avons vu les mêmes dessins mais nous n’avons pas compris la même chose : Sûrement parce que ces blagues ne s’adressaient pas à nous mais qu’elles se faisaient à nos dépens. Ces types nous rappelaient sans cesse qui nous étions : des Filles, des Femmes, c’est à dire le deuxième sexe, mais un sexe avant tout. Ils nous ont enseigné très tôt qu’une femme c’est une poupée gonflable, un cul, des seins, un con. Une femme, chez Reiser, ça n’ouvre pas la bouche ou bien c’est parce qu’elle suce. Et gare à celles qui ne voudraient pas, qui se cacheraient derrière un voile : ça les irrite les mecs de Charlie – surtout Charb et Tignous – qu’on se refuse comme ça, ça les met en colère : alors ils les dessinent à poil avec un foulard, une chatte avec une burqa, comme ça ils peuvent rigoler un peu quand même, les humilier un peu, les baiser un peu aussi publiquement, montrer qui est le patron ...

Une appli mobile cartographie le street-art à Paris Une appli mobile cartographie le street-art à Paris A l’occasion du « Mois du Street Art dans le 13e », la Ville de Paris lance, avec l’appui de l’association Lartefact, une nouvelle application smartphone pour iPhone et Android. « My Paris Street Art » offre aux visiteurs, aux passionnés d’art et aux curieux un regard inédit et haut en couleurs sur la capitale. L'application mobile « My Paris Street Art » permet de localiser en un seul clic plus d’une centaine d’oeuvres commentées à Paris et dans plusieurs communes limitrophes dont Bagnolet, Montreuil, Les Lilas, Evry et Vitry. C’est aussi une application interactive qui permet aux riverains de prendre en photo des oeuvres pour les partager avec la communauté et enrichir la carte « My Paris Street Art ». Berceau historique du Street Art, Paris est devenue en quelques années l’une des capitales mondiales de ce mouvement artistique populaire. >> Télécharger l'application pour iPhone >> Télécharger l'application pour Android

Faut-il reconnaître le «féminicide» dans le droit français ? | slate.fr Temps de lecture: 12 min Les réseaux féministes bruissent de ce mot peu courant: féminicide. Ou le fait de tuer une femme parce qu’elle est une femme. Bien connu dans d’autres pays, il gagne peu à peu du terrain en France: des siècles après l’inscription dans le vocabulaire du droit de l’infanticide et du parricide –qui remontent au bas latin– le mot a été ajouté le 16 septembre 2014 au vocabulaire du droit et des sciences humaines par la Commission générale de terminologie et de néologie. Il est aussi présent dans l’édition 2015 du Petit Robert: Féminicide: adj. et n. – 1855 - du radical du latin femina «femme» et -cide. Si le terme apparaît au XIXe selon Le Petit Robert, c’est au début des années 1990 qu’il devient un objet d’étude et de recherche, notamment grâce à deux femmes, Jill Radford et Diane Russell, qui publient un livre intitulé Femicide: The Politics of Woman Killing. Violences d’Etat «Vous êtes des femmes, vous allez devenir des ingénieures. Il ouvre le feu sur elles.

Un support numérique qui favorise les automatismes et l'auto-évaluation L’auto-évaluation commence lorsque l’enseignant demande à un élève qui rend sa copie d’imaginer la note qu’il pense avoir… Parmi les activités diverses que nous proposons à nos élèves (activités de découvertes, exercices d’application, problèmes ouverts, narrations de recherche), il est quelquefois difficile pour les élèves de s’auto-évaluer. C’est surtout le cas lorsque l’enseignant cherche à évaluer des compétences comme « chercher », validée lorsque la démarche de l’élève est pertinente, qu’il a su mettre en œuvre des méthodes de recherche intéressantes, que ses conclusions sont cohérentes mais que sa démarche n’a pas abouti. Il est nécessaire de clarifier nos attentes selon le type d’activité, proposée afin que l’élève identifie ce que l’enseignant attend de lui. La première de nos attentes est l’acquisition d’automatismes de calculs autant que de capacités de raisonnement. Le premier travail sur les automatismes mis en place est la question flash. Document Eduscol sur les automatismes.

Related: